Short diary of the week (350)

Lundi: une nuit agitée, 350 short diaries déjà !, me forcer à prendre les transports en commun, étouffer sous le masque, la buée sur les lunettes ce n’est pas pratique pour lire, pas grand monde au bureau, tous les projets du jour sont balayés par une demande urgente, partir plus tôt pour aller chez Maisons du Monde au Docks, faire rapidement mes achats puis fuir le monde (non masqué pour la plupart), continuer le film commencé samedi et m’endormir à nouveau

Mardi: la suite du projet en cours, toute la journée donc, des frustrations parce que je n’arrive pas à joindre le garage et que je me souviens que ça a toujours été comme ça, préparer du sirop de papaye en voyant son état proche de la décomposition – tout ça pour un cocktail qui en demande, la suite et la fin d’Eté précoce d’Ozu

Mercredi: ce rêve récurrent où j’achète des Ugly Dolls, avoir la flemme en voyant la pluie et prendre la voiture, arriver à joindre le garage, suite et fin du projet en cours, des commandes, des prises de rendez-vous pour un devis pour une nouvelle chaudière, un gros coup de pompe, un repas improvisé, Babylon Berlin

Jeudi: commencer à travailler avec vue sur le jardin, et puis j’apprends que mon papa doit être emmené aux urgences, il a fait un AVC cette nuit, quand je vois le médecin elle n’est pas super positive – il a aussi eu des problèmes au coeur, et puis en fin d’après-midi son nouveau médecin est un peu plus positive mais il faut surtout attendre, je suis assez choquée de voir mon papa dans cet état en partie paralysé, et puis la décompression amène son flot de larmes, mais je suis surtout reconnaissante à toutes ces personnes qui m’ont soutenue pendant la journée, tenter de me calmer en regardant deux épisodes de Garden Rescue

Vendredi: une mauvaise nuit – évidemment, prendre congé parce que je n’ai pas le courage de travailler, faire les courses, beaucoup traîner, tenter la sieste mais ne pas y arriver, aller chercher ce livre commandé, aller voir mon papa et lui apporter des affaires, le médecin n’a pas grand chose à dire, mais je suis toujours aussi choquée de l’état de mon papa, il est hyper nerveux et n’arrive pas à s’exprimer, c’est tellement difficile pour moi que je pars très vite non sans avoir parlé aux infirmières avant – elles ont fait de leur mieux pour me conforter, ce soutien sans failles de ma cousine à qui je peux raconter mes plus sombres pensées, Garden Rescue et Gardener’s World

Samedi: m’endormir rapidement mais me réveiller vers 4h15 pour une longue insomnie, entre tout ça les travaux pour ma nouvelle fontaine ont commencé, une courte visite à la jardinerie locale (bien trop chère) pour dépenser des bons d’achats reçus de la commune, tondre la pelouse et laver la voiture, terminer enfin ce roman – il ne restait que 20 pages mais les événements des jours passés ont fortement ralenti ma lecture, cette fatigue, une sieste, A house through time – une passionnante série documentaire de la BBC découverte par hasard racontant l’histoire d’une maison et de ses habitants, un documentaire sur une tempête dans la mer de Bering sur National Geographic (quand je me mets à zapper jusque là c’est que je suis vraiment fatiguée)

Dimanche: une bonne nuit sans réveil intempestif, aller acheter des plantes avec ma voisine, remplir la voiture, trouver des occupations pour tenter d’oublier, commencer à démonter la cascade de l’ancien étang et transporter toutes ces pierres, de la lecture – abandonner deux romans en suivant, cuisiner pour le repas du soir et les midis de la semaine, une immense fatigue, commencer un documentaire mais très vite abandonner à cause des images peu intéressantes, Kodoku no gurume, cette inquiétude lancinante

Short diary of the week (349)

Lundi: une très mauvaise nuit à cause de mon retour au travail, prendre la voiture pour ramener toutes les choses lourdes, parler avec plein de collègues et du coup n’avoir aucune concentration pour travailler, aider aux inventaires, bien crevée, rentrer et ne plus rien faire de bien, El Camino – la fin de trois mois de Breaking Bad

