Récit de voyage: Japon

J’ai commencé mon récit de voyage au Japon. Comme à chaque fois, il me faudra quelques mois pour publier le tout mais j’espère pouvoir vous proposer un article par semaine au début (je vais miser sur le mardi pour créer un rendez-vous régulier – il paraît que c’est plus facile pour les lecteurs), et sans doute deux dès que j’aurai avancé dans l’écriture et le tri des photos. Comme j’avais suivi un « Atelier de photo décomplexée » avant le départ (c’était vraiment intéressant et instructif), j’ai tenté de mieux utiliser mon appareil photo, et je pense que ça se voit en partie.

C’est donc sur suasaday ! Bonne lecture ! Vos commentaires me font toujours plaisir, même si c’est dire une banalité du genre « c’est beau ! ».

(Si vous êtes abonnés à la page FB de Popup Monster, vous y verrez les liens vers les nouveaux billets.)

The true adventures of Nicolò Zen

Nicholas Christopher, The true adventures of Nicolò Zen: Venise, 18e siècle – Nicolò, jeune adolescent, vient de perdre toute sa famille. Sa seule possession est une clarinette enchantée qui lui permet de jouer avec virtuosité n’importe quelle musique. Il se travestit et est accepté dans l’orchestre de l’orphelinat pour jeunes filles, mené par Vivaldi. Il se rend très vite compte qu’il sera difficile de cacher qui il est, surtout quand il est mêlé à une sombre affaire de disparition. Ce n’est que le début de son histoire qui se déroulera pendant les années qui suivent… Nicholas Christopher est un auteur que j’aime beaucoup, j’avais adoré Un voyage vers les étoiles, ainsi que The bestiary, mais d’autres romans m’ont paru plus longs (j’en ai même abandonné un). Ici, il s’agit d’un roman « young adult » et j’ai trouvé l’histoire un peu trop facile et gentillette, entrecoupée de magie – un sujet qui ne m’intéresse guère. C’est bien écrit, ça se lit vite mais je n’ai pas été passionnée.

Fluctuations (II)

Après une semaine, j’ai pris mes marques. Le changement, le chamboulement même, de mes habitudes a été un moment difficile mais en fait je me suis adaptée assez vite. J’ai pris un autre rythme, qui a sans doute besoin encore de quelques ajustements, mais qui me convient très bien. Le weekend, rien n’a changé ou presque. J’ai toujours été casanière et à part la visite à mon papa que je n’ai pas pu faire, j’ai eu exactement les mêmes activités que les semaines précédentes.

Pendant la semaine, je travaille à domicile – c’est l’avantage de la rédaction web. Mon sommeil n’est pas encore tout à fait rétabli comme avant et je me réveille tôt, et donc je commence à travailler tôt, ce qui me laisse du temps dès le milieu de l’après-midi pour faire autre chose. Jardiner surtout. Ce qui me fait un bien fou. C’est un excellent moyen pour faire de l’exercice physique et d’être au grand air sans croiser personne, à part mes voisines. Avec une des deux, j’ai aussi ma dose de conversation journalière.

J’essaie de séparer au mieux travail et loisirs. Le fait d’avoir un ordinateur à prêter du bureau facilite cette tâche. Il est sur la table, le mien, j’y accède depuis le canapé.

Je contacte des amis, des amis me contactent. On organise des rencontres virtuelles, comme ces cocktails du weekend que Sylvain et moi créons en commun. Je prends des nouvelles habitudes, comme ces mails qui remplacent la conversation à la machine à café le matin au boulot. Ce n’est pas la même chose évidemment, mais c’est déjà beaucoup.

Je me dis une fois de plus que j’ai énormément de chance d’être introvertie. Je me sens bien à la maison, le temps passe vite. D’ailleurs je n’ai même pas le temps de faire tout ce que j’ai envie de faire, j’ai même une certaine (petite) frustration par rapport à toutes ces activités que propose le net pour le moment. Je rêve de commencer ce patron un peu compliqué de Gertie, la robe Lamour mais je suis nulle part. Sans doute ce weekend – comme d’habitude en fait.

