Short diary of the week (151)

Lundi: me réveiller juste quelques secondes avant le réveil, bruine, marre de porter les mêmes vêtements depuis octobre passé, je n’aime pas les visites à l’improviste ni qu’on me quémande un gin tonic, Hell on Wheels, The Knick

Mardi: très bien avancer dans le boulot, une commande de tissus, trop chaud dans mes vêtements d’hiver – euh de mi-saison, The Great British Sewing Bee

Mercredi: un peu d’exercice physique, la journée du bip bip, partir plus tôt vu que je n’arrive plus à travailler, des pré-soldes au prix des soldes – bref deux nouveaux soutien-gorges, The Knick, The Americans

Jeudi: mes tissus sont arrivés ! me rendre compte que j’ai oublié de remplir ce short diary depuis mardi et creuser ma mémoire, un dérapage total, des fournitures de couture, The Knick, The Americans

Vendredi: rien de fort différent aujourd’hui, un gros coup de pompe en rentrant, The Knick, The Americans

Samedi: réveillée tôt, et c’est tant mieux: les ouvriers sont là dès 8h45, oh c’est pas ça – ils se débrouillent tous seuls, choisir mes repas du w-e – dont une recette indienne, recopier et découper un patron, découper le tissu et coudre les pinces, j’espère que ce ne sera pas trop petit !, envie de frites, The Knick – fin de la seconde saison et une conclusion pour tous les personnages qui laisse entrevoir la fin de la série (en fait non, des saisons 3 et 4 sont prévues mais avec un autre arc narratif), les yeux fatigués

Dimanche: le ménage et le pliage de linge c’est du sport aussi – non ?, une averse, sortir avec l’éclaircie et faire un peu défrichage au jardin, me retrouver avec des marques de terre partout sur les jambes, un court moment de couture, terminer enfin ce gros bouquin commencé en décembre, tentative de cocktail avec la liqueur de rhubarbe – ce n’était franchement pas génial, Indian Summers – saison 2, The Americans

Short diary of the week (144)

Lundi: la robe aux toucans et perroquets, deux colis qui m’attendent, du sirop à la fève tonka, une après-midi plutôt molle, l’indécision complète pour les vacances, feuilleter le nouveau livre sur la cuisine birmane et saliver (tout en me disant que les recettes n’ont pas l’air trop compliquées), The Good Wife – le tout dernier épisode à jamais (un peu déçue), The 100, m’endormir triste

Mardi: des rêves que j’aurais aimé prolonger (dans mes rêves je trouve l’homme idéal…), pluie ou pas pluie ?, de nouvelles salades au supermarché, The 100 – deux épisodes, terminer un livre et commencer le suivant – même pour quelques pages

Mercredi: le genre de météo où se pose la question « bas ou pas bas ? », les mettre dans mon sac au cas où, la journée des corvées, peu envie d’écrire sur les blogs, retrouver Katrien dans le centre ville, boire un verre et manger en terrasse (ou presque), parler de nos projets, rentrer à mon aise et continuer la lecture de mon livre (celui-ci sera vite lu – ça fait du bien)

Jeudi: réunion, revues et commandes, arroser le jardin, sortir le livre avec tous les negroni, Hawai et sa vague pop (trouvé en mauvaise qualité sur youtube mais probablement disponible sur Arte+7 en France), The 100, des envies d’évasion à Sakhaline avec mon livre

Vendredi: ce qui me pousse à me préparer le matin avant d’aller au boulot c’est le moment de lecture dans le métro, réunion, l’après-midi se passe, asperges, Ennemi public – les deux épisodes de dimanche passé

Samedi: un sommeil assez moyen et un réveil plus tardif que d’habitude, décider d’aller chez Ikea et me dépêcher pour y arriver avant la foule, acheter 6m de tissu de coton écru pour coudre des toiles – et des loupiotes de jardin, passer chez mon papa, quelques petits travaux de jardin vite expédiés, un manque d’énergie certain, un peu de couture puis de lecture, écosser des fèves, The Leftovers, The 100, juste fatiguée de n’avoir pas fait grand chose

