Short diary of the week (204)

Lundi: cette journée commence mal avec ce type qui me colle dans le métro (et son odeur est bizarre), la bride de mes sandales appuie sur la grosse piqûre que j’ai eu hier et augmente les démangeaisons, yep – mon humeur n’est pas au top mais ça peu changer, de nombreux vœux d’anniversaire, c’est de plus en plus gonflé, Twin Peaks, Fargo, installer mon pied en hauteur pour dormir

Mardi: aïe j’ai du mal à marcher, enfin marcher va encore mais rester debout sur place est plus compliqué, mettons les Birkenstock sans bride, chercher une chaise pour discuter avec mes collègues dans le couloir, bien avancer dans le boulot, écrire un billet sur mon non-art de demander et me rendre compte qu’il s’agissait plus d’un malentendu qu’autre chose: tout le monde pensait que j’étais occupée lundi et donc personne ne m’a rien proposé – l’année prochaine je demande !, clopin-clopant elle rentra à la maison, écourter la préparation du repas et m’affaler au jardin avec une poche glacée sur le pied

Mercredi: ok donc je ferais mieux de rester à la maison, marcher en boitant est trop fatiguant, mais c’est râlant vu que mon cerveau est en pleine forme, en fait poser mon pied par terre est hyper douloureux mais après quelques pas ça s’améliore un peu, traîner sur internet, payer l’acompte pour mon futur voyage, faire une très longue sieste – et me réveiller encore bien fatiguée, lire au jardin avec une poche de gel bleu glacé sur le pied, oh je sais à nouveau marcher sans trop de douleurs !, et donc accepter l’invitation d’un ami pour la soirée, un très beau cadeau d’anniversaire, un Zombie (12cl d’alcool quand même !), un bon repas, un second cocktail moins réussi – The Expedition, et au final une très chouette soirée au jardin

Jeudi: me réveiller crevée mais aller travailler en boitant encore un peu, heureusement ça ne fait plus mal malgré le gonflement, admirer enfin ces superbes tissus venus de Hong Kong (de chez Kawaii Fabric – la douane est passée par là mais le prix total n’est pas plus cher que si je les avais achetés en Europe), les tâches du vendredi le jeudi, écrire un texte en catastrophe, décider que mon pied ne m’arrêtera pas et aller en ville, acheter un premier guide de voyage plein de photos, rejoindre Armalite au Nong Cha et acheter du thé, des cocktails chez LIB – Burning Passion pour elle et The Mist pour moi (bourbon infusé à l’abricot, picon et vermouth), la gentillesse de Karoline qui m’apporte une poche de glaçons à appliquer sur mon pied et ça fait un bien fou, des dim sum chez Yi Chan où le patron et le barman sont toujours aussi gentils, rentrer à mon aise et trouver un nouveau cadeau d’anniversaire dans ma boîte aux lettres, m’écrouler au lit

Vendredi: férié ! bien dormi mais pas encore assez, cette piqûre m’a bien épuisée, elle s’est évidemment associée à d’autres petits maux mais je serai remise pour mon citytrip !, une longue semaine de congés m’attend !, me rendre compte que certaines photos que je pensais visibles ne le sont pas mais trouver la solution – qui demande encore un peu plus de boulot, tondre la pelouse en un temps record: je faisais la course avec la voisine, mettre à la lessive tous les nouveaux tissus, lire au jardin, imaginer un plat avec le contenu du frigo, lire au jardin – la suite, rentrer à cause de la fraîcheur

Samedi: commander des chaussures rouges très soldées, traîner pas mal, aller chez mon père et repartir blessée et déprimée: pour lui la piqûre qui m’a empêchée de marcher n’était qu’une broutille, il s’est excusé mais je le sens de plus en plus centré sur lui-même, du repassage de nouveaux tissus, une après-midi peu productive, il faudra que je trouve des tactiques pour ne pas me laisser toucher, Fargo, de la lecture

