From sunshine to rain and back

Mon humeur est comme la météo, elle peut changer de jour en jour. La semaine passée a été assez pénible à cause du manque de sommeil et de l’état de diane. Nous avons eu une série de discussions entremêlées de crise de larmes assez sévères de mon côté. Mes émotions sont à fleur de peau et elles se sont exprimées assez violemment. Est-ce que tout ceci a aidé diane à sortir de son apathie ? oui, un peu, je l’espère, avec associé à cela, une visite chez Coyote pour remettre ses énergies en place. Le week-end a été agréable, calme, consacré au jardin, à la lecture et à mon nouveau jeu. Je me suis sentie bien, détendue mais encore très fatiguée, à tel point que vendredi après deux verres de vin, je n’arrêtais plus de parler et d’embêter mon monde. Mon sommeil s’est un peu amélioré mais je me réveille encore souvent la nuit.

Depuis mes soucis au travail cet hiver, j’ai tenté de bien montrer ce que je voulais, de ne pas me laisser faire. Et en même temps, j’ai aussi un peu fait l’autruche. Gérer des soucis à la maison et au boulot était au-delà de mes forces. Je devais me protéger. J’ai malgré tout réussi à boucler un projet très important en un court laps de temps cet été. Parfois, je me demande encore comment j’y suis arrivée, avec certains jours juste 3-4 heures de sommeil à mon actif. Or cela gronde à  nouveau (et les raisons sont bonnes) et une discussion a suffi à me déprimer. Comment réussir à garder le moral tout en tentant de régler des problèmes quasi insurmontables ? Comment réussir à faire son travail quand on nous en demande toujours plus et que le dernier projet en date prendrait au rythme actuel au moins trois ans. Et alors que le précédent, celui entamé il y a deux ans, n’est toujours pas terminé ? Je me suis promise de le mener à bon port mais cela me mène déjà jusque fin janvier. Bref, comment ne pas déprimer quand on nous impose encore d’autres choses que j’ai très peu envie de défendre ? Franchement, je n’ai pas besoin de ça !

Je pourrais chercher un nouveau travail dès maintenant mais cela voudrait probablement dire que je jetterais à la poubelle toutes mes connaissances actuelles. Je ne connais pas vraiment d’autre endroit où elles seraient utiles. Je pourrais retourner au travail d’historien mais les places de chercheur sont chères et limitées aux jeunes qui ont fait une grande distinction. Et à part ça, ce n’est pas vraiment un métier porteur ! Oui, j’ai vu aujourd’hui une offre d’emploi qui me tentait mais je ne veux pas d’un mi-temps, ni d’un contrat à durée déterminée; je n’avais que la moitié des compétences requises et pas d’expérience dans le secteur (archivage, catalogage).

Je sens que les prochains mois vont être difficiles, en tous cas du côté du boulot – j’espère que du côté maison, tout va aller mieux. Heureusement, j’ai encore beaucoup de congés à prendre, mais comment éviter la réunionite aigüe et arriver à me concentrer sur le principal ?

Trying to write a post, but…

Voilà, ça fait une demi-heure que j’essaie d’écrire un billet sur le nouveau magasin de Melle Jean mais je n’y arrive pas. C’est juste l’inspiration qui ne vient pas – je le garde en brouillon et j’y retravaillerai plus tard. Passons donc à des choses plus personnelles. Hier donc, je comptais faire les soldes mais au moment de partir, je me sentais un peu fade pour aller jusqu’à Uccle pour découvrir la nouvelle boutique d’Aurore. diane s’est alors proposé pour m’accompagner. Je dois bien avouer qu’après diverses courses préliminaires qu’il devait absolument faire avant, j’ai bien failli abandonner. Et le long trajet où il s’est endormi ne m’a pas rassurée. Mais lorsque nous sommes arrivés chez la demoiselle, cela allait mieux. J’ai choisi une jolie jupe fifties en super solde et puis nous avons commencé à discuter. Alex m’a montré le jardin a aménager et je n’ai pas pu m’empêcher de donner plein d’idées puis nous sommes montés dans la partie lingerie où nous avons continué la conversation sur tout, sur rien, sur le burlesque, sur les blogs, sur les jardins, sur le steampunk… Bref, nous avons passé une très bonne après-midi et cela aurait été dommage de s’arrêter là. Direction centre ville pour aller manger donc, à l’Anata, notre cantine japonaise (tenue par des Chinois) favorite. Et puis, retour à la maison, trop fatiguée pour encore faire quelque chose, je me suis écroulée au lit mais sans vraiment réussir à bien dormir, diane ayant décidé que c’était le moment idéal pour démonter un pc dans la pièce juste au-dessus de moi. Au moins, j’aurai profité de quelques bons moments dans l’après-midi !

