Molosses

Craig Johnson, Molosses: voyant qu’Electra avait lu Molosses, j’ai décidé de faire de même (et par la suite nous avons décidé de publier notre article le même jour). Dans ce sixième tome des aventure de Walt Longmire, le shérif se trouve confronté à diverses aventures impliquant notamment les propriétaires d’une déchetterie et des investisseurs en immobilier souhaitant construire à proximité. L’histoire se déroule au coeur de l’hiver (j’ai eu froid), selon un rythme assez lent, mais avec quelques passages haletants, et d’horribles molosses aux dents acérées. Et surtout une belle dose d’humour: certaines scènes sont tout simplement hilarantes. Longmire est toujours entouré de son fidèle chien et de ses amis et collègues, même si dans ce cas, Henry Standing Bear était bien trop peu présent à mon goût. Comme toujours, j’ai aimé me plonger dans ces histoires du fin fond du Wyoming mais écrivant ce billet quelques semaines après ma lecture, je me rends compte que ce roman ne m’a pas énormément marquée. Suite au prochain épisode !

Le petit-fils

Nickolas Butler, Le petit-fils: Lyle et Peg, aujourd’hui pensionnés, vivent dans un coin isolé du Wisconsin. Lyle aide un ami dans les vergers et profite de la nature et de la beauté environnante. Leur fille adoptive, Shiloh, et leur petit-fils, Isaac, se sont installés avec eux depuis peu. Mais Shiloh s’éloigne d’eux après avoir rencontré un prêtre charismatique à la tête d’une congrégation religieuse qui porte tous les traits d’une secte, emmenant son fils et disloquant le monde des grands-parents.

C’est un roman facile et agréable à lire, mais il ne laisse que peu de traces (je l’ai lu fin mai et j’écris cette chronique mi-juin). Il est inspiré de faits réels et dès le départ, le lecteur sait que quelque chose de terrible risque d’arriver. La plongée dans le monde de la secte reste pour moi un peu superficielle mais j’ai aussi eu du mal avec la foi pourtant très modérée des grands-parents, notamment le fait que Lyle continue à aller à l’église alors qu’il ne croit plus. Mais ceci est évidemment très personnel et lié à mes propres conceptions de la religion. Bref, un roman plaisant mais vite oublié.

La légende de Bloodsmoor

Joyce Carol Oates, La légende de Bloodsmoor: second volume de la trilogie gothique (même si les romans n’ont pas d’histoire commune), La légende de Bloodsmoor est un de ces pavés qui s’attaquent quand on a du temps. Le récit se situe en Pennsylvanie, à la fin du 19e siècle. La famille Zinn est composée d’un père inventeur, d’une mère issue d’une famille riche et de cinq filles à marier. Lors d’une fête, la plus jeune, Deirdre, est enlevée par un homme mystérieux se déplaçant en montgolfière. Et là, tout bascule: chacune des filles connaîtra une histoire bien différente de celle qui était prévue (du genre mariage et enfants).

Joyce Carol Oates raconte ces aventures d’un ton parfois grotesque, y ajoutant des éléments de fantastique, caricaturant les personnages, parfois à l’extrême. Ce n’est pas une chronique familiale classique, cela va bien plus loin. Si j’ai été happée par le roman dans ses 300 premières pages, je me suis lassée par la suite. Certaines parties, notamment celle qui raconte en détails l’histoire du spiritisme, m’ont parues un peu longues, et l’histoire d’une des soeurs est finalement résumée en quelques pages alors qu’elle aurait mérité une partie à elle toute seule. Mais j’ai quand même été étonnée de ma rapidité de lecture, l’histoire est haletante et le lecteur souhaite connaître la suite des aventures des soeurs Zinn. Ma note reste cependant moyenne à cause des longueurs mais aussi parce que j’ai toujours du mal avec le grotesque, et parfois, il m’a dérangée.

