Short diary of the week (413)

(pour une demi semaine)

Mercredi: atterrir à Zaventem et rentrer à la maison, voir de suite ma voisine qui me dit qu’elle n’a pas voulu m’inquiéter mais qu’il y a eu un cambriolage dans la maison voisine, je ferais peut-être bien d’un peu mieux cacher certaines choses, du coup je pose cette question sur les réseaux sociaux: mettez-vous encore des bijoux anciens en or ou avec des pierres précieuses ? – ça me semble tellement anachronique, transférer le bon millier de photos vers l’ordinateur (quasi 2000 en fait) et constater que certaines sont pas mal, une envie de spaghettis, fatiguée de cette journée, et donc juste un épisode de Garden Rescue (oui, il y en a encore que je n’ai pas vus dans les anciennes saisons)

Jeudi: un réveil intempestif vers 4h du matin, puis une grasse matinée (toutes proportions gardées), constater avec effroi que malgré les plus de 12000 pas par jour j’ai pris du poids (la faute à la nourriture trop grasse ?), traîner dans le canapé et réfléchir à ce que je dois faire dans les prochains jours (ça implique un tour chez Ikea et trier ces bijoux, ou du moins les photographier, et du jardinage d’automne), mesurer la voiture – ça devrait rentrer, aller chez Ikea donc, mais donc les sommiers ne sont plus en kit comme avant, ça rentre tout juste dans la voiture mais j’ai eu besoin d’un peu d’aide, une jeune femme m’a donné un coup de main, et une fois à la maison j’ai demandé à un voisin – je n’en pouvais plus en fait !, après j’ai tout installé et j’en ai profité pour nettoyer en profondeur en dessous du lit, du tri de photos, le début d’un film mais trop fatiguée pour le regarder en entier

Vendredi: quelques courbatures au réveil suite à mes achats d’hier, les courses alimentaires – je suis parée pour la semaine qui vient !, me souvenir que je voulais acheter ce livre de Diglee et revenir avec deux livres de plus, et puis commander ce livre de cuisine tant attendu, démonter les vieux sommiers – l’exercice physique du jour, de la lecture, de la cuisine, la suite de ce film – The Cocoanuts (1929) – que j’abandonne par manque d’intérêt pour le slapstick des Marx Brothers (j’ai publié un premier article à propos de ces films anciens – une nouvelle série sur le blog), Garden Rescue à la rescousse de ma soirée tv

Samedi: la lecture des blogs lecture, la fouille pour retrouver ces bijoux que j’ai caché quelque part, après de longues recherches j’ai mis la main sur la partie la moins intéressante, je déclare forfait pour la dernière trousse qui pourtant contient les plus belles choses – ce sera une mission pour les mois qui viennent mais qui implique sans doute un rangement en profondeur de mes armoires, de la lecture – terminer deux livres, le premier film parlant de Greta Garbo: Anna Christie de Clarence Brown (1930), commencer un nouveau livre

Dimanche: pas sûre que je vais continuer le livre – peut-être que le film suffira à combler mon intérêt ?, traîner dans le canapé et me lancer dans un chantier imprévu: trouver un nouveau template pour mon blog voyages (et en trouver un autre par la même occasion pour celui-ci mais je ne l’ai pas encore mis en place parce qu’il y a évidemment plein de détails à régler), rentrer les loupiotes de jardin en vue de l’hiver, de lecture souvent distraite (par une sieste et par d’autres choses), le premier repas de gibier de la saison, Boy erased (Joel Edgerton, 2018) ou comment remplacer la lecture d’un livre par un film (j’ai bien fait: je connais maintenant l’histoire et ça m’a pris deux heures plutôt que six), les angoisses qui montent et que je tente tant bien que mal de réprimer

Short diary of the week (412)

Lundi: une nuit un peu agitée et pourtant c’est férié pour moi aujourd’hui, en fait j’ai entendu les voisins rentrer de leurs vacances au milieu de la nuit, je me réveille donc vraiment au moindre bruit, profiter de cette dernière journée à la maison, préparer mes affaires pour aller au boulot demain et devoir ressortir le sac à dos pour transporter ce pc portable cassé, de la lecture – terminer un roman, terminer la série We are Lady Parts qui est juste géniale !, et prendre du Lysanxia pour tenter de dormir convenablement

