Short diary of the week (161)

Lundi: j’aurais mieux fait d’éviter mon voisin, heureusement qu’une amie me signale que ma réservation Vueling est devenue surréaliste: un retour programmé avant le départ, de l’énervement donc, oh une troisième contrariété qui risque fort d’influencer mon travail des prochaines semaines, mais qu’elle est pointilleuse !, le barman n’est pas encore là, boeuf au basilic, un cocktail en dessert, Beyond Bollywood: sympathique et virevoltant mais sans plus, rentrer avec ma bouture de rau ram à la main

Mardi: écouter, heureusement que certaines personnes prennent leurs responsabilités, des maux de têtes, maux qui s’envolent de retour à la maison, un cocktail chocolat, Mr. Robot, Anthony Bourdain Parts Unknown au Montana avec un Jim Harisson incompréhensible

Mercredi: réveillée en plein milieu d’un rêve dans lequel je ratais mon arrêt de bus parce que je lisais un des nouveaux romans que je venais d’acheter, je ne prends quasi jamais le bus et je n’arrive pas à lire en voiture, comment écrire un texte court sur le flamenco ?, manger dehors et faire une liste de chansons joyeuses/tristes, cette superbe météo est idéale pour un barbecue avec un ami de longue date, rester dehors longtemps sans avoir froid ni voir un seul moustique

Jeudi: pas assez dormi, une playlist, une bataille avec les guêpes à midi, une réunion où je manque m’endormir, le voyage qui m’intéressait est annulé – que faire ?, vivement la fin de la journée, Mr. Robot

Vendredi: de l’énervement, des trucs à terminer et pas envie, avoir sans doute trouvé une destination alternative de vacances, et avoir envie de repartir dès février, Mr. Robot, Halt and Catch Fire

Samedi: goûter des vermouths et en choisir deux préférés, achat de quelques bulbes de printemps, passer un moment chez mon papa et me rendre compte qu’il ne m’écoute plus beaucoup, essayer de lire au jardin mais toujours cette nervosité, et puis les invités des voisins n’aident pas en parlant très fort, On Western Union de Fritz Lang (1941), tomber de fatigue sans raison particulière

Dimanche: me forcer à aller à la zumba, me forcer à ranger mon salon, ce n’est pas la forme – toute mon énergie a fui depuis quelques jours sans vraie raison, du poulet à la birmane, Mr. Robot, The Americans – début de la saison 3

Bar inventory

(photo prise en hauteur, perchée sur une chaise)

Suivant l’exemple de Kleo, voici l’inventaire du bar:

Les gins:

  • Beefeater London Dry Gin (le gin classique qui me sert surtout dans les cocktails)
  • Uppercut (un gin belge assez fort)
  • Tanqueray N° Ten
  • Tanqueray Rangpur (trop citronné à mon goût)
  • Broker’s London Dry Gin (très classique, pour les cocktails)
  • The Botanist Islay Dry Gin
  • Botanic de W&H
  • PJ (un gin belge)
  • Blue Gin (un gin autrichien assez poivré/épicé)
  • G’Vine Floraison (un gin français à base de raisin que j’ai beaucoup de mal à marier et apprécier)
  • Opihr Oriental Spiced Gin (à la cardamome très affirmée)
  • Haymans sloe gin (gin à la prunelle)

Les bitters:

  • Angostura
  • Angostura Orange
  • Peychaud’s
  • Creole Bitters The Bitter Truth
  • Bitter – Concentré de Monin (un bitter sans alcool)

Un bourbon Four Roses

Une vodka Absolut

Un cognac Gautier V.S.O.P.

Un Calvados V.S.O.P. Père Magloire

Les rhums:

  • Don Papa (rhum philippin assez spécial – vanillé, orangé)
  • Mount Gay Eclipse (rhum ambré de la Barbade)
  • Saint James ambré (rhum agricole de la Martinique)
  • Havana Club Añejo 3 Años (rhum blanc de Cuba)
  • Havana Club Añejo Especial (rhum ambré de Cuba)
  • Appleton V/X (rhum ambré de la Jamaïque)
  • falernum maison (rhum aromatisé)
  • Classic Dark Rum Delhaize (rhum de Trinidad, de la marque maison du supermarché)
  • Captain Morgan Original Spiced Gold
  • Malibu (rhum aromatisé à la noix de coco)

Vermouths, vin aromatisés et cie:

  • Martini Rosso
  • Martini Bianco
  • Noilly Prat
  • Rosso Antico
  • Campari
  • Dubonnet rouge
  • Lillet blanc
  • Marsala (pour la cuisine)
  • Sherry Osborne (pour la cuisine)
  • Ruby Port Sandeman (pour la cuisine et pour me remettre lors d’une chute de tension !)
  • White Porto Sandeman (pour la cuisine)
  • Pastis Pernod
  • Fernet Branca (je trouve ça assez horrible !)