Lincoln’s dreams

Connie Willis, Lincoln’s dreams: ceci était probablement un des derniers romans de Connie Willis que je n’avais pas lu et il traînait sur ma PAL depuis des lustres; c’est le premier qu’elle a publié. Jeff Johnston fait des recherches historiques pour un auteur qui écrit des romans sur la Guerre de Sécession américaine. Un soir, il rencontre Annie, une jeune femme troublée par ses rêves: elle revit en effet des scènes de cette même guerre. Jeff veut la protéger et la soigner, et l’emmène dans ses recherches historiques. Mais cela provoque des rêves encore plus intenses.

J’ai retrouvé le style trépidant de Connie Wilis, avec ses répétitions de scènes, notamment celles avec un chat. Mais je me suis aussi bien ennuyée: je ne connais pas grand chose à la Guerre de Sécession (à part ce que j’ai vu dans Autant en emporte le vent) et l’auteur rentre dans les détails de nombreuses batailles et parle des personnalités de divers généraux (et de leurs chevaux). Heureusement, ce roman n’est pas trop long mais il est clair que je préfère des écrits plus récents, sur des sujets historiques que je connais mieux. D’ailleurs, je pense que mon intérêt pour le Moyen-Age et la peste est né avec la lecture de Doomsday book, Le grand livre.

How we disappeared

Jing-Jing Lee, How we disappeared: Jing-Jing Lee, jeune autrice singapourienne, raconte dans ce roman deux histoires en parallèle. Wang Di est aujourd’hui une femme âgée, elle se souvient de la guerre: en 1942, âgée de 17 ans, elle a été enlevée par des militaires japonais et enfermée dans maison de passe où elle devait « réconforter » les soldats. En 2000, la grand-mère de Kevin, l’autre narrateur, décède, non sans avoir fait une confession à son petit-fils. Il décide de mener l’enquête. Les deux histoires vont se mêler à un moment précis (il faut vraiment attendre les dernières pages), mais entre temps, Jing-Jing Lee a écrit un portrait très fin et émouvant de ces « filles de réconfort » qui ont été contraintes à la prostitution. Elle décrit toute l’histoire de l’occupation japonaise à Singapour par la même occasion. Elle explique dans ses remerciements qu’elle s’est notamment inspirée d’un documentaire hollandais, Troostmeisjes: omdat wij mooi waren, filmé en 2010 par Frank Van Osch en Indonésie (documentaire que j’ai vu entre temps et qui est très émouvant). J’ai trouvé ce livre très violent et très touchant en même temps, j’y ai retrouvé une Asie tropicale que j’aime beaucoup, et j’ai apprécié le style d’écriture fluide, qui donne l’impression au lecteur de se retrouver sur place. Je conseille chaudement !

Un silence brutal

Ron Rash, Un silence brutal: le shérif Les, est à trois semaines de la retraite, mais il a encore une affaire importante à régler. Gerald, un vieux monsieur qui adore pêcher les truites, est accusé par Tucker, le propriétaire d’un hôtel situé au bord de la rivière, d’avoir versé du kérosène dans le cours d’eau, tuant les poissons et privant donc Tucker des revenus des citadins qui venaient là pour s’adonner aux joies de la pêche. Ron Rash alterne les chapitres vus du point de vue de Les, et ceux vus par Becky, une poétesse et amie de Les et Gerald, tout en décrivant la nature sauvage de la Caroline du Nord. C’est beau, c’est bien écrit, ça donne envie d’aller se promener dans la nature, et cela révèle aussi la nature humaine sous diverses facettes. Je vais certainement encore lire d’autres romans de Ron Rash.

Les putes voilées n’iront jamais au paradis !

Chahdortt Djavann, Les putes voilées n’iront jamais au paradis !: après avoir lu Le pont des soupirs, j’ai cherché des romans courts, pour avoir l’impression d’avancer. Je me suis plongée dans ma vieille PAL et j’ai sélectionné ce livre qui s’y était ajouté lors de l’initiative « Lire le monde » d’il y a quelques années. Sous des airs de roman, Les putes voilées n’iront jamais au paradis ! décrit la prostitution en Iran: il raconte les histoires fictives de quelques femmes mais reprend également des cas réels, des femmes qui ont été retrouvées mortes ou qui ont été condamnées à la peine de mort. L’auteur leur imagine une vie antérieure pour leur donner un visage. Car c’est bien de cela qu’il s’agit: montrer une réalité qui est cachée, montrer l’hypocrisie des hommes et de tout un gouvernement qui se dit saint mais qui a besoin de prostituées. C’est dur, c’est très cru, et c’est important d’en parler.