Mardi: une nuit assez paisible – c’est déjà ça, chargée comme une mule pour aller au bureau, trouver mon collègue informaticien dès le matin – il trouve très vite la solution à mon souci, parler aux collègues, la réunion avec des invités, parler à mon chef un court moment, puis tomber sur mon directeur et lui parler un long moment pour expliquer tout ce qui me pèse pour le moment, être heureusement surprise quand lui aussi me remercie à la fin pour cette discussion, rentrer crevée – évidemment, un repas assiette apéro, Sex Education

Mercredi: différentes options pour le boulot mais attendre une réponse pour une en particulier qui est ma n°1 mais qui pourrait aussi être éliminée de la liste, diverses tâches utiles mais un peu chiantes, et puis la réponse arrive et je m’y mets de suite, regarder un documentaire donc – Holgut de Liesbeth De Ceulaer, et puis mon cerveau se met en route mais l’écriture sera pour demain, et du coup plus de concentration pour lire, deux épisodes de Sex Education

Jeudi: la phase de procrastination pré-écriture a été assez courte finalement, de l’écriture donc, puis de l’encodage, de la lecture – le rythme a sérieusement diminué depuis la reprise du boulot – par manque de concentration aussi, la fin de la troisième saison de Sex Education – pas mal mais un peu moins bien que les précédentes

Vendredi: une nuit un peu agitée, la journée où il faut terminer des choses, les terminer à mon aise, m’énerver pour un truc alors que je ne devrais pas, de la lecture, le début d’un film mais m’endormir

Samedi: si seulement je pouvais éviter cette tension pré-voyage, deux ans sans partir n’aident pas et j’ai l’impression que c’est pire que d’autres fois, un passage à la pharmacie pour remplacer tous ces classiques qui ont eu le temps de périmer depuis le dernier voyage, l’heure où beaucoup de voisins se croisent dans la rue, faire ma valise donc, de la lecture, la fin du film: The love parade (Ernst Lubitsch, 1929) – c’était plutôt ennuyeux, les angoisses qui montent – augmentées par la pluie qui tombe à verse et la crainte de nouvelles fuites dans le toit

Dimanche: une nuit un peu agitée, me préparer le coeur un peu serré, j’ai horreur de ces moments pré-départ où je ne me sens pas très bien – j’imagine que ça se calmera une fois à l’aéroport, et puis la suite ce sera pour dans une dizaine de jours

Short diary of the week (411)

Lundi: comment traiter ces anxiétés par rapport à mon sommeil (je suis entrée dans un cercle vicieux: j’ai peur de mal dormir – et donc je dors mal – et donc j’ai encore plus peur), de la couture, casser une aiguille en réparant un sac et me l’enfoncer dans le doigt (mais rien de grave heureusement) (ce n’est pas mon jour), du jardinage, planter des bulbes de printemps, me retourner le pied sur la pente du garage – une belle douleur mais l’oublier très vite, le truc que je n’espérais plus est enfin réglé, mais cela me demande d’imprimer un document, me battre deux heures avec l’imprimante (d’abord aucune réaction, puis elle a décidé de ne plus prendre le papier mais j’ai insisté, puis elle n’imprimait plus que quelques couleurs et pas de noir, et donc un détour par le magasin pour racheter des cartouches d’encre, victoire – ça fonctionne) (ce n’est pas mon jour bis), avec tout ça l’après-midi est quasi terminée et je n’ai plus envie de lire, et puis cette douleur qui recommence dans mon pied, marcher devient difficile (ce n’est définitivement pas mon jour), The Virginian (Victor Fleming, 1929)

Mardi: mon pied est moins douloureux mais je sens bien que je ne peux pas le fatiguer, une balade dans les bois ce sera pour une autre fois, au moins je ne dois plus me débattre avec l’imprimante ce matin – essayons donc l’administration en ligne, ah il faut une copie de la carte d’identité, option 1: installer le programme de l’état mais mon lecteur de carte est au bureau, option 2: retrouver la copie qui est sur le portable du bureau mais celui-ci a l’air d’avoir rendu l’âme (écran noir), soyons créatifs: un scan fera aussi l’affaire (surtout que j’ai réussi à faire fonctionner l’option scan de la fichue imprimante – il faut un compte et un mot de passe – yeah !), ah on ne peut envoyer qu’un seul pdf ?, heureusement Aperçu permet de combiner plusieurs pdf (je ne sais pas comment j’aurais fait sous windows…), hop envoyé ! – ça m’aura quand même pris trois quart d’heure, une mini séance de couture – un nouveau projet qui est en fait la transformation d’une jupe du commerce en quelque chose de mettable, si mon médecin pouvait m’appeler comme promis pour m’expliquer les résultats de ma prise de sang ce serait pas mal – j’y vois en effet quelques anomalies mais je ne suis pas sûre de leur importance, de la lecture pas très concentrée, je ne me sens pas en forme du tout – j’ai l’impression que mon coeur bat à nouveau trop vite, et ma solution habituelle d’aller marcher ne fonctionne pas aujourd’hui avec mon pied qui a besoin de repos (ça va beaucoup mieux mais ne tentons pas le diable), la contrariété de plus: BPost me demande à nouveau des frais alors qu’ils ne devraient pas (j’ai porté plainte pour le colis précédent et il est toujours bloqué), le début de la troisième saison de Sex Education, Kodoku no Gurume, tomber de fatigue alors que je n’ai rien fait de spécial