Mardi: pas encore entièrement reposée mais ça va déjà mieux, m’attaquer à cette playlist et définir le choix final, aller chez mon papa, continuer à travailler, un bout de puzzle, reprendre Babylon Berlin, Kodoku no Gurume

Mercredi: me réveiller à cause d’une douleur très sourde à l’endroit où je me suis fait opérer il y a quelques années, me lever et quasi tomber dans les pommes, et puis la douleur s’en va en trente secondes, la nuit ne fut donc pas très bonne, voyant le déluge prendre malgré tout la voiture pour aller travailler, tenter de me concentrer mais trouver tout cela fort difficile, cette fatigue, et donc m’endormir devant Garden Rescue que j’avais enregistré et que j’ai donc regardé en deux fois

Jeudi: le plaisir de pouvoir rester travailler à la maison, me lancer dans un grand projet, finir le puzzle qui était sacrément difficile pour un 2000 pièces (j’avais fait des 3000 avant), Garden Rescue, m’endormir devant la tv

Vendredi: ce réveil qui sonne au milieu d’un rêve, il me faut bien deux heures pour me sentir un tant soit peu réveillée, cette triste nouvelle pourtant attendue, reprendre le projet, les courses, et puis partir pour le Luxembourg avec un ami, faire des choix et acheter de quoi renflouer les stocks de rhum et cie, aller à la dégustation mais se limiter très fort, manger avant de repartir, il fait même encore clair quand on arrive à Bruxelles

Samedi: du rangement, de la couture, de la lecture mais aucune concentration, retenter la lecture avec un autre livre – c’est déjà mieux, cette fatigue aujourd’hui, m’endormir dans le canapé, commencer un film, m’endormir à nouveau alors que je pensais que la sieste de l’après-midi suffirait à me donner un peu d’énergie, lire encore un peu, et puis évidemment ne pas réussir à m’endormir de suite malgré la fatigue

Dimanche: mon humeur est comme la météo – grise, j’imagine que ça va passer mais mon indécision par rapport à plein de choses y est pour quelque chose, terminer la couture de la robe en cours – c’est clairement une robe de maison et jardin – pas tout à fait seyante mais qui sera idéale en cas de grande chaleur, réfléchir au projet suivant, terminer un livre, attendre que la pluie s’arrête pour aller au jardin – je dois en effet dégager le fond pour l’installation vendredi de la dalle qui soutiendra mon nouveau bac fontaine, encore lire, cuisiner pour ce soir et pour la semaine, une dose de téléréalité parce que parfois ça change les idées

Short diary of the week (348)

Lundi: le retour au travail à la maison, diviser le nombre de caractères d’un texte par deux, des inquiétudes, lire au jardin et terminer un roman, Breaking Bad, Kodoku no Gurume

Mardi: réveillée bien trop tôt, une réunion difficile dans le but d’exprimer un malaise, sans trop de résultats – chacun campe sur ses positions, rentrer à la maison et repartir, attendre le taxi-ambulance qui emmènera mon papa à son rendez-vous chez l’ophtalmologue, celui-ci arrive en retard et donc nous sommes en retard au rendez-vous, après plus d’une heure d’attente et une interpellation de la secrétaire me rendre compte que personne n’a prévu le médecin de notre présence, le rendez-vous se passe bien heureusement mais il faudra revenir, appeler le taxi-ambulance pour le retour et m’entendre dire qu’il ne viendra pas avant 1h30, appeler la maison de repos qui me propose de prendre un taxi normal, trouver un taxi normal et surtout un chauffeur qui veut bien soutenir papa pour qu’il puisse s’installer dans le taxi (mon papa est maintenant en chaise roulante et ne tient plus debout – c’est d’ailleurs pour ça que je ne sais pas le conduire moi-même), rentrer épuisée et sans appétit, tenter de me détendre, lire au jardin, tenter de m’endormir