Mais je n’ai pas du tout aimé la manière de faire de Chahdortt Djavann. Je m’attendais à un roman, à une histoire suivie de quelques femmes, pas à des interruptions intempestives de l’auteur qui commente ce qu’elle a écrit, et qui laisse même une fin ouverte tout en prévenant de ce qui se passe en général dans ces cas-là. Si j’avais voulu lire un récit documentaire sur le sujet, je l’aurais fait; je n’ai pas aimé ce mélange des styles dans ce qui est annoncé comme un roman. Ma note est donc une moyenne: 4 pour le sujet, 2 pour la manière de le rendre.

En faisant quelques recherches, je me suis rendu compte que j’avais déjà lu Big Daddy du même auteur. Mon avis était également mitigé, mais pour d’autres raisons. Et je n’ai aucun souvenir du roman après quatre ans.

Le pont des soupirs

Richard Russo, Le pont des soupirs: ou le récit d’une lecture commune laborieuse. Plusieurs bloggueurs s’étaient montrés particulièrement enthousiastes à la lecture des romans de Richard Russo, et Ingannmic a proposé une lecture commune à toute personne intéressée. Le choix s’est porté sur Le pont des soupirs et je me suis inscrite. Prévoyante, j’ai commencé ma lecture début mars et je me suis plongée dans cette histoire d’une petite ville américaine.

Louis C. Lynch, dit Lucy, n’a jamais quitté Thomaston, dans la région de New York. La soixantaine arrivée, il décide d’écrire l’histoire de sa vie tandis que sa femme, Sarah, organise un voyage en Italie où ils visiteront Venise et le vieil ami de Louis, Bobby Marconi, qui est un artiste reconnu sous le nom de Noonan. Dans son autobiographie, Louis raconte les problèmes financiers de ses parents, leur vie parfois difficile, comment son père a acheté une épicerie alors qu’il ne pouvait pas vraiment se le permettre et que les supermarchés avaient déjà vidé les petits magasins de quartier. Il décrit surtout son amitié, pas toujours partagée, avec Bobby et ses déboires avec les autres enfants qui se moquent de lui.

Les premières 150 pages alternent le récit de Louis avec celui de Noonan à Venise. Je n’ai trouvé aucun point d’accroche à ce monde masculin, celui très limité du naïf Louis et celui d’homme à femmes et d’artiste dépressif de Noonan. J’étais en manque de descriptions de la nature et de grands espaces. J’ai interrompu ma lecture. Je voulais lire le récit de femmes et j’ai trouvé mon bonheur dans The Break de Katherena Vermette.

Fin mars, j’ai repris ma lecture, en plein confinement, ce qui m’a sans doute aidée: je me suis forcée à lire 50 pages à la fois, puis même 100 pages, terminant les 150 dernières d’une traite. Louis continue son récit, puis l’interrompt. Les autres personnages commencent à s’exprimer, Sarah notamment, la femme de Louis. Au début, cela a apporte une heureuse diversion dans le monde très étriqué de Louis qui ne vit que pour ses épiceries. Mais par la suite, j’ai eu l’impression que ces autres voix faisaient partie d’autres romans et avaient été imbriqués ici un peu de force. J’ai encore douté plusieurs fois si j’allais terminer ce roman et si ce n’avait pas été une lecture commune, je l’aurais abandonné.

Richard Russo excelle sans aucun doute dans la description de la vie américaine mais j’ai trouvé son récit poussif, mal structuré. J’ai souvent pensé à Joyce Carol Oates, dont certains romans peuvent être pénibles à lire, mais j’y ai toujours trouvé un style plus particulier, plus incisif. Bref, ce roman était une vraie déception et ma note est sévère. Je ne lirai sans doute pas d’autres Russo, d’autant plus que ce sont des pavés.