Dimanche: TBBT – les deux derniers épisodes de la saison 2, osciller entre angoisse et découragement, me mettre finalement à la couture pour me changer les idées – ce qui fonctionne le temps de la couture, traîner dans le canapé, les veilles (ou avant-veille donc) de départ sont toujours compliquées pour moi, en phase: “non je ne veux pas y aller” “c’est trop compliqué” “il y a trop de choses différentes / nouvelles / inconnues”, être en plus découragée par la météo pluvieuse qui s’annonce, cuisiner mais sans envie, regarder un excellent film par contre: Cold Fever de Friðrik Þór Friðriksson (1995) ou le voyage improbable d’un Japonais en Islande en plein hiver pour rendre un dernier hommage à ses parents décédés

 

Short diary of the week (203)

Lundi: pas très bien dormi (mais un autre type d’insomnie – celui où je me réveille au milieu de la nuit avec la tête envahie de pensées diverses – où j’essaie donc de me souvenir de mon login pour mon premier compte photobucket – ça va être compliqué à retrouver, je pense), de l’animation suite au malaise d’une collègue – avec ambulance et tout, relire et corriger et numéroter les articles pour mieux m’y retrouver, la météo annonçait de la pluie à l’heure de mon retour – sauf qu’il ne pleut pas mais je n’ai pas de bonnes chaussures pour rentrer à pied – dommage, Twin Peaks, créer une google map pour mon citytrip – ça se rapproche !

Mardi: ah voilà le troisième compte photobucket était sur ce mail-là ! (j’ai donc reçu un mail pour me prévenir mais les photos restent visibles cette fois-ci), facilement distraite ce matin, mais aussi bien concentrée par moments, une soupe de nouilles soba, Jamestown (enfin le dernier épisode), Fargo, une envie de terminer mon livre mais il est déjà trop tard

Mercredi: toujours un sommeil agité à cause de ces fichues photos – si seulement je pouvais dire à mon cerveau de se taire, il fait du temps à la belge aujourd’hui et bien trop frais pour la saison – heureusement il fait encore bon à l’intérieur, ce texte n’était vraiment pas terminé – moi qui pensait que ce serait rapide, enfin publier ce qui était prêt à publier depuis trois semaines, mais pourquoi ai-je écrit 768 dans ma main ?, retrouver le pourquoi 20 minutes plus tard: c’est l’adresse du magasin de tissu, des achats de voile de coton et d’un autre joli tissu soldé, acheter de quoi compléter un mezze au traiteur grec, American Gods, entamer un nouveau livre

Jeudi: hiiii (1) – ça a l’air de s’arranger pour fin août, hiiiiiii (2) – je peux en fait m’inscrire au voyage qui m’intéresse – mais évidemment je mets à douter / angoisser / etc.: est-ce bien là que je veux aller ? / c’est cher / c’est long (trois semaines) etc., ça va passer, profiter du beau temps pas trop chaud pour rentrer à pied – en fait ça me manquait déjà, zut j’ai mis un peu trop d’olives dans la sauce, Adrift in Tokyo (Satoshi Miki, 2007) – drôle et très sensible en même temps – j’ai adoré

Vendredi: en cours de décision, en attente de nouvelles, de chouettes conversations, des nouvelles positives et puis finalement mitigées mais il faut – une fois de plus – attendre les résultats (début août), un coup de fil sous forme de long monologue ennuyeux, Fargo, Longmire – début de la saison 4, j’ai un peu du mal ce soir