Mercredi: une nuit agitée malgré la fatigue, toutes ces urgences au boulot à régler et prendre du retard sur le programme prévu, j’ai apparemment impressionné mes collègues hier en prenant la parole en premier à la réunion difficile et en résumant bien la situation (d’ailleurs après moi tout le monde a dit « comme Sunalee »), des courbatures aux épaules assez insoutenables, lire au jardin, et puis encore lire au jardin le reste de la soirée

Jeudi: le réveil a sonné ce matin – ça faisait très longtemps, du copier-coller, une assemblée générale en visioconférence, la finale de The Great British Sewing Bee, terminer la soirée au jardin

Vendredi: la course pour terminer une playlist, et puis terminer une autre tâche, le verdict est tombé: je pourrai télétravailler deux jours par semaine cet été – j’aurais préféré trois, enfin le weekend !, les courses, pluie ou pas pluie ? juste quelques gouttes, préparer des échalotes frites pour de la cuisine birmane, Breaking Bad, de la lecture

Samedi: du ménage, un peu de couture, de la lecture – beaucoup, terminer deux livres, traîner pour tondre la pelouse et me retrouver sous la pluie, abandonner, de la cuisine – refaire un plat déjà cuisiné mais c’était moins bon – c’est souvent le cas la seconde fois, Breaking Bad, commencer un nouveau roman

Dimanche: pourquoi est-ce qu’il fait gris le weekend et beau en semaine ?, coudre trois masques en série – ils sont moins réussis que le premier, du puzzle, de la lecture, la préparation d’un menu birman avec trois plats différents, la fin de la cinquième saison de Breaking Bad

Short diary of the week (347)

Lundi: commencer les recherches pour un nouveau texte à plusieurs mains et commencer à écrire ma partie, en publier un autre, terminer l’après-midi en lisant, hésiter à passer la soirée dehors et puis plutôt regarder un épisode de Breaking Bad et de Kodoku no gurume

Mardi: une belle insomnie, je me fais déjà du souci pour la visite médicale de mon papa de la semaine prochaine (c’est à présent moi qui devra l’accompagner), et ne pas arrêter de penser au décès de cet ami qui faisait tant de choses pour lui, commencer un autre texte bien plus long et difficile à écrire, et puis me préparer à partir pour visiter mon papa, sauf que la voiture ne réagit plus – morte, sauvée par mon voisin qui me conduit – ce n’est pas très loin, mon papa va mieux pour le moment même s’il est triste du décès de son ami, la tentative de recharge de la batterie se révèle être un échec – il faudra la remplacer, toutes ces aventures m’ont bien fatiguée, du puzzle pour me calmer

Mercredi: me remettre au long texte, bien avancer, régler les problèmes de batterie de la voiture – je sais presque comment faire moi-même maintenant, Breaking Bad

Jeudi: toujours ce long texte puis le laisser reposer, passer à autre chose, une journée comme les autres, une envie de frites mais me rendre compte que je n’en ai plus au surgélateur, Breaking Bad, Kodoku no Gurume

Vendredi: de l’écriture, la voiture est à nouveau morte, le dépanneur pense qu’une loupiote est restée allumée (j’espère que c’est ça), rouler trois quart d’heure pour recharger la batterie, les courses, me mettre au jardin un court moment mais il fait un peu trop frais pour lire, The Great British Sewing Bee

Samedi: pour le moment je me réveille bien trop tôt – aux alentours de 6h – et je n’arrive plus à me rendormir, quelques rapides courses pour acheter les choses oubliées hier, du rangement, tondre la pelouse, terminer le puzzle, lire au jardin, un western trop bavard à mon goût (même si c’est un classique) en accéléré: The man who shot Liberty Valence (John Ford, 1962)

