Short diary of the week (209)

Lundi: un mal fou à me réveiller après cette mauvaise nuit, un rêve frustrant dans lequel je n’arrive pas trouver le bon chemin, mettre une jolie robe malgré la fraîcheur, avancer dans le boulot malgré les courbatures qui apparaissent, mon premier rendez-vous depuis longtemps avec un homme s’est révélé être assez bizarre: après 20 minutes, il me parlait de toutes ses ex et comme je n’avais pas ouvertement proposé d’aller au resto ça ne s’est pas fait, à part ça nous avons plein de choses en commun mais quand ça veut pas ça veut pas, des souvenirs du Vietnam en regardant le vlog d’Une Fée dans les Etoiles, le retour – déjà – de l’impossibilité de me réchauffer malgré la couette bien chaude sur moi

Mardi: le retour de vacances se fait sentir dans les transports en commun et au boulot, et moi je pars dans un peu moins de deux mois !, la fatigue m’empêche d’être tout à fait efficace mais tout a bien avancé quand même, des boulettes sauce tomate, Twin Peaks, Big Little Lies

Mercredi: une mauvaise nuit – encore – mais un peu meilleure quand même, manger pour la première fois dehors depuis longtemps, les nouvelles par rapport à la santé de mon papa ne sont pas les meilleures, Halt and Catch Fire – le double épisode de début d’une saison 4 très prometteuse

Jeudi: si j’ai dormi deux heures cette nuit c’est beaucoup, c’est comme si j’avais pris des excitants et ce n’est pas le cas, du coup je parle à tort et à travers en utilisant les mauvais mots parce que je ne trouve pas les bons, ce qui n’est pas pratique pour corriger un long texte à deux mais on s’en sort en inventant de nouvelles expressions et onomatopées, préparer mon sac, Longmire

Vendredi: enfin une meilleure nuit, quelques angoisses quand même, oh mais en fait je connais une de mes compagnes de voyage: nous avons étudié ensemble, et c’est parti pour cinq heures de route dans une petite voiture et à quatre, arrivée à Kassel vers 20h et explications bien longues de Birgit la propriétaire de la maison d’hôtes, un rapide repas grec à proximité

Samedi: je n’ai pas dormi de la nuit et je suis dans un état proche de l’Idaho, au programme: visite de la Documenta, commencer par l’endroit probablement le plus fort et le plus violent au point de vue des émotions, enchaîner avec les autres lieux d’exposition, se reposer dans l’herbe en profitant du beau temps, des nuages menaçants et une pluie diluvienne au moment de l’apéro, un repas italien

Dimanche: enfin mieux dormi, la suite des expositions avec cependant une lassitude qui s’installe, lassitude due aussi au moindre intérêt (pour moi) du dernier endroit visité, une regret: le manque de photos, malgré tout une très belle édition qui me nourrit pour les prochains mois, être sûre de vouloir y retourner dans cinq ans, le long retour vers Bruxelles, arriver à la nuit tombée

Advertisements

Short diary of the week (208)

Lundi: au vu des prévisions météo j’ai pris congé !, journée qui se passera donc au jardin et donc je ne sais pas trop quand je traiterai les photos de mon séjour à Hambourg, les courses pour moi et mon papa, tondre une pelouse qui avait bien trop poussé, laver les grandes vitres, m’installer au jardin avec des livres, un barbecue, profiter de la soirée et du chant des criquets

Mardi: me réveiller une première fois avec le soleil et une seconde fois avec la pluie, une météo parfaite pour avancer dans le tri des photos, de la lecture, je ne serai pas beaucoup sortie du canapé aujourd’hui, Twin Peaks, Top of the Lake, sentir l’angoisse qui monte

Mercredi: et en effet une nuit de mauvais sommeil a suivi alors que pour le moment tout va plutôt bien au travail, cela doit être dû à un traumatisme plus ancien et la peur qu’il revienne, arranger plusieurs rendez-vous dont un qui est un peu spécial, une journée efficace, rien à signaler, poster une photos dans un groupe de couture fb c’est extrêmement réconfortant au niveau des like, The Leftovers – début de la saison 3, Top of the Lake, les angoisses qui recommencent