Un titre découvert dans le cadre d’une lecture commune autour de Richard Russo (j’ai recopié ce passage chez Ingannmic): Ont également lu « Le pont des soupirs » : KrolEve et The Austist Reading. Aifelle a lu « Un homme presque parfait » MarylineMarie-Claude et Valentyne ont lu : « A malin, malin et demi » Goran a lu « Ailleurs » 
Keisha a lu « Quatre saisons à Mohawk »

The Break

Katherena Vermette, The Break: abandonnant le pavé en cours, je me suis lancée dans la lecture du roman de cette écrivaine canadienne Métis (d’ascendance européenne et amérindienne), originaire de Winnipeg au Manitoba. Il raconte des histoires de femmes, reliées entre elles par des liens familiaux, parfois ténus, mais souvent bien présents. Par une froide nuit d’hiver, Stella, une jeune maman, est témoin d’une altercation dans la neige, dans le quartier du Break, une partie de Winnipeg. Elle appelle la police mais n’est pas entièrement prise au sérieux. Le lendemain, la jeune Emily est admise à l’hôpital, couverte de sang. Elle a été violée. Autour d’elle gravite une série de femmes, sa mère Pauline qui doute de son partenaire, sa grand-mère Cheryl qui pense toujours à sa soeur décédée trop tôt, Rain (la mère de Stella), son arrière grand-mère, surnommée Kookom, qui est le lien vers le monde des esprits, et puis Phoenix, cette adolescente qui s’enfuit d’un centre de détention pour mineurs. Chaque chapitre donne la parole à l’une de ces femmes et décrit les événements qui ont mené à cette terrible nuit. Parfois intervient l’unique voix masculine, celle de Tommy, jeune policier Métis, qui veut résoudre l’affaire.

L’auteur trace un très beau portrait de ces Indiens des villes, déracinés mais ayant malgré tout gardé une part de leurs racines, même si elle sont souvent étouffées. Chaque personnage est minutieusement décrit, avec ses failles et ses doutes mais en refermant le livre, il en ressort une certaine chaleur, un certain espoir. Ma lecture n’a pas été facile, j’ai eu du mal à lire plus de 10 pages par jour; elle est tombée à un moment marqué par le stress et l’angoisse (l’annonce du confinement) et j’ai parfois dû me forcer à continuer. Mais quand j’ai attaqué les 60 dernières pages, je les ai lues d’une traite. Et j’ai bien fait. Les personnages continuent à me suivre encore aujourd’hui, quelques semaines après la fin de ma lecture. Je remercie donc Electra d’en avoir parlé !

La femme révélée

Gaëlle Nohant, La femme révélée: Eliza Donnelley a quitté son mari fortuné et abandonné son petit garçon, fuyant Chicago. Elle se retrouve à Paris, on est en 1950. Elle y commence une nouvelle vie sous le nom de Violet Lee, armée de son appareil photo. La ville se réveille après les années de guerre, elle y rencontre des prostituées, des artistes, des hommes… Mais l’abandon de son fils la ronge. Le roman dévoile au fil des pages son histoire, son passé, son désir de justice sociale. J’ai été prise par ma lecture, tournant page après page, impatiente de connaître la suite de l’histoire qui se divise en deux grandes parties. J’ai beaucoup aimé la première, un peu moins la deuxième – elle est tout à fait logique mais je l’ai trouvée un peu trop différente, comme s’il s’agissait d’un second roman. Mais c’est un commentaire a posteriori: pendant ma lecture, j’ai été happée par le récit et après avoir lu pas mal de romans qui se traînaient, cela m’a fait du bien. J’admire également le talent de l’auteur qui arrive avec chaque roman à plonger le lecteur dans un monde totalement différent. Ses descriptions sont fouillées, les détails rendent très bien l’esprit d’une époque, d’une ville.