Mercredi: un réveil en sursaut à cause de miaulements de chat, me rendormir profondément pour le reste de la nuit, de la couture, du jardinage: planter le reste des narcisses, crocus, fritillaires et perce-neiges, de la lecture au jardin (avec une couverture quand même), terminer ce beau roman, préparer des courgettes farcies, Applause de Rouben Mamoulian – une bonne pêche pour un film de 1929, et donc une journée sans contrariétés !

Jeudi: quelques rapides courses pour aller chercher une commande de livre et du matériel de couture, de la couture, m’installer au jardin, rentrer parce qu’il y a trop de vent, faire une sieste plus longue que prévue, avoir du mal à me réveiller, retourner au jardin pour de la lecture, nourrir les chats des voisins – la persane a décidé de ne pas m’approcher – il y a toujours au moins 1m50 entre elle et moi, Sex Education, le début de We are Ladyparts qui a l’air d’être une série tout à fait réjouissante, avoir du mal à m’endormir – l’effet de la sieste ?

Vendredi: les courses, de la couture: terminer la transformation de cette jupe Collectif qui ne m’allait pas du tout et qui était devenue trop petite depuis (c’était en projet depuis 4-5 ans !), appeler mon médecin pour avoir l’interprétation des résultats de ma prise de sans mais il est débordé et va me rappeler ce w-e, de la lecture mi au jardin mi à l’intérieur, Hang ’em high – un western avec Clint Eastwood (Ted Post, 1968)

Samedi: un peu de rangement, beaucoup de lessives et du repassage, de la préparation de marinades, de la lecture au jardin, un (dernier ?) barbecue de l’année entre amis, et puis utiliser les braises pour allumer un feu et se réchauffer alors que les températures ont déjà bien baissé, une soirée très agréable – il faudra refaire ça !

Dimanche: soleil ou nuages aujourd’hui ?, du repassage – encore, hésiter à commencer un nouveau projet couture – en fait il me faut du matériel que je n’ai pas et que je dois commander, de la lecture – j’aurais sans doute pu aller au jardin mais en même temps la météo était très changeante, Sex Education, deux épisodes de We are Ladyparts – je vais très certainement terminer cette série demain soir en une fois – j’adore !

Short diary of the week (410)

Lundi: une nuit agitée et toujours cette fatigue au matin, terminer un truc pour le boulot parce que voilà, le long rendez-vous chez le médecin – avec prise de sang – qui se termine avec un verdict de « repos pour deux semaines », une course dans le quartier et revoir une connaissance (des mes parents surtout mais ma maman aurait bien aimé que nous ayons une relation), être un peu choquée par une de ses premières questions qui concerne mon statut amoureux, avec une insistance sur le fait que je sois célibataire, au point où je me mets à douter si son mariage est heureux, c’est déjà la fin de l’après-midi avec tout ça, aller nourrir les chats de la voisine et me rendre compte que la chatte persane n’est pas contente d’avoir été laissée seule – mais impossible de l’approcher, le début d’un film que j’interromps pour pouvoir terminer le livre en cours – ça faisait longtemps que je n’avais pas lu quelque chose d’aussi mauvais

Mardi: des rêves bizarres, traîner dans le canapé, réfléchir à des sorties possible pendant ma période repos, choisir un nouveau roman, l’entamer, m’y plonger complètement, le terminer avant la nuit, est-ce que j’ai fait autre chose de ma journée ? j’ai été nourrir les chats et trouvé le « cadeau » (une souris) offert par la chatte, j’ai mangé des ramens et j’ai terminé le film en cours: The Broadway Melody d’Harry Beaumont (1929)

