Bénie soit Sixtine

Maylis Adhémar, Bénie soit Sixtine: Sixtine, une jeune fille éduquée dans la foi catholique, rencontre Pierre-Louis, lui aussi issu d’une bonne famille. Ils se marient selon le rite traditionnel, entourés de leurs grandes familles respectives. La seule tâche de Sixtine est de s’occuper de la maison et surtout, de procréer le plus vite possible, et à la chaîne. Elle tombe rapidement enceinte mais sa grossesse est un calvaire. Son mari est très peu présent, sa belle-mère se mêle de tout. Elle commence à douter, tout particulièrement suite à un événement tragique. Elle prendra alors enfin sa vie en main et découvrira un autre monde.

Comme beaucoup de lecteurs, j’ai été attirée par les descriptions du fondamentalisme catholique, un monde où la famille prend la place centrale quitte à rejeter les « autres ». Un monde rigoriste et fermé où la femme n’est qu’une machine à procréer des bons petits croyants. Cette partie est en effet un plaisir à lire, avec ces descriptions qui font lever les yeux au ciel mais qui sont sans doute très proches de la réalité. J’ai eu plus de mal avec la seconde partie, dans laquelle Sixtine découvre un autre monde. Fallait-il vraiment choisir l’extrême opposé ? Petit aparté: j’ai hurlé intérieurement quand un des personnages sort un hang, un instrument qui ressemble à un gong, mais c’est un traumatisme personnel. A une époque, dans le cadre de mon travail, j’ai été quasi harcelée par une personne qui voulait absolument convaincre le monde entier que cet instrument était fantastique.

Ce roman se lit facilement et est très plaisant dans sa description du monde fermé de l’extrême-droite conservatrice, mais la transformation de Sixtine est un peu trop romancée. Les thèmes choisis sont un peu trop noirs ou un peu trop blancs, trop extrêmes des deux côtés. Mais je suis quand même contente de l’avoir lu.

En sortir 21 en 2021

En 2020, j’avais listé 20 livres à sortir de ma PAL; finalement j’en ai sorti 16 (je n’ai pas lu Perfidia mais je l’ai éliminé de ma PAL, et j’ai lu un autre Liane Moriarty que prévu – je me demande aussi combien Electra en a sorti de sa PAL et je vois que Kleo a pas mal lu de sa liste). Un bon score au final, cette page m’ayant donné de l’inspiration en cas de panne de lecture. Pour 2021, je change un peu la donne et je vais lister 20 livres (+ un bonus) selon 10 thèmes. Je m’inspire de mon challenge PAL de vacances de l’été 2017 et du Petit Bac d’Enna vu chez Ingannmic (qui me tente bien mais je sais que j’aurai la flemme de chaque fois envoyer un lien).

le titre contient le nom d’une ville ou d’une région

  • Stephen Markley, Ohio
  • Kem Nunn, Tijuana Straits

le titre contient soit « chant/chanson », soit « musique » ou est le titre d’une chanson, ou s’en inspire très fort, ou contient le nom d’un musicien/chanteur

  • Nguyen Phan Que Mai, The mountains sing
  • Yoshida Shuichi, Park life (rien à voir avec la chanson de Blur, mais peu importe !)

le titre contient un prénom

  • Joshua Whitehead, Jonny Appleseed
  • Larry Brown, Joe (qui pourrait aussi aller dans la catégorie suivante)

le titre est composé d’un seul mot

  • Serizawa Akato, Inheritors
  • Octavia Butler, Kindred

le titre contient une un métal ou une pierre précieuse (et c’est aussi une couleur)