Dimanche: commencer à ranger ces livres de cuisine, rejoindre des amis à la place Dumon pour de la nourriture péruvienne, pisco sour et ceviche, rencontrer d’autres blogueurs, continuer le rangement et le ménage, la robe prend forme après pas mal de faufilage qui a abimé mon pouce, lecture pendant la cuisson de l’osso bucco, The Leftovers, China Beach, ce qui conclut une semaine où mon humeur aura été assez mélancolique (le rêve de mardi y est pour beaucoup)

Short diary of the week (139)

Lundi: oui bon on repassera pour une bonne nuit, un escargot tout petit, peu de monde comme un lundi, Vinyl, The 100, le cerveau en ébullition pour caser tous les projets lecture qui m’intéressent

Mardi: cette ébullition n’était pas un bon plan, mais comment couper le courant de mon cerveau pendant la nuit ?, peut-être que mon nouveau livre arrivé ce matin me l’expliquera ? bref fatiguée mais toujours avec trop d’énergie – ce n’est pas très bénéfique, partir plus tôt et à pied pour acheter du tissu – de la toile bleu marine pour une ou deux jupes, tram, découvrir Chipote et Papote et acheter du tissu Bambi pour une blouse, métro, chercher un patron de blouse, rater les oeufs onsen – bref ce sera à la flamande, regarder Year Zero: the silent death of Cambodia réalisé en 1979 par John Pilger – horrible et confrontant, chercher des informations sur le contexte, The 100, commencer le livre sur le sommeil

Mercredi: mieux dormi, de la concentration la matin moins l’après-midi – comme d’habitude donc, encore plus d’envies de negroni avec ce livre, un plat de poulet pas aussi réussi que les autres fois – trop gras surtout, The 100 – un épisode assez impressionnant (2×08), Masterchef

Jeudi: mmmmh il faudra agrandir le stock de jupes de mi-saison (ou de robes), aussi parce que j’ai porté celles que j’ai pendant tout l’hiver, mais quand arrivera cette bouteille ?, de jolis cadeaux du RhumFest – merci Vincent !, ah mais là voilà cette bouteille, hop l’event FB est lancé, Black Sails, Masterchef

Vendredi: fatiguée mais c’est vendredi !, ah ben non il faut tout arrêter, envie de rentrer à la maison et finalement trouver des activités jusqu’à 17h, une tirette, des joues de lotte sauce tomatée, The 100 – deux épisodes, Masterchef, oooh un challenge robe tiki !

Samedi: lessive de tissu, comment organiser ma journée ?, coudre des boutonnières c’est cool avec la nouvelle Bernina – en fait c’est même ennuyeux après la première, faire les courses pour moi et mon papa, rester parler un peu avec lui: il se sent mieux – le médecin lui a bien remonté le moral, une aventure en Flandre et revenir avec le rhum Plantation Pineapple convoité depuis si longtemps, lecture, Vikings – deux épisodes, The 100

Dimanche: zumba, un dessert à la banane, ressortir presque toutes les plantes exotiques, replanter les piments, commencer à enlever les mauvaises herbes, finir un livre, un dimanche bien rempli mais un peu frustrant à cause de toutes les autres choses que je voulais faire, Vikings, The 100 – deux épisodes

Short diary of the week (129)

Lundi: c’est le printemps les oiseaux gazouillent, un bon rythme de travail, Bruxelles deviendra bientôt un gigantesque piétonnier vide s’il n’y a plus d’accès possible en voiture, mon armoire est remplie de tissus mais aucun uni, aucun tissu contrastant ne me plait, pas d’Alicia cette semaine !, X-Files – le retour – c’est un peu laborieux, Call the Midwife

Mardi: sans énergie après une nuit agitée, à la recherche du tissu contrastant (je m’étais pourtant dit que je n’achèterais pas de tissus pendant les soldes), recevoir de mon chef un bic à loupiote pour aller aux toilettes (sans lumière suite à un court-circuit suite à une fuite dans le toit), sauver le reste des épinards avant leur fin, The Leftovers, Anthony Bourdain Parts Unknown à Shanghai