Mercredi: choisir donc un nouveau roman, tenter de rattraper mon retard dans la publication et l’écriture de billets sur les livres – c’est ce qui se passe quand on lit plus que d’habitude, sauf qu’au final j’aurai juste publié un billet déjà écrit et rien rédigé de nouveau, de la couture, une après-midi lecture bien moins concentrée qu’hier et entrecoupée d’une séance de vélo d’appartement, pas de cadeau du chat aujourd’hui – tant mieux – mais la persane ne se laisse toujours pas approcher (je fais comment pour brosser ses poils et frotter ses yeux ?), les deux derniers épisodes de la deuxième saison de Betty – une série que j’aime beaucoup pour ses scènes très cinématographiques et rêveuses

Jeudi: le facteur viendra-t-il quand je suis là ?, ça fait plus de deux semaines que la douane a bloqué un colis du Japon pour lequel j’ai porté plainte (la tva a été payée sur place et je ne suis pas censée payer les frais de douane) et je ne peux rien faire, j’espère que les suivants passeront sans soucis – il s’agit d’Omiyage Box (ramen et momiji), le facteur est passé de bonne heure, terminer enfin cette robe commencé au printemps 2020, une promenade avec une amie tout en parlant beaucoup des soucis au boulot, profiter du beau temps encore jusqu’à la fin de l’après-midi, encore un vieux film: Alibi de Roland West (1929)

Vendredi: vu que j’ai ce rendez-vous en plein milieu d’après-midi autant rassembler toutes les courses aujourd’hui, le supermarché donc pour commencer, puis une envie de tissu et prendre le métro pour rejoindre cette jolie boutique, mais décider d’aller aussi à une autre – où il faut aller en voiture, en profiter pour prendre cet appareil photo au message d’erreur – sauf qu’il est trop vieux pour être réparé (il s’agit plus d’une obsolescence programmée qu’autre chose), un autre tissu donc, et puis aller à ce rendez-vous à la banque où on m’apprend que le banquier est en vacances – c’est vraiment râlant vu que j’avais organisé ma journée autour de ça et que j’aurais préféré m’installer au jardin, c’est ce que je fais finalement, aller à pied chez des amis puis partir de là pour aller au resto indien en voiture, une agréable soirée à discuter programmes tv et Japon

Samedi: traîner dans le canapé tout en lisant des blogs lecture, les nouveaux tissus à la lessive, du rangement, tondre la pelouse, de la lecture au jardin entrecoupée d’une sieste, le début d’un film

Dimanche: c’est la journée sans voiture à Bruxelles mais je prends quand même la mienne pour contourner la ville, des achats de bulbes de printemps et de quelques fleurs d’automne, de la lecture au jardin puis à l’intérieur – ça se refroidit vite en cette toute fin d’été, la fin du film: Beyond the dream (Kiwi Chow, 2019 – HK) – un mélodrame un peu trop larmoyant

Short diary of the week (409)

Lundi: une bonne nuit (c’est tellement rare du dimanche au lundi), repousser cette tâche ennuyeuse alors que je ferais mieux de m’y mettre (retranscrire une interview, donc), et puis réécrire le texte, lire au jardin et terminer un livre, la suite et la fin du film: Le héros sacrilège de Kenji Mizoguchi (1955)

Mardi: me dépêcher pour cause de pointage, reprendre le métro pour aller au boulot, de l’encodage, des discussions autour du boulot, la réunion d’équipe au jardin qui se termine par ces discussions chiantes sur le thème de saison, rentrée vidée et courbaturée, il me faut un moment pour me remettre un minimum, terminer un livre en cours tout en buvant un apéro, même pas le courage ni l’envie pour une soirée tv, aller dormir tôt

Mercredi: une nuit agitée à nouveau, m’attaquer à cette playlist en commençant par des sujets qui m’intéressent beaucoup, une concentration intense (du genre impossible au bureau) et une playlist qui est quasi terminée après quelques heures, le contrecoup: une vertigineuse chute de tension qui me laisse k.o. pour le reste de la journée, un peu de lecture au jardin quand même pour profiter de cette (dernière ?) belle journée, et même encore continuer alors que la nuit tombe et que les moustiques apparaissent, puis aller dormir tôt