  • A.M. Stuart, Singapore sapphire
  • C. Pam Zhang, How much of these hills is gold

le titre contient un mot liés aux arbres et à la forêt

  • Marion Poschmann, The pine islands
  • Liu Cixin, La forêt sombre

le titre contient un mot lié à la nourriture ou à une boisson ou à la cuisine

  • Rick Bass, The travelling feast
  • Ann Patchett, Orange amère

le titre contient un mot désignant un animal

  • Mukai Kosuke, Les chats ne rient pas
  • Callan Wink, Dog run moon stories

le titre renvoie à la mort

  • Brandon Hobson, Where the dead sit talking
  • Riku Onda, The Aosawa murders

le titre contient soit le mot « fleuve », soit le mot « rivière » ou renvoie au nom d’un fleuve ou d’un rivière

  • Andrée A. Michaud, Rivière tremblante
  • Eddy L. Harris, Mississippi solo

le bonus qui vient de la liste de 2020

  • Ocean Vuong, On the earth we’re briefly gorgeous

C’est un challenge que je me propose à moi-même en premier lieu (les catégories ont été choisies en fonction de ma PAL), mais si jamais vous avez envie de participer ou de vous en inspirer, vous êtes les bienvenus !

The outside lands

Hannah Kohler, The outside lands: San Francisco, 1968. Kip et Jeannie, frère et soeur marqués par la perte de leur mère, et dont le père a quelque peu laissé tomber les bras, tentent de mener au mieux leur vie. Suite à un petit délit, Kip s’engage pour la guerre du Vietnam; Jeannie se marie, un peu forcée, à un jeune médecin qu’elle a rencontré dans le diner où elle travaille. Puis, Kip est accusé d’un meurtre et Jeannie tentera de le défendre, se rapprochant d’un groupe opposé à la guerre mais aussi d’un vétéran atrocement mutilé. Elle est bouleversée par l’affaire et découvre une femme différente en elle, grâce à ses nouvelles relations.

Ce roman a traîné comme dernier sur ma PAL ancienne (d’avant 2019, et maintenant complètement clôturée) et pourtant, il avait de quoi me séduire. Hannah Kohler raconte avec une grande sensibilité l’évolution d’une jeune fille, mariée trop tôt, en une femme. Elle décrit également l’esprit un peu troublé de Kip et son passage au Vietnam. Mais il n’est pour moi qu’un personnage secondaire, c’est vraiment Jeannie à qui on s’attache pendant toute la lecture, même si ce n’est pas uniquement sa voix qu’on entend dans l’alternance des chapitres. Ses espoirs, ses troubles, son identité sexuelle sont abordés très subtilement et avec beaucoup de finesse. Pas un instant je n’ai douté que l’auteur était américaine, or elle est britannique. Et elle a un talent certain dans ses descriptions du San Francisco de la fin des années 1960, une ville en pleine ébullition, mais aussi une ville où la majorité des habitants mène une vie très conventionnelle, dans des maisons de banlieue avec jardin.

Une idée piochée chez Electra, qui a aussi adoré.

Retour à Martha’s Vineyard

Richard Russo, Retour à Martha’s Vineyard: septembre 2015 – Lincoln s’apprête à vendre la maison qu’il a hérité de sa mère, située sur la côte Est, à Martha’s Vineyard. Il y retourne une dernière fois, et invite ses deux meilleurs amis, Teddy et Mickey. Ils étaient ensemble à l’université à la fin des années 1960 et ont passé ensemble un dernier weekend à la fin de leurs études en 1971 dans cette maison. Ils avaient aussi invité Jacy, une fille dont ils étaient tous les trois amoureux. Ce serait la dernière fois qu’ils la verraient, celle-ci ayant disparu après le weekend.

Lincoln et Teddy racontent leur histoire, celle du passé et celle du présent, qui se mélangent. Ils sont aujourd’hui sexagénaires et réfléchissent sur leur parcours, le premier comme agent immobilier qui a épousé son amie de l’université et qui a eu plusieurs enfants, le second comme éditeur universitaire célibataire et en proie à des crises d’angoisses. Tous deux décrivent également Mickey, qui avait été appelé à la guerre du Vietnam, qui était musicien et qui joue toujours aujourd’hui dans un groupe de rock. Et puis il y a Jacy qui hante leurs pensées.

