Short diary of the week (329)

Lundi: de longues insomnies, heureusement je suis en congé aujourd’hui, découper un nouveau patron que je modifie tout de suite – encore un frankenpattern, trier des photos, installer ce nouvel ordinateur et caler complètement sur le mot de passe du wifi, après recherches il avait été modifié par mon fournisseur d’accès sans que je sois prévenue (ou je n’ai pas fait attention), jouer, préparer un plat pour les repas de midi de la semaine, Doctor Who, Call the midwife, sursauter à cause d’un éclair soudain et de coups de tonnerre très proches, m’inquiéter de l’orage et de la pluie

Mardi: me sentir encore bien fatiguée ce matin, commencer une playlist, une réunion, des courses sans résultat, la fin de The unforgiven (John Huston, 1960) – un film raté censé dénoncer le racisme mais qui s’enfonce complètement à la fin

Mercredi: la suite de la playlist, le début d’un autre projet (qui me donne évidemment envie de retourner en Asie centrale), la recherche de clips d’hommes sapins, une envie d’un plat de type donburi / bibimbap mais sans suivre de recette, tenter de retrouver à quel épisode j’avais arrêté mon visionnage de Buffy, laisser tomber et commencer un livre

Jeudi: malgré une bonne nuit une grosse fatigue, avoir du mal à m’y mettre, maux de tête et vertiges – le début d’une forte crise ?, avoir du mal à travailler, heureusement ça n’empire pas l’après-midi, par contre voilà les courbatures, de la comfort food, commencer la série Succession, de la lecture

Vendredi: avancer sur un projet, les trucs du vendredi, partir plus tôt pour un dernier atelier de photo décomplexée autour d’un cocktail, du coup on a photographié le gin tonic, et après on a fait des coeurs en lumière dans la noir, ne pas réussir à me réchauffer, Angel, de la lecture

Samedi: chercher des recettes à préparer, aller porter tous les vêtements qui restaient de la troc party, aller chez mon papa, faire les courses et parler un moment avec le responsable du rayon vins, tailler des arbustes, me battre avec un bambou qui prolifère un peu trop, de la lecture, du jeu, m’endormir lamentablement devant un film à 20h30

Dimanche: dimanche c’est tempête, du rangement, de la couture: passer une heure à découper les diverses pièces d’un chemisier, de tri de photos, de la lecture, du jeu, de la cuisine, la fin du film: le très beau Printemps tardif de Yasujiro Ozu (1949)

Short diary of the week (328)

Lundi: une nuit très moyenne (même sans avoir bu de vin), du travail entrecoupé de coupures d’électricité, clôturer une première partie d’encodage, préparer à manger pour les repas de midi de la semaine, Doctor Who, Sex Education, beaucoup de stress et ne pas réussir à m’endormir

Mardi: une nuit très agitée donc, sortir sous la pluie glaçante, l’enregistrement de cette émission radio, clôturer donc ce projet, plus qu’un à terminer et je peux enfin passer à autre chose et reprendre un rythme plus normal, complètement vidée, avoir du mal à travailler, envie de comfort food, Call the midwife, un début de mal à la gorge

Mercredi: comme souvent ces dernières semaines je n’ai plus de début de rhume en me levant, mais encore bien fatiguée des derniers jours, avoir du mal à m’y mettre, le retour des maux de gorge, partir plus tôt pour faire une course en ville, complètement indécise pour le repas du soir, sauvée par une story de l’auteur d’un livre de cuisine, deux épisodes de Sex Education

Jeudi: le rhume est toujours en embuscade, terminer un projet – le dernier de tous ceux qui ont encombré mon mois de janvier, une récréation en faisant un boulot pas du tout urgent, Sex Education, terminer le roman en cours

Vendredi: un rêve bizarre qui provoque un réveil précoce, la tâche du matin, le retour des trucs du vendredi, cette fatigue !, hésiter pour le menu du soir, la fin de Sex Education – j’ai adoré !

