Short diary of the week (202)

Lundi: des rêves bizarres, réveillée en sursaut par le réveil, ne pas voir grand monde ce matin, avoir une idée de challenge, la température idéale pour rentrer à pied – sauf que je n’aurais pas dû boire de l’eau avant de partir – pas une seule toilette publique à l’horizon, et un test positif pour ces sandales qui me serviront en voyage, Anthony Bourdain Parts Unknown à Porto – le dernier épisode de la saison

Mardi: très mal dormi, lancer le challenge sur mon blog et être impatiente des réponses, commander du tissu (soldé) en Belgique et à Hong Kong, rentrer pour repartir de suite apporter quelques courses chez mon papa, tout d’un coup les prescriptions de médicaments qu’il avait déjà samedi et que j’aurais pu prendre à ce moment-là sont urgentes, préparer un bon plat, American Gods, Fargo

Mercredi: cette nuit-ci était bien meilleure, un premier colis de tissus, écrire sur les musiques japonaises prend plus de temps que prévu quand on surfe d’un clip à l’autre, partir plus tôt pour faire quelques courses en ville, deux soutien-gorge soldés, pas de pantalon par contre – M&S n’a pas soldé ceux qui m’intéressent et donc ça peut attendre, trouver le magazine America dans la librairie près de la maison – il vient d’arriver me dit la libraire, American Gods, une discussion sur l’histoire

Jeudi: mais est-ce que les oiseaux exotiques sur ma robe sont-ils bien vaccinés ? (quand un collègue me charrie), où l’ennui me guette – résultat je grignote, deux tissus soldés au Chien Vert, des cocktails à La Pharmacie Anglaise, un repas au Café Victor de Bozar, la serveuse nous complimente pour nos jolies robes, des discussions autour de personnages de romans et des liens avec l’histoire, l’air est chargé d’humidité

Vendredi: déprimée à cause de photobucket: tous mes blogs sont touchés et cela mettra des mois pour republier toutes les photos (et il faut que je trouve des solutions d’hébergement – des idées ?), j’ai réussi à caser toutes les corvées dans la matinée, et bien avancé l’après-midi, tondre la pelouse, lire au jardin, me sentir bien, admirer le crépuscule et sentir l’humidité qui tombe sur moi

Samedi: me décider pour une jupe à plis, un bel épisode de confusion paternelle (et ça ne va qu’empirer), enlever des kilos de mauvaises herbes, enfin me poser et voilà que quelques gouttes tombent, commencer un barbecue et le ciel devient à nouveau tout bleu, profiter de la soirée près du feu

Dimanche: écrire quelques billets lecture, TBBT S02E18&19, du rangement et du repassage, il fait beau mais je veux d’abord terminer cette robe, de la lecture, un cocktail tiki classique, Logan (James Mangold, 2017)

Short diary of the week (201)

Lundi: j’aurais dû me couvrir un peu plus ce matin, un passage à Sunda, décider de rentrer à pied (dans l’optique de l’opération contrôle de mon poids), le chemin est en grande partie agréable dans divers quartiers résidentiels, la partie autoroute urbaine est évitable en passant par un parc, je repère les maisons à tourelles, je vide ma tête, après 50 minutes de marche je commence à saturer, 20 minutes plus tard je suis à la maison, un repas de restes et d’une salade, Doctor Who, The Good Wife

Mardi: me couvrir un peu plus, avancer dans le travail mais aussi organiser mille et une choses, commencer à écrire un billet fleuve et y réfléchir une partie de la soirée, il pleut- enfin – tant mieux pour le jardin, The Good Fight, Anthony Bourdain Parts Unknown à Trinidad avec Calypso Rose qui fait remonter de très bons souvenirs d’amitié et de Womex

Mercredi: une mauvaise nuit, passer la matinée à écrire des mails, passer l’après-midi à trier des disques et à faire des scans, me retrouver dans un état fébrile – pas au sens où j’ai de la fièvre, tenter de me calmer pendant un moment, le soleil se montre, un vin blanc en terrasse puis un repas au Bozar Café avec une amie – délicieux repas d’ailleurs pour une toute aussi délicieuse soirée, attaquée par un moustique dans le métro, lire encore quelques dizaines de pages

