Short diary of the week (334)

Lundi: réveillée bien trop tôt après une mauvaise nuit, prendre la voiture pour aller au travail, attendre de voir mon chef, le reste de la semaine sera en télétravail, l’ambiance est bizarre, prendre des livres et des disques qui me permettront de travailler à la maison, des maux de tête et une grande fatigue, rattraper mon retard dans Masterchef (trois épisodes en accéléré)

Mardi: une petite insomnie malgré tout, essayer de trouver mes marques, à vrai dire je n’ai pas de bureau et la grande table est en plein soleil le matin, me plonger dans les musiques de l’île Maurice, passer un moment au jardin, de la lecture (même si je dois faire de gros efforts de concentration), Better Call Saul

Mercredi: réveillée tôt après une presque bonne nuit, me mettre à travailler, ce beau soleil, ces contacts qui font plaisir, un énorme coup de pompe (avec courbatures), une mini sieste, travailler encore un peu, du jardinage qui me remet d’aplomb, deux épisodes de Breaking Bad, des angoisses

Jeudi: réveillée encore plus tôt, et toujours pas la grande forme, travailler un moment, recevoir un colis puis aller chercher un ordinateur portable sécurisé au boulot, y rencontrer trois collègues, l’installer à la maison, en fait ça me permet de mieux séparer les tâches, les maux de tête et les courbatures ont enfin l’air de s’atténuer, terminer la deuxième saison de Breaking Bad, une demi-heure de yoga anti-stress qui me fait beaucoup de bien, de la lecture

Vendredi: je me sens un peu moins fatiguée et je commence à prendre mes marques, demander de l’aide pour utiliser les touches de fonction (je n’avais pas repéré la touche fn), et puis un truc bizarre avec le pointeur de la souris qui est complètement décalé dans un programme spécifique, avancer sur plusieurs projets, un Maiden’s Blush Cocktail en duo sur Instagram avec Sylvain, le début de la troisième saison de Breaking Bad, Masterchef, Gardener’s world (je me suis endormie, comme le veut la tradition)

Samedi: une bonne nuit, aller faire mes courses très tôt dans un supermarché heureusement vide de monde (mais malheureusement encore vide de certains produits), traîner beaucoup, appeler mon papa (qui a l’air d’aller mieux), du jardinage intensif même s’il fait gris et froid, toujours pas de concentration pour la lecture, par contre le jeu ça va, un début de film et m’endormir devant vers 20h30

Dimanche: ce grand soleil, laisser des commentaires sur divers blogs, me poser des questions quant aux réseaux sociaux: je fatigue de leur côté anxiogène mais j’ai besoin de ces contacts, terminer cette chemise western en cousant boutonnières et boutons, du jardinage, répondre vertement et tourner le dos à ce voisin qui commence la conversation par « encore deux mois » (ce n’était pas la première fois qu’il m’énervait), mon autre voisine par contre est adorable – heureusement vu que c’est mon seul contact IRL, évidemment après j’ai culpabilisé pour cette réaction à fleur de peau, de la lecture, cuisiner un bon plat, encore un cocktail en commun – tiki cette fois-ci, suite et fin du film d’hier: The last sunset (Robert Aldrich, 1961) – il y a de l’aventure mais les histoires d’amour m’ont fait bondir (« tu m’épouseras » – la femme n’a rien n’a dire – et l’autre relation amoureuse était pédophile), la fin de Gardener’s World, de la lecture

Short diary of the week (333)

Lundi: j’ai du mal à me faire à l’idée que je ne partirai peut-être pas en voyage cette année pour cause de pandémie, et pourtant ce n’est pas l’envie qui manque, j’avais d’ailleurs presque réservé un voyage mais j’avais reporté ma réservation, j’ai sans doute bien fait, du tri de disques, ne pas réussir à terminer mais à un moment je sature vraiment, de la cuisine, Masterchef, Breaking Bad

Mardi: des discussions sur le fait que rien n’avance, terminer le tri d’hier, une réunion, une grosse fatigue, un gros coup de déprime en rentrant, Better call Saul, Breaking Bad, m’endormir en pleurant

Mercredi: cette pluie qui n’en finit plus, au moins les réserves d’eau souterraine ont à nouveau atteint un niveau normal, la procrastination avant article, et puis écrire, trier des disques, les maisons de repos sont interdites au visiteurs – je ne verrai plus mon papa pendant six semaines – ce sera long, me forcer à cuisiner, râler sur mon lecteur bluray qui refuse tous les dvd, Breaking Bad

