Short diary of the week (293)

Lundi: une bonne nuit et même pas fatiguée comme un lundi, de l’encodage, il va donc falloir vider cette armoire et j’avais tout à fait oublié cette boîte de disques de yodel, une après-midi qui se passe, toutes ces choses à faire une fois rentrée, The good fight

Mardi: réveillée très tôt mais j’ai réussi à me rendormir, le début du travail sur la Roumanie, lister une série de choses à faire, aller nourrir les chats de voisins, trois épisodes de Derry Girls, Buffy

Mercredi: un rendez-vous à la banque, une réunion où je dois prendre note, je me sens toute tendue et courbaturée, mettre ces notes au propre, partir plus tôt pour faire quelques courses (un grand ballon pour m’asseoir dessus au bureau et du tissu – sauf que rien ne me plaît), deux cocktails chez LIB, un délicieux repas de Madagascar (sauf que le service était fort lent), une très chouette soirée qui fait retomber la tension, oh Kitty ne m’attend pas ce soir pour ses croquettes

Jeudi: toujours aussi tendue et avec des maux de tête, une crise de larmes à cause de la tension trop palpable au bureau, tout ça à cause de l’assemblée générale du personnel, juste vidée, une lettre qui provoque un retournement de situation, ces problèmes de restructuration au bureau mangent une grande partie de mon énergie mais risquent de durer encore longtemps, me faire plaisir en rentrant: cocktail et comfort food, Gentleman Jack, du yoga

Vendredi: bien dormi mais ça n’a pas suffi: je suis épuisée, faire les trucs à faire, heureuse quand il est enfin 17h, cuisiner le repas du soir et puis regarder Berlin 1959 (trop de clichés), Gardener’s World (le début)

Samedi: me réveiller encore fatiguée, les corvées du samedi matin, au moins le soleil est là !, replanter les cucurbitacées dans leurs pots définitifs, de la lecture, une recette de Yotam Ottolenghi (je n’ai pas pris de photos), me laisser tenter par la mini-série Chernobyl (appréciée par les lecteurs de Nos séries tv à nous) et être happée, regarder du coup les deux épisodes disponibles

Dimanche: me réveiller tard (enfin par rapport à mes habitudes), une longue séance de yoga, un peu de couture, me battre avec les bambous du fond du jardin, préparer le plat du soir qui doit mijoter, de la lecture, deux épisodes de Berlin 1959 (toujours ces clichés…), la fin de la seconde saison de Derry Girls – une série très réjouissante

Short diary of the week (292)

Lundi: fatiguée après les insomnies d’hier soir, mettre toute mon énergie dans l’écriture d’un texte: un moment court mais très intense, me sentir lourde au propre (je n’arrête pas du prendre du poids) et au figuré (trop de pensées encombrent mon cerveau), du tri, rien de spécial, The good fight, Buffy – cet épisode mythique (n’ayons pas peur des mots) où Spike apparaît pour la première fois, une séance de yoga pour dormir, lire encore un long moment jusqu’à ce que je sente le sommeil m’envahir

Mardi: j’en ai plus que marre du calme plat et des non-décisions – ça fait un mois et demi que je me demande quel sera mon nouveau poste et que rien n’a avancé, continuer à travailler malgré tout mais sans enthousiasme, me retrouver sans livre à lire dans le métro parce que j’ai mal estimé ce qui restait à lire du précédent, terminer de trier les photos de Madère, les trois derniers épisodes de Fleabag

Mercredi: mal à l’aise dans une situation que je ne contrôle pas, heureusement il y a une bonne nouvelle parmi toutes les mauvaises, enfin une réponse (mais il reste des questions), la suite de l’affaire du matin: je me retire du projet – je ne souhaite plus être un pion sur l’échiquier, Gentleman Jack, Buffy, m’endormir, me réveiller avec la nausée