Samedi: un sommeil un peu agité et un réveil fort matinal, ce qui me laisse le temps d’aller faire du shopping – un peu décevant certes – mais j’ai quand même trouvé deux blouses à longues manches qui seront parfaites en voyage, un premier cadeau d’anniversaire surprise, la partie compliquée de la journée: écouter mon père se plaindre et dire qu’il souhaite mourir quand il aura 80 ans (il les aura en novembre) – plus un début de dispute avec sa compagne pour des questions de repas oublié, me changer les idées en testant un nouveau patron, continuer la google map pour mon citytrip, un plat thaï – je les faisais mieux avant il me semble, Apache (Robert Aldrich, 1954) – l’exemple type de films où les Indiens sont joués par des Blancs maquillés et aux yeux bleus – c’est très dérangeant

Dimanche: réveillée tard – en espérant que j’aie récupéré, TBBT S02E20-21, nettoyer le frigo et l’armoire y attenant pour enfin ranger le paquet de farine acheté il y a six mois, me mettre à la couture et choisir un tissu, déjà me rendre compte que ce ne sera pas ma robe préférée mais ce n’est pas grave – ce sera une base pour d’autres modèles, tenter de me concentrer sur de la lecture mais ne pas trop y arriver, perdre du temps avec un jeu, un repas simple, de nouvelles photos de robes, passer le reste de la soirée à remplacer des photos (et déprimer un peu), de la lecture – au moins mon roman (une autobiographie en fait) est passionnant

Short diary of the week (176)

Lundi: un très long rêve avec une longue histoire, oh mais il fait tout blanc !, sortir les ballerines Crocs en plastique, recevoir mes nouvelles chaussures Chie Mihara et les enfiler de suite – elles serrent un peu, les fêtes sont finies – on peut parler d’autre chose ?, des distractions, les chaussures serrent déjà moins, Agent Carter, Longmire

Mardi: une longue journée au bureau, et donc préparer un bouillon dashi, une succulente soupe japonaise, Agent Carter – 3 épisodes et le fin de seconde saison – un peu triste de quitter les jolies robes de Peggy

Mercredi: un midi très animé et digne d’anthologie, tester un nouveau programme et trouver des failles partout – mais c’est normal, des tissus sombres alors que je cherchais du rouge – toujours aussi difficile à trouver, Westworld, Longmire

Jeudi: terminer les dernières pages de mon roman au bureau, me rendre compte que le mail d’invitation à la formation de lundi n’a jamais été envoyé, une légère jalousie, un plat de comfort food, Vikings, Longmire, une crise de larmes et un billet instantané

Vendredi: les marmottes ont tout compris, plus un kilo – comme ça – en une nuit ?, croiser le chat noir, sortir pour faire des courses, croiser le chat noir, ok je fais une présentation lundi mais ce n’est pas pour ça qu’il faut venir demander tous les jours si ça va bien aller, une invitation avec un commentaire risible, des maux de tête, Westworld, Longmire

Samedi: de la neige, de la bruine, du verglas, mon surgélateur est assez rempli pour survivre un weekend, lessive de tissus, écrire des billets en retard – mais toujours pas le récit de voyage, finir de coudre une jupe droite basique, de la lecture mais m’éparpiller entre trois livres, un peu de King Rabbit, préparer un Pago Pago pour le blog et me rendre compte que je l’avais déjà publié il y a un an, steak frites, Yellow Sky (William Wellman, 1948) – un film très silencieux – sans musique – et aux images très travaillées au niveau des ombres et de la lumière

Dimanche: avoir la flemme de sortir pour aller à la zumba, me rattraper avec 40 minutes de vélo d’appartement (TBBT S01 E13&14), faire une chute de tension sous la douche, hésitations, que commencer en couture ? le nécessaire ou l’accessoire ?, commander des tissus plutôt, commencer l’accessoire, terminer un livre, prendre un moment avec King Rabbit, être fatiguée même avant que le film ne commence, l’abandonner après une bonne heure

Short diary of the week (162)