Jeudi: sauf que j’ai eu du mal à m’endormir, me lever moyennement reposée, et puis me sentir bizarre quand même mais ma tension est normale, reprendre les travaux en cours, et puis lire au jardin, quelques gouttes de pluie et rentrer, me couper en cuisinant et fondre en larmes de fatigue, Betty, No Reservations – le début de la quatrième saison à Singapour

Vendredi: cette impression d’avoir bien dormi, commencer à travailler, m’interrompre pour faire les courses, cette fatigue qui me tombe dessus au supermarché, fondre en larmes dans la voiture, prendre mon courage à deux mains pour appeler le médecin mais il ne peut me recevoir que lundi (il aura fallu un mail de plus – il ne m’était pas destiné personnellement mais c’était à nouveau un mail qui descendait toute l’équipe – à tort en plus pour ce sujet précis), traîner dans le canapé incapable de faire quoi que ce soit, une longue sieste qui ne me repose pas du tout, un peu de lecture, un début de film mais je n’ai pas la patience, aller dormir tôt

Samedi: je ne sais pas trop comment je me sens en ce début de w-e, traîner dans le canapé un moment, un repas chez ma cousine pour les 90 ans de mon oncle, la fatigue me tombe dessus après un moment, ne plus rien faire en rentrant, et puis un film: Blackmail d’Alfred Hitchcock (1929)

Dimanche: traîner dans le canapé, compléter encore ces google maps, de la lecture, une sieste, encore de la lecture, cuisiner indien: ce paneer a bien survécu malgré sa date de péremption dépassée de deux mois, John Wick (David Leitch & Chad Stahelski, 2014) – un bon film d’action avec Keanu Reeves que j’aime quand même beaucoup !

Short diary of the week (408)

Lundi: une nuit assez convenable pendant laquelle j’ai bien senti l’effet du xanax, le retour au boulot – à la maison, la recherche d’idées d’articles, téléphoner à ma compagnie d’assurance pour modifier mon assurance voyage, m’entendre dire que je dois contacter mon courtier, mon courtier me prépare un nouveau contrat – sauf qu’en fin de compte il ne peut pas transférer l’ancien vers le nouveau et me renvoie vers la compagnie – en fait j’en ris mais quel temps perdu !, parallèlement il y a les péripéties avec la douane de la poste belge qui agit illégalement, du vélo d’appartement, de la lecture, la fin de la cinquième saison de The Good Fight que j’ai trouvé assez inégale

Mardi: une nuit moyenne, le retour au bureau, aucune envie de travailler, discuter de divers projets avec des collègues, discuter tout court avec des collègues, la réunion d’équipe au jardin où on se rend compte que tout le monde a eu l’occasion de se reposer pendant l’été, et donc plein de nouvelles tâches pour les prochaines semaines, rentrer à la maison fatiguée de toutes ces interactions sociales, tenter un film de 1929 (Hallelujah ! de King Vidor) mais le trouver trop daté pour le regarder en entier, ce serait sans doute pas mal de documenter ces films anciens dans une nouvelle rubrique avec de courts commentaires

Mercredi: encore une nuit moyenne, me réveiller au milieu d’un rêve à un moment où je suis frustrée par un truc, faire une liste des choses à faire au boulot et les ranger par ordre d’urgence, travailler sur cette playlist donc, organiser une interview (et donc ça vaut toujours la peine de dire où on habite – elle se fera tout près de chez moi), une discussion avec un collègue à propos d’un projet précis, la fatigue post-boulot où je n’arrive même plus à ouvrir un livre, fatigue qui se poursuit en soirée tv sans intérêt

Jeudi: une bonne nuit – et pourtant la fatigue me retombe dessus dès que je commence à travailler (avec courbatures et tout), plein de choses différentes, et puis terminer la tâche boulet, une sieste qui me laisse encore plus k.o., un peu de lecture au jardin, Betty, No Reservations en Toscane – la fin de la troisième saison

Vendredi: une nuit très agitée, des petits trucs de boulot, une interview pour le boulot, commencer à la retranscrire, terminer ce roman au jardin tout en profitant de ce beau temps, Everest de Baltasar Kormákur (2015) – le film catastrophe avec plein de tension

Samedi: encore une nuit agitée sans trop de raison, et donc il fait tout gris, traîner un moment puis continuer à compléter la google map pour mon voyage, ah ça s’éclaircit enfin !, un peu de jardinage – à cette saison il s’agit surtout de couper les fleurs fanées, de la lecture, tondre de la pelouse, terminer un très beau livre, le choix du suivant – c’est parfois compliqué et j’ai beaucoup hésité – et au final j’ai choisi de la non fiction alors que j’aurais préféré un roman – ça m’arrive tout le temps, commencer un film mais sentir très vite que je m’endors

