Le grand monde

Pierre Lemaitre, Le grand monde: une histoire qui se passe juste après la Seconde Guerre mondiale, à Beyrouth, Paris et Saigon ? c’était tout à fait pour moi, surtout que les critiques d’autres lectrices (Athalie, notamment) étaient très positives. Je me suis donc embarquée dans ce récit foisonnant qui suit la famille Pelletier: les parents qui tiennent une savonnerie au Liban, mais surtout les trois enfants: Etienne est parti suivre son amant en Indochine et se retrouve mêlé à une sombre affaire de trafic de devises, François devient journaliste des faits divers, Jean (dit Bouboule) ne réussit rien de bien et est mené par son épouse Geneviève et enfin la plus jeune, Hélène se cherche encore à 18 ans. Le roman raconte leurs histoires en alternance, avec beaucoup de verve et d’inventivité (même si parfois le côté très extraverti et franchouillard m’a un peu dérangée), parsemant deci delà un cadavre. Parce qu’il s’agit bien plus que d’une classique chronique familiale à l’anglaise (je pense ici aux Cazalet); il y a de l’amour, de la haine, du sang, des lanceurs d’alerte, des trafics divers… Je crois que je suis un peu sortie de ma zone de confort en lisant cet auteur français, c’est extrêmement vivant et parfois quelque peu exagéré. Je suis bien curieuse de ce qui va se passer dans les années à venir !