Pourquoi est-ce que j’ai lu ce roman de Richard Russo alors que je n’avais pas trop aimé ma première tentative, Le pont des soupirs ? Pour participer au challenge d’Ingannmic, mais aussi parce que je voulais persévérer et comprendre pourquoi la plupart des avis sont positifs (et aussi parce qu’il est un peu plus court que les autres, il faut bien l’avouer). J’ai failli abandonner, de nouveau, mais j’étais curieuse de l’histoire de Jacy, qui se dévoile au cours des pages et le cadre, cette île près de Cape Cod me plaisait. Pendant toute ma lecture, je n’ai ressenti aucune affinité avec les personnages et comme la première fois, j’ai regretté le fait que Richard Russo fasse des femmes des personnages secondaires, aux caractères assez typés, de la superbe fille qui fait rêver tous les hommes à la femme pratique qui prend les choses en main. Et les commentaires de Lincoln à propos de son épouse m’ont parfois fait sauter au plafond, même s’ils représentent sans doute une certaine « normalité » chez des hommes blancs de plus de 60 ans. Je pense que malgré ses talents de description des caractères humains, Richard Russo et moi, ça ne passe vraiment pas.

Les avis d’Ingannmic, Kathel, Goran, Keisha, Krol,

The sleeping dictionary

Sujata Massey, The sleeping dictionary: l’histoire commence en 1930 dans un petit village de la côte du Bengale. Un tsunami détruit tout, et une fillette perd sa famille. Elle est recueillie et soignée dans un hôpital anglais, puis part travailler comme servante dans un pensionnat pour filles de colons et de bonnes familles indiennes. Elle y apprend l’anglais et découvre la littérature, grâce une enseignante qui repère ses qualités. Mais elle est de basse caste et ne pourra pas rester. Elle devra toujours cacher qui elle est vraiment, jouer des rôles liés aux différents prénoms qu’elle prendra au cours de sa vie, Pom, Sarah, Pamela, Kamala… Son histoire est difficile, souvent triste, mais pleine d’espoir aussi.

Sujata Massey décrit avec minutie la société indienne depuis les années 1930 jusqu’à l’indépendance en 1947, vue par les yeux d’une fillette naïve au début, mais qui apprendra énormément sur la vie en quelques années. Elle trace le portrait des pensionnats dirigés par les Anglais, elle raconte comment les castes définissent la place des Indiens dans la société et parle des Anglo-Indiens dont le statut est celui d’un entre-deux pas toujours bien défini et apprécié. L’histoire de la fillette suit en même temps la grande histoire, et le roman détaille divers épisodes de la lutte qui a mené à l’indépendance. J’ai beaucoup aimé l’immersion dans la vie coloniale, vue par l’oeil d’une jeune Indienne; il y a beaucoup de rebondissements et j’ai souvent eu peur pour l’héroïne, espérant au fil des pages le meilleur pour elle. C’est un roman prenant et en même temps très détaillé qui devrait passionner les lecteurs intéressés par l’Inde et son histoire mais aussi ceux qui aiment des récits dans lesquels une femme pleine de resources est le personnage principal.

De Sujata Massey, j’avais déjà lu The widows of Malabar Hill, un roman policier situé dans le Bombay des années 1920. Elle est également l’auteur d’une série de romans noirs qui se passent au Japon et qui rejoindront sans doute très prochainement ma PAL.

The bright forever

Lee Martin, The bright forever: au début de l’été, dans une petite ville de l’Indiana, Katie Mackay alors âgée de neuf ans, part à vélo pour rendre ses livres à la bibliothèque. Elle ne reviendra jamais. Différentes personnes impliquées dans l’histoire racontent leurs souvenirs: son frère, son tuteur en mathématiques qui est un homme un peu bizarre qui vit seul, un des suspects… Le récit décrit la vie dans une petite communauté et les secrets que tentent de cacher les gens. En commençant ce roman, je me suis dit: encore un récit d’une disparition d’un enfant et les conséquences sur la communauté. Et en effet, je n’ai rien trouvé de très original dans cette histoire. Certes les personnages sont bien décrits mais il n’y a pas grand-chose qui permet de passionner le lecteur, à part l’envie de connaître le dénouement. Encore une lecture très moyenne venant des profondeurs de ma PAL.