Jeudi: une nuit un peu écourtée mais ça va mieux ce matin, les histoires continuent et malheureusement se ressemblent, une fermeture à 18h ? – c’est fort tôt quand même pour un magasin du centre-ville, heureusement l’autre course prévue ne pose pas de problème, revoir un ami pas vu depuis plus de trois ans, un pho au Yi Chan et puis une longue conversation à trois au bar avec des essais de divers alcools, et donc rentrer plus tard que prévu mais après une excellente soirée

Vendredi: un peu fatiguée quand même ce matin, une journée qui se passe, les bêtises qu’on se dit pour oublier les problèmes, ce nouveau livre de cuisine d’Indonésie a l’air très bien, et mes deux tissus commandés à HK sont arrivés aussi !, Derry Girls, Buffy, Gardener’s World

Samedi: ce serait bien de trouver une solution pour cette lourdeur qui m’envahit à chaque début de weekend (juste le fait que mon papa est content de me voir ne suffit pas pour moi), aller chez mon papa donc – ce n’est pas la grande forme), les courses, du rangement, du jardinage (ce qui est assez inespéré: de la pluie était prévue), de la lecture, préparer le repas et accueillir mon invité, une agréable soirée passée à discuter

Dimanche: par contre j’ai été dormir trop tard avec tout ça, une séance de yoga bien trop compliquée pour moi (et ça me décourage un peu de passer la moitié du temps à plat ventre parce que je ne sais pas suivre), du jardinage (enlever les mauvaises herbes c’est long), de la couture, de la lecture, juste une envie de me faire plaisir et donc regarder deux épisodes de Buffy

Short diary of the week (283)

Lundi: un peu barbouillée – comme souvent le lundi matin, un gros colis, la préparation de l’émission radio – suite – avec des moments d’angoisse, ramener le gros colis tout en ayant un peu la nausée, dès que je suis à la maison ça va mieux, Call the midwife – le dernier épisode de la huitième saison

Mardi: un peu angoissée ce matin, une émission radio (en différé heureusement), bien vidée après ça, commencer à préparer la suivante, un repas minimaliste – des frites – mais préparer un cake au chou-fleur pour les repas de midi en utilisant le tout nouveau multicuiseur, True Detective

Mercredi: crevée dès le matin, ne pas y voir clair, trouver sans doute une idée à la fin de la journée, toujours aussi crevée, découvrir que mon frigo ne contient pas le poivron que je croyais présent, changer mes plans, The Great British Sewing Bee, Masterchef d’un oeil distrait

Jeudi: réveillée en sursaut à 5h à cause d’une forte rafale de vent et de la pluie diluvienne, ne pas me rendormir, de la fatigue, tenter d’avancer dans le boulot, un jury, une mauvaise nouvelle: mon travail risque très probablement d’être vidé de sa substance, c’est très difficile à accepter et je me sens comme un peu anesthésiée, True Detective

Vendredi: une nuit d’insomnies, la tristesse est énorme, mais continuer à travailler quand même, deux gilets troués aux bras en une semaine – c’est l’hécatombe, trop de choses à faire et en tête – cela se ressent dans le manque de publications sur mes blogs, Masterchef, tomber par hasard sur le début de Leaving Neverland et rester scotchée (et horrifiée)

Samedi: une bonne nuit – enfin, un rendez-vous pour une nouvelle cuisine – je suis impatiente, aller chez mon papa qui est de meilleure humeur pour le moment (et qui boit beaucoup moins), de la préparation de couture, de la lecture fort peu concentrée: je pensais constamment à la cuisine, Masterchef, Gardener’s World, la suite de Leaving Neverland

Dimanche: c’est tempête !, une séance de yoga pour le changement (j’ai à nouveau pleuré), des conversations avec des amies qui me soutiennent dans les bouleversements à venir, de la couture, de la lecture, un cocktail tiki, de la cuisine thaïe et birmane, la fin de Leaving Neverland, Masterchef