Je retrouve tout doucement une certaine concentration pour la lecture mais elle n’est pas encore optimale. Je n’ai presque pas lu ces dernières semaines et cela me chagrine. Je n’ai plus ces moments « forcés » dans les transports en commun et mine de rien, de nombreuses pages étaient tournées pendant les trajets. Je ne me suis pas encore vraiment assignée un moment lecture, à part en fin d’après-midi, mais souvent à ce moment-là, mon cerveau voyage encore pas mal ailleurs. Et le soir avant de dormir, je m’endors souvent sur le livre.

Mais je sais que c’est normal, le cerveau est un peu comme un processeur, il doit assimiler toutes ces nouvelles informations. Il est en bonne voie, l’anxiété a déjà fait ses malles, en grande partie; elle se manifeste encore parfois la nuit, de manière un peu violente même, mais elle n’est plus là en journée. Je ne fais plus que survoler facebook, j’ai masqué pour un mois les personnes qui publiaient du contenu anxiogène ou accusateur, je m’informe mais d’un oeil seulement, sélectionnant avec soin les quelques articles que je lis. Par contre, je lis avec plaisir certains blogs et passe toujours autant de temps sur instagram.

Les contacts de la vie réelle me manquent mais je me sens très bien avec moi-même. Je suis assez sereine, prête à rester chez moi pendant des semaines encore. Cette période ne fait que continuer un mouvement de recentrage sur moi, entamé depuis quelques années. Je repensais à mes voyages au Japon, seule pendant trois semaines. C’est un peu la même idée, mais sur un territoire très très limité, ma maison et mon jardin (et je sais que je suis très privilégiée de ne pas vivre dans un minuscule appartement dans une ville).

Je profite du quotidien, du printemps qui explose, des fleurs du jardin, de ce ciel si bleu, de ma cuisine, de mon salon, de mon lit…

Short diary of the week (334)

Lundi: réveillée bien trop tôt après une mauvaise nuit, prendre la voiture pour aller au travail, attendre de voir mon chef, le reste de la semaine sera en télétravail, l’ambiance est bizarre, prendre des livres et des disques qui me permettront de travailler à la maison, des maux de tête et une grande fatigue, rattraper mon retard dans Masterchef (trois épisodes en accéléré)

Mardi: une petite insomnie malgré tout, essayer de trouver mes marques, à vrai dire je n’ai pas de bureau et la grande table est en plein soleil le matin, me plonger dans les musiques de l’île Maurice, passer un moment au jardin, de la lecture (même si je dois faire de gros efforts de concentration), Better Call Saul

Mercredi: réveillée tôt après une presque bonne nuit, me mettre à travailler, ce beau soleil, ces contacts qui font plaisir, un énorme coup de pompe (avec courbatures), une mini sieste, travailler encore un peu, du jardinage qui me remet d’aplomb, deux épisodes de Breaking Bad, des angoisses

Jeudi: réveillée encore plus tôt, et toujours pas la grande forme, travailler un moment, recevoir un colis puis aller chercher un ordinateur portable sécurisé au boulot, y rencontrer trois collègues, l’installer à la maison, en fait ça me permet de mieux séparer les tâches, les maux de tête et les courbatures ont enfin l’air de s’atténuer, terminer la deuxième saison de Breaking Bad, une demi-heure de yoga anti-stress qui me fait beaucoup de bien, de la lecture

Vendredi: je me sens un peu moins fatiguée et je commence à prendre mes marques, demander de l’aide pour utiliser les touches de fonction (je n’avais pas repéré la touche fn), et puis un truc bizarre avec le pointeur de la souris qui est complètement décalé dans un programme spécifique, avancer sur plusieurs projets, un Maiden’s Blush Cocktail en duo sur Instagram avec Sylvain, le début de la troisième saison de Breaking Bad, Masterchef, Gardener’s world (je me suis endormie, comme le veut la tradition)

Samedi: une bonne nuit, aller faire mes courses très tôt dans un supermarché heureusement vide de monde (mais malheureusement encore vide de certains produits), traîner beaucoup, appeler mon papa (qui a l’air d’aller mieux), du jardinage intensif même s’il fait gris et froid, toujours pas de concentration pour la lecture, par contre le jeu ça va, un début de film et m’endormir devant vers 20h30