Lundi: le magnésium chassera-t-il cette fatigue ?, ne pas me sentir très bien, supporter le discours du chef tout en disant assez clairement ce que je pense, prendre congé les prochains jours pour profiter de la canicule (et me reposer – j’espère), la fébrilité du chef est assez fatigante – surtout qu’on ne l’a quasi pas vu de l’été, retrouver un peu d’énergie – le pouvoir du magnésium ?, un cocktail rafraîchissant, Masters of Sex – début de la saison 4, Anthony Bourdain Parts Unknown en Géorgie

Mardi: oh des ouvriers qui viennent réparer ma corniche, une réservation de voyage vite réglée en bonne et due forme, profiter de ma présence dans le centre ville pour faire quelques courses, acheter une blouse large à petits oiseaux (je pense à ma garde-robe de voyage), ne pas acheter à la Fnac ce guide coûtant 25 euros alors que sur le site de l’éditeur il en coûte 10, trouver un livre dans la librairie tout près de chez moi, profiter du beau temps pour lire au jardin, commencer Quiet et réfléchir sur le fait d’être introvertie, un fishtank cocktail, Mr. Robot (coucou Alf !), Anthony Bourdain Parts Unknown au Sénégal

Mercredi: cernée par des ouvriers et jardiniers bruyants (en fait seuls les jardiniers sont bruyants), photos d’identité: check !, nouveau passeport: commandé !, ravitaillement: ok !, l’après-midi idéale au jardin avec des bouquins, un cocktail étonnant, Mr. Robot, Anthony Bourdain Parts Unknown à Cologne – je suis enfin à jour avec cette série

Jeudi: retour au boulot où tout semble aller à vau-l’eau, un  repas à l’extérieur, des nuages, de la pluie, Mr. Robot, The Americans

Vendredi: attendre ou ne pas attendre ?, cinq livres commandés qui arriveront en quatre colis, voilà le premier, me remettre à organiser des choses, des discussions entre collègues qui vont toutes dans le même sens, Mr. Robot, The Americans

Samedi: faire les courses tôt mais il y a déjà plein de monde, m’attaquer au grand ménage, un échange de tissus mais surtout de conversations, des petits enfants c’est fatiguant !, The Outlaw (Howard Hugues, 1943) – un peu long et construit uniquement autour du magnétisme de Jane Russell, commencer un nouveau roman

Dimanche: lessive, lire la bd de Yoko Tsuno achetée vendredi, jardinage: séparer les iris et réfléchir au sort des hostas mangés par les limaces (les mettre en pots et les remplacer par les érables achetés au printemps ?), couture: pinces dans la robe rockabilly, feuilleter tous les Burda pour trouver une longue jupe portefeuille et puis tomber sur le patron de jupe sarong de Gertie dans ma collection, le décalquer, tenter de me décider sur les pantalons à coudre, ne plus avoir de temps pour lire, cuisiner un curry du Kerala, Halt and Catch Fire, The Americans

Short diary of the week (153)

Lundi: un sommeil agité à cause de la chaleur ou parce que c’est le retour au travail ?, des piqûres d’insectes qui me démangent, une journée qui se passe – le travail qui avance, de l’avancement aussi pour ma cascade !, Hell on Wheels, The Americans

Mardi: bien dormi mais fatiguée au réveil, argh non ! je suis sûre que cette balance ment !, terminer la pile de disques, un rendez-vous professionnel à l’extérieur, éviter la pluie, Indian Summers, The Americans

Mercredi: toujours aussi molle au réveil, organiser les choses autour de l’Italie, la suppression de la pointeuse serait positive mais pas spécialement pour moi – j’aurais trop de sentiments de culpabilité (mais tant de temps libre en plus !), une courte escapade près du canal: épices indiennes et tissus, un repas avec le contenu du frigo, Indian Summers, The Americans

Jeudi: des nuits quelque peu agitées avec des rêves bizarres, découvrir que la banque a des horaires d’été qui ne m’arrangent pas du tout, une séance photos, Indian Summers, The Americans