Short diary of the week (278)

Lundi: une mauvaise nuit, de la pluie du froid et du vent pour aller au boulot, une réunion qui me décourage complètement sur mon avenir: mon poste ne sert plus à rien, ne même pas savoir par quel boulot commencer pour rattraper le retard, parce qu’entre-temps il faut bien continuer ce qui est en cours, un gros coup de pompe, rentrer et préparer une quiche pour les repas de midi de la semaine, Call the midwife, l’énergie qui revient le soir c’est un peu nul

Mardi: des discussions, ce travail en retard, une chose à la fois, une chose de terminée, une deuxième chose de terminée, je n’ai pas mérité cette réponse agressive, un plat improvisé, Il Miracolo, Sex Education, terminer le roman en cours

Mercredi: des discussions encore, avancer sur le projet suivant, recevoir déjà les livres commandés hier, les feuilleter à mon aise en rentrant, Il Miracolo, Sex Education

Jeudi: trop de choses à terminer et rien ne va comme je veux, mais surtout je me demande pour qui je fais tout ça, une journée extrêmement déprimante qui accentue mon sentiment de solitude, juste avoir la force de regarder des bêtises à la tv

Vendredi: une mauvais nuit, de la neige à nouveau, toujours trop de boulot à terminer, les trucs du vendredi, m’atteler à cette playlist et quasi la terminer (un collègue s’est proposé de la terminer lundi), profiter d’un verre de vin (ou deux), Sex Education

Samedi: mais c’est quoi cette neige ?, ce n’était pas prévu !, bref changer les plans pour la journée et prévoir de faire les courses à pied à l’un ou l’autre magasin moins bien, mon père m’appelle pour me dire de ne pas venir avec la neige, la neige s’est transformée en pluie et je prends finalement la voiture, une commande qui me fait changer mes plans de couture, bref j’aurai beaucoup cogité mais rien cousu, de la lecture, un film que j’abandonne, Sex Education

Dimanche: une séance de yoga pour compenser le fait que je n’ai pas envie de sortir pour aller à la zumba, me rendre compte d’améliorations – même minimes, certaines des hellébores sont en fleur au jardin, décalquer le patron de la blouse Rita, de la lecture, un curry du Sri Lanka, terminer Sex Education et beaucoup aimer

Short diary of the week (275)

Lundi: c’est lundi et ça s’accélère au boulot, du coup ça fait plein de nouveaux trucs à gérer, y compris certains mails qui ont le don de m’énerver, ok je m’énerve une demi-heure et puis j’oublie et je passe à autre chose, cuisiner une frittata un peu sauvage pour mes repas de midi de la semaine, manger les restes de tajine, regarder un épisode du Great British interior design challenge – pas mal mais sans doute pas au point de rattraper les saisons passées, devoir abandonner mon livre à 30 pages de la fin pour cause d’endormissement – ce qui est frustrant

Mardi: une longue conversation avec une collègue à propos du boulot (et des mails énervants), ce qui me met en retard par rapport au boulot prévu, et puis bam – le mail qui tue (ne pas m’énerver, ne pas prendre ça à coeur), répondre de la manière la plus neutre possible, recevoir une réponse qui à nouveau fait bam !, où ça tourne un peu au ridicule, et du coup le boulot n’a pas avancé comme prévu, mais il est temps que j’aille faire ajuster mes lunettes qui font mal, et puis acheter deux pulls et avoir une conversation inutile mais agréable avec le vendeur (il me remercie pour mon sourire et moi pour la distraction par rapport à ma journée), un repas bizarre combinant des trucs n’allant pas ensemble, deux épisodes de Crazy Ex-Girlfriend, un gros moment de déprime – c’est là que le câlin me manque