Dimanche: ce grand soleil, laisser des commentaires sur divers blogs, me poser des questions quant aux réseaux sociaux: je fatigue de leur côté anxiogène mais j’ai besoin de ces contacts, terminer cette chemise western en cousant boutonnières et boutons, du jardinage, répondre vertement et tourner le dos à ce voisin qui commence la conversation par « encore deux mois » (ce n’était pas la première fois qu’il m’énervait), mon autre voisine par contre est adorable – heureusement vu que c’est mon seul contact IRL, évidemment après j’ai culpabilisé pour cette réaction à fleur de peau, de la lecture, cuisiner un bon plat, encore un cocktail en commun – tiki cette fois-ci, suite et fin du film d’hier: The last sunset (Robert Aldrich, 1961) – il y a de l’aventure mais les histoires d’amour m’ont fait bondir (« tu m’épouseras » – la femme n’a rien n’a dire – et l’autre relation amoureuse était pédophile), la fin de Gardener’s World, de la lecture

Fluctuations

J’ai longtemps cherché un titre pour ce billet, j’avais pensé aux chroniques du confinement mais c’est déjà utilisé, et je ne sais pas si je vais écrire une chronique – mes short diaries le sont déjà, en quelque sorte. Mais je voulais parler de mon état d’esprit à l’aube de ce printemps très différent, dans un monde dominé par la pandémie.

Je suis fatiguée, je dors mal, j’ai des bouffées d’anxiété, j’ai du mal à me concentrer sur ce travail que je suis censée faire à domicile, je me mets à pleurer au moindre prétexte, joyeux ou triste. Quand je me mets au lit, je n’arrive pas à m’endormir, et quand je m’endors c’est souvent en pleurant. Je me réveille bien trop tôt le matin.

Je m’inquiète parce que j’ai plein de petits maux divers: j’ai eu mal à la gorge mais c’est passé; pour le moment, j’ai des maux de tête et des courbatures. Mais peut-être est-ce juste lié à mon très mauvais sommeil ? Le reste de l’année, j’ai les mêmes problèmes quand j’ai mal dormi. Je me dis que du xanax me ferait sans doute du bien, au moins en ces premiers jours, mais je n’en ai plus, et je n’ai pas envie de déranger mon médecin juste pour une prescription.

Je suis une éponge, j’absorbe le sentiment d’anxiété ambiant et ça m’épuise. Je suis une grande sensible, et si cela peut être très positif pour appréhender toute une série de situations, cela peut aussi être fatigant dans ce genre de situation. Je tente de me protéger mais ce n’est pas simple. Dès que je commence à lire quelque chose qui pourrait m’énerver sur le net, je m’arrête; j’évite un voisin adepte de la fake news (je l’évitais déjà avant, mais là, c’est vital).

Mais j’ai beaucoup de chance aussi: je garde mon travail, je conserve mon salaire, j’ai une maison, j’ai une voiture pour faire les courses (je limite mes sorties au supermarché à une fois par semaine mais je peux acheter ce que je veux, y compris des choses encombrantes et lourdes si nécessaire), j’ai toujours eu une petite tendance à l’accumulation et j’ai donc des réserves de diverses choses, de la crème hydratante à du tissu pour coudre, j’ai un jardin qui me permet de prendre l’air et de jardiner, ce qui me fait de l’activité physique, j’ai une réserve de livres et même de dvd que j’avais empruntés vendredi passé à mon travail en prévision, et puis j’ai une excellente connexion internet qui me relie avec le monde.

Depuis ce matin, j’ai un ordinateur sécurisé du bureau, ce qui me permet de faire bien plus de tâches qu’avant, même si j’ai encore du mal à bien organiser mes journées. Et cela me permet de mieux séparer travail et loisirs, le premier se faisant à table, les seconds dans le canapé.

J’espère avoir une bonne immunité: je tombe parfois malade mais ce ne sont jamais que des rhumes. J’attrape rarement d’autres maladies, ma dernière grippe doit dater d’il y a vingt ans. Mes analyses sanguines révèlent que j’ai eu la rubéole, la toxoplasmose et la mononucléose; je ne m’en suis jamais rendue compte. J’avais demandé il y a quelques mois à mon père s’il avait le souvenir de décès dans la famille suite à la grippe espagnole d’il y a cent ans, il m’a répondu que non (et je ne pense pas qu’il y ait eu une hécatombe du côté de ma maman non plus). Je me raccroche à cette espérance d’une bonne immunité. J’espère que si j’attrape ce virus, mes symptômes seront bénins, voire inexistants. Ce serait même mieux, je serais alors immunisée pour le futur.