Mercredi: pluie et vent – mon parapluie résistera-t-il ?, de nouveaux livres et le dernier objet pour le swap, une quiche de chez Färm trop salée, me faire draguer par un inconnu qui a réussi à rester agréable – il était juste déçu que je ne veuille pas parler plus, The X-FilesAnthony Bourdain Parts Unknown dans le Bronx

Jeudi: rencontrer tous les matins Johnny Depp qui fait la pub pour « Sauvage » de Dior, penser tous les matins à mon papa qui mettait « Eau Sauvage » de Dior, une morne réunion, une virée au Luxembourg en mars ? mettre en contact des personnes pour un GN, un gros coup de pompe, jeudi prochain est le jour, scampis et avocat – un classique, The Leftovers, Anthony Bourdain Parts Unknown au Paraguay, si fatiguée que je me suis endormie avant la fin

Vendredi: hop c’est parti pour un chouette projet !, quels sont les liens entre straight edge et hare krishna ? (où mes lectures me font découvrir de nouvelles choses), éternuements et frissons, un cocktail La Louisiane pour soigner ça, The Leftovers, Anthony Bourdain Parts Unknown à Hué au Vietnam et des souvenirs qui refluent

Samedi: lessive de tous ces nouveaux tissus, pluie et tempête, une après-midi et soirée de maintenance d’ordinateurs

Dimanche: prendre mon courage à deux mains et aller à la zumba, et en effet ça m’a fait du bien, après couture d’une toile les adaptations sont très minimes – ce qui me rassure: le patron n’était pas à ma taille, et donc il fallait mariner la pintade pendant 24 heures – une heure devra suffire…, le souci c’est quand toute la maison sent l’ail, Nirvana Montage of Heck – ou un mauvais et ennuyeux documentaire

 

Short diary of the week (113)

Lundi: le sol est bleu maintenant, mais qu’on me réponde que ce n’est pas possible plutôt que de dire des conneries, l’attente de la pluie, un nouveau projet ?, Masters of Sex, The Good Wife

Mardi: piquée cette nuit, ressortir une tenue de mi-saison qui est oh so boring…, le mardi est le jour des contrariétés, le censé créatif n’a pas d’idées, une très grosse caisse et quelques nouveaux alcools, Vikings – deux épisodes

Mercredi: tout ce monde dans les transports en commun, un femme qui étale une fausse confiance en soi (position nonchalante, sac sur le siège à côté…) – elle est énervante, la mode des années 80: la coupe mémé et la robe cache-poussière à fleurs, aller à la chasse aux tissus à la Chasse, pas grand chose ne m’inspire à part ce tissu de lainage rouille acheté par la cliente avant moi, Vikings – deux épisodes – et où la réalité historique est très loin (ce qui ne m’avait jamais dérangé avant en fait)

Jeudi: un rêve très triste qui marque quelque peu mon humeur pour le reste de la journée, journée de réunion sauf pour moi, rendez-vous pris pour le Japan Rail Pass (tout ça parce que je ne veux pas commander en ligne et que c’est à 10 minutes à pied du bureau), peu d’entrain l’après-midi, une excursion en ville, j’ai acheté des ballerines ! (dans le genre confortable, Gabor, enlevables facilement pour visiter les temples japonais), j’ai acheté une valise ! (rouge, parce qu’on a besoin de couleur dans la vie – et je recommande le magasin au début de la rue Neuve pour l’excellent service), j’ai acheté des brols pour mes cocktails chez Maisons du Monde ! (ce magasin est une ruine), foule sur le quai du métro, une heure pour rentrer, la fin de Vikings – un peu moins bien que la deuxième saison mais bien quand même

Vendredi: une journée normale avec le boulot qui suit son cours à un rythme normal, un Ephemeral meilleur que ma première tentative, Hannibal – début de la saison 2, The Good Wife – deux épisodes