Dimanche: préparer quelques marinades, un peu de couture (robe sac ou pas robe sac – c’est encore trop tôt pour le dire), la suite de la préparation, un barbecue avec deux amis – un rendez-vous repoussé depuis la mi-mars, une chouette après-midi à beaucoup parler, et donc oui les contacts sociaux me demandent beaucoup d’énergie mais me font tellement plaisir aussi, le jeu sera de trouver le juste milieu, c’est aussi pour ça que j’aime le télétravail – je suis moins fatiguée en fin de journée, commencer le nouveau puzzle et lire un peu, Breaking Bad – deux épisodes – je m’ennuie un peu avec cette cinquième saison, cette pointe de tristesse annuelle liée au solstice – je n’aime pas quand les jours raccourcissent, de l’anxiété qui monte en prévision de la semaine à venir (juste mardi en fait)

Short diary of the week (346)

Lundi: mais d’où vient cette fatigue qui me poursuit depuis quelques jours ?, un peu dans le flou à propos du travail à faire cette semaine, mais quand même faire une série de choses, terminer un passionnant livre sur le « female gaze », cuisiner un couscous aux légumes pour les repas de la semaine, un documentaire décevant par sa forme pas son sujet, Kodoku no gurume

Mardi: terminer le tri d’une série de disques, de la lecture, 13th – un documentaire révélateur

Mercredi: commencer un texte, recevoir une mauvaise nouvelle: l’ami et aide de mon papa vient de décéder, appeler mon papa et lui dire mais je sens bien qu’il est sous le choc, moi aussi d’ailleurs, terminer ce texte pour m’occuper l’esprit, une longue conversation à propos du télétravail (c’est mal barré pour le futur), un nouveau puzzle, des maux de tête, Breaking Bad, juste crevée

Jeudi: faire des corrections et ajustements à plusieurs textes, reprendre pour la première fois les transports en commun (ce n’était pas si terrible), une réunion dans le centre ville, quelques petites courses, The Great British Sewing Bee, terminer mon roman

Vendredi: encore un matin où le réveil n’a pas dû sonner, aller au bureau pour ramener des disques, discuter avec un ami-collègue pas vu depuis la mi-mars, l’horrible bruit des taille-haies, continuer le travail, et puis commencer un nouveau roman, Breaking Bad, craindre la violence de l’orage et puis finalement il y a juste une longue et forte averse

Samedi: écrire des billets de blog sur des livres lus les semaines passées, terminer la couture d’une robe, tondre la pelouse et tailler la haie (et me faire piquer par un moustique évidemment), de la lecture, cette envie de terminer au plus vite ce roman, commencer un film, me rendre compte que je l’ai vu il y a un mois (j’ai tendance à oublier les titres), commencer un autre film et m’endormir, me réveiller et encore lire un peu

Dimanche: de la couture – commencer une nouvelle robe d’après un modèle du Knipmode, le recopiage du patron n’est pas simple avec les divers bouts à coller, et puis le puzzle de la disposition des différentes pièces sur un bout de tissu limité, terminer un roman et en commencer un autre, le sentiment de n’avoir rien fait d’excitant pendant le w-e (c’est sans doute vrai), penser déjà aux soucis de la semaine (je ne devrais pas), la suite et fin de How the West was won (1962) – une fresque hollywoodienne, me rendre que j’ai de plus en plus de mal avec le sexisme et le racisme des vieux films

Short diary of the week (345)

Lundi: congé !, planter les dernières plantes tant qu’il fait encore moyennement frais, de la couture, une longue après-midi de lecture, Normal People, Kodoku no Gurume

Mardi: une horrible nuit sans raison, me mettre au travail: ce sera du copier-coller aujourd’hui pour mettre plusieurs articles en ligne, lire au jardin et profiter de la chaleur, terminer un livre, un grand coup de déprime lié à la solitude et au rejet, Normal People

Mercredi: commencer à travailler à la maison, puis aller au bureau où j’apprends plein de nouvelles déprimantes (le directeur général veut arrêter le télétravail au 1er juillet, et d’autres choses), mais le plaisir de revoir certains collègues, une fois rentrée je suis épuisée de tous ces contacts sociaux, Normal People, Kodoku no Gurume