Dimanche: ce matin le soleil est déjà là !, une belle journée en perspective donc, une mini séance de couture – cette robe de plein été devrait être terminée pour la mi-automne à ce rythme !, de la lecture, un barbecue et des températures encore très agréables en soirée, la suite du film mais un gros coup de pompe me force à l’interrompre une nouvelle fois

Short diary of the week (406)

Lundi: bon et bien je suis en vacances et il fait gris avec de la pluie et il y a des travaux dans la rue avec des marteaux-piqueurs, traîner dans le canapé (je crois que je vais me répéter cette semaine), je pourrais continuer la couture de la robe en cours mais je reporte chaque jour – je crois je porte moins d’intérêt à la couture qu’avant – et surtout les robes cousues main sont moins confortables que les vêtements en jersey pour rester à la maison – peut-être que je dois changer de type de patron ?, de la lecture – j’avais terminé quelques livres mais j’en ai commencé plein de nouveaux, No Reservations à Hong Kong

Mardi: réveillée par les travaux dans la rue, traîner dans le canapé, une courte sortie ravitaillement, régler des trucs administratifs (mon assurance voyage ne couvre donc pas le covid – ce serait donc sans doute mieux que je change mais c’est évidemment bien plus cher), attendre le livreur avec impatience pour commencer le livre qu’il apporte, d’autres lectures en attendant, livreur qui est en retard (je suis à la fin de sa tournée), commencer une nouvelle série et regarder deux épisodes en une fois: The White Lotus – ça se passe à Hawaï – c’est ce qui m’a attirée (ainsi que les 5 étoiles données par The Guardian)

Mercredi: depuis quand le soleil n’a pas montré son nez ? – ça n’a pas l’air d’être pour aujourd’hui non plus, et ce n’est pas aujourd’hui non plus que je mettrai ces nouvelles sandales apportées par un livreur fort matinal (et j’ai été surprise: pour une fois le livreur était blanc flamand – les autres sont en général d’origine africaine), contente de mes nouvelles sandales (j’ai patiemment attendu que le pourcentage de réduction augmente et il restait encore ma pointure dans le modèle que je préférais), reprise de la couture et bien avancer sur ce passage un peu délicat, de la lecture – la météo n’invite pas à la promenade, un plat improvisé mais vraiment pas mal, deux épisodes de The White Lotus

Jeudi: toujours pas de soleil, réserver les trains pour mon voyage (et un bus – ce que je n’aime pas – je n’arrive pas à y lire – mais c’est la moitié du temps et moitié moins cher) et le ticket pour la visite phare, de la lecture, des ramens, la fin de The White Lotus – j’ai beaucoup aimé mais j’ai été un peu lassée par les chansons hawaïennes toujours les mêmes

Vendredi: les courses, le feuilleton de l’été du boulot écrit quasiment que par des personnes en congé, l’invitation de dimanche qui tombe à l’eau… parce qu’il va pleuvoir, trouver un nouveau plan de sortie ?, une tentative de lecture au jardin mais rentrer parce ça ne le fait pas – j’ai un peu froid et il y a des jardiniers bruyants et le soleil se cache tout le temps, de la lecture dans le canapé donc, espérer très fort que le télétravail sera prolongé d’un mois de plus, No Reservations en Argentine

Samedi: lire des blogs tout en traînant dans le canapé, commencer une google map pour mon prochain voyage, des températures très agréables – enfin !, lire au jardin, et voilà déjà la pluie, un repas singapourien (pas mal mais je devrai mieux épicer la prochaine fois), Still the water – un film de Naomi Kawase qui donne envie d’aller à Amami

Dimanche: dormir longtemps et me réveiller avec un début de mal de tête, mal de tête qui va augmenter d’un coup et me pourrir la journée, me mettre au lit grelottante (mais sans fièvre) et en ressortir une heure plus tard tout aussi crevée (mais réchauffée), tenter tant bien que mal de lire un peu, terminer un pavé (Etés anglais) et avoir envie de commencer la suite mais reporter ça à plus tard, traîner un peu devant la tv, me sentir particulièrement misérable aujourd’hui et donc déprimer à propos de tout, aller dormir tôt, mettre beaucoup de temps à m’endormir