Jeudi: bien dormi ! (le vin blanc ne m’empêche donc pas de dormir), grelotter en sandales, voir le soleil avec plaisir, corriger un texte – le premier d’une longue série, de l’agitation pour cause d’inventaire, le gros coup de pompe du jeudi avec comme conséquence le besoin d’un cocktail et de comfort food, Twin Peaks (ne regarder que d’un œil tout en surfant – c’est un épisode WTF), The Good Wife – fin de la très chouette première saison

Vendredi: juste crevée, mais avançons quand même, c’est facile d’avoir tous ces films à disposition, de l’horrible musique à la braderie sans gens de la commune voisine, soupeser les iPhones tandis que le vendeur me conseille presque d’attendre les nouveaux modèles, et donc revoir avec beaucoup de plaisir Le syndicat du crime 1 de John Woo tout en ayant de la nostalgie de cette période où je m’enfermais au musée du cinéma pour voir tous ces films de HK

Samedi: la pluie qui tombe ne me donne aucune envie de me lever, en même temps il faut bien que je récupère de ma semaine, oh la matinée est déjà passée et je n’ai pas fait grand chose !, un détour chez mon papa, de la couture: couper le tissu pour une robe et commencer à décalquer une autre, passer d’un livre à l’autre, Jellyfish de Kiyoshi Kurosawa (2003)

Dimanche: rêver de méduses (effet du film + effet du joli tissu de Michael Miller), TBBT S02 E16 & 17, tenter de redresser et d’attacher les mûriers qui se sont effondrés à cause de la pluie, devoir rentrer au moment où je comptais m’attaquer à d’autres plantes à cause d’une bruine persistante, de la couture: le haut de la robe prend forme tandis que la pluie tombe à verse, de la lecture, un plat birman, le soleil est revenu, Doctor Who, Fargo

Short diary of the week (190)

Lundi: des maux de tête, pas très concentrée, terminer l’Egypte – enfin !, commencer un texte sur Sumatra et me rendre compte qu’il sera bien trop long, trouver une idée pour l’adapter, Berlin 1956, Chaussée d’Amour

Mardi: des discussions intéressantes, un mail que j’hésite à envoyer, une réponse argumentée, une réponse vexante et complètement déplacée très certainement envoyée par erreur à “tous”, tenter d’oublier tout ça au resto grec, une soirée remplie de conversations qui changent mes idées

Mercredi: une nuit bien trop courte, une envie de tout abandonner là, et pourtant je suis poussée par une certaine motivation, bref oublions cette journée, Broadchurch, Masterchef

Jeudi: enfin bien dormi mais pas encore assez, un rendez-vous à la radio, un compliment qui me fait plaisir, quelques courses – des vêtements de sport chez C&A (il y a tellement peu de magasins qui vendent ça – à part Décathlon qui est loin de mon circuit habituel et le magasin super déprimant près de la maison), The Americans, Masterchef

Vendredi: me sentir soutenue par rapport à l’incident de mardi malgré des soucis antérieurs, Bornéo ou Kalimantan, quelques perles de reprises, une playlist musiques de film, le plaisir anticipé d’un long weekend, Berlin 1956, la moitié de Garderner’s World, Masterchef, m’endormir comme une masse

Samedi: une humeur à l’image de la météo, sauf que cette pluie était vraiment attendue pour le jardin, j’ai l’impression que mon père a essayé de me dire qu’il voulait mourir – je sens bien qu’il ne va pas très bien mais sans trop savoir comment réagir, commencer une nouvelle robe, de la lecture, des sashimis et makis, Berlin 1956 sans retrouver la V.O. dont j’avais pu profiter hier – une agréable série un peu trop courte à mon goût

Dimanche: 10 km de vélo d’appartement en regardant un épisode de la saison 2 de The Big Bang Theory, de la couture – mon projet initial de terminer une robe en trois jours me semble déjà bien loin, une virée plantes (des clématites, des plantes aquatiques, un framboisier, une azalée…), un curry malais, Vengeance Valley (Richard Thorpe, 1951) ou un film en Technicolor passé par la VHS – bref l’image est toute pourrie et l’histoire un peu confuse, Longmire

Short diary of the week (185)

