Un bref mariage

Anuk Arudpragasam, Un bref mariage: vingt-quatre heures dans la journée d’un homme, Dinesh, en plein coeur de la guerre civile qui secoue le Sri Lanka. Vingt-quatre heures très intenses qui commencent avec une scène d’hôpital où Dinesh tente d’aider au mieux le médecin. Il est ensuite abordé par un homme vieillissant qui lui propose sa fille en mariage. Il espère ainsi qu’elle sera mieux protégée des rafles des troupes gouvernementales ou des rebelles. Dinesh hésite, se laisse un moment de réflexion, puis accepte. Ses pensées évoluent, d’homme seul sans responsabilités, il devient responsable d’une jeune femme qu’il ne connaît pas. Le couple se découvre au cours de la nuit, des sentiments parfois un peu contradictoires les traversent. Le récit est dense, parfois violent, mais surtout très introspectif. Les phrases sont longues, il y a peu de paragraphes, c’est un peu comme si on retenait son souffle pendant la lecture, tout comme ces personnages qui n’ont plus rien ou presque. C’est un beau récit d’amour au coeur d’une guerre sanglante. 

Let’s cook our books #17: Ranji’s chicken curry

Ranji's chicken curry
Au Sri Lanka, à Galle, je me suis laissée tenter par un livre de cuisine, Sri Lanka: the locals cookbook de Jon Lewin. Celui-ci est à la base un surfeur anglais mais il a beaucoup voyagé dans l’île, faisant connaissance avec de nombreuses personnes qui lui ont transmis leurs recettes. Le curry de poulet de Ranji est assez simple à réaliser une fois qu’on a préparé la poudre de curry grillée. Essentiellement composée de coriandre, cumin et graines de fenouil, mais aussi d’autres ingrédients, elle a embaumé la maison quand je l’ai mixée en poudre plus ou moins fine. Pour en revenir au plat: j’ai diminué les quantités de liquide préconisées mais même comme ça, j’ai trouvé qu’il y en avait trop. Au final, je n’étais pas trop satisfaite du résultat: c’était bon mais cela aurait pu être bien plus fin et aromatisé. Je transformerai sans doute la recette si je la cuisine à nouveau. Comme ce plat est sans légumes, à part l’oignon, je l’ai accompagné d’une petite salade de légumes crus: carottes, tomates, concombre, oignon de printemps, piment et jus de citron vert comme assaisonnement. Et j’ai oublié d’acheter de la coriandre fraîche pour décorer !

The last 15 days…

Ces derniers 15 jours…

  • j’ai pris quatre fois l’avion, quatre fois un Boeing 777
  • j’ai vu Dubaï du ciel
  • et j’ai un peu paniqué au retour, pensant rater ma correspondance à cause du brouillard
  • j’ai visité le Sri Lanka, le centre et le sud
  • j’ai eu chaud
  • et froid
  • j’ai dormi avec une bouillotte
  • et sous le drap pour éviter les moustiques
  • j’ai dormi au bord d’une rivière
  • et au bord de la mer
  • j’ai mis les pieds dans l’Océan Indien
  • j’ai usé mes tongs
  • et marché pieds nus dans les temples
  • mais aussi découvert que mes chaussures de marche me donnent des ampoules
  • j’ai fait une longue randonnée dans les plaines herbeuses d’altitude
  • et vu la « fin du monde »
  • j’ai admiré plein d’animaux partout
  • dont trois léopards
  • j’ai vu les plantations de thé
  • et bu du thé exécrable
  • j’ai acheté du thé
  • et des épices
  • et de l’arrack
  • et un livre de cuisine
  • j’ai visité des temples hindous et bouddhistes, et des églises chrétiennes
  • et vu des mosquées
  • j’ai fait du vélo
  • et j’ai mangé beaucoup de « rice and curry »
  • j’ai parlé anglais pendant deux semaines
  • et tenté de comprendre les accents de Londres, Leeds et Dublin
  • j’ai dormi seule la plupart du temps alors que je n’avais pas payé le supplément single
  • tout ça à cause de toute une histoire assez surprenante
  • je me suis demandée tout le voyage ce que voulait dire « stork »
  • et je ne suis toujours pas persuadée qu’on parle de « cigogne » pour ce grand oiseau
  • (et je viens de chercher: il fait partie de la famille des cigognes mais se nomme « tantale » en français)
  • c’était la fin de la mousson
  • et il a plu
  • (d’où l’utilité des tongs pour sauter dans les flaques d’eau)
  • mais ça s’est arrangé et il a fait beau vers la fin
  • j’ai très vite arrêté de boire des gin tonic
  • la quantité de gin étant trop minime
  • et le tonic local pas très bon
  • me tournant vers la bière Lion
  • qui était très chère partout
  • j’ai trouvé les villes très laides
  • sans aucun effort architectural
  • et sans aucun souci d’écologie
  • mais la nature très belle
  • je n’ai jamais réussi à retenir les noms d’une partie de sites visités
  • pour cause de trop de syllabes
  • d’un côté je ne suis pas aussi enthousiaste que pour d’autres voyages
  • je n’ai été que rarement émerveillée
  • je suis en manque de temples et vieilles pierres
  • et le ryhtme des visites était plutôt peu soutenu
  • mais d’un autre côté j’ai vraiment profité du moment présent
  • et admiré ce qui m’entourait
  • (et lu plein de romans au bord de la piscine)
  • ce voyage m’a fait du bien
  • je regrette que les vacances soient finies
  • et je pense déjà à ma destination suivante