Jeudi: me réveiller fatiguée, un gros projet est terminé ! (il reste deux autres importants, et quelques petits), dangdut – ou comment le nom d’un style est une onomatopée de son rythme, voir le bus passer devant mon nez trois minutes avant son horaire, trouver une jolie broche perroquet (et Gasparde aussi), nous installer au Stoefer – rapidement rejointes par Maja pour des cocktails intéressants, sauf que tout les clients se font ennuyer par un type bizarre qui sera finalement emmené par les flics, de délicieux dim sums chez Dam Sum, un des deux chats à nourrir m’attend impatiemment et ne fuit même pas quand j’arrive (l’autre sera resté invisible toute la semaine)

Vendredi: arriver au boulot sous le déluge avec les ballerines crocs qui font flop flop et qui ont abîmé mes pieds, vite remettre des chaussures sèches, chercher un disque chez un collègue alors qu’il est devant mon nez dans mon bureau, quasi m’endormir après le repas en discutant boulot, du saumon fumé et des chips à l’airfryer – peu importe si ça ne va pas tout à fait ensemble !, Top of the Lake, Big Little Lies – début de la première saison

Samedi: me lever et découvrir que mon talon est en sang, projets du w-e: pas grand chose de spécial mais vu la météo je pourrai avancer en couture et terminer le tri des photos de Hambourg, faire les courses pour moi et mon papa, décalquer un patron de jupe et ne rien comprendre aux plis qui ne donnent pas comme sur le modèle, abandonner et chercher un autre patron, sortir acheter des boutons, cette impression de n’avoir rien fait de bien cet après-midi, thon et avocat, Top of the Lake – fin d’une deuxième saison bourrée de clichés et avec un fin qui n’en est pas une

Dimanche: rédiger quelques billets lecture en avance, TBBT S03 E05&06, du rangement, du repassage, de la couture, pas sûre que ce sera très réussi, de la lecture, The Leftovers, Big Little Lies, savoir à l’avance que je ne vais pas bien dormir (et désespérément vouloir sortir de ce cercle vicieux mais ne pas savoir comment)

Short diary of the week (188)

Lundi: terminer mon roman juste au moment où j’arrive à destination, petit plaisir du jour: ce livre d’histoire reçu ce matin possède des notes en bas de page – pas à la fin du livre, avoir envie de profiter du soleil et être enfermée toute la journée, un message annonçant un colis, des restes de curry, Chaussée d’Amour, Black Sails

Mardi: réveillée bien trop tôt – à nouveau, ce manque de sommeil joue sur mon humeur et me fait voir certaines choses en noir – ce sont des détails mais quand même, une après-midi pénible qui m’attend, au moins tout le monde était d’accord pour ce vote, vidée, la postière me compliment sur le joli nom de blog – The Lady from Canton donc, un nouveau vermouth, Broadchurch, Longmire

Mercredi: encore une journée où je ne pourrai pas me concentrer, un rendez-vous professionnel, une alarme incendie au bureau, une discussion productive à propos d’une future table des matières, des propositions en vrac sur le thème des villes, un cerveau qui bouillonne encore pendant le trajet du retour, The Americans, Masterchef sur la BBC, être plus passionnée par mon livre d’histoire que par mon roman

Jeudi: une nuit assez agitée, de la fatigue et en même temps de l’adrénaline qui fait avancer le travail – sauf qu’il faudra que je trouve un moyen pour l’arrêter, arriver quasi au bout d’Oum Kalsoum, dommage que je ne puisse pas profiter du beau temps, de la lecture dans ce livre d’histoire si passionnant, Masterchef

Vendredi: deux rêves affreux, dans le premier mon père vient de mourir – je me réveille les larmes aux yeux, dans le second ma directrice m’engueule, c’est parti pour du tri marathon, courbaturée de partout, après une nouvelle scène encore plus ridicule que le reste j’abandonne Riverdale, Longmire, Garderner’s World, Masterchef

Samedi: me réveiller pas reposée du tout, chercher des recettes et finalement me rabattre sur des plats de mon répertoire, la motivation n’est pas très grande pour la couture, et pourtant la seconde toile a l’air de m’aller, ne pas oser couper le beau tissu et remettre ça à plus tard, de la lecture, cette petite pluie est parfaite pour mes semences de pelouse, The big sky (Howard Hawks, 1952) un peu long et les images de très mauvaise qualité ne m’aident pas à apprécier le film