Like a rollercoaster ride

Mes humeurs vont de haut en bas comme un petit tour de montagnes russes. Il y a quelques années, j’avais beaucoup travaillé avec ma psy pour que cette courbes sinusoïdale le soit un peu moins, et cela avait pas mal fonctionné. Mais ces derniers avec tous les soucis qui me tombent dessus, que ce soit ceux de diane qui rejaillissent un peu sur moi ou ceux du bureau, mon humeur s’envole très facilement dans les bas-fonds, tout particulièrement après une mauvaise nuit de sommeil. Et c’est là le problème, j’en ai beaucoup… vu que je stresse pour tout et n’importe quoi. Cette semaine a été marquée par le « seven year itch », j’ai été prise de beaucoup de doutes par rapport à ma relation avec diane, et la nuit de mardi à mercredi, je l’ai passée à retourner toutes les possibilités dans tous les sens, n’étant satisfaite avec aucune et me laissant dans un état de fatigue lamentable le lendemain. Jeudi, je n’étais pas encore entièrement reposée, et les idées noires m’ont repris pendant la journée, jusqu’à douter de ma présence le soir au concert de Third Eye Foundation. Où j’ai finalement été, et où j’ai passé une excellente soirée grâce à la rencontre avec Kiwikoo.

Vendredi, mon humeur était à nouveau changeante mais deux petites remarques d’amies m’ont fait réfléchir: La Princesse me disait « mais tu cherches toujours les points négatifs ! » à propos de la soirée burlesque chez Madame Moustache vendredi. Soirée à laquelle je n’ai pas été, pour cause de fatigue extrême (et si vous voulez tous les autres points négatifs, les voilà: ça ne commence jamais à l’heure, il fait trop chaud, il y a trop de fumée, il y a trop de monde, la salle n’est pas faite pour du burlesque…). Je n’ai pas été non plus au barbecue auquel j’étais invitée, ne me sentant pas capable de rester éveillée toute une soirée et de faire le trajet jusqu’au delà de Namur toute seule. Et puis un peu plus tard la même journée, après un commentaire sur FB où je disais que j’allais partir plus tôt du travail, Gridou me disait « mais tout n’est pas négatif à ton travail ! ». Et je n’oublie pas un commentaire de Maja qui me disait jeudi qu’elle était triste de lire tous mes statuts FB négatifs. Après deux bonnes nuits de sommeil, je vois en effet la vie beaucoup plus en rose… et je vais tout faire pour que ça continue ! Et profiter du Lalande Pomerol 2001 que nous boirons dans un mois, diane et moi, pour fêter nos sept ans de couple !

sleep

Ce blog me permet de parler de plein de choses mais quand il s’agit de choses vraiment intimes, j’ai plus de mal. Et pourtant, je me sens mal pour le moment… je suis remplie de frustrations, d’anxiété et de tristesse. Revenons loin en arrière: j’ai vécu une relation assez conflictuelle avant celle avec diane. Mon amoureux de l’époque souhaitait une fille à son image et après quelques mois de relation, il a commencé à me reprocher plein de choses. Les disputes étaient très violentes verbalement et étaient toujours précédées par une « sieste » de l’homme en question. J’ai appris à reconnaître un schéma et ces siestes n’annonçaient rien de bien. J’ai pris peur des siestes inopinées.

Retour à ma relation actuelle. diane a toujours été un dormeur aux horaires bizarres. S’endormir avant minuit est impossible, et le w-e, un réveil avant midi n’est pas envisageable. J’ai eu du mal mais je me suis habituée – je suis moi-même très régulière et j’ai besoin de mes 9 heures, m’endormant dès 23h… diane a eu quelques crises d’endormissement soudain, proches de la narcolepsie mais rien de très régulier. Mais à chaque fois, j’ai eu peur, peur d’une dispute remettant notre couple en cause. Je me souviens d’une belle journée de l’été 2009 où il a fait la sieste tout l’après-midi et puis a piqué du nez dans son assiette vers 20h.