Je me fais du souci pour mon papa mais il répond parfois au téléphone maintenant. Et je suppose qu’on s’occupe bien de lui. De toutes façons, il est en sécurité, à l’abri. La situation serait bien plus compliquée s’il avait encore été à la maison.

J’ai de la chance: je suis une grande introvertie, je l’habitude de vivre avec peu de contacts et je sais très bien m’occuper toute seule. D’ailleurs, il y a plein d’activités que j’ai envie de faire mais pour lesquelles je n’ai pas encore eu de temps: du jardinage, de la couture… et puis lire, dès que ma concentration se sera à nouveau améliorée. La situation est compliquée, certes, mais je n’éprouve pas trop de difficultés à vivre juste avec moi-même.

Mais il est clair que les contacts sociaux me manquent. Je vis seule. La semaine passée, je disais encore au travail que je ne souhaitais pas télétravailler tous les jours, mais aujourd’hui, je me sens mieux, plus sécurisée, en restant à la maison. Du coup, je n’ai personne à qui parler au quotidien, pour exprimer mes angoisses ou au contraire ce qui va bien – et cela me pèse. J’ai juste une voisine à qui parler: on se voit dans le jardin ou on se téléphone. Plusieurs amis m’ont déjà contactée, j’en ai contacté d’autres. Je ressens du soutien, même de loin. Et ça me fait du bien, même si ces marques d’amitié provoquent parfois des larmes, tant je me sens reconnaissante qu’on pense à moi.

Short diary of the week (333)

Lundi: j’ai du mal à me faire à l’idée que je ne partirai peut-être pas en voyage cette année pour cause de pandémie, et pourtant ce n’est pas l’envie qui manque, j’avais d’ailleurs presque réservé un voyage mais j’avais reporté ma réservation, j’ai sans doute bien fait, du tri de disques, ne pas réussir à terminer mais à un moment je sature vraiment, de la cuisine, Masterchef, Breaking Bad

Mardi: des discussions sur le fait que rien n’avance, terminer le tri d’hier, une réunion, une grosse fatigue, un gros coup de déprime en rentrant, Better call Saul, Breaking Bad, m’endormir en pleurant

Mercredi: cette pluie qui n’en finit plus, au moins les réserves d’eau souterraine ont à nouveau atteint un niveau normal, la procrastination avant article, et puis écrire, trier des disques, les maisons de repos sont interdites au visiteurs – je ne verrai plus mon papa pendant six semaines – ce sera long, me forcer à cuisiner, râler sur mon lecteur bluray qui refuse tous les dvd, Breaking Bad

Jeudi: une belle insomnie (ça ne m’étonne pas après les nouvelles d’hier), 15 ans déjà, un jury, préparer un autre jury, un mail d’ancien chef qui m’énerve, juste crevée, tenter d’appeler mon papa sans succès, deux épisodes de Breaking Bad, de l’anxiété par rapport aux mesures prises par le gouvernement

Vendredi: une mauvaise nuit (pas étonnant, une fois de plus), retrouver mes collègues, il n’y a qu’un sujet de conversation, et peu d’entrain pour travailler, faire des réserves de dvd, des inquiétudes pour mon ravitaillement habituel du weekend, je n’ai aucune envie de devoir me battre pour acheter le strict nécessaire, terminer les trucs du vendredi, tenter une nouvelle fois d’appeler mon papa sans succès, deux épisodes de Breaking Bad

Samedi: faire ma liste de courses et aller au supermarché, heureusement il n’y a pas de monde mais certains des rayons n’ont pas encore encore été remplis à nouveau, une vendeuse me confirme que ça a été assez horrible hier, parler avec ma voisine, finalement réussir à joindre mon papa au téléphone – il n’est pas très en forme et cette situation n’aide pas, un peu de jardinage mais le soleil du matin a déjà disparu, cette légère angoisse qui ne me quitte pas, de la lecture, du jeu, Le duel silencieux (Akira Kurosawa, 1949)

Dimanche: du rangement, de la couture, hésiter à aller au jardin mais il fait trop gris, trier des photos, lire, jouer – toutes des activités censées faire oublier le climat ambiant (quoique, je vois bien que j’ai du mal à me concentrer sur ma lecture), cuisiner un plat indien, Breaking Bad, juste vidée et donc me mettre au lit très tôt

Keeper’n me

Richard Wagamese, Keeper’n me: premier roman, en partie autobiographique, de Richard Wagamese, Keeper’n me raconte l’histoire de Garnet Raven. A l’âge de trois ans, celui-ci est enlevé de sa famille Ojibwé pour être placé dans une famille d’accueil. Il grandit loin de la réserve et des traditions ancestrales, et une fois adulte, se fait arrêter pour du trafic de drogue. En prison, il est contacté par un membre de sa famille qui l’a retrouvé. Il retourne alors dans son village d’origine où il apprendra à connaître sa culture indienne.

