Gins and tonics and botanicals

J’ai déjà testé beaucoup de combinaisons de gins et de tonics dans le passé mais j’ai toujours eu un peu de mal pour sélectionner le bon “botanical”. C’est le troisième élément, un fruit, une épice ou une herbe aromatique qui permet de compléter ou de faire évoluer le goût du gin tonic. C’est pour cela que je me suis inscrite à une soirée “Gin & Tonic tastings” organisée par le magasin de vins et d’alcools Mig’s World Wines (Chaussée de Charleroi, à Bruxelles). Nous n’étions que cinq ce soir-là, un hasard, et l’ambiance était très décontractée.

photo un peu floue des botanicals

Voici un résumé de ce que nous avons goûté:

1. un gin classique, de base, le Broker’s Premium, d’une part avec du Fever Tree Indian Tonic et d’autre part avec du Fentiman’s Tonic. Le premier mélange est assez neutre, insignifiant même, le second bien plus intéressant, plus amer. Nous y avons ensuite ajouté des baies de genévrier (pour faire joli, ça n’a pas le temps d’infuser dans le verre) et un zeste d’orange.

2. le Mombasa Club Gin, déjà un de mes favoris, a été associé au Fever Tree Indian Tonic, ce qui rendait le mélange assez doux, sucré même. Une dimension supplémentaire et intéressante a été ajoutée par de l’anis étoilé puis une tranche de gingembre qui fait évoluer le goût au fur et à mesure qu’on le boit.

3. Sipsmith, que je ne connaissais pas et qui a rejoint ma liste d’alcools à acheter. Il a été associé avec du tonic Monaco, aromatisé au citron, puis par un quartier de lime et quelques gouttes d’Angostura. Délicieux, un de mes préférés de la soirée.

4. Tanqueray Rangpur, que je n’aime vraiment pas. Est-ce que le mélange m’a réconcilié avec ce gin ? Il a été associé avec du Fever Tree Mediteranean Tonic, puis avec une fraise coupée en deux, puis avec une infusion de poivre noir. Le poivre est intéressant mais je n’ai pas aimé le côté sucré et bonbon de la fraise. L’association permet cependant de masquer le goût spécial du Rangpur.

5. Gin Mare, un gin espagnol aromatisé aux olives, au thym et au romarin. Et on sent vraiment les olives ! Nous y avons ajouté du Fever Tree Mediteranean, puis de la marmelade d’orange et du thym. Je dois bien avouer que je n’ai pas adoré la marmelade, trop sucré pour moi mais c’est également un gin que j’aimerais goûter à nouveau.

6. Monkey 47, un gin extrêmement aromatique qui divise souvent les amateurs. Moi je l’apprécie beaucoup, mais à petites doses. Il a été associé à du Fever Tree Elderflower tonic, ce qui fonctionne vraiment bien. Puis, nous y avons ajouté une tranche d’orange (sans peau) et de la vanille, ce qui à nouveau était un peu trop sucré à mon goût mais le tout était très complexe.

Après cela, nous avons encore discuté un peu et testé deux ou trois combinaisons expérimentales et je suis repartie avec une bouteille de Spring Gin. J’ai adoré cette soirée et surtout, appris énormément de choses. Je suppose que Mig’s va organiser de nouvelles sessions l’année prochaine, donc n’hésitez pas à vous inscrire. Ce sont 20€ bien utilisés !

Gin tonic tasting notes (II)

Suite de mes recherches pour trouver les meilleures associations de gins et de tonics (mes favoris sont en gras):

  • Blue gin, un gin autrichien que j’ai acheté après avoir bu du Buffalo au Green Lab. Je cherchais en effet un gin poivré, épicé. Je l’ai marié avec du Schweppes Pink Pepper et je n’ai pas apprécié, trouvant que ce tonic donnait un goût savonneux. Mon deuxième essai avec le Mediterranean Tonic de Fever Tree était bien plus réussi (et avec quelques baies roses ou une tranche de citron). L’Indian Tonic de Fever Tree convient moins bien.
  • Le tonic Syndrome Raw, de fabrication belge, me semblait bien sucré déjà à l’ouverture de la bouteille. Et c’est le cas au goût aussi. Je l’ai marié à du gin Uppercut et c’était toujours trop sucré. Je n’en rachèterai pas, à moins qu’on me conseille le gin idéal pour ce tonic.
  • le gin Opihr est très épicé et goûte notamment la cardamone. Pour un premier essai, je l’ai combiné à du Indian Tonic Fever Tree. Pas mal mais je pense pouvoir trouver mieux. Le Cortese est pas mal, plus doux. Un gin que j’aime beaucoup mais qui a un goût très fort et spécial.
  • le Tanqueray n°10 ne va pas bien avec le Fever Tree Mediteranean, l’ensemble est trop sucré et pas assez nuancé de goût.
  • Le Q Tonic et le Botanic Premium London Dry Gin (Espagne) ne vont pas trop bien ensemble. L’amertume très élevée du Q demande vraiment un gin adapté, très doux. La bouteille de ce gin est spéciale, un genre de cube avec une tête de bouddha, et pas spécialement facile à servir.
  • De même, le gin Botanic ne va que moyennement avec l’Elderflower Tonic de Thomas Henry. J’ai trouvé la combinaison un peu trop amère.
  • The Botanist et Fever Tree Mediterranean, avec une mûre: un très bon mélange, assez doux et floral, assez neutre mais il y a des jours où on a envie de ça.