Samedi: allumer le chauffage ?, heureusement mon ordinateur me réchauffe les mains et les jambes, courses, couture, lecture – un samedi normal !, Hannibal, The Good Wife, Anthony Bourdain Parts Unknown: Las Vegas

Dimanche: allumer le chauffage ! (juste une demi-heure), le retour de la zumba, couture – une jupe avec doublure ça prend le double du temps – elle ne sera pas terminée ce w-e, Essence of Thailand: plein de petits plats pour aujourd’hui et demain, rencontre de la demoiselle de Tour Gastronomique, un Jardin de Mémé (mais sans absinthe ce n’est pas la même chose), le plat qui était censé être très très piquant est à peine épicé…, les beignets de crevette sont par contre délicieux, Hannibal (oh so boring), The Good Wife (a little bit boring too) – ou les milieux de saisons…

Butin de soldes – juillet 2015

Un butin de soldes de ce mois de juillet qui traduit plusieurs choses: les habituels achats de lingerie fine que je trouve fort chère à prix plein mais d’excellente facture, quelques vêtements que je ne sais pas coudre moi-même (avec notamment une robe achetée en prévision d’un voyage, à rouler en boule sans qu’elle ne chiffonne), y compris un pantalon (à 10 euros chez Promod) (j’ai remarqué lors de mon précédent voyage que mon vieux stock était soit trop grand, soit trop petit, soit peu seyant), un bikini (parce que comme j’ai un peu grossi, mes anciens datant d’il y a 5-10 ans serrent un peu), du tissu – évidemment – surtout depuis que j’ai découvert des boutiques belges/flamandes en ligne, et surtout une certaine mono-maniaquerie en chaussures avec quatre paires de sandales Esska (je sais, c’est trop, surtout la paire de sandales noires à trop hauts talons fort similaires à deux paires de Camper que j’ai déjà et qui me font mal au coup de pied à cause de la hauteur – les trois autres sont parfaites par contre – à condition de prendre une pointure au-dessus), et enfin une paire de chaussures pour cet automne/hiver – sans doute très utiles lors de mon voyage. Et pour toute personne qui râlerait à propos de ma surconsommation, ceci sont mes seuls achats de ce genre depuis les soldes de janvier (à une ou deux exceptions près dont je n’arrive même pas à me souvenir – peut-être parce qu’elles sont inexistantes).

  • un t-shirt corail
  • un pantalon noir
  • un t-shirt turquoise
  • un t-shirt bleu marine
  • des sandales argentées Esska
  • des sandales Esska bleu pétrole
  • un bikini à fleurs tropicales Esprit
  • des sandales noires à talons Esska
  • un gilet en laine mérinos bleu clair
  • une robe de mi-saison grise en jersey
  • un soutien-gorge en dentelle noir Aubade
  • un soutien-gorge en dentelle lavande Lou
  • des sandales Gabor bleues et tout confort
  • un soutien-gorge en dentelle blanc Aubade
  • des sandales plates de couleur cuivre et marron Esska
  • une jupe à motifs géométriques turquoise, jaune et blanc
  • quatre tissus différents pour coudre des robes et une jupe
  • des chaussures à bride noires BRK by Brako qui seront idéales dès l’automne

Impressions of Paris (II)

Un matin paresseux et puis se dépêcher pour traverser tout Paris avec Malena. Rendez-vous dans le 13e avec Shermane. Un quartier à grandes tours, sans doute un peu glauque la nuit. Un quartier asiatique surtout, aux odeurs fortes de fruits et légumes exotiques. Quelques achats dans les supermarchés, notamment des bougies en forme de lotus roses. Et un petit chat pour Malena.

Paris

Au Mondol Kiri, nous mangeons un excellent repas cambodgien dans un joli décor entre tradition et modernité. Je choisis du boeuf au curry khmer et au bouillon acidulé. Une recette que je tenterais bien à la maison. J’aurais bien ramené des petites casseroles de ce genre.