Lundi: on peut oublier cette journée tout de suite ? en tous cas la première partie ? acheter des livres guérit tout, me faire draguer par un homme en voiture avec siège bébé à l’arrière – oui mais non, manger les restes qui sont fort copieux, Black Sails, Call the Midwife – déjà l’avant-dernier épisode…, terminer un roman et commencer un nouveau – un plaisir toujours renouvelé

Mardi: étant donné que je travaille ce soir j’ai l’impression que je perds mon temps à la maison ce matin – tout ça pour ne pas travailler plus de 11 heures, je m’étais donc dit que je n’allais plus râler ?, je recommence, pas que j’ai fait la grasse matinée mais une heure de sommeil de plus ça fait du bien, aller à l’aise au boulot, travailler à mon aise, partir dans le centre et rejoindre plein de connaissances pour discuter sur les musiques du monde, le tout avec un délicieux repas afghan, attraper mon métro de justesse et rentrer bien fatiguée

Mercredi: une mauvaise nuit, des ballerines crocs pour braver la pluie, une journée qui se passe, un retour sous la pluie qui s’arrête finalement quand je suis près de la maison, un plat plus ou moins improvisé mais savoureux, dans le genre je suis vraiment fatiguée: chercher si j’ai du rhum de Trinidad dans ma collection – passer à côté de celui de Trinidad et Tobago – me dire que ce n’est pas Trinidad juste parce qu’il est écrit Tobago à côté, Broadchurch, oh mais The Americans a recommencé (saison 5)

Jeudi: mais nooon ! (des histoires de chef – une fois de plus), une réunion, une après-midi sans trop d’entrain – je vous ai dit que ma motivation était complètement retombée ?, Chaussée d’amour – parce qu’il y a aussi des séries flamandes, Riverdale

Vendredi: ce soleil…., un jeune dentiste patient et délicat, retourner à la voiture par les chemins de traverses en admirant les belles maisons anciennes, des travaux de jardin sous un soleil flamboyant, quel bonheur de se laisser réchauffer par ses rayons, Chaussée d’Amour, Garderner’s World – un nouvel essai pour voir si c’est toujours aussi ennuyeux – ça l’est malheureusement…

Samedi: ce soleil…, écrire quelques billets critiques de livre et être enfin à jour, comme les courses sont faites je peux attaquer de suite le jardin, ce n’était pas l’activité la plus intéressante mais la terrasse est nettoyée à grande eau, de la lecture, The red badge of courage (John Huston, 1951) – un film annoncé comme très mauvais par un collègue – et en effet – mais comment faire bien en 1h06 (le film a été fortement réduit en temps par le studio et l’acteur principal Audie Murphy a autant de charisme qu’une moule) ?, Longmire

Dimanche: réveillée tôt, de la zumba, quelques travaux au jardin, lire au soleil, avoir un doute sur le plat qui se révélera très bon grâce aux herbes aromatiques, Your name. – pas mal mais dérangée par les images un peu psychédéliques et par l’histoire un peu confuse

Short diary of the week (184)

Lundi: mal dormi – c’était à prévoir, la réponse au mail du vendredi était prévisible mais me met en colère, il faut arrêter de vouloir toujours se mettre en avant à tout prix, juste écouter est bénéfique, ah mais comme il n’écoute pas…, pas beaucoup d’énergie, retrouver mon amie Katrien dans le centre et passer une excellente soirée

Mardi: mal dormi – c’était à prévoir (pour d’autres raisons), je vais devoir ressortir tous mes talents de méditation pendant la réunion qui s’annonce ennuyeuse à souhait, et donc le directeur a trituré sa bouteille d’eau pendant une heure en parlant, le mail qui me met de très mauvaise humeur, la règle est plus importante que la convivialité, je me demande qui travaille vraiment 7h36 sans s’interrompre de temps en temps, une soupe aux nouilles soba – moins bonne que la fois passée mais quand même, Taboo – fin de la première saison, Call the Midwife – et son effet habituel, sauf que cela aura permis de faire sortir ma colère et mes soucis