Jeudi: une belle insomnie (ça ne m’étonne pas après les nouvelles d’hier), 15 ans déjà, un jury, préparer un autre jury, un mail d’ancien chef qui m’énerve, juste crevée, tenter d’appeler mon papa sans succès, deux épisodes de Breaking Bad, de l’anxiété par rapport aux mesures prises par le gouvernement

Vendredi: une mauvaise nuit (pas étonnant, une fois de plus), retrouver mes collègues, il n’y a qu’un sujet de conversation, et peu d’entrain pour travailler, faire des réserves de dvd, des inquiétudes pour mon ravitaillement habituel du weekend, je n’ai aucune envie de devoir me battre pour acheter le strict nécessaire, terminer les trucs du vendredi, tenter une nouvelle fois d’appeler mon papa sans succès, deux épisodes de Breaking Bad

Samedi: faire ma liste de courses et aller au supermarché, heureusement il n’y a pas de monde mais certains des rayons n’ont pas encore encore été remplis à nouveau, une vendeuse me confirme que ça a été assez horrible hier, parler avec ma voisine, finalement réussir à joindre mon papa au téléphone – il n’est pas très en forme et cette situation n’aide pas, un peu de jardinage mais le soleil du matin a déjà disparu, cette légère angoisse qui ne me quitte pas, de la lecture, du jeu, Le duel silencieux (Akira Kurosawa, 1949)

Dimanche: du rangement, de la couture, hésiter à aller au jardin mais il fait trop gris, trier des photos, lire, jouer – toutes des activités censées faire oublier le climat ambiant (quoique, je vois bien que j’ai du mal à me concentrer sur ma lecture), cuisiner un plat indien, Breaking Bad, juste vidée et donc me mettre au lit très tôt

Short diary of the week (332)

Lundi: me replonger dans ce texte, le terminer, rentrer sous la pluie, cuisiner pour les repas de midi de la semaine, la fin de la douzième saison de Doctor Who, Masterchef en différé

Mardi: publier le long texte, et puis me rendre compte que les mises à jour d’un wordpress au boulot rendent le site inutilisable – la grosse angoisse (il s’agit de mon projet), attendre une solution de l’informatique, mais me sentir mal quand même, apprendre qu’il n’y a pas de backup, et puis enfin une bonne nouvelle: il restait un backup sur un vieux serveur, tout ça m’a épuisée, un bon repas, Better call Saul, Breaking Bad

Mercredi: écrire un rapide texte avant une réunion, encoder ce qui doit l’être dans le wordpress qui a été restauré, deux épisodes de Breaking Bad, hésiter à continuer ce pavé

Jeudi: de la relecture, des aller-retours multiples pour faire toute une série de petites choses, terminer la première saison de Breaking Bad

Vendredi: une nuit agitée avec des maux de ventre, un métro plus court que d’habitude et bondé, et impossible de lire, bien contente d’arriver au bureau du coup, les trucs du vendredi qui n’avancent pas, Masterchef

Samedi: une bonne et longue nuit, le plaisir de revoir le soleil, mais les samedi matins sont toujours difficiles, et donc il n’aura fallu que trois semaines pour que mon papa passe du déambulateur à la chaise roulante, une des infirmières me dit aussi qu’elle doit le nourrir sinon il regarde son assiette sans rien faire, tout ça me rend très triste même si je sais que c’est le cours de la vie, les courses, du jardinage, venir à bout de la plus grosse motte de bambou, du jeu, un intéressant documentaire sur Hedy Lamarr

Dimanche: réveillée très tôt, élargir une robe un peu trop étroite (ou comment le sens du tissu a vraiment de l’importance pour l’aisance), reprendre la couture du chemiser en cours, trier des photos, de la lecture (et me rendre compte que j’ai déjà lu ce livre sur les cocktails en mai mais je n’ai plus aucun souvenir), du jeu, de la cuisine, deux épisodes de Breaking Bad (que j’ai déjà vus mais je n’ai plus aucun souvenir de l’histoire et je vis donc le suspense comme lors d’un premier visionnage)

Short diary of the week (331)

Lundi: une nuit agitée, des inquiétudes: est-ce le bon moment pour réserver un voyage avec la propagation du virus ?, corriger des textes, une conversation intime, des nouveaux disques, préparer un plat de midi pour la semaine, Doctor Who (dieu que cette saison est ennuyeuse), la fin de la neuvième saison de Call the midwife – c’est comme si les scénaristes avaient attendu le dernier épisode pour y concentrer toute l’émotion possible

Mardi: une nuit agitée, chercher des images et des clips, avancer sur plusieurs projets en même temps, attendre le tram… longtemps… sous la pluie, le retour de Better call Saul, le retour de Masterchef sur la BBC (en différé)