Mercredi: une mauvaise nuit – évidemment, et un léger mal de tête, ne pas réussir à bien travailler alors que les choses s’accumulent, éliminer plein de petites choses à faire et finalement réussir à me concentrer un peu, décider d’éliminer presque tous les livres de la vieille PAL pour pouvoir avancer, toujours prendre la PAL dans son ordre chronologique mais enfin trouver un livre que j’ai effectivement envie de commencer, cela devient une habitude ces repas avec le contenu du frigo – ce ne sont par contre pas toujours les plus sains, deux épisodes de Crazy Ex-Girlfriend – et me voilà de nouveau touchée par les histoires d’amour de Rebecca

Jeudi: parfois on imagine sans doute des choses, mais je me retire quand même dans mon bureau, avec des biscuits, arriver à me concentrer et bien avancer dans le travail, quelques courses en rentrant: du mascara des livres et du démaquillant, une sauce tomate aux olives et des pâtes, fin de la troisième saison de Crazy ex-girlfriend et début de la quatrième qui me laisse un peu dubitative

Vendredi: ces matins pluvieux et froids, les trucs du vendredi, les autres trucs à faire, d’humeur fort maussade mais la raison se retrouve mardi passé, un midi joyeux et plein de jeux de mots stupides, non le vendredi après-midi n’est pas le bon moment pour faire de la promo mais la préparer pour lundi, un peu de cuisine et préparer un peu trop comme souvent mais tout manger comme souvent – les portions ne sont vraiment pas faites pour les personnes seules en supermarché, deux épisodes de Crazy ex-girlfriend

Samedi: du rangement et une lessive, aller chez mon papa, faire les courses, déprimer un peu – la météo n’aide pas, du tri de photos, de la lecture, un appel téléphonique qui me prend par surprise mais qui me rappelle le passé (une amie de mon papa, donc, qui a beaucoup voyagé avec lui et que je connais aussi), mettre plein d’ail dans mon plat, tenter un film et l’abandonner après dix minutes, deux épisodes de Crazy ex-girlfriend

Dimanche: tenter de rattraper le retard dans les brouillons de chroniques de livres, le retour de la zumba, de la couture, du tri de photo – ça avance à pas de fourmi, de la lecture, le retour du curry de canard, deux épisodes de Crazy ex-girlfriend (j’ai quasiment rattrapé mon retard – la désintoxication va être difficile)

Short diary of the week (274)

Lundi: je n’ai plus de place pour tous mes livres – je devrais faire un tri mais que faire avec ceux qui ne m’intéressent plus ?, des courses dans un supermarché pas trop rempli, de la couture, la dernière caisse de courrier de mes parents contenait quelques surprises (des lettres d’amour mais aussi un mot d’une amante éconduite), du tri de photos, le plaisir du soir du nouvel an: le homard, terminer la deuxième saison de Crazy ex-girlfriend et commencer la troisième, entendre au loin les feux d’artifice

Mardi: réveillée très tôt, m’atteler à mon bilan culturel annuel, monter la deuxième étagère Ikea et ranger les piles éparpillées partout, terminer la robe mais il fait trop sombre pour la prendre en photo (et j’ai les cheveux sales), vider encore deux caisses, du tri de photos – j’ai dépassé la moitié, cuisiner un nouveau plat, Crazy ex-girlfriend, No reservations au Rajasthan (et me souvenir avec nostalgie de tous ces endroits – mais me rappeler aussi le monde et le bruit)

Mercredi: le retour du réveil, mettre un nouveau gilet qui a des noeuds aux manches et qui plaît à certains de mes collègues – à cause des noeuds justement, reprendre le boulot, faire une longue liste de ce qu’il y a à faire, manger des kiwis et des litchis, feuilleter les nouveaux livres reçus ce matin, baver devant les recettes du monde islamique, Doctor Who – le spécial du nouvel an, Crazy ex-girlfriend qui se termine sur un cliffhanger mais ce sera pour demain