Nous repartons traverser Paris via une ligne de métro qui passe en partie par dessus les avenues, enjambant la Seine. Je souhaitais visiter le Palais de Tokyo depuis longtemps mais lors de ma visite de septembre, il n’y avait pas d’expositions. Cette fois-ci, nous avons été gâtées, et prises par les oeuvres d’art, nous n’avons pas vu le temps passer. Installations électromagnétiques de Takis, Le bord des mondes invitant à un voyage aux confins de la création et posant la question: « qu’est-ce que l’art ? » et enfin Archipel secret présentant la création contemporaine d’Asie du Sud-Est. Sans doute la partie qui m’a le plus parlé, alors que je ne m’étais même pas rendue compte du thème de l’exposition ! Une promenade entre des oeuvres changeantes, certaines me parlant plus que d’autres mais toutes me rappelant le plaisir que j’ai toujours éprouvé dans ce genre d’endroits, que ce soit le Whitney’s Museum à New York, le Ludwig à Cologne ou Aix-la-Chapelle ou la Documenta de Kassel. Un pan de la création contemporaine si peu visible à Bruxelles et en Belgique. (J’ai mis mes nombreuses photos à la fin du billet, pour ne pas trop interrompre la lecture – j’ai beaucoup joué avec le mode aléatoire d’Hipstamatic).

Quelques gouttes de pluie, deux métros vers Anvers (avec « s » muet), un joli tissu quelque peu exotique aux Coupons de Saint-Pierre, un détour pour un jeu, une fatigue grandissante pour nous trois. Une hésitation. Où aller maintenant ? Où manger ? Où revoir Kléo ?

Paris

Métro vers la rue Sainte-Anne. Une promenade en attendant l’ouverture du restaurant. Une réponse enfin du Prescription Cocktail Club qui a bien retrouvé mon sac oublié hier. Un joli passage qui me renvoie à Walter Benjamin (mon cours de sociologie de la culture m’a marquée à l’époque). Des épices Roellinger: de la poudre Grande Caravane au goût de cumin, sésame, macis, piment…

Des sashimis dans un minuscule restaurant, Chez Michi. Délicieux, coupés par un maître japonais, avec bien plus de choix que l’habituel duo thon-saumon.

Paris

Au Prescription Cocktail Club, nous retrouvons Kleo et on nous installe à l’étage. C’est déjà assez bruyant et le volume sonore augmente encore. Ce qui gâchera un peu la soirée vu que nous étions là pour discuter. Mais les cocktails sont toujours aussi bons et je me laisse tenter par un Mai Tai, avec fruit de la passion enflammé.

Retour avec tous mes sacs cette fois-ci, les pieds en compote et les mollets courbaturés. Et heureuse d’avoir rencontré mes amies mais un peu triste parce que ce fut trop court.

Paris

Une oeuvre électromagnétique de Takis

Paris
L’artiste Bridget Polk au milieu de son installation, elle vient de mettre un bloc en béton en équilibre sur une pierre, sans la moindre colle – cette photo me fait penser aux œuvres de Duane Hanson

Paris

Le côté brut des sous-sols du musée

Paris

La sape congolaise comme art

Paris

Paris

Paris

Paris

Cette installation était assez angoissante et les filtres choisis par Hipstamatic rendent bien l’atmosphère. Un enfant est sorti de là en pleurant.

Paris

Paris

Paris

Postcards of Paris (III)

Un réveil matinal après une nuit sans air – les tropiques à Paris. Et une tranche de vie de famille. Cette journée sera fort différente, je ne serai pas tournée vers moi-même, j’aurai de la compagnie et de la conversation (et j’en oublierai de faire des photos).

Toutes ces robes années 50… je ne saurais laquelle choisir, je les prendrais bien toutes. Les détails de coupe, les broderies, le choix du tissu, rien n’est laissé au hasard. Il est juste parfois difficile de bien les admirer à cause du monde – des femmes essentiellement.

Se retrouver dans un des centres touristiques, près du Louvre, voir la foule, se promener au Palais Royal à la recherche de la boutique de Serge Lutens. Un décor sombre et quelque peu gothique qui se marie parfaitement aux parfums proposés. Une hésitation, mais non, je préfère attendre.