Sauf que depuis la fin du mois d’octobre, ces crises se sont répétées, durant souvent trois jours de suite avec environ 20 heures de sommeil par jour. Deux visites chez un médecin et une analyse du sommeil plus tard, un diagnostic a été posé: problèmes au niveau du sommeil paradoxal, micro-apnées répétées et trop peu d’apport d’oxygène dans le sang pendant le sommeil. Bref au plus il dort, au plus il est fatigué. Les semaines avant Noël et entre les fêtes ont été difficiles pour moi: je ne pouvais rien prévoir, j’ai été au Cabaret Années Folles seule, diane dormant debout à 17h30, j’ai traîné devant la télé, préparant des versions plus simples des repas prévu pour deux. Le 31, nous avons mangé ensemble mais j’ai passé le passage à l’an neuf seule, en pleurant… Je m’étais jusqu’à présent toujours débrouillée pour être en compagnie de quelqu’un à ce moment-là même si ce n’était pas toujours très réussi. J’étais en congé et j’ai beaucoup lu. J’ai continué mes récits de voyage. Pour la mise à jour de belfollies par contre, c’est plus difficile: je ne maîtrise ni lightroom pour publier des photos ni le ftp (ce n’est pas difficile, mais il me faut quelqu’un pour l’expliquer).

Un médicament réglant le sommeil paradoxal a apporté un certain soulagement la semaine passée, pendant cinq jours. Nous avons à nouveau pu dormir ensemble, ce qui était devenu impossible parce que les mouvements incontrôlés et le piquage de couette à répétition me réveillaient tout le temps. Ce week-end, les crises sont revenues. Je les vois arriver, souvent plusieurs heures à l’avance. Aucune activité ou distraction ne peut les empêcher, ce n’est pas faute d’essayer. Je me sens tellement impuissante face à cette situation. Je ne peux rien faire, je ne sais pas quoi faire. Nous avons des projets ensemble mais j’ai peur qu’on ne puisse les réaliser. Nous avons prévu d’aller à Gand ce samedi soir pour la finale des Schoon Madammen, après une après-midi shopping mais que faire si diane tombe de sommeil à 17h ? Et je ne me sens pas assez à l’aise pour conduire si loin toute seule.

Un rendez-vous chez l’ORL est prévu pour les problèmes d’apnée, mais si cela ne résout rien ? Si c’est plutôt un burnout ? ça me fait peur parce que je sais que nous sommes partis pour des mois et des mois… et ça fait déjà trois mois… ça ne peut aller que mieux me dira-t’on, mais pour le moment, je ne vois pas trop de porte de sortie. Je dors mal aussi, je pleure souvent de frustration, j’ai des nausées et des vertiges… J’ai envie d’hiberner sous la couette en espérant que ça va passer. Je t’aime, diane, je voudrais qu’on puisse encore faire plein de choses ensemble, discuter, voyager, etc. mais cette situation est très difficile à vivre pour moi…

Random december things

– J’ai installé pour la première fois depuis que j’ai quitté la maison parentale mon propre sapin de Noël. Il manque encore un peu de décorations mais un passage par Maisons du Monde dans le centre ville devrait remédier à ça.

– La quête des décorations de Noël en forme d’oiseau transformables en pince à cheveu se poursuit, en collaboration avec La Princesse qui a donné l’idée. Pour le moment, je n’ai trouvé que des blancs (qui iront dans mon sapin) mais ça fait un peu trop mariage. J’ai également vu un magnifique paon rouge et fuschia de 15cm mais il était un peu cher…

– Maru Chan Mraw a rejoint la famille des pious en tant que chat bouillotte. Quel bonheur de s’endormir au chaud ! Pour les intéressé, toute la famille bouillotte se vend chez Etam lingerie.

– Chez Etam lingerie, j’ai également trouvé de longues chaussette jusqu’au dessus du genou avec bord en dentelle et petit noeud. Ce sera parfait pour faire ma petite japonaise quand il fait très froid.

– La recherche d’une tenue burlesque pour l’atelier de la semaine prochaine a dégénéré en l’achat de DEUX nouveaux ensembles de lingerie. Un mauve et doré un peu art déco (ou victorien ? – peu importe) de marque Lou et un noir qui me fait des seins tout ronds de marque Barbara. Mais à mon avis, je porterai un petit top au-dessus de tout ça…

– Les bas auto-fixants sont toujours trop courts pour une fille d’1m70, même en L. Et je ne vais pas dépenser des centaines d’euros pour trouver LA marque qui les conçoit à la bonne longueur.

– Samedi prochain, Winter Wonderland au Magic Mirrors ! Ne ratez pas ce spectacle burlesque, qui est repris dimanche à l’Archiduc.

– Dimanche soir, diane dort à l’hôpital, en espérant que l’analyse de son sommeil aura des répercussions positives sur notre vie. Le premier rdv chez le spécialiste proposait en tous cas déjà des pistes.

– Lundi 6, c’est la Saint-Nicolas, mais il ne sait pas encore trop quoi acheter pour diane…