Jeudi: le bâtiment est encore tout sombre quand j’arrive, attaquer un nouveau pays qui me semble bien peu fourni en musiques au départ, lire et rassembler mes idées, avoir un plan de travail quelques heures plus tard, de la cuisine des placards, deux épisodes de Crazy Ex-Girlfriend qui me troublent assez fort – la série prend une tournure beaucoup plus sérieuse

Vendredi: des rues désertes, peu de collègues, les trucs du vendredi, et puis d’autres choses, il fait glacial ce soir, du thon grillé, deux épisodes de Crazy Ex-Girlfriend avec à nouveau une chanson géniale

Samedi: trainailler dans le canapé, du rangement, aller chez mon papa puis faire les courses, de la couture, du tri de photos, de la lecture, The lost city of Z – en accéléré – parce que trop différent du livre et trop d’emphase sur des éléments accrocheurs

Dimanche: me réveiller puis me rendormir, hésiter sur le programme de la matinée, tenter finalement cette séance de yoga un peu longue (et me sentir complètement nulle), de la couture (encore un tissu avec des animaux de la forêt), prendre mon temps pour lire les Drawas, terminer un livre très intéressant sur l’Asie du Sud-Est, tenter une recette de Feast dont le résultat final ne ressemble pas du tout à la photo (je m’en doutais dès le départ) (mais c’était bon quand même), Crazy ex-girlfriend, de la lecture

Short diary of the week (260)

Lundi: tenter les sandales malgré le ciel tout gris, c’est la rentrée: vive les mauvaises nouvelles au boulot, une me fâche surtout par son incohérence, voir deux deadlines arriver (fin septembre) et ne pas être sûre de pouvoir les atteindre vu la quantité de choses qui reste à faire, rentrer tôt et puis juste traîner dans le canapé – ce qui me fait râler, Legion, I’m dying up here

Mardi: mes nuits ont l’air d’avoir retrouvé une certaine sérénité, pas qu’elles soient parfaites: je me sens toujours un peu fatiguée le matin mais plus épuisée comme à d’autres moments, tout le monde est d’accord sur les incohérences du moment, et du coup le boulot s’en ressent un peu, de même que mon énergie à faire des choses en rentrant, Better Call Saul, No Reservations à Las Vegas

Mercredi: des rêves bizarres, avancer sur plusieurs plans, jusqu’à ce qu’il y ait une panne, le contrôle des grains de beauté – résultat: j’ai une belle peau et aucun souci, Legion, I’m dying up here (et avoir du mal à rester réveillée – ce qui semble être la nouvelle norme du soir)

Jeudi: les incohérences continuent à faire des vagues, me rendre compte que je vais devoir travailler sur l’autre projet pour qu’il soit fini à temps, un rendez-vous chez l’ophtalmologue – tout va bien, quelques courses avant de rentrer, scanner quelques dias, I’m dying up here

Vendredi: les trucs du vendredi, ctrl c ctrl v – ou comment remplir son après-midi d’une manière très ennuyeuse, des maux de ventre, préparer un curry de poisson srilankais en ne suivant pas tout à fait la recette tout en écoutant un groupe du Niger, I’m dying up here – la fin de la première saison – une série plaisante

Samedi: d’humeur un peu morose – l’arrivée de l’automne et l’imminente fin de la question de la maison paternelle sont probablement en cause, terminer de scanner la première boîte de dias, un coup de fil de mon papa juste pour me dire qu’ils sont quatre maintenant à table et qu’il n’aime pas, aller chez lui puis faire les courses, du jardinage, de la lecture, de la cuisine, un film: I, Tonya (Craig Gillespie, 2017)

Dimanche: réveillée bien trop tôt pour résoudre mes problèmes de fatigue, la nouvelle saison de la zumba a commencé, terminer une robe grâce à l’aide de ma voisine qui a épinglé les bretelles à la bonne hauteur, terminer le gros livre sur les musiques de Cuba, continuer mon roman, cuisiner, m’endormir devant Three billboards outside Ebbing, Missouri