Gin tonic tasting notes (I)

J’avais commencé à noter mes impressions quant aux différents gins et tonics que je marie pendant l’été 2013:

Bombay Dry Gin + Fever-Tree premium indian tonic water (assez amer): 1/5, goût tirant sur la rose, voire le savon

Bombay Dry Gin + Fentiman’s tonic water (très pétillant et assez citronné): 3,5/5, citronné mais amer en note de fin

Mombasa (très parfumé, épicé, citronné) + Indi (très amer, peu d’autres goûts): 2/5, l’amertume domine

Depuis janvier 2015, j’ai eu l’occasion d’acheter divers gins et tonics et j’ai donc décidé de continuer ces notes. Parfois j’ai trouvé des associations recommandées sur le net, parfois je teste en goûtant l’un ou l’autre. Je ne suis pas encore très au point dans l’ajout d’un “botanical” c’est-à-dire d’un fruit, d’une herbe aromatique ou d’une épice. En général je me limite à une tranche de citron ou de lime ou à une mûre congelée cet été.

G’Vine Floraison: ce gin est fabriqué à base de raisin et non de grain et cela se goûte très fort. Je ne l’aurais probablement pas acheté mais Vincent l’a trouvé dans un Delhaize du Borinage à -50%. La première fois que je l’ai goûté, je l’ai associé avec du Fever Tree indian tonic (étiquette jaune) et j’ai détesté. Le mélange donnait une impression de savon. Et puis j’ai trouvé le Fentiman’s tonic 19:05 et là, c’est juste parfait ! Le mélange est très aromatisé donnant l’idée d’une tisane composée d’herbes diverses.

Tanqueray n°10: un très bon gin que j’aime boire pur, avec des glaçons. Avec du tonic Thomas Henry, le résultat est très doux, un peu trop peut-être.

Rangpur de Tanqueray: j’ai été tentée par le goût citronné apporté par le rangpur, un genre d’agrume mais finalement, je ne l’aime pas trop. Même s’il s’agit d’un arôme naturel, le goût me semble un peu artificiel. Ma première tentative avec un tonic (j’ai oublié lequel, probablement du Fever Tree indian tonic) ne m’a pas du tout séduite. Je l’ai ensuite essayé dans un autre cocktail, le negroni (Campari, gin, vermouth rouge, auxquels j’ajoute de l’eau pétillante) et là, il passe très bien.

Q Tonic: j’ai inversé l’essai en choisissant d’abord le tonic. Le Q Tonic est très très amer et sec. Il fallait donc un gin approprié. J’ai choisi The Botanist, qui est assez parfumé et j’ai ajouté une mûre surgelée. Au fur et à mesure que celle-ci dégelait, le cocktail s’est adouci pour donner un très bon résultat sur la fin.

Les tonics et gins cités ci-dessus viennent du Delhaize, Carrefour, Vinalgros et Het Bier- en Wijnhuis. Et je sens que je vais devoir développer mon vocabulaire gustatif si je veux continuer cette série !

The Japanese Garden

Le jardin japonais d’Hasselt est le plus grand d’Europe et a été aménagé en 1992. Quand j’en parle autour de moi, je me rends compte qu’il est très peu connu. Et pourtant, c’est une visite très agréable et intéressante. J’avais visité celui d’Ostende il y a un certain temps déjà. Il me reste le souvenir d’un endroit très calme et serein, tout petit mais bien protégé des bruits extérieurs et avec beaucoup de rochers. Celui d’Hasselt, cela fait un moment que j’ai envie de le visiter mais une première tentative ce printemps a été reportée pour cause de mauvaise humeur de ma part (oui, c’est con !). Avant-hier encore j’hésitais parce que sans le savoir, j’avais choisi le w-e du Pukkelpop pour y aller et j’avais peur des embouteillages (les seuls que j’ai vu, c’est au moment où il fallait tourner à gauche pour aller au festival, tandis que nous devions continuer tout droit). Le site de la ville d’Hasselt donne une adresse très approximative, google maps en donne une autre, sans numéro, bref, le GPS n’est plus du tout utile à la fin du parcours et nous avons un peu tourné en rond pour finalement voir un tout petit panneau indicateur. L’entrée se fait via le Gouverneur Verwilghensingel mais pas au numéro indiqué par le site. Il y a un grand parking, donc aucun souci pour pour garer sa voiture. Le jardin se trouve un peu plus loin et l’entrée est de 5 euros.

La visite peut se faire dans le sens qu’on veut. En plein été, tout est fort vert et il n’y a que peu de plantes en fleurs mais la disposition des allées et du très grand plan d’eau avec petite rivière et cascade offrent un dépaysement constant. Une grande maison traditionnelle se dresse au bord de l’étang et un peu plus haut se trouve une maison de thé. Un petit sanctuaire shinto se cache un peu plus loin. Le fond du jardin est envahi par les cerisiers qui doivent offrir un très beau spectacle au printemps. C’est dommage qu’on entende si fort le bruit de la circulation dans certaines parties du jardin mais dès qu’on se rapproche de la cascade, c’est elle qui domine ! Des pas en pierre permettent de se rapprocher très fort de celle-ci et d’admirer des koïs géants.

Nous avons flâné pendant une heure, prenant des photos en tous genre (merci hipstamatic) et mettant en scène Maurice et Eddy qui nous accompagnaient. Le reste de la journée a été rempli en faisant deux courses qui étaient sur la route: cela faisait longtemps que j’étais tentée par le Genker Plantencentrum, une jardinerie immense à Genk. Finalement, c’était pas mal mais pas au point d’y retourner. Mais les palmiers étaient soldés ! En rentrant, nous sommes sortis de l’autoroute à Bertem pour y acheter du gin, des bitters (du Peychaud, enfin) et plein de tonics différents (la boîte qu’on voit sur la photo est vide mais elle est si jolie !). Bref une journée bien remplie !