Short diary of the week (405)

Lundi: une nuit un peu agitée mais pas trop mauvaise pour un lundi, le stress d’avant vaccination, beaucoup de monde dans le parking mais quasi pas de monde dans le centre de vaccination, enfin cette seconde dose !, et toujours cette superbe vue sur les avions qui se préparent à partir (mon centre de vaccination est à l’aéroport), me sentir plus légère même si je dois encore attendre deux semaines avant d’être protégée, continuer le boulot commencé ce matin, de la lecture, des averses, The Good Fight, No Reservations à São Paulo

Mardi: la grosse fatigue post-vaccination, vu que la réunion du jour est en visioconférence j’ai décidé de rester à la maison pour travailler – ce qui est sans doute mieux pour prévoir les possibles symptômes, la Birmanie – suite, la réunion d’équipe en visioconférence donc, une fatigue immense entrecoupée de coups de pompe encore plus violents mais pas de fièvre – ce qui est donc bien plus positif que lors de la première dose, un film d’après-midi pour le travail: White Zombie de Victor Halperin (1932) – merci youtube qui met en ligne ces vieux films dont les droits ont expiré, une envie de ramen comblée par l’Omiyage Box – une recette différente au bouillon de poulet très goûtu, pas le courage de regarder grand-chose et me tourner donc vers Say yes to the dress puis Kodoku no gurume, aller dormir plus tôt que d’habitude

Mercredi: un lever matinal pour aller conduire la voiture au garage, mon voisin vient m’y chercher, une petite chute de tension, me mettre à écrire pour le boulot, la voiture est prête !, mon voisin m’y conduit – merci à lui !, recevoir une offre pour une nouvelle voiture (hybride et automatique) mais je pense que je vais attendre encore quelques mois, de la lecture au jardin, The Good Fight, No Reservations en Polynésie Française

Jeudi: quand le réveil sonne je me sens encore fatiguée, la Birmanie – suite – c’est toujours un travail de longue haleine ces pays, le retour des maux de tête et des courbatures – je m’en doutais dès le réveil en fait, de la lecture au jardin – pas de soleil mais il fait un peu plus chaud que d’habitude, Betty, No Reservations à Cleveland

Vendredi: dernier jour de boulot et terminer d’encoder certaines choses à l’avance, les courses, des maux de tête à nouveau, de la lecture, terminer le roman en cours, piochons dans cette liste de films des années 1930 (voilà que je crée de nouvelles listes de films à regarder à cause de ma lecture en cours d’un gros livre sur l’histoire du cinéma): 42nd Street de Lloyd Bacon – une histoire un peu minimaliste mais de superbes chorégraphies

Samedi: deux semaines de vacances !, en espérant que ça remettra mon sommeil à zéro et que mes nuits ne seront plus agitées, beaucoup d’hésitations et pas de décision, préparer des marinades, tondre la pelouse, de la lecture au jardin, un barbecue – enfin !, lire encore avec le soleil qui se couche

Dimanche: lire des blogs tout en traînant dans le canapé, m’y mettre et faire ces réservations, je pars donc en voyage début octobre !, je croise les doigts pour qu’il n’y ait pas de nouvelles interdictions d’ici là, et puis ce moment un peu triste où je pense à mon papa et au fait que j’aurais enfin eu une réponse à sa question habituelle: « et maintenant, où pars-tu en voyage ? », réconforter ma voisine dont le fils va divorcer, de la lecture au jardin, me dire que je vais terminer ce roman, il reste encore trop de pages et c’est déjà la fin de l’après-midi, le reprendre en soirée et le terminer, les nuages arrivent et le vent se lève

Short diary of the week (404)

Lundi: des insomnies, de la lecture en milieu de nuit, des envies de vacances, cette déprime devant le pluie qui tombe à verse, les trucs à faire aujourd’hui: de l’écriture et de la mise en ligne, une invitation pas du tout prévue pour ce soir, de la lecture, l’avant-première d’Onoda – un film d’Arthur Harari – au cinéma tout près de la maison en présence du réalisateur, rentrer tard – le film est long, ne pas réussir à m’endormir avant 2-3h du matin

Mardi: le but de la journée: survivre, en plus c’est la journée au bureau, un nombre de collègues très réduit, de l’encodage, des conseils sur Berlin aussi, une réunion un peu n’importe quoi avec une équipe fatiguée et avide de vacances, ne plus faire grand-chose le soir mais me détendre avec un cocktail et regarder des bêtises à la tv (Say yes to the dress, Air Crash)