Vendredi: je ne finirai jamais tout ce qui est à terminer – même pas la semaine prochaine, ne pas vouloir parler de ce qui s’est passé, abandonner et partir plus tôt pour aller à la banque, au moins à la maison des choses sont terminées, un délicieux vin blanc, Indian Summers, The Americans

Samedi: commencer la journée en me faisant un torticolis sous la douche – changeons donc les projets de la journée, auto-cadeau de nouveaux rhums, boire du champagne chez mon papa, lire au jardin, préparer un sirop de cannelle et une liqueur d’hibiscus, la fin de la seconde saison de The Americans

Dimanche: réveillée très tôt (comme les petits enfants impatients de recevoir leurs cadeaux), quelques menus travaux de jardin avant d’attaquer les plus grands, interrompue dans mon élan par le coup de fil interminable de ma tante – un long monologue, déplacer 60kg de pierres, planter les dernières plantes achetées début mai, une douche rafraîchissante, l’avantage des mugs tiki c’est qu’on peut déjà boire le cocktail tout en faisant les photos, une sauce à l’orange très réussie, lire au jardin en observant d’un coin de l’oeil les avions décoller et avec les doux sons de ma nouvelle cascade, donc oui j’ai fêté mon anniversaire toute seule – je n’avais pas envie de prendre des initiatives

Deux jours à Paris: des expos, des jardins, des thés

Mon escapade à Paris a été centrée autour de deux thèmes: l’underground américain et les jardins. J’ai commencé mes visites par l’expo sur le Velvet Underground à la Philharmonie de Paris, ce qui m’a permis par la même occasion d’admirer ce bâtiment très “pailleté” aux formes très organiques. Un jeudi matin, il n’y avait pas trop de monde, ce qui m’a permis de profiter des nombreux artefacts proposés: superbes photos, pochettes de disques, affiches, pamphlets en tous genres et surtout de nombreux films et extraits musicaux qui s’écoutent grâce au casque fourni à l’entrée. C’est toute l’histoire du Velvet Underground qui est contée mais aussi de l’underground new-yorkais. Andy Warhol est évidemment présent mais il ne domine pas l’expo, il y a bien d’autres sujets abordés. Un voyage sonore et visuel très intéressant.

Paris

Paris

Après une pause lecture en bord de Seine, sous un saule, rendez-vous avec Kleo et Shermane à l’Institut du Monde Arabe pour l’expo Jardins d’Orient. Une première partie plus technique montre l’évolution de l’irrigation, une seconde montre les jardins, les objets qui l’occupent et les œuvres inspirées par ceux-ci, partant de l’Afrique du Nord à l’Inde des Moghols. J’ai été un peu déçue, je m’attendais à plus de photos des jardins, à des explications plus poussées (et à moins de monde). L’intérêt de l’exposition vient de l’installation d’un jardin oriental dans la cour du musée mais je n’y ai pas retrouvé le charme des jardins de l’Alhambra l’Alcazar (merci Malena !) à Séville (par exemple (les seuls jardins d’Orient que j’ai visité en fait) (l’avis de Kleo). Une glace, une citronnade, et nous voilà reparties, Shermane et moi, vers le jardin suivant.

Paris

Paris

Paris

Paris

Le Jardin des Plantes est situé tout près et je rêvais de voir la grande serre avec ses plantes tropicales. Mais d’abord nous avons visité le jardin alpin dont l’entrée est bien cachée. Intéressant mais pas mon style préféré. La serre par contre… J’ai adoré ces grands palmiers sous les voûtes métalliques de la serre.

Paris

Paris

Paris

Nous avions rendez-vous plus tard avec Malena dans un restaurant aux jolies plantes exotiques, le Sinople. Un peu surfait à la parisienne mais les cocktails étaient très bons. Pour ma plus grande frustration, j’ai commencé à avoir des maux de ventre – la fatigue ? – et j’ai dû annuler la sortie dans un bar à cocktail prévue par la suite.

