The windup girl

Paolo Bacigalupi, The windup girl: après avoir adoré Siam de Lily Tuck, je n’étais pas prête à quitter Bangkok ! Conseillé par Sara (qui en est la traductrice) avant mon départ en Thaïlande, j’ai retrouvé dans ce livre des ambiances, des senteurs, des impressions qui m’étaient familières. Et pourtant, l’histoire se passe dans le futur, un futur dans lequel le monde a été ravagé par le réchauffement climatique, par des épidémies créées par les grandes multinationales productrices de semences génétiquement modifiées; le pétrole n’existe plus, le charbon est très rare. Pas de technologies avancées, juste de l’énergie issue de la force de l’homme ou de mégodonts, un genre d’éléphant monstrueux, des nouvelles créatures comme les filles automates de conception japonaise mais un retour aux grands clippers utilisant l’énergie éolienne. Dans ce monde nouveau, le roman suit quelques personnages, un entrepreneur américain, un employé du ministère très zélé, un immigrant illégal anciennement très riche et une fille automate. Leurs histoires s’entrecroisent dans un Bangkok en déliquescence mais toujours reconnaissable par les ambiances. Les marchés aux nombreuses échoppes de nourriture existent toujours tandis que les grands buildings pourrissent, croulant sous la végétation qui reprend ses droits. Par moments, j’ai pensé à Blade Runner, la technologie en moins. Encore un roman que je recommande chaudement et je mettrai bien vite les nouveaux écrit de Bacigulapi sur ma PAL !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s