Après avoir lu le dernier roman de Wagamese, Starlight, j’ai décidé de lire tous les livres de cet auteur, en commençant par le premier, Keeper’n me. Il est écrit en grande partie dans un anglais parlé, parfois un peu difficile à comprendre et qui demande une certaine attention à la lecture, et c’est sans doute cela qui m’a un peu rebutée. Par contre, j’y ai retrouvé les descriptions très précises et lyriques de la nature, le lien entre celle-ci et les hommes, la beauté des paysages canadiens… Il y a aussi des touches de burlesque, notamment dans le retour de Garnet dans son village, ou dans d’autres épisodes de la vie locale. J’ai aimé lire ce roman mais je ne le conseillerais pas comme premier à lire pour cet auteur.

15 years

Angèle - 1998
Maman et moi, printemps 1998

Aujourd’hui, ça fait 15 ans que ma maman est décédée. Pendant des années, j’ai plus ou moins consciemment oublié la date mais quand on a commémoré le tsunami de 2004 en décembre, j’ai su que je ne pourrais pas masquer ce fait. Ma maman a eu toute sa tête jusqu’au 24 décembre, le jour de son anniversaire. La nuit, elle est tombée et a été hospitalisée, et est devenue complètement confuse. Elle n’a jamais réalisé que le tsunami a eu lieu, et ça m’a marquée. Elle a passé les derniers mois de sa vie en maison de repos, sans nous reconnaître, mon papa et moi. Avant-hier, j’ai été vérifier sa date de décès sur le faire-part, je me souvenais que c’était quelque part à la mi-mars mais je n’étais plus sûre de la date.

Ce 24 décembre, elle a fait promettre à mon compagnon de l’époque (que j’avais rencontré six mois plus tôt) de bien s’occuper de moi. Je comprends pourquoi elle l’a fait, j’aurais préféré qu’elle ne le fasse pas, ça s’est en partie retourné contre moi. « J’ai promis à ta maman, je ne peux pas te quitter » Et puis aussi, j’ai eu droit à plein de commentaires du genre « Depuis qu’elle est décédée, tu n’es plus la même, tu as changé ». Je suis sûre que si elle avait vécu plus longtemps, ma vie aurait été différente; elle m’aurait écoutée et peut-être poussée à prendre des décisions difficiles. Même si, je dois bien l’avouer, nos relations ont souvent été conflictuelles, mais elles étaient en passe de se résoudre. Elle a toujours voulu le meilleur pour moi, mais au point d’imposer ses propres désirs et angoisses (je devais épouser un avocat ou un médecin, apprendre à jouer du tennis, faire de bonnes études, elle s’était fâchée quand j’avais trouvé un boulot un mois après la fin de mes études – je n’allais quand même pas aller travailler chez ces « socialistes »…). Mais entre temps, j’étais devenue adulte et elle avait compris que j’avais trouvé une voie qui me convenait, malgré ses réticences.

Je me doute bien qu’elle n’aurait jamais atteint les 88 ans qu’elle aurait eu aujourd’hui, mais j’aurais aimé pouvoir me confier à elle un peu plus longtemps. Depuis son décès, j’ai été à la recherche de quelqu’un qui pourrait un peu jouer ce rôle de « maman » mais personne n’a pris le relais. Ma belle-mère de l’époque n’était pas du tout maternelle / maternante, et la nouvelle compagne de mon papa a tout simplement refusé de partager la moindre intimité, même quand mon père lui a demandé de le faire. Ma maman me manque, encore aujourd’hui.

Je me souviens que le jour où elle est décédée, il faisait froid et gris; l’hiver avait été long et sombre. Le jour de son enterrement, le printemps a commencé. Aujourd’hui, la météo est encore changeante mais les prochains jours s’annoncent très cléments.