Samedi: une longue liste de choses à faire, aller chez mon papa qui me dit qu’il va de moins en moins bien, je l’avais remarqué aussi et ça me rend triste, les courses, le grand rangement du salon, de la lecture, préparer une sauce spaghetti à surgeler, du jeu, le film du samedi soir: Flamme de mon amour de Kenji Mizoguchi

Dimanche: réveillée bien trop tôt, un superbe lever de soleil, la suite du rangement, une troc party qui permet plein d’échanges et de conversations mais elle est un peu écourtée par la tempête, le début d’un film, ce vent qui m’angoisse

Short diary of the week (327)

Lundi: ce n’est pas la grande forme ce matin: nausées et début de maux de tête au niveau des sinus, le métro n’est pas en forme non plus: il est bondé et reste traîner à chaque arrêt, faire des choix de morceaux musicaux, de l’encodage, céder et prendre du paracétamol, préparer un repas pour les midis de la semaine, Doctor Who, la fin de Monty Don’s American gardens, terminer le roman pavé commencé au début du mois

Mardi: un métro bondé (une partie du personnel fait grève), devoir m’excuser haut et fort pour réussir à sortir à mon arrêt, une bonne matinée qui fait le point sur le boulot en cours (pour l’émission radio), de l’encodage, attendre et encore attendre le métro puis en laisser passer un parce qu’il m’était impossible de monter dedans (1h15 de trajet au lieu de 30 minutes), Call the midwife

Mercredi: le retour de la Mongolie, commencer à voir le bout du tunnel (quelque part la semaine prochaine), m’énerver sur un programme pas user-friendly du tout, de l’encodage, une envie de frites, pas envie de regarder une série et juste zapper un moment

Jeudi: une réunion, m’énerver (bis) pour ces scans, tenter de trouver une solution toute seule, me rendre compte que je ne suis absolument pas concentrée aujourd’hui – il y a des jours comme ça, retrouver un ami pour un cocktail au Modern Alchemist – ça faisait longtemps et c’est toujours délicieux !, puis un repas japonais qui a un peu joué avec mes limites gustatives chez Tokidoki

Vendredi: une mauvaise nuit et donc une grosse fatigue, tenter de terminer un truc mais attendre de l’aide qui n’arrivera jamais – l’informaticien m’a oubliée – sauf que je trouve de l’aide ailleurs et c’était tout simple en fait, de l’encodage, enfin le weekend !, Sex education, terminer le roman en cours

Samedi: décider des repas des prochains jours pour composer ma liste de courses, aller chez mon papa, une des personnes qui s’en occupe me dit que souvent il ne sait plus où est sa chambre ou l’ascenseur, je me rends compte aussi qu’il me dit de plus en plus souvent des choses incongrues, c’est la guerre pour trouver une place de parking au supermarché, de la couture, de la lecture, du jeu, le début d’un film

Dimanche: réveillée tôt, le bonheur d’avoir la journée libre pour faire ce que je veux, du yoga – pleurer de découragement – moi et le sport ça ne va vraiment pas ensemble, terminer la robe en cours, terminer un livre, terminer la quête en cours dans le jeu, terminer le film commencé hier: Cimarron (Anthony Mann, 1960)

Short diary of the week (326)

Lundi: emmagasiner des informations sur un sujet en particulier – voilà le boulot pour les prochains jours, j’aimerais que ça avance plus vite, en plus ce premier livre lu ne m’apporte pas grand chose, quelques commandes sur King Louie pour profiter des soldes, quelques achats de livres pour un cadeau, préparer une quiche pour les repas de midi de la semaine, Doctor Who, la fin de Monty Don’s American gardens

Mardi: ce moment de l’année où le soleil se reflète sur une fenêtre plus loin et illumine mon bureau, la suite du boulot en cours, la suite de l’autre boulot en cours, Call the midwife, des maux de tête

Mercredi: pas envie ce matin, mais au moins la suite du boulot en cours est un peu plus productive, une réunion qui se passe bien mieux que la précédente, un passage en coup de vent d’une amie, Giri / Haji, me réchauffer en m’enveloppant dans ma nouvelle couverture chauffante – un excellent achat donc !

Jeudi: la suite du boulot en cours (j’en ai marre), la suite de l’autre boulot en cours, toujours pas de fin en vue, une grosse fatigue, mon papa ne répond pas au téléphone – est-ce la nouvelle norme ? (ce qui est inquiétant quand même), Sex education, Giri / Haji

Vendredi: ne pas m’occuper du boulot en cours mais bien de l’autre boulot en cours, Giri / Haji, le début de Monty Don’s American gardens

Samedi: ce brouillard…, aller chez mon papa et y retrouver son aide (qui me dit que mon père l’appelle de temps en temps – il sait donc utiliser son téléphone), les courses, et puis les petits plaisirs du weekend – toujours les mêmes (couture, lecture, jeu), Femmes de la nuit (Kenji Mizoguchi, 1948) – un film très dur sur la condition des femmes japonaises après la guerre

Dimanche: le petit plaisir du dimanche matin: traîner dans le canapé, du rangement, couper toutes les plantes mortes du jardin, de la lecture, du jeu, de la cuisine, les deux derniers épisodes de Giri / Haji – une belle série anglo-japonaise mêlant histoires de yakuzas et de famille