Paris - 2014

Un décor de rêve pour le repas de midi et un endroit dans lequel je ne serais jamais entrée si mon amie ne m’y avait pas emmenée. J’imagine ce Café de la Paix au début du siècle, les dames en robes longues s’y promenant, froufroutant avec leurs jupons… J’imagine aussi les hommes avec leur dernière conquête, à l’insu de madame… Un Thaï mojito qui n’a plus rien à voir avec un mojito mais qui est tout simplement délicieux.

Montmartre est un autre monde. Je suis horrifiée par l’afflux de touristes, j’ai presque envie de fuir. Je trouve les magasins de tissus qui me tentaient. Je ne reviendrai pas les mains vides.

La fatigue se fait sentir, nous buvons encore un dernier verre. Les nuages sombres d’orage approchent, le blanc éclatant de la Basilique du Sacré-Coeur est encore plus flagrant. Il est temps de retourner à la gare du Nord. Les rafales de pluie crépitent sur le toit. Le retour me rend triste, tout comme les nuages gris dans le ciel. La maison sera vide et je rentre seule. Mais j’ai de beaux souvenirs qui me porteront jusqu’à mon prochain voyage.

Paris - 2014

Envies de couture

Dans un article précédent, j’avais parlé de mes projets couture pour l’automne, des projets utilisant des tissus et patrons que je possède déjà. Evidemment, j’ai d’autres envies mais pour lesquelles je devrai investir. Voici la liste de ce qui me tente pour le moment:

  • une robe en tartan un peu grunge/babydoll/Courtney Love pour laquelle j’ai récupéré un tissu lors de la trocante. Je pense acheter ce patron Burda (B7739) pour coudre la version à col claudine.

  • une robe sixties: ce sont les différentes versions cousues par Gertie qui m’ont donné envie, surtout la noire. Mais le patron (Simplicity 1609) n’est pas disponible pour le moment. Par contre New Look 6176 et 6125 me font de l’œil. J’ai le tissu parfait pour une version estivale mais je les vois bien aussi en lainage.

  • et toujours chez Butterick, j’adore leur modèle de robe années 40 (Butterick 5951)

Avec tout ça, je n’ai pas encore parlé de mes envie de tissus ! Depuis que j’ai découvert les designs d’Alexander Henry, j’ai envie de beaucoup de choses. Heureusement pour moi, le tissu que je préfère n’est pas encore en vente. Et pour les robes montrées ci-dessus, il faudra que je trouve également des tissus appropriés. Mais commençons par le commencement, avec les projets pour lesquels j’ai déjà tout !

Laquelle préférez-vous ? Et en quel tissu ?

Too many patterns

A mon cours de couture, le choix du patron et de la réalisation est libre. Mon but est donc d’apprendre le plus de choses possibles. Je maîtrise déjà les pinces, les fronces, la couture des manches et des tirettes… Je travaille pour le moment sur un top qui implique la couture d’un col. Pour le projet suivant, j’hésite entre trois robes. « The Shirtwaist Dress » m’apprendrait les poches, les boutonnières (mais je déteste coudre des boutons), des fronces avec élastique (shirring en anglais) et toujours le col. Ce n’est pourtant pas le genre de modèle que je préfère et je dois encore trouver du tissu, un coton tout simple de chez Ikea par exemple (ce qui avec la neige sur les routes – enfin sur ma rue – sera exclu pour cette semaine, je pense). Les deux autres modèles de chez Vogue et Butterick me permettraient d’apprendre à déchiffrer un langage de patron pas très clair. J’ai du tissu de lainage pour la robe Vogue (au milieu) mais pas encore la doublure. La robe Butterick me tente plus mais je n’ai pas encore trouvé le tissu idéal, un polyester ou une viscose peut-être ? En tous cas, un tissu lavable en machine et agréable à porter.

Laquelle préférez-vous ? Avez-vous des conseils de tissu ?

20130113-222558.jpg