Before and after

Depuis le déménagement de diane, j’avais abandonné le grenier à ce qu’il était: un espace vide et un poussiéreux qui avait abrité mes plantes exotiques pendant l’hiver. C’était son bureau et une deuxième chambre et il s’était approprié l’espace. Une fois vide, je me suis dit que ça me ferait une belle pièce de couture et une chambre d’amis. Sauf qu’il fallait boucher tous les trous dans les murs et repeindre, ce qui me décourageait assez fort, aussi parce que certains murs se prolongent jusqu’au rez-de-chaussée.

Profitant de cette semaine de congé à la météo très variable, je me suis décidée. J’avais un nuancier Colores del Mundo de Levis, et après de nombreuses hésitations, j’ai choisi la couleur la plus claire des tons “Finland”. Ce qui était un bon et un mauvais choix en même temps. Bon parce que c’est du blanc très lumineux, un peu froid même, mais qui donne bien dans cette pièce très ensoleillée. Mauvais, parce que la base était gris-beige et qu’à priori, je comptais remettre le même genre de couleur pour m’épargner du travail. Bref, au lieu d’une couche, j’ai dû en mettre trois (j’avais également oublié que je peignais à l’économie, en couche très fine). Ce n’est pas parfait dans les coins mais ça ne se voit presque pas. Ce n’est pas une pièce facile, avec le toit en pente, les alcôves et les rebords divers mais il m’a fallu environ deux heures par couche, ce qui est raisonnable. Et comme je n’ai pas repeint le plafond, je n’ai pas eu de souci de continuité avec la cage d’escalier. Les armoires, les boiseries et le radiateur sont restés dans leur couleur initiales.

Ces deux photos montrent le nombre de trous à boucher, et c’était partout dans la pièce.

après trois couches de peinture

J’ai oublié de faire des photos de mon ancienne pièce de couture, mais elle était dans un désordre inconcevable: les armoires étaient remplies et les patrons traînaient par terre, entre des planches de meubles démontés et une vieille télévision. Le grenier possède de grandes armoires encastrées, et en déménageant des choses de l’une à l’autre (le sapin de Noël par exemple), j’ai gagné beaucoup de place. J’ai pu récupérer ainsi toute l’étagère à tiroirs pour mon matériel de couture. La grande table noire était auparavant dans la pièce qui me sert de dressing mais elle y prenait trop de place et n’était pas pratique pour couper le tissu ou recopier les patrons vu que je n’avais accès qu’à un seul côté. J’ai déménagé presque tout toute seule mais pour l’étagère et la table, il me fallait de l’aide. Heureusement, un voisin m’a donné un coup de main. Je ne compte pas le nombre de fois que j’ai emprunté l’escalier avec les diverses choses à déplacer d’un étage à l’autre.

J’ai inauguré la pièce couture hier et le test était positif. Peut-être que certaines choses bougeront encore à l’usage, mais pour le moment, cela a l’air pratique. Dans le futur, j’aimerais acquérir un divan-lit que je pourrai placer sous l’alcôve, à la place du vélo d’appartement. Cela me permettra d’héberger des amis mais aussi d’avoir un petit coin de lecture bien agréable.

Et en bonus, la vue depuis la fenêtre:

Advertisements

Things are moving… kind of

J’avais commencé une série de visites chez Coyote (énergéticien et massothérapeuthe) l’automne et l’hiver passé, et puis avant mon opération, je les ai interrompues, la douleur ne me permettant pas vraiment de passer à autre chose. Après l’intervention chirurgicale, j’ai été le voir en juin pour nettoyer mon corps des médicaments et produits anesthésiants. L’été, je l’ai passé très centrée sur moi-même, endurant dans mon coin mes problèmes de sommeil récurrents. Hier, j’ai finalement été le revoir. Je sais que certaines choses ne changeront pas avant la semaine prochaine (et je suis encore dans le doute pour la suite) mais j’avais besoin de cette visite. Un point important a été de parler de mon bureau au travail où je ne me sens pas très bien pour diverses raisons dont certaines indépendantes de ma volonté. J’ai pris quelques photos, et je les ai montrées à Coyote. Sa réaction a été immédiate. Trop de brol, trop de choses qui traînent (comme toutes les caisses de mes commandes amazon passées ou des boîtes à chaussures vides) et aucune âme, aucun objet qui me représente. Un bête calendrier au mur, mais pendu trop haut (j’ai récupéré un clou qui y était déjà). Une gravure isolée. Pas de plantes.

Je lui demandé des conseils, en lui disant que je ne voulais pas changer les meubles de place: j’aime voir la porte et qui entre, même si je tourne presque le dos à la fenêtre. Il m’a donc dit les choses suivantes: mettre les magazines couchés dans ma bibliothèque à la verticale, ranger tout ce qui n’est pas utile quotidiennement, jeter ce qui m’est totalement inutile, mettre à des endroits faciles d’accès ce que j’utilise tous les jours mais pas sur mon bureau, installer au moins deux plantes: une qui monte et une qui descend…. et il m’a rassurée en me disant que j’avais un espace de travail agréable. Je n’en suis pas complètement convaincue mais je m’en accommode; je préférerais un bureau avec vue sur le jardin, et non sur l’allée menant au parking…

Bref, ce sont les grands travaux aujourd’hui dans mon bureau !