Jeudi: compléter des listes – une manière de ne pas trop penser aux soucis divers concernant mon boulot, envoyer un long mail à mon chef, me rendre compte que malgré une bonne nuit je suis toujours épuisée, une très rapide sortie pour acheter deux livres, étouffer sous le masque obligatoire, reprendre le boulot, commencer un autre livre que ceux que j’ai achetés, The Great British Sewing Bee, Normal People

Vendredi: réveillée bien avant le réveil, les courses – rapidement, compléter un texte, regarder la pluie tomber, encore une fois j’aurais mieux fait de me taire (rien de grave – la personne en question répond bien souvent sans beaucoup réfléchir), publier le texte du matin, lire, les trois derniers épisodes de Normal People – une série que j’ai beaucoup aimée mais qui a quand même quelques défauts (un peu trop centrée sur le couple Marianne-Connell, sans explications sur l’entourage)

Samedi: le soleil est de retour même s’il fait frais, cette perspective de deux jours sans obligations, de la couture, et puis une invitation pour demain, du désherbage au jardin, de la lecture, et puis ce gros coup de fatigue qui va durer toute la soirée malgré une mini sieste, mais quand même réussir à voir un film en entier, Ride the High Country de Sam Peckinpah (1962)

Dimanche: de la couture, le lion de Waterloo au loin, un repas chez ma cousine et sa fille, ça fait du bien de se voir en vrai et de parler !, ne pas oser s’embrasser en partant et puis quand même le faire à la sauvette (ça ne fait plus beaucoup de différence, je crois, après avoir passé plusieurs heures ensemble à moins d’un mètre et demi), de la lecture, reprendre Babylon Berlin et Breaking Bad

Short diary of the week (344)

Lundi: de l’encodage – encore et encore, pas très passionnant tout ça, terminer le puzzle puis un peu de lecture au jardin, une longue discussion par messenger où on parle notamment de mon syndrome de la cabane, me rendre compte que je me mets à déprimer quand je me compare avec d’autres personnes

Mardi: trier des disques – encore et encore, et ne faire que ça de la journée, aller voir mon papa qui m’accueille pour une fois en me demandant comment ça va et en s’intéressant sincèrement à moi et pas qu’à ses soucis (même s’il en a parlé après), lire un peu au jardin, entamer une nouvelle série – Normal people – et ne plus pouvoir la lâcher, regarder donc trois épisodes de suite

Mercredi: une nuit agitée sans raison, du tri de disques, une courte réunion en visioconférence pour la refonte d’un projet, la suite du tri, lire au jardin, Normal People – deux épisodes, Kodoku no gurume

Jeudi: encore une nuit agitée, commencer le travail à la maison, une réunion au bureau, continuer le travail à la maison, organiser un projet, et puis des maux de tête qui me tombent dessus et m’assomment, The great British sewing bee

Vendredi: tenter de terminer ce tri de disques – le tout en temps record en fait, les courses, et puis le retour de la crise de maux de tête, lire un peu, Gardener’s World – l’épisode de la semaine passée

Samedi: une bonne nuit, un peu de couture, commencer à planter tout ce que j’ai acheté le weekend passé mais abandonner très vite parce qu’il fait trop chaud et que la terre sèche est difficile à manier, lire le reste de l’après-midi, un barbecue, terminer mon roman

Dimanche: profiter de la fraîcheur du matin pour planter quelques plantes, de la couture, une après-midi de lecture entrecoupée d’une sieste, encore quelques plantations, Skate Kitchen (Crystal Moselle, 2018)

Short diary of the week (343)

Lundi: une bonne nuit, reprendre le travail des collections et encoder des disques, essayer d’avancer au plus vite, prendre rendez-vous pour aller voir mon papa (demain, donc), continuer l’encodage (c’est chiant), m’installer au jardin avec livre, la fin de la quatrième saison de Breaking Bad, Gardener’s World en accéléré