Liqueurs aux herbes:

  • Chartreuse Verte
  • Bénédictine
  • Galliano
  • Licor 43 (un bon remplaçant pour le Galliano)

Liqueurs aux fleurs:

  • St. Germain (aux fleurs de sureau)
  • Crème de Violette Pagès

Liqueurs aux agrumes:

  • Triple Sec Trois Citrus Merlet (orange amère, orange sanguine et citron)
  • Mandarine Napoléon
  • Cointreau
  • Grand Marnier
  • Liqueur Yuzu by Gervin (une marque belge)
  • Triple Sec Curaçao Pierre Ferrand (gagnant de différents prix de barmen)
  • et là je remarque que je n’ai plus de Curaçao Bleu de Bols, chose qui va vite être corrigée
  • Parfait Amour Marie Brizard (liqueur violette à base d’oranges d’Espagne)

Liqueurs aux fruits:

  • Batida de coco
  • Apricot Liqueur The Bitter Truth
  • Apricot Brandy Bols (aucune des deux ne me plaît)
  • Luxardo Maraschino (le seul et unique au goût légèrement fumé)
  • Liqueur de Marasquin Giffard (très différent du Luxardo et ne convenant donc pas dans les mêmes cocktails)
  • Liqueur Poire Williams Marie Brizard
  • Crème de Pêches Monin
  • Safari (liqueur aux fruits exotiques un peu chimique)
  • Crème de Mûres Monin
  • Supercassis Védrenne
  • Crème de Fraises Védrenne
  • Heering Cherry Liqueur
  • Woodberries (liqueur aux fruits de bois qui goûte la cerise chimique)
  • Chambord (liqueur de framboises)

Liqueurs aux noix, épices et cie:

  • Crème de cacao blanc Monin
  • Liqueur Butterscotch Bols
  • Kahlua (liqueur au café)
  • Pimento Dram Allspice Liqueur The Bitter Truth
  • Amaretto Saint Michel (très mauvaise qualité, une bouteille qui croupit au fond du bar)
  • Mangalore de Giffard (liqueur rouge aux épices et au piments)

Les sirops:

  • sirop d’orgeat Giffard (je préfère le Monin)
  • sirop de grenadine Monin
  • sucre de canne
  • sirop à idées Night’Berry du Mulin de Valdonne (aux fruits rouges et paillettes)
  • sirop de fruits de la passion Monin
  • sirop de fruits de la passion maison
  • sirop de jasmin Monin (pas encore utilisé – je cherche des idées)

A dash of… (IV) – liqueurs and other spirits

Une fois que vous avez l’alcool de base, beaucoup de recettes de cocktails le marient avec des liqueurs ou autres boissons apéritives. Le mieux est de les acheter au fur et à mesure des recettes que vous voulez essayer. Quelques classiques sont:

  • les vermouths blancs et rouges comme le Martini ou le Noily Prat (plus amer)
  • le Campari
  • les liqueurs: une seule règle: goûter ! Quelques bonnes marques sont Monin, Giffard, Bols, Védrenne…
  • La meilleure liqueur de pêche est pour moi la Monin (Delhaize).
  • Pour le cassis, je prends le super cassis de Védrenne (Delhaize).
  • Le curaçao bleu vient de chez Bols (Delhaize).
  • Pour la liqueur de banane, j’ai une préférence pour le Pisang (mais la couleur verte fait parfois mauvais effet dans un cocktail avec des jus orange, celle de Bols qui est jaune est un substitut acceptable).
  • Le Cointreau domine le marché des liqueurs à l’orange, mais un triple sec d’une autre marque aura un goût différent, moins prononcé (et ne me donne pas de maux de tête). Le Grand Marnier est encore différent de goût et à utiliser que si précisé dans la recette.
  • J’ai cherché pendant des mois du Galliano, une liqueur italienne à base de vanille pour me rendre compte que le Cuarenta Tres espagnol vendu au Delhaize a quasi le même goût.
  • Et une dernière favorite: le Litchi-li de Giffard, au litchi. Le choix de liqueurs est gigantesque mais elles sont souvent difficiles à trouver en Belgique. A Bangkok par contre, c’est une autre histoire: j’ai été bluffée par un mur entier dans un supermarché de seconde zone: il y avait toutes les déclinaisons de quatre ou cinq marques différentes (même du De Kuyper, marque hollandaise introuvable en Belgique !).

Dans la catégorie alcool se retrouvent également les bitters. Très concentrés, ils se vendent en mini-bouteilles. L’Angostura, avec son étiquette trop grande, est le plus connu (Delhaize). D’autres marques ont développé des nuances de goûts diverses, comme The Bitter Truth. Quelques gouttes suffisent et donnent une toute autre dimension aux cocktails.