The gift of rain

Tan Twan Eng, The gift of rain: 1939, Penang. Né d’un père anglais, riche entrepreneur de la région, et d’une mère chinoise, Philip Hutton est un garçon de 16 ans au début du roman. Son père, sa soeur et ses deux frères (sa mère est décédée quand il était petit) sont en Angleterre pour quelques mois. Lui a préféré rester sur place, dans la propriété familiale, avec les nombreux serviteurs. Un jour, il rencontre un diplomate japonais, Hayato Endo, à qui son père a loué un îlot en face de leur maison. Ils deviennent amis et Endo apprend à Philip l’aïkido et la langue japonaise. Mais une guerre se prépare et Philip devra faire des choix: protéger sa famille ou défendre son pays ?

Au début du roman, j’ai eu la forte impression de retrouver tous les thèmes de The garden of evening mists: la Malaisie et son histoire pendant la Seconde Guerre mondiale, un Japonais comme un des personnages principaux, une chronique familiale… et en effet, il y a de fortes ressemblances, mais au cours du livre, l’histoire évolue, prend sa propre tournure. Tan Twan Eng prend son temps pour faire un portrait très fin des personnages et le récit n’avance pas très vite mais c’est compensé par une très belle écriture, descriptive, faisant revivre une ville à l’aube de la guerre, montrant les rouages d’une société encore coloniale mais dans laquelle les Chinois ont également beaucoup d’importance. En lisant ce livre, on se trouve plongé dans les tropiques et l’ambiance particulière de ces régions. Et si le récit suit les événements historiques de très près, il décrit également la psychologie des personnages, leurs doutes et leurs choix. J’ai adoré ! Et en même temps, je suis déçue: l’auteur n’a pas écrit d’autres romans…

Le roman a été traduit en français: Le don de la pluie.

The garden of evening mists

ml1384_270x350Tan Twan Eng, The garden of evening mists: années 50, Cameron Highlands – Malaisie. Yun Ling, une jeune femme qui a survécu aux camps d’internement japonais, désire créer un jardin en souvenir de sa sœur qui a été tuée pendant la guerre. Dans les montagnes du centre du pays, elle retrouve l’ami de sa famille, Magnus, d’origine sud-africaine et propriétaire d’une plantation de thé, mais aussi le japonais Aritomo, un ancien jardinier de l’empereur qui a décidé de créer un jardin traditionnel au milieu de la végétation tropicale. Yun Ling souhaite l’engager mais celui-ci refuse et lui propose plutôt de devenir son apprentie. Contre toute attente, des liens profonds se tissent entre les deux personnages si opposés, entre une femme blessée et le symbole – quelque part – des anciens bourreaux, le tout sur fond de la guerre civile qui faisait rage en Malaisie à cette époque (les communistes tentaient d’arriver au pouvoir et commettaient de nombreux attentats).

L’auteur, Tan Twan Eng, est malais et vit aujourd’hui entre Kuala Lumpur et Le Cap. Dans son roman, il parle de son pays, de son histoire difficile en créant des personnages qui auraient pu avoir vécu à l’époque. Il intègre également toute une partie japonaise: il a étudié avec soin les concepts de jardins japonais et d’autres traditions locales. Le roman est lent et dense, mêlant beauté de la nature et horreurs de la guerre, évoquant avec finesse les émotions de la narratrice, Yun Ling, qui se souvient de son histoire alors que sa santé décline. J’ai beaucoup aimé – les thèmes avaient tout pour me plaire – mais il m’a manqué quelque chose qui m’a empêché de mettre 5 étoiles, quelque chose dans l’écriture sans doute, peut-être le choix des mots qui n’arrive pas tout à fait au niveau du superbe titre. Mais c’est un détail et je conseille ce roman si vous aimez être complètement dépaysés !

Le livre a été traduit en français sous le titre Le jardin des brumes du soir.