Mardi: une mauvaise nuit (les soucis liés à la visite chez mon papa), me remettre à encoder, une visite qui se passe finalement assez bien même si j’ai eu droit à tout une série de plaintes, me remettre au travail, quelques tâches urgentes, et puis un peu de lecture au jardin, le début de la cinquième saison de Breaking Bad

Mercredi: finalement j’ai pris congé aujourd’hui pour profiter du beau temps, de la couture – enfin de la préparation à la couture, du puzzle – juste un peu, recevoir le livre commandé samedi dans une librairie de Charleroi, planter les cucurbitacées et hibiscus, me débattre avec des planches de la terrasse (une planche est très abîmée, j’ai voulu l’intervertir avec une autre planche moins abîmée et moins dans le passage, gros fail: certaines vis sont totalement coincées et j’ai abandonné après avoir essayé deux planches), de la lecture, Breaking Bad, le best of du Chelsea Flower Show

Jeudi: de la couture, du puzzle, du jardinage, de la lecture – beaucoup – tout en profitant du beau temps et du jardin, The great British sewing bee

Vendredi: encore un jour de congé, les courses, de la couture, du puzzle, m’installer dehors avec un livre, de la pluie, du puzzle, traîner pas mal, ce sentiment de n’avoir rien fait de bien pendant l’après-midi, Breaking Bad, un bout du best of du Chelsea Flower Show

Samedi: m’endormir, me réveiller avec une forte nausée, me rendormir, toujours cet attrait du puzzle, de la couture, laver les vitres du reste de la maison (enfin une grande partie), tondre la pelouse – enfin les pâquerettes, enlever des mauvaises herbes, le retour du puzzle, adapter une recette chinoise pour la rendre plus simple, le début d’un western qui m’ennuie très vite et donc abandonner, de la lecture

Dimanche: me préparer à partir, une première sortie pour acheter des plantes – sans doute ce qui m’a manqué le plus ces deux derniers mois, une jardinerie de plantes exotiques (jamais visitée) décevante, mais j’y trouve une jolie lanterne japonaise et une plante plutôt rare, et puis sur un coup de tête je décide d’aller à l’autre – celle que je connais et qui n’est plus qu’à 20 minutes de voiture de la première, trouver plein de jolies plantes, aussi pour ma voisine, rentrer en niant les indications du gps qui veut m’emmener vers le nord et l’autoroute, manger et puis tout sortir de la voiture, du puzzle, de la cuisine – un plat indien – mais qui n’a pas cuit comme je le voulais – ce sera meilleur la prochaine fois, Carmen revient au pays (Keisuke Kinoshita, 1951)

Short diary of the week (342)

Lundi: une bonne nuit, commencer un long article, deux problèmes informatiques résolus en une journée, la mail officiel qui annonce une certaine reprise mais qui n’est pas assez précis pour mon poste, aucune concentration pour de la lecture, y arriver finalement en me donnant un court créneau horaire (genre de 17h45 à 18h15 – j’ai tenu 15 minutes mais c’était le plus long moment sans interruption de l’après-midi), ranger la cuisine tout en rippant des disques pour le travail, Breaking Bad, Gardener’s World en différé

Mardi: une bonne nuit, écrire, le beau livreur de Post NL qui m’amène à ma perte: il me livre un puzzle, puzzle que je commence dès la journée de travail finie et que je n’arrive plus à lâcher (je n’ai même pas publié de billet à propos du Japon – ce sera pour la semaine prochaine), Breaking Bad

Mercredi: écrire et corriger, noter des citations, du puzzle, cuisiner une salade intéressante (aubergine, maïs, poivrons, tomates, aneth), Breaking Bad, discuter de rhums par messenger

Jeudi: encoder deux longs articles avec plein de photos, ce qui prend un long moment, et puis arrive le camion avec mon nouveau canapé et mes chaises de jardin, un colis de 56kg donc mais je m’en suis sortie pour le glisser jusqu’au salon et le déballer, The great British sewing bee tout en profitant du nouveau canapé, de la lecture