Mercredi: traîner un peu trop ce matin, il pleut à verse mais il est vraiment temps de partir, trempée et frigorifiée, m’installer pour lire dans le métro et être dérangée par la musique de l’horrible chanteuse, devoir supporter la fumée de cigarette d’un homme irrespectueux dans la station de métro, encore une autre contrariété ? non la liste s’arrête là – d’ailleurs c’était suffisant pour la matinée, manger seule dans mon bureau pour cause de sombres histoires de pointage – ce sera ma nouvelle habitude…, est-ce que je vais vraiment travailler plus ?, un réunion qui m’empêche de partir à l’heure prévue, rater le tram, un métro avec beaucoup de retard, le laisser passer, le suivant qui interrompt son trajet en plein milieu, mettre une bonne heure pour rentrer, cuisiner, Black Sails, The Halcyon – fin de la saison 1

Jeudi: espérer que cette journée sera plus calme à tous points de vue, écouter des chants soufis égyptiens, écouter du gamelan balinais, réussir à partir à l’heure, me dégonfler complètement pour le vélo d’appartement et préférer terminer le tri de mes photos du Sri Lanka, tester la liqueur de yaourt – oui euh bon – c’est bon que je l’ai reçue, Broadchurch – début de la saison 3, Riverdale et m’ennuyer sérieusement devant tous les clichés

Vendredi: tous ces machins du vendredi qui ne prennent pas beaucoup de temps en soi mais qui accumulés prennent la matinée, pourquoi ne pas écrire un billet sur mes interrogations du moment ?, acheter du fil puis continuer la promenade et acheter une veste d’été et des magazines, commencer un film et me rendre compte que sans sous-titres ça va être trop compliqué, Twin Peaks, Longmire, mes yeux se ferment tout seuls

Samedi: traîner dans le canapé et trouver un article intéressant sur les jeunes auteurs japonais, discuter voyages avec mon papa – une fois de plus, comme il ne pleut pas attaquer le nettoyage du jardin, profiter des sons de la nature – ah euh non il y un cortège de Carnaval tout près, rentrer juste avant la pluie, lire un peu, et donc c’est un bout de plombage que je vois là, Blood on the moon (Robert Wise, 1948)

Dimanche: un beau soleil au lever, TBBT S02E03&04, préparer le matériel à semis, terminer la robe en cours et ne pas être satisfaite: malgré les deux toiles elle baille à certains endroits, semer les piments – 10 variétés, préparer la plat du soir qui doit mijoter, de la lecture, un peu unidimensionnel ce curry mais pas mal quand même, The 100, Longmire

Short diary of the week (175)

Lundi: cette météo sombre ne pousse pas à sortir du lit, des courses alimentaires, le soleil est revenu, des courses non-alimentaires, trouver deux soutiens-gorge soldés, finir un livre pas des plus passionnants, un plat japonais hyper facile, Westworld, Agent Carter

Mardi: je n’arriverai jamais à publier tous ces billets livres avant la fin de l’année ! – bref ça débordera, TBBT S01E11, de la couture, de la lecture, me rendre compte que mon appréciation de certains livres dépend de mes connaissances préliminaires sur le sujet, cuisiner et mettre à jour l’ordinateur et chatter – le tout en même temps, un plat indien, Doctor Who – l’épisode de Noël qui me laisse de marbre, Agent Carter

Mercredi: est-ce que je me serais trompée d’heure et de jour ? – il n’y a personne en rue, retour au boulot, bien avancer sans être dérangée, Agent Carter, Vikings – personne ne m’avait dit que ça avait recommencé, Man Seeking Woman

Jeudi: ma jupe serre un peu trop, si je défais le bouton personne ne le verra, encore une journée où ça avance bien, oh mais il est déjà l’heure de partir !, rendez-vous à la Pharmacie Anglaise pour deux tournées de cocktails à quatre – ce qui en fera 7 de goûtés – une grande partie de la carte, discussions de blogueurs, traverser Plaisirs d’Hiver un peu abandonné pour aller manger chez Horia Eatery, une assiette mezze assez gigantesque mais terminée – ou presque – grâce à l’aide de mes voisins de table, -2° indique le thermomètre à la Bourse, frissonner en rentrant