Dimanche: encore une mauvaise nuit alors que je n’ai pas de raison, à la zumba je sens bien que le haut de mon corps est fatigué, à vrai dire cette zumba a en partie éliminé la fatigue, déterrer des plantes et les changer de place – pas toujours aisé – beaucoup de sueur a coulé, semis de tomates (et seconde tentative pour la plupart des piments – je ne sais pas ce que j’ai fait de mal cette année), de la lecture, ah mais oui voilà où trouver des infos que je cherchais !, The 100, Longmire, de la lecture

Short diary of the week (172)

Lundi: débarquer de l’avion avec du retard, tenter la sieste mais ne pas y arriver, vider la valise, corriger ma voisine qui pensait que j’étais à Koh Lanta et qui ne connait pas le Sri Lanka, m’endormir comme une masse vers 20h

Mardi: suite du rangement, traîner beaucoup, Anthony Bourdain Parts Unknown à Buenos Aires, m’endormir comme une masse vers 21h20

Mercredi: une nuit agitée, retour au boulot, encore un qui n’a rien compris ! (vive le retour au boulot), Masterchef the Profesionals, 21h ce soir

Jeudi: réveillée tôt, tôt au boulot, ça me fait une longue matinée évidemment, juste envie de dormir, ce n’est pas cette semaine que ce que j’écrirai sera très intéressant, Masterchef the Professionals, toujours 21h, ce moment où il n’est tout simplement plus possible de garder les yeux ouverts même si on lutte très fort est extrêmement frustrant

Vendredi: pas mieux, Masterchef the Professionals du jeudi, m’endormir un moment mais tenir jusque 22h ! yeah !

Samedi: un moment de déprime partagé dans un billet, une reprise en main, mon papa qui me propose de repartir en voyage cet hiver – ce que je refuse parce que je ne veux pas accepter qu’il paye tout, mais l’idée me travaille, des courses, de la couture (et des fils partout à cause du tissu qui s’effiloche), de la lecture, Class, Anthony Boudain Parts Unknown à Rome (des souvenirs de ces très bons moments passés là quand j’avais 20 ans) et Ostia (des souvenirs de la plage)

Dimanche: de retour à la zumba après une longue interruption, terminer de coudre une jupe en tissu pour tentures, terminer un livre et continuer un autre, un très bon repas de gibier, The Crown, Class – un épisode qui m’ennuie mais je vais être obligée de continuer: la suite de l’histoire est dans l’épisode suivant

Goodnight mind

5186l1gatpl-_sx355_bo1204203200__zpsxft79lrcColleen E. Carney & Rachel Manber, Goodnight mind. Turn off your noisy toughts & get a good night’s sleep: ce livre s’était retrouvé sur ma liste d’envies amazon et a servi a compléter une commande. Je ne sais plus où j’avais trouvé les références. Si je l’avais feuilleté en librairie, je ne l’aurais sans doute pas acheté. Je suis une vilaine snob: j’ai pensé que la typographie est vraiment trop grande pour que ce soit un livre sérieux ! Après lecture, je dirais que cela se veut surtout didactique et simple, avec un résumé au bout de chaque chapitre. Est-ce que j’ai appris quelque chose ? Oui, un peu, mais pas énormément. En fait j’applique déjà beaucoup des conseils proposés: mon lit ne sert qu’à dormir, je fais souvent une activité calme avant d’aller me coucher, je ne bois pas de caféine après une certaine heure, etc. Par contre, il m’arrive de faire des siestes d’une heure quand je suis vraiment épuisée, juste pour atteindre la fin de la journée. La base du livre est le comportementalisme: c’est en changeant certaines manières de se comporter qu’on peut à nouveau induire un meilleur sommeil. En fin de compte, ce qui m’a le plus aidé, c’est d’essayer d’arrêter de me dire à l’avance que ma nuit va être mauvaise. Ce n’est pas simple, mais se sortir ça de sa tête permet de se détendre. Il s’agit en fait de créer un nouvel état d’esprit: si j’ai mal dormi, ce n’est pas grave; de toutes façons