Vendredi: réveillé fort tôt, faire des commandes, un détour rapide pour faire les courses, passer au bureau pour chercher du travail d’encodage, et donc rencontrer quelques collègues, m’y remettre, tondre la pelouse, et puis l’après-midi est terminée, le repas du soir, une longue et agréable conversation avec Kleo

Samedi: réveillée tôt, glander dans le canapé (l’autre, celui qui donne malheureusement des signes de faiblesse), ne pas réussir à me décider: quel tissu coudre en premier – le rouge ou le bleu ?, le livreur qui passe évidemment quand je suis sous la douche (il a déposé le paquet chez les voisins), du rangement, laver les grandes vitres de la baie vitrée, de la lecture, et comme souvent le samedi soir m’endormir à peine le film lancé, me réveiller une heure plus tard et lire encore un bon moment

Dimanche: du ménage, découper une nouvelle robe (un sondage instagram m’a décidée pour le tissu à fleurs rouges), sortir le parasol, planter une bonne vingtaine de plants de tomates, terminer mon roman, quelques pièces du puzzle, cuisiner un plat de Madagascar très facile, encore un cocktail partagé, Rashomon (Akira Kurosawa, 1950), le sentiment d’avoir passé une bonne semaine sans drames et sans remous et qui me conforte que le télétravail c’est le bien

Short diary of the week (341)

Lundi: une nuit agitée, mon cerveau se met à faire le travail de la semaine en pleine nuit, et donc commencer à rassembler mes idées et à écrire, hésiter à aller jardiner puis rester à l’intérieur pour lire, une tentative ratée et donc me dire que la meilleure chose à faire est de tourner une page, Breaking Bad

Mardi: relire et corriger, et mettre en ligne d’autres choses qui prennent plus de temps que prévu, une grosse crise d’anxiété qui pointe à l’horizon (liée à un retour au travail), tondre la pelouse pour me calmer, mettre en ligne encore autre chose, ne plus faire grand chose de bien, revoir Tampopo après autant d’années

Mercredi: d’énormes insomnies, peaufiner un texte, terminer de mettre en ligne un autre, je me rends compte que je me répète mais c’est l’essentiel de mon boulot, une mini-sieste, de la lecture au jardin, confondre les jours et annuler un rendez-vous qui n’était pas ce soir mais jeudi, et donc réannuler l’annulation, Breaking Bad, de la lecture

Jeudi: une bonne nuit, de la mise en ligne, de l’attente, de la mise en ligne, découvrir qu’il y a moyen de chatter avec outlook – ce qui facilite certains rapports à distance, de la lecture au jardin, un apéro-vidéo, The great British sewing bee

Vendredi: une nuit catastrophique (est-ce qu’on pourrait arrêter ça ?), les courses en vitesse, une sortie pour chercher des disques au travail, et donc rencontrer trois collègues, la suite donc, terminer l’après-midi avec de la lecture, Breaking Bad, m’endormir comme une masse

Samedi: une bonne nuit, tenter d’améliorer la partie jupe de la robe mais ne pas vraiment y arriver, coudre une ceinture pour camoufler un peu ce qui ne va pas, et du coup être déçue parce que j’aime vraiment beaucoup le haut, quelques coups de pioche aux bambous mais il fait trop chaud, lire une bonne partie de l’après-midi, puis déplacer deux plantes, un barbecue, mais qu’est-ce qu’elle parle fort cette voisine de deux jardins plus loin, profiter de la douceur des températures et rester dehors un long moment

Dimanche: traîner beaucoup, m’habiller, traîner encore, en partie parce que je ne sais pas quel modèle de robe coudre maintenant, manger, venir à bout du bambou non sans me faire un gros bleu au doigt, traîner un peu, commencer à lire, me rendre compte que mes yeux sont fatigués, et moi aussi en fait, faire une mini-sieste, continuer ma lecture, traîner à nouveau, un grand moment de tristesse quand mon papa me souhaite une joyeuse fête des mères (il perd de plus en plus la mémoire), préparer un sambal avec les piments grillés hier sur le barbecue, revoir La saveur des ramen