Vendredi: une mauvaise nuit et pourtant je n’avais pas bu de thé à la menthe, tout est blanc, un collègue qui me rejoint dans le tram, un drink de fin d’année assez animé même si on n’est pas beaucoup, un reste d’après-midi plus très productif du coup, rentrer, attendre un moment, dégivrer la voiture, faire des courses, passer chez mon papa, déprimer après l’avoir vu en craignant les mois à venir – la personne qui l’aide risque fort bien d’être en congé maladie pendant un temps, la fatigue n’aide pas et quelques larmes coulent, manger des crasses devant Agent Carter, l’épisode de Noël de Call the Midwife où je pleure encore plus – évidemment

Samedi: ne pas réussir à me réchauffer même enveloppée dans deux couvertures, terminer la couture d’une robe, commencer un projet de jupe, de la lecture, ne pas réussir à choisir un cocktail, me décider finalement pour un Baie du Galion, découper la bête, regarder Silver River de Raoul Walsh et lutter pour ne pas m’endormir – plus par fatigue – le film est assez rythmé, entendre les feux d’artifice dans un demi-sommeil

Dimanche: hésiter avant d’écrire ce court billet à propos de l’absence de projets pour l’année 2017, TBBT S01E12, cette jupe est pas mal mais avec la doublure elle risque d’être trop serrée – hésitations hésitations – laisser tout en plan – de toutes façons il me manque une tirette, pas le courage de terminer ce livre un peu compliqué, jouer plutôt à King Rabbit, parfois préparer un cocktail prend beaucoup de temps – pour finir par faire des photos très moyennes – mais il était délicieux !, 3 godfathers (John Ford, 1948) ou un mélange d’histoire de Noël et de Trois hommes et un couffin en mode western

Short diary of the week (132)

Lundi: je ne suis pas la seule à avoir si mal dormi cette nuit, une ardeur au travail très relative, ah ben c’est fermé !, Maison du Peuple, ah ben le resto est fermé, retranchons-nous dans le restaurant à couscous où nous allions si souvent avant, c’est délicieux mais l’ambiance est plutôt glauque

Mardi: et hop une mauvaise nuit de plus, la dispute s’envenime – je n’en fais plus partie mais elle ne m’étonne pas tant l’incompétence et la malveillance de cette personne est grande, un nouveau look pour ce blog ce serait pas mal, aller chercher le dernier livre de ma commande, un délicieux plat de poulet cuisiné sans recette mais inspiré de ma voisine, The Good Wife – ou un fin déjà annoncée, Call the Midwife

Mercredi: il fait beau mais il fait froid mais il fait beau, emmagasiner du soleil, envie d’écrire un livre d’histoire (sur la musique – enfin un sujet précis), un rendez-vous annulé et donc plus tôt à la maison, Vinyl – deux heures de bavardages ennuyeux entrecoupés de (bonne) musique

Jeudi: damned ! mon sommeil était de nouveau totalement perturbé, une matinée productive, l’après-midi: tenter de faire trois activités de front – deux ont été assez bien suivies – la troisième sera finalement pour demain, le livre d’histoire se transforme en roman (la parenthèse pour y mettre le syndrome d’imposteur et mille autres choses négatives), Salad days – passionnant mais trop crevée, me mettre au lit vers 21h

Vendredi: enfin une nuit convenable, lire des blogs littéraires et rallonger ma PAL virtuelle avec plein de titres, tous ces machins à finir avant 17h, Salad days – suite et fin – un excellent documentaire sur la scène punk/hardcore de Washington DC dans les années 80, Anthony Bourdain Parts Unknown à Budapest et revoir avec plaisir les images de la ville

Samedi: réveillée très tôt, écrire un peu, la suite n’est déjà plus aussi simple, lessives, courses, aller chez Rob pour de la liqueur de poire, du galanga et de la cardamome noire et n’y trouver aucun de ces trois articles, couture, lecture – je n’arriverai pas terminer ce livre maintenant, un cocktail tiki, des scampis mais pas assez, The X-Files – une mauvaise parodie, Better Call Saul (saison 2) qui est cent fois plus passionnant même si ça ne raconte pas grand chose

Dimanche: réveillée tôt mais moins tôt qu’hier, écrire des billets de blog et devoir me dépêcher pour aller à la zumba, insérer les manches dans une robe est toujours délicat, finir mon livre, chercher le suivant, plusieurs plats pour le Winter Cookbook Challenge, This is England 86 – horrible et beau en même temps