Une orgie de tissus

Remontons dans le temps…

Dimanche, j’ai découvert le Stoffenspektakel, une espèce de foire aux tissus rassemblant des marchands de marché essentiellement hollandais. Cela se tenait à Louvain, dans le Brabanthall (un hall de foires genre Heysel) mais le marché circule dans différentes villes du Bénélux et du Nord de la France. Il y a des affaires à faire, certains stands proposent du tout à 2 ou 3 euros le mètre; d’autres proposent des prix plus « normaux » mais qui me semblent malgré tout moins élevés qu’en magasin. Quant au choix, j’ai été un peu déçue (et donc très sage dans mes achats): pas de tissus tiki ou hawaïens, pas de Liberty’s mais bien tous les classiques unis en diverses matières, des cotonnades à pois ou étoiles (ou cupcakes) et une belle collection de polyesters bariolés horribles. Plusieurs stands proposent également des articles de mercerie. Je suis donc revenue avec 80cm de tissu de laine bleu canard pour 8 euros (pour une jupe) et 2m de coton à petites fleurs (qui va avec le tissu précédent) pour 10 euros et qui deviendra un chemisier/top à manches. Et trois rouleaux de papier à patrons pour 5 euros.

Vendredi, j’ai profité des réductions sur toute la collection chez Joyce à la Chasse pendant la durée des travaux pour acheter non pas un tissu pour un chemisier mais trois.

Jeudi, j’ai commandé deux patrons Deer & Doe (Sureau et Airelle) au magasin gantois De Stoffenkamer. Katrien a été les chercher pour moi et m’a assuré que nous devions passer au magasin ensemble parce qu’il y a plein de jolies choses.

Samedi, je suis allée au magasin de tissus à Saint-Gilles, le magasin sans nom tenu par un Russe ch. de Waterloo, un peu plus haut que le Match et le Parvis (ah, il paraît qu’il s’appelle « Passion »). Je suis ressortie avec sept tissus différents pour la somme modique de 43 euros et un sac bien lourd.

Mi-octobre, je suis entrée dans un magasin de tissus à Thessalonique mais j’ai été intimidée: je ne parle pas grec et le magasin était peuplé de vieilles dames. Je faisais tache.

Début octobre, j’ai acheté un mètre de beau tissu de lainage mauve chez Joyce. La jupe est terminée, en attente de photos.

Fin août, j’ai acheté six tissus différents au Chien Vert. Une première robe est en cours.

Début juillet, j’ai acheté un joli tissu de coton pour coudre une jupe à la Maison Dorée. Je suis restée bloquée à la couture de la tirette. Entretemps, je sais comment faire, mais c’est une jupe d’été, ce n’est pas urgent.

Dans les années 70, ma mère cousait un peu. J’ai récupéré ses tissus. Peu sont utilisables en tant que tels, mais ils peuvent servir de toile pour tester les patrons.

Bref, des quatre tiroirs que j’ai achetés en septembre, trois sont maintenant remplis à ras bord de tissus. Tous ne sont pas encore attribués à un projet précis. Et j’espère bien en ramener du Cambodge…

Je crois que j’ai un problème…

A la recherche de tissus

J’ai d’abord hésité: quel serait le meilleur endroit pour acheter du tissu ? le magasin de Saint-Gilles ou Les tissus du Chien Vert ? J’ai finalement opté pour le second à cause de son immense choix. J’avais deux idées précises en tête: je voulais un gros coton pour une robe droite et un genre viscose/polyester léger pour reproduire une robe Tara Starlet de style années 40. Et je ne voulais pas acheter des tissus trop chers, maximum 10 euros le mètre.

En entrant dans le magasin, je me suis d’abord dirigée vers les « Puces » où j’ai repéré du coton bleu marine (avec une très légère touche de vert – je n’ai pas trouvé le bleu pétrole que j’avais en tête). 1m70, parfait… il me faut 1m60 pour le projet de robe. A 6,5 euros le mètre, je peux faire des fautes. Ce sera mon tissu test. Je me suis ensuite promenée dans les tissus non soldés et là j’ai commencé à angoisser… Trop de choix ! Après un premier passage, j’avais néanmoins repéré quelques tissus intéressants. Retour aux « Puces » pour un second tour. J’y trouvé un coupon de 2,1m d’un tissu turquoise un peu brillant à motifs que j’avais repéré de l’autre côté et donc à moitié prix. Hop, embarqué, je trouverai bien un patron de robe qui conviendra. Puis un coton gris avec quelques  légers fils argentés qui donne un côté plus sophistiqué. Idéal pour une autre robe.

Un tissu à fleurs en coton tout doux m’a fait de l’œil, je trouverai aussi un projet pour lui. Restait la robe années 40. Finalement, j’ai repéré un tissu assez léger mais opaque mauve à petits motifs floraux noirs. C’est le tissu le plus cher de la journée, à 12 euros.

J’ai eu la chance de tomber sur un vendeur très sympathique, à qui j’ai demandé s’il y avait des cotons à motifs tropicaux. Il m’a proposé plusieurs tissus mais rien ne s’approchait de ce que j’avais en tête, sauf un mais qui ne m’a pas entièrement convaincu. J’ai préféré le laisser pour plus tard, mon panier était déjà bien rempli. Je suis ensuite allée dans l’autre magasin, un peu plus loin, où j’ai vu de magnifiques tissues en coton à motifs orientalisants mais le prix m’a vite fait fuir… Plus tard, peut-être, quand je serai sûre de ne pas gaspiller !