Un nouveau petit dans la famille

Il se peut que j’aie acheté un iPad Mini… Le tracking (j’ai écrit cet article lundi, il vient d’arriver entretemps) me dit qu’il est Shanghai pour le moment mais je l’attends de pied ferme (ce qui est fou, c’est qu’il retraversera le monde entier deux semaines plus tard). Cela fait un certain temps (voire un temps certain) que je jalouse la famille i de diane (iPhone et iPad): j’aimerais jouer à des jeux comme Plants vs Zombies, prendre des photos et les poster tout de suite sur FB ou Photobucket, utiliser Hipstamatic ou Instagram, utiliser 36000 applications diverses et variées qui vont me faciliter la vie (ou pas) (notamment celle qui permet de ranger ses patrons de couture et son tissu).

Ce qui me retenait jusqu’à présent était la taille de l’iPad classique, juste un peu trop volumineux à mon goût pour glisser dans mon sac et le prix de l’iPhone alors que mon vieux téléphone fonctionne toujours très bien et que je l’utilise de toutes façons très peu. L’iPad Mini me semble un juste milieu mais on verra à l’usage. Une fois sorti, je me suis décidée assez vite, me disant qu’il m’éviterait de prendre le MacBook Air avec moi au Cambodge, me délestant en même temps d’un certain poids. Ne rien prendre du tout ne me semblait même pas envisageable (les temps ont bien changé depuis l’époque où je prenais un walkman à cassettes, sélectionnant bien mes trois favorites, un livre et un fascicule de mots-croisés – je vais tenter de trouver une app pour ça aussi tiens !). Je pense que malgré tout le reader m’accompagnera aussi, pour cause de batterie qui tient bien plus longtemps qu’un vol de 12h.

Premières impressions sur la bête (ou plutôt bestiole) très bientôt.

Et oui, c’était un articles à ().

It’s the end of the world…

Hier matin, je me lève à mon aise vers 9h30 (je suis en congé) et m’installe avec le journal pour déjeuner. Après cinq minutes, j’allume la lumière. Après dix minutes, je vois que les loupiotes de jardin à énergie solaire s’allument. Il fait nuit noire à 10h du matin. Je m’inquiète, j’ai peur qu’une tornade arrache le toit. La pluie commence à tomber, la grêle aussi. Elle fait un vacarme assourdissant sur le toit et les velux. Je descends à la cave pour vérifier que tout va bien et là je vois l’eau qui s’infiltre sous la porte. Dans le garage, il y a déjà 5cm d’eau, je sauve de justesse la tondeuse à gazon. J’appelle diane qui ouvre la porte du garage. Je ne saurai jamais si c’était une bonne ou une mauvaise idée mais l’eau s’engouffre dans le garage, les égouts débordent. L’eau montera jusqu’à 15cm avant de commencer à descendre. Même la machine à laver, le frigo et le surgélateur, pourtant surélevés sont touchés. L’électricité se coupe. Dans la cave arrière, plus profonde, l’eau arrive jusqu’aux genoux. Ce qui est posé en hauteur sur des parpaings a les pieds dans l’eau.

Les trois heures suivantes, nous les passons à écoper, essuyer, pousser l’eau vers l’extérieur. Tous les voisins sont touchés aussi et quand je vois ce qui sort de leurs caves, je suis bien contente d’avoir mis beaucoup de choses en hauteur. Apparemment, ce genre d’inondation arrive tous les 5 ans dans le quartier, toujours suite à des gros orages. Après tout ce travail, je suis vidée mais extrêmement stressée, je n’arrive pas à me calmer, je resterai à fleur de peau toute la journée et même ma nuit a été mauvaise.

Aujourd’hui, j’ai des courbatures partout; je vais tester la machine à laver, elle a l’air de fonctionner mais fait quand même un bruit bizarre. Pour le séchoir, j’ai peu d’espoir mais il faudra bien tenter le coup. Je voyais mes congés différemment, je pensais pouvoir me reposer, mais on est mercredi, et je suis encore plus fatiguée qu’avant. J’espère pouvoir me détendre enfin aujourd’hui…

These last days…

Ces derniers jours ont été bien remplis ! Il fallait que je termine un gros travail au boulot (ça ne l’est pas tout à fait, mais l’essentiel est fini et envoyé à la société de graphisme qui s’occupe de la suite du projet), ce qui m’a bien occupé l’esprit en journée. A tel point que le soir, je n’avais plus envie de commencer à écrire sur mon blog. Et pourtant, j’ai bien écrit 5 billets dans ma tête en étant dans le métro, sous la douche ou dans mon lit avant de m’endormir… Au moins, j’ai des idées pour la suite !

diane est rentré de Lyon hier et nous avons été manger dans un tout nouveau restaurant, ER PU.RE, tenu par l’ancien chef du Tasso, Vincent Vervisch pour l’anniversaire d’un ami. Une très belle soirée, très agréable et qui m’a fait beaucoup de bien, avec diane qui se sentait en forme.