Paris

Paris

Le lendemain, après une virée shopping de tissus autour de la Halle Saint-Pierre, j’ai continué mon exploration de l’underground américain avec l’exposition Beat Generation au Centre Pompidou. Ce sujet m’a passionnée il y a quelques années et j’ai lu à l’époque Sur la route de Jack Kerouac, déjà intéressée par les récits de voyage. L’exposition présente notamment le tapuscrit du livre dans une immense vitrine qui traverse toute la salle. Photos, musique, films, livres et affiches diverses proposent une image assez complète du mouvement et présentent les principaux protagonistes.

Untitled

Paris

Untitled

Untitled

Retour à la nature avec la petite présentation de l’Arte Povera, ce style italien des années 1960 qui marque un retour à la nature dans des œuvres très minimalistes. Ainsi que le film d’une chorégraphie de Thierry De Mey à Gibellina en Sicile qui m’a captivée.

Untitled

Untitled

Un thé glacé avec Kleo et Shermane à l’Autre Thé, l’achat de thés et de quelques récits de voyage ont clôturé cette escapade sous le soleil d’été.

Je ne dirais pas que ce fut mon meilleur séjour à Paris – j’ai été vraiment frustrée de ce malencontreux mal de ventre – mais j’y ai découvert et approfondi des sujets qui me tiennent à cœur et qui m’intéressent depuis très longtemps. Le Velvet Underground et la Beat Generation marquaient le retour à mes intérêts d’il y a une vingtaine d’années et voir ces expositions m’a rappelé cette période. Période où je n’aurais jamais osé voyager seule à Paris ! La chaleur m’a un peu assommée et j’ai été moins réceptive à mon environnement que d’autres fois. Projets pour une prochaine visite: (re)découvrir Paris quartier par quartier, en commençant par les plus anciens et apprendre bien plus sur son histoire – l’effet Vikings sans doute ! (D’ailleurs, si vous connaissez un bon livre proposant des promenades historiques à Paris…)

Short diary of the week (151)

Lundi: me réveiller juste quelques secondes avant le réveil, bruine, marre de porter les mêmes vêtements depuis octobre passé, je n’aime pas les visites à l’improviste ni qu’on me quémande un gin tonic, Hell on Wheels, The Knick

Mardi: très bien avancer dans le boulot, une commande de tissus, trop chaud dans mes vêtements d’hiver – euh de mi-saison, The Great British Sewing Bee

Mercredi: un peu d’exercice physique, la journée du bip bip, partir plus tôt vu que je n’arrive plus à travailler, des pré-soldes au prix des soldes – bref deux nouveaux soutien-gorges, The Knick, The Americans

Jeudi: mes tissus sont arrivés ! me rendre compte que j’ai oublié de remplir ce short diary depuis mardi et creuser ma mémoire, un dérapage total, des fournitures de couture, The Knick, The Americans

Vendredi: rien de fort différent aujourd’hui, un gros coup de pompe en rentrant, The Knick, The Americans

Samedi: réveillée tôt, et c’est tant mieux: les ouvriers sont là dès 8h45, oh c’est pas ça – ils se débrouillent tous seuls, choisir mes repas du w-e – dont une recette indienne, recopier et découper un patron, découper le tissu et coudre les pinces, j’espère que ce ne sera pas trop petit !, envie de frites, The Knick – fin de la seconde saison et une conclusion pour tous les personnages qui laisse entrevoir la fin de la série (en fait non, des saisons 3 et 4 sont prévues mais avec un autre arc narratif), les yeux fatigués

Dimanche: le ménage et le pliage de linge c’est du sport aussi – non ?, une averse, sortir avec l’éclaircie et faire un peu défrichage au jardin, me retrouver avec des marques de terre partout sur les jambes, un court moment de couture, terminer enfin ce gros bouquin commencé en décembre, tentative de cocktail avec la liqueur de rhubarbe – ce n’était franchement pas génial, Indian Summers – saison 2, The Americans