Short diary of the week (325)

Lundi: attendre le chauffagiste tout en écrivant un texte, heureusement il n’arrive pas trop tard, il me confirme que ma chaudière se fait vieille et ne chauffe plus aussi bien qu’avant, aller au boulot, continuer mon texte, un long ruban d’étiquettes, cuisiner un plat pour la semaine – un cari d’aubergines et pois chiches, Doctor Who (j’ai trouvé la fin fort moralisatrice), Call the midwife

Mardi: terminer le premier jet du texte, le laisser reposer jusque demain, passer à autre chose, m’impatienter un peu, à force d’entendre l’Airport faire du bruit je l’ai débranchée – quand je la rebranche elle ne réagit plus – serait-elle morte ? – à vrai dire ce n’est pas trop grave – elle n’avait plus une très grande utilité sauf pour le streaming de musique vers l’ampli – ce qui devrait pouvoir se résoudre, The end of the f***ing world, commencer Giri/Haji et bien aimer

Mercredi: terminer le texte le plus urgent, m’atteler à une tâche délicate et compliquée – j’espère que le résultat sera correct, y passer l’après-midi, vraiment fatiguée après tout ça, préparer à manger pour ce soir et demain midi, The end of the f***ing world – regarder les quatre derniers épisodes d’un coup

Jeudi: chercher des images, trier des disques, tenter d’avancer mais être interrompue plusieurs fois, des maux de tête, Giri / Haji, vivement la fin de la semaine

Vendredi: tenter d’avancer mais être toujours aussi submergée de travail, contente que la semaine de boulot soit terminée, Giri / Haji, le début de Monty Don’s American gardens

Samedi: aller à reculons chez mon papa, l’écouter se plaindre pendant 20 minutes (“on m’a changé de place à table”, “ces commères ont parlé pendant trois heures”, “j’ai mal au dos”, “j’ai mal aux yeux”), respirer un bon coup et faire mes courses, Montignies sur Sambre puis Marchienne au Pont, c’est parti pour une ballade le long de la Sambre dans un quartier très industriel – ou le dernier atelier de photo décomplexée, se réchauffer dans un joli café à Charleroi, et puis rentrer, le début d’un film mais la fatigue l’emporte

Dimanche: ça fait du bien de ne rien avoir de prévu aujourd’hui, traîner à mon aise, poster quelques-unes des photos d’hier sur flickr, coudre une manche et abandonner avant de coudre l’autre, reconfigurer le réseau airport mais il me manque un long câble, de la lecture pour le boulot – sur un sujet qui va m’occuper les deux semaines qui viennent, pour une fois je n’ai pas envie de cuisiner, et pourtant je m’y mets (je n’avais pas vraiment d’alternative) et le résultat est réussi, la suite et fin du film: L’ange ivre (Akira Kurosawa, 1948)

Short diary of the week (324)

Lundi: aucune envie d’aller travailler, plus rien n’est organisé et j’ai horreur de ça, voilà une résolution pour l’année: mettre tout ça le plus loin possible de moi, en plus il y a un beau soleil et du ciel bleu, parfois il suffit d’un peu de concentration et ça avance bien, partir plus tôt pour aller acheter du tissu de doublure, me retrouver serrée entre les gens dans le métro pour la troisième fois de la journée, une recette de pad thaï végétarien que je détourne encore plus (du livre East de Meera Sodha), les deux premiers épisodes de la nouvelle saison de Doctor Who qui sont bien mieux que l’entièreté de la saison précédente

Mardi: de l’encodage, de la concentration, et puis plus envie dans l’après-midi, penser tout le temps à ce que dit Susie à Mrs Maisel (“Tits up”) en marchant, cuisiner, regarder le début de la neuvième saison de Call the midwife, Midnight diner – Tokyo Stories

Mercredi: attaquer un texte dont la deadline est plus proche que prévue, ne pas avoir envie d’aller à cette réunion, claquer la porte de la réunion – certaines personnes m’ont vraiment énervées à ne pas vouloir avancer et à être si négatives, une après-midi avec peu de concentration du coup, The end of the f***ing world, Midnight diner – Tokyo Stories – le dernier épisode, cette série me manquera, déprimer

Jeudi: éviter la pluie, travailler sur une playlist, avoir besoin d’un temps de réflexion pour la continuer et donc remettre le travail à un autre jour, encoder des disques, partir plus tôt pour du shopping, acheter un manteau léger pour remplacer celui qui est usé jusqu’à la corde, appeler mon papa et l’écouter se plaindre en boucle, respirer un bon coup, The end of the f***ing world, reprendre mon visionnage d’Angel