Mercredi: une bonne nuit et tout va mieux, une concentration intense et un texte qui s’écrit relativement facilement, rencontrer un nouvel ami en fin d’après-midi et se faire virer du Pain Quotidien pour cause de fermeture, continuer la conversation sur le trottoir, un repas rapide, No Reservations à New York

Jeudi: relire et amender le texte d’hier, mettre en ligne les contributions de mes collègues pour le feuilleton de l’été, de la lecture au jardin – la première fois depuis longtemps !, The Good Fight, Kodoku no Gurume

Vendredi: un travail papillonnant entre diverses tâches, de la lecture, une montée soudaine de maux de tête, une attaque rapide au Dafalgan, mais une grosse fatigue comme résultat, fouiller dans le digicorder pour regarder quelque chose de bien mais pas trop compliqué: Great Asian Railway Journeys – épisode 2 (j’ai raté le 1) à Java en Indonésie

Samedi: une bonne et longue nuit, réfléchir à un possible voyage, traîner beaucoup, de la lecture entrecoupée de tentatives d’organisation de voyage, un plat avec des ingrédients de l’Omiyage Box du mois de juin, Will Penny – un western de Tom Gries (1968)

Dimanche: une matinée paresseuse, de la lecture, encore de la lecture dans le canapé vu qu’il pleut à nouveau, terminer ce roman qui n’avançait pas (le syndrome deux semaines pour lire une première moitié puis un jour pour lire la seconde), Roadrunner. A film about Anthony Bourdain de Morgan Neville – pas mal mais sans doute que je m’attendais à plus et mieux

Short diary of the week (403)

Lundi: je sais que mes semaines sont extrêmement répétitives mais je n’ai pas l’intention d’arrêter ces short diaries, du mal à me mettre au boulot – comme un lundi donc, des courts textes, de la mise en ligne, lire un court roman, commencer un autre, The Good Fight – quel premier épisode de la cinquième saison !, No Reservations à Los Angeles

Mardi: où je peux démontrer tous mes talents (nuls, donc) en marche arrière en voiture (un camion bloquait la rue), obtenir ce rendez-vous garage + contrôle technique tant recherché (et à une date qui me convient) (je m’y prendrai quand même plus tôt l’année prochaine), me demander quoi faire – ça arrive, trouver un truc à faire, voir les collègues, la réunion d’équipe un peu longue, rentrer crevée et ne plus rien faire de bien de la soirée (il y a juste eu une petite dose de Say yes to the dress)

Mercredi: une mauvaise nuit sans raisons apparentes, la Birmanie – la suite, une sieste plus longue que prévue, de la lecture, The Good Fight, No Reservations – de Shanghai à Shangri-La

Jeudi: et une mauvaise nuit de plus, vraiment crevée ce matin, de la Birmanie – encore, une sieste, une hypnose guidée par Béatrice (en visio) qui me laisse toute sereine, China Beach, Kodoku no gurume, epic fail pour mon sommeil avec ce moustique qui est venu me torturer au moment de m’endormir

Vendredi: bien contente d’être vendredi !, de la Birmanie – toute la journée, de la lecture, des envies de voyages mais sans trop savoir où aller, Five seasons: the gardens of Piet Oudolf – un documentaire sur les superbes jardins du Hollandais

Samedi: une nuit troublée par des nausées – quand est-ce que je vais vraiment bien dormir ?, traîner dans le canapé et lire des blogs, de la couture: tenter d’ajuster des bretelles sur un corsage est assez compliqué en solo, de la lecture, une sieste, de la lecture, m’endormir devant la tv

Dimanche: une bonne nuit !, écrire quelques billets lecture en brouillon, une mini séance couture qui me permet de voir si les bretelles sont bien ajustées (ça va mais je pourrais ajuster encore un peu), de la lecture, réfléchir à un possible voyage en octobre mais hésiter très fort sans réussir à prendre de décision (toutes ces anxiétés me rongent – le pire c’est que j’ai réponse à tout et que je pourrais réserver sans problèmes et avec possibilité d’annulation – mais la question de base est: est-ce que voyager pendant une pandémie est agréable ?), un plat birman et un chutney des îles Rodrigues, First Cow de Kelly Reichardt (2019) – le temps était un peu long quand même malgré les belles images en clair-obscur