The rise and fall of D.O.D.O.

Neal Stephenson & Nicole Galland, The rise and fall of D.O.D.O.: Melisande Stokes travaille à Harvard dans le département de linguistique. Elle connaît de nombreuses langues anciennes et éveille l’intérêt de Tristan Lyons, qui est un officier dans une agence militaire secrète. Il lui propose de l’aider sur un projet ultra confidentiel, et elle accepte. Elle commence alors à traduire de nombreux documents en langues diverses qui offrent la preuve que la magie existait dans le passé mais qu’elle a disparu au moment de l’Exposition Universelle de Londres en 1851. Leur but sera donc de faire revivre la magie dans ce Département des Opérations Diachroniques, D.O.D.O. Cela impliquera une machine très particulière et une sorcière qui a bravé le temps, ainsi qu’une équipe grandissante de collaborateurs. Les voyages dans le passé deviennent possibles mais apportent leur lot de problèmes et d’aventures.

Parmi mes romans favoris de tous les temps, il y a le Cryptonomicon de Neal Stephenson, et même si je n’ai jamais réussi à terminer le premier tome du Baroque Cycle, je reste attirée par ses romans. Celui-ci n’a pas la meilleure cote sur Goodreads et j’ai longtemps reporté sa lecture, aussi parce que c’est un pavé. Les débuts sont virevoltants, l’histoire avance à chaque page, les allusions à la pop culture sont nombreuses, les voyages dans le temps sont extrêmement bien décrits au niveau historique, et puis arrive un long ventre mou. Des pages et des pages de écrites sous le mode de rapports officiels qui sont assez ennuyeux à lire, même s’ils font quand même avancer un peu le récit. En tant que lectrice, j’aurais préféré d’autres voyages, d’autres descriptions du passé, mais les auteurs ont décidé d’insister sur le temps présent, et c’est bien dommage. Les cent dernières pages reprennent heureusement le rythme effréné du début (impliquant notamment une bande de Vikings lâchés dans un Walmart), mais le roman reste trop long. Une demi-déception donc. Une seconde partie devrait sortir cet hiver, mais elle est écrite uniquement par Nicole Galland. Je ne suis pas sûre que je vais me jeter dessus même si la première partie se termine par de nombreuses questions.

Un moindre mal

Joe Flanagan, Un moindre mal: en analysant ma PAL, je me suis rendue compte qu’il ne me restait qu’une dizaine de romans à lire pour les années avant 2019, et que ça devrait être possible pour la fin de l’année. C’est un challenge comme un autre, mais ce sont aussi les livres mal aimés, ceux qui n’ont jamais été choisis pour diverses raisons. Et il y a de grandes chances que j’en abandonne certains après quelques dizaines de pages, comme Perfidia de James Ellroy (c’est un pavé, et je ne suis plus du tout dans cet esprit-là, même si j’ai beaucoup aimé lire ses romans il y a une vingtaine d’années). J’ai donc commencé Un moindre mal, et j’ai failli l’abandonner. L’histoire ne me parlait pas beaucoup mais comme c’était un roman policier, j’ai voulu connaître le dénouement.

Cape Cod, 1957. De jeunes enfants sont retrouvés assassinés dans la région, un homme est tabassé, une famille disparaît. Le lieutenant Warren est un flic intègre mais dépassé par les événements qui ont marqué sa vie privée: sa femme, alcoolique, l’a quitté et il s’occupe seul d’un enfant handicapé mentalement. La police d’état le dépossède de plusieurs affaires et il comprend vite que l’officier Stasiak est corrompu. Mais comment se sortir de ce pétrin ?