Vendredi: répondre aux mails laissés en souffrance, de l’encodage, tenter de comprendre la marche à suivre, un début de plan de travail pour une future émission radio, me dépêcher de terminer certaines choses, cuisiner, Angel, Monty Don’s American Gardens – vivement la bonne saison pour pouvoir retourner au jardin

Samedi: devoir me lever tôt pour accueillir les deux ouvriers qui viennent réparer l’étagère de ma cuisine, ça n’a pas l’air si simple mais ils y arrivent, aller chez mon papa (qui est de meilleure humeur), remplir mon caddie de légumes pour la semaine, de la couture, de la lecture, du jeu, regarder La la land avec un certain ennui – au moins je l’aurai vu

Dimanche: un début de matinée paresseux, du yoga (je me sens toujours aussi nulle – c’est déprimant), et puis comme hier, préparer un cocktail et cuisiner des plats de mes nouveaux livres, c’était bon !, un western pour terminer la semaine: Comanche Station (Budd Boetticher, 1959)

Short diary of the week (323)

Lundi: cette décennie se termine bientôt mais la relecture de quelques billets du début de celle-ci ne me donne pas envie de faire un résumé – elle avait vraiment mal commencé et ça a duré quelques années, par contre ce serait pas mal de faire un résumé de l’année, tenter de trouver le meilleur placement des pièces de patron sur un tissu à bordure, hésiter et tout abandonner là, des courses, de la lecture, du tri de photos, du jeu, The marvelous Mrs Maisel, Midnight diner – Tokyo stories

Mardi: aller travailler, mais ne pas beaucoup travailler, parler avec presque tous les collègues présents (ils n’étaient pas nombreux), le traditionnel drink du service informatique, et mon collègue a bien nettoyé mon ampli que je ramène donc en métro, tout réinstaller en recoupant les câbles audio, et ça a l’air de fonctionner ! – le retour donc de la musique au salon après trois mois d’interruption, ce moment de l’année où je me paie du homard, The marvelous Mrs Maisel – la fin de la troisième saison que j’ai trouvée très moyenne, Midnight diner – Tokyo stories

Mercredi: entendre les feux d’artifice au loin, me rendormir, me réveiller tôt, commencer un nouveau projet de robe, un beau soleil, marcher une heure dans le quartier à la recherche de petits chemins – j’en ai trouvé un mais il était trop boueux, de la lecture en m’interrompant souvent pour l’une ou l’autre recherche sur le net, jouer, cuisiner, mon papa est désespérant parfois: je lui ai acheté un nouveau téléphone simplissime et il ne sait pas l’utiliser (et en plus il est tombé et a de nouveau mal au dos), The end of the f***ing world – début de la saison 2, Midnight diner – Tokyo stories

Jeudi: le retour au boulot avec peu de collègues présents, constater avec dépit que le prochain jour férié n’est qu’en avril – l’hiver est toujours si long, aider au rangement des dvd, voir que mes colis ont été livrés à 9h31, ne les trouver nulle part après avoir interrogé quasi toutes les personnes présentes au bureau, espérer que le facteur a menti et qu’il les livrera demain, bref une grosse frustration (que je trouve bien stupide a posteriori), toute tendue, un cocktail pour me détendre, prendre beaucoup de plaisir à lire les bilans de fin d’année des blogueuses livres que je suis – et les commenter, terminer mon pavé de roman, et attaqué le pavé suivant malgré ses mauvaises notes sur goodreads

Vendredi: mon cerveau m’a réveillée cette nuit à cause de ce colis – quel boulet !, découvrir que personne n’a ouvert la porte à la postière hier matin et que donc ces colis sont à la librairie plus loin, un marathon de copier-coller, un gentil collègue me conduit pour récupérer les colis, la suite du marathon, un détour par FreshMed pour acheter du cumin et traîner dans les rayons, la file devant le restaurant avant l’ouverture – une chose rare en Belgique, et donc très bien manger chez Nénu à trois et profiter d’une excellente soirée

Samedi: l’attrait du canapé le matin, oups il faut que je me dépêche un peu, aller chez mon papa, les courses, un peu de couture mais surtout attirée par mes nouveaux livres, de la lecture donc, du tri de photos, du jeu, tenter une nouvelle recette mais je n’ai pas acheté les bons produits, enfin ce n’est pas trop mal quand même, The magnificent seven (John Sturges, 1960) – un classique

Dimanche: des rêves bizarres, ce ciel tout gris, du yoga, de la couture, de la lecture, du jeu, de la cuisine, et un film pour terminer la journée: Cinq femmes autour d’Utamaro (Kenji Mizoguchi, 1946) – pas mal mais un peu confus