Mercredi: oh de la neige, procrastiner un moment, commencer ce texte pour le 8 mars, et puis passer à autre chose, des maux de tête, un repas avec le contenu du frigo, Better call Saul, de la lecture

Jeudi: cette fatigue, me plonger à fond dans ce texte, l’après-midi est longue par contre, braver le froid et la pluie pour retrouver une amie en ville, un pho au Yi Chan, rentrer tôt pour cause de fatigue, terminer mon roman au chaud

Vendredi: me réveiller à cause d’une crampe à un orteil, le plaisir de voir le soleil, la suite du texte, rentrer frigorifiée sous la pluie, cuisiner, être dérangée par un coup de fil juste au moment où j’allais commencer à manger, Masterchef, revoir le début de Breaking Bad

Samedi: aller chez mon papa, les courses, une nouvelle tempête, de la couture: apprendre et réussir à coudre des poches passepoilées, entendre au loin les sons du carnaval, terminer ce livre d’histoire commencé… en mai !, jouer un moment, me rendre compte que j’ai des appels en absence, cuisiner, regarder un film, être interrompue par un coup de fil mais arriver trop tard, éteindre mon téléphone – énervée, The comancheros (Michael Curtiz, 1961)

Dimanche: une nuit un peu agitée, traîner dans le canapé, je n’arrive pas à comprendre pourquoi ces appels m’énervent autant (enfin si, en partie: mes communications ne passent que très rarement par téléphone, et trois coups de fil en deux jours, c’est beaucoup trop, quant à la personne en question, je n’ai pas le courage d’une fois de plus gérer ses problèmes en plus de ceux de mon père), prendre mon courage à deux mains et rappeler cette personne – ce qui permettra je l’espère d’arrêter le flot de coups de fil, de la couture, me dire que j’aurais dû faire une toile parce que ça baille aux emmanchures, hésiter à continuer, de la lecture, du jeu, deux épisodes de Breaking Bad

Short diary of the week (330)

Lundi: la fatigue du début de semaine, tout ce monde qui cause et s’agite dans le couloir – j’ai du mal aujourd’hui – en fait il y a plusieurs personnes qui viennent de s’ajouter, le sujet de la semaine: l’Asie centrale, et puis passer à l’Allemagne, commencer à m’inquiéter pour le rendez-vous médical de vendredi – j’ai le même âge que ma maman quand on lui a diagnostiqué son premier cancer, préparer une quiche, Doctor Who, avoir envie de parler à quelqu’un de mes inquiétudes – et d’autres choses – mais ne pas trop savoir à qui, de la lecture

Mardi: une très mauvaise nuit – pas vraiment une insomnie mais du sommeil trop léger entrecoupé de micro-réveils, des maux de tête, d’humeur plutôt triste, avancer sur les divers projets, quelques courses utilitaires (matériel de couture et produits de beauté), Call the midwife, de la lecture

Mercredi: une nuit vaguement meilleure mais toujours aussi fatiguée au réveil, et avec de légères nausées, une longue discussion intéressante sur les manières de travailler, attendre avec impatience une réponse à un mail, une réponse qui n’est pas celle que j’espérais au final, commencer This is us, comme je me sens toute tendue je fais une séance de yoga de relaxation

Jeudi: le travail comme d’habitude, un nouvel échange de mail qui est déjà plus intéressant, un épisode de Succession, cette impression de plus en plus grande d’être totalement invisible

Vendredi: le métro qui se traîne, deux rendez-vous médicaux – tout va bien du côté des seins et pas de signe de ménopause, une heure pour retourner au travail à cause d’un rail cassé qui interrompt le métro entre Schuman et Mérode, une grosse fatigue qui génère évidemment une grosse déprime, Lola versus – une comédie romantique dans laquelle je ne me reconnais pas du tout

Samedi: aller chez mon papa, le trouver dans le couloir tout à fait confus et ne sachant pas où est sa chambre, le voir chaque semaine de plus en plus diminué me fait mal, goûter du vin au supermarché tout en parlant avec le responsable du rayon, de la couture ou comment j’apprends à coudre du passepoil grâce à youtube, de la lecture, du jeu, le début d’un long film

Dimanche: la tempête pour le troisième dimanche de suite, du rangement, du tri de photos, de la couture – fière de mon passepoil – mais ça prend du temps, de la lecture, du jeu, de la cuisine, la fin de Chien enragé (Akira Kurosawa, 1949) – je ne suis pas trop fan de ce maniérisme extrême mais c’est un bon film malgré tout