Un moindre mal est un roman policier classique, avec des moments plus descriptifs et de sacrées scènes d’action, mais je n’ai jamais accroché à l’histoire. Et il y a tellement peu de personnages féminins – je me rends compte que cela joue dans mes lectures. J’ai cependant aimé le fait qu’il soit situé à Cape Cod et que les paysages soient intéressants, différents d’autres régions du pays. J’ai beaucoup traîné dans ma lecture au début, pour le terminer d’une traite dans l’idée de pouvoir commencer autre chose. Une lecture en demi-teinte donc.

The gift of rain

Tan Twan Eng, The gift of rain: 1939, Penang. Né d’un père anglais, riche entrepreneur de la région, et d’une mère chinoise, Philip Hutton est un garçon de 16 ans au début du roman. Son père, sa soeur et ses deux frères (sa mère est décédée quand il était petit) sont en Angleterre pour quelques mois. Lui a préféré rester sur place, dans la propriété familiale, avec les nombreux serviteurs. Un jour, il rencontre un diplomate japonais, Hayato Endo, à qui son père a loué un îlot en face de leur maison. Ils deviennent amis et Endo apprend à Philip l’aïkido et la langue japonaise. Mais une guerre se prépare et Philip devra faire des choix: protéger sa famille ou défendre son pays ?

Au début du roman, j’ai eu la forte impression de retrouver tous les thèmes de The garden of evening mists: la Malaisie et son histoire pendant la Seconde Guerre mondiale, un Japonais comme un des personnages principaux, une chronique familiale… et en effet, il y a de fortes ressemblances, mais au cours du livre, l’histoire évolue, prend sa propre tournure. Tan Twan Eng prend son temps pour faire un portrait très fin des personnages et le récit n’avance pas très vite mais c’est compensé par une très belle écriture, descriptive, faisant revivre une ville à l’aube de la guerre, montrant les rouages d’une société encore coloniale mais dans laquelle les Chinois ont également beaucoup d’importance. En lisant ce livre, on se trouve plongé dans les tropiques et l’ambiance particulière de ces régions. Et si le récit suit les événements historiques de très près, il décrit également la psychologie des personnages, leurs doutes et leurs choix. J’ai adoré ! Et en même temps, je suis déçue: l’auteur n’a pas écrit d’autres romans…

Le roman a été traduit en français: Le don de la pluie.

Le sang ne suffit pas

Alex Taylor, Le sang ne suffit pas: 1748, au coeur de l’hiver, dans une Amérique encore partagée entre colons français et britanniques, et diverses tribus indiennes, Reathel et son chien, tous deux affamés, arrivent à une cabane. Il tue l’homme qui lui refuse l’entrée, puis trouve à l’intérieur une femme sur le point d’accoucher, Della. Ce qu’il ne sait pas, c’est que l’enfant a été promis comme tribut aux Shawnees de la région. Commence alors une longue marche dans la neige et le froid, avec divers protagonistes aux buts très différents.

Ce roman est qualifié de féroce, d’impitoyable, de sauvage; et en effet c’est le cas. Les hommes, et Della, doivent survivre dans des conditions déplorables, affamés, pourchassés par un ours sorti de sa tanière et par des chasseurs de prime, sans trop d’espoir de jours meilleurs. C’est une histoire extrêmement sombre et violente… et j’ai eu un certain mal à entrer dans le roman. J’avais encore en tête les images de In the distance de Hernan Diaz que je venais de lire, sur un thème relativement proche, et j’ai de loin préféré cette écriture plus poétique. Mais cela n’empêche pas que la fin du roman m’a scotchée, et que je l’ai lue d’une traite, la violence et l’horreur devenant insoutenables par moments. Je pense que mes attentes étaient un peu trop élevées, ce qui arrive parfois quand on parle beaucoup d’un livre. C’est malgré tout un très bon roman qui est fort apprécié parmi les lecteurs de la blogosphère: l’avis d’Electra, l’avis de Livr’escapades.