Et aujourd’hui, je viens de dire adieu à la vada-mobile, la petite Nissan Micra héritée de ma maman, pour prendre possession de la toute nouvelle tiki-mobile bleue des mers du sud ! Je recherche d’ailleurs une dashboard hula girl pour la décorer. Il faut encore que j’apprivoise la bestiole: en 15 ans pas mal de choses ont changé dans les voitures. J’ai maintenant une direction assistée, l’airco et plein de gadgets mais les 3 kilomètres que j’ai roulé depuis le garage étaient agréables. Par contre, je me suis exercée avec l’ancienne voiture pour la rentrer dans le garage en pente mais ce n’est pas gagné: je n’ai jamais réussi à faire de la marche arrière en ligne droite. Je pense que la nouvelle va rester dehors comme l’ancienne…

Neighborhood watch

Quand je suis arrivée dans mon ancienne maison dans un quartier assez mélangé bruxellois, j’étais pleine de naïveté: je me disais que j’allais faire connaissance de tous mes voisins et que nous nous entendrions tous cordialement. Que nenni ! Les voisins d’en face, après sept ans, je ne savais toujours pas qui ils étaient, à part le mec extrêmement curieux/agressif qui était toujours assis sur le pas de sa porte à épier tout le monde. Après de nombreuses discussions avec les gamins du quartier, dans lesquelles la police a dû intervenir plusieurs fois, et un bras cassé, je ne l’ai plus revu. Bon débarras, il ne m’inspirait pas confiance. J’ai même eu l’impression qu’il m’avait suivi un soir au Beurs.

A gauche, famille marocaine avec 5?, 6?, 7? enfants ? Je ne l’ai jamais su. Père souvent absent qui engueulait tout le monde dès qu’il était là, gosses entre 5 et 18 ans qui se criaient dessus à longueur de journée et la mère qui n’était pas en reste. Junior essayait de jouer au foot sur 4x4m (je ne trouve pas la touche du deux exposant) et renversait des balais en faisant plein de bruit, ou se prenait pour un ninja avec ces mêmes balais. Mère désespérée parce que son fils fumait des joints et ne foutait rien (à part traîner en rue – pratique courante dans le quartier) mais sans autorité sur lui. Une des filles pupute gueulant constamment sur “Fouzia”, l’autre en voile intégral avec des cernes de martyre. La fille aînée mariée à un type qui traînait en rue toute la journée mais qui roulait en Mercedes. Le pire, c’était la musique incessante toutes fenêtres ouvertes en été, la vaisselle dans la cour en plein milieu de la nuit et tout simplement le bruit. Continue reading “Neighborhood watch”

Random december things

– J’ai installé pour la première fois depuis que j’ai quitté la maison parentale mon propre sapin de Noël. Il manque encore un peu de décorations mais un passage par Maisons du Monde dans le centre ville devrait remédier à ça.

– La quête des décorations de Noël en forme d’oiseau transformables en pince à cheveu se poursuit, en collaboration avec La Princesse qui a donné l’idée. Pour le moment, je n’ai trouvé que des blancs (qui iront dans mon sapin) mais ça fait un peu trop mariage. J’ai également vu un magnifique paon rouge et fuschia de 15cm mais il était un peu cher…

– Maru Chan Mraw a rejoint la famille des pious en tant que chat bouillotte. Quel bonheur de s’endormir au chaud ! Pour les intéressé, toute la famille bouillotte se vend chez Etam lingerie.

– Chez Etam lingerie, j’ai également trouvé de longues chaussette jusqu’au dessus du genou avec bord en dentelle et petit noeud. Ce sera parfait pour faire ma petite japonaise quand il fait très froid.

– La recherche d’une tenue burlesque pour l’atelier de la semaine prochaine a dégénéré en l’achat de DEUX nouveaux ensembles de lingerie. Un mauve et doré un peu art déco (ou victorien ? – peu importe) de marque Lou et un noir qui me fait des seins tout ronds de marque Barbara. Mais à mon avis, je porterai un petit top au-dessus de tout ça…

– Les bas auto-fixants sont toujours trop courts pour une fille d’1m70, même en L. Et je ne vais pas dépenser des centaines d’euros pour trouver LA marque qui les conçoit à la bonne longueur.

– Samedi prochain, Winter Wonderland au Magic Mirrors ! Ne ratez pas ce spectacle burlesque, qui est repris dimanche à l’Archiduc.

– Dimanche soir, diane dort à l’hôpital, en espérant que l’analyse de son sommeil aura des répercussions positives sur notre vie. Le premier rdv chez le spécialiste proposait en tous cas déjà des pistes.

– Lundi 6, c’est la Saint-Nicolas, mais il ne sait pas encore trop quoi acheter pour diane…