Short diary of the week (329)

Lundi: de longues insomnies, heureusement je suis en congé aujourd’hui, découper un nouveau patron que je modifie tout de suite – encore un frankenpattern, trier des photos, installer ce nouvel ordinateur et caler complètement sur le mot de passe du wifi, après recherches il avait été modifié par mon fournisseur d’accès sans que je sois prévenue (ou je n’ai pas fait attention), jouer, préparer un plat pour les repas de midi de la semaine, Doctor Who, Call the midwife, sursauter à cause d’un éclair soudain et de coups de tonnerre très proches, m’inquiéter de l’orage et de la pluie

Mardi: me sentir encore bien fatiguée ce matin, commencer une playlist, une réunion, des courses sans résultat, la fin de The unforgiven (John Huston, 1960) – un film raté censé dénoncer le racisme mais qui s’enfonce complètement à la fin

Mercredi: la suite de la playlist, le début d’un autre projet (qui me donne évidemment envie de retourner en Asie centrale), la recherche de clips d’hommes sapins, une envie d’un plat de type donburi / bibimbap mais sans suivre de recette, tenter de retrouver à quel épisode j’avais arrêté mon visionnage de Buffy, laisser tomber et commencer un livre

Jeudi: malgré une bonne nuit une grosse fatigue, avoir du mal à m’y mettre, maux de tête et vertiges – le début d’une forte crise ?, avoir du mal à travailler, heureusement ça n’empire pas l’après-midi, par contre voilà les courbatures, de la comfort food, commencer la série Succession, de la lecture

Vendredi: avancer sur un projet, les trucs du vendredi, partir plus tôt pour un dernier atelier de photo décomplexée autour d’un cocktail, du coup on a photographié le gin tonic, et après on a fait des coeurs en lumière dans la noir, ne pas réussir à me réchauffer, Angel, de la lecture

Samedi: chercher des recettes à préparer, aller porter tous les vêtements qui restaient de la troc party, aller chez mon papa, faire les courses et parler un moment avec le responsable du rayon vins, tailler des arbustes, me battre avec un bambou qui prolifère un peu trop, de la lecture, du jeu, m’endormir lamentablement devant un film à 20h30

Dimanche: dimanche c’est tempête, du rangement, de la couture: passer une heure à découper les diverses pièces d’un chemisier, de tri de photos, de la lecture, du jeu, de la cuisine, la fin du film: le très beau Printemps tardif de Yasujiro Ozu (1949)

Short diary of the week (328)

Lundi: une nuit très moyenne (même sans avoir bu de vin), du travail entrecoupé de coupures d’électricité, clôturer une première partie d’encodage, préparer à manger pour les repas de midi de la semaine, Doctor Who, Sex Education, beaucoup de stress et ne pas réussir à m’endormir

Mardi: une nuit très agitée donc, sortir sous la pluie glaçante, l’enregistrement de cette émission radio, clôturer donc ce projet, plus qu’un à terminer et je peux enfin passer à autre chose et reprendre un rythme plus normal, complètement vidée, avoir du mal à travailler, envie de comfort food, Call the midwife, un début de mal à la gorge

Mercredi: comme souvent ces dernières semaines je n’ai plus de début de rhume en me levant, mais encore bien fatiguée des derniers jours, avoir du mal à m’y mettre, le retour des maux de gorge, partir plus tôt pour faire une course en ville, complètement indécise pour le repas du soir, sauvée par une story de l’auteur d’un livre de cuisine, deux épisodes de Sex Education

Jeudi: le rhume est toujours en embuscade, terminer un projet – le dernier de tous ceux qui ont encombré mon mois de janvier, une récréation en faisant un boulot pas du tout urgent, Sex Education, terminer le roman en cours

Vendredi: un rêve bizarre qui provoque un réveil précoce, la tâche du matin, le retour des trucs du vendredi, cette fatigue !, hésiter pour le menu du soir, la fin de Sex Education – j’ai adoré !

Samedi: une longue liste de choses à faire, aller chez mon papa qui me dit qu’il va de moins en moins bien, je l’avais remarqué aussi et ça me rend triste, les courses, le grand rangement du salon, de la lecture, préparer une sauce spaghetti à surgeler, du jeu, le film du samedi soir: Flamme de mon amour de Kenji Mizoguchi

Dimanche: réveillée bien trop tôt, un superbe lever de soleil, la suite du rangement, une troc party qui permet plein d’échanges et de conversations mais elle est un peu écourtée par la tempête, le début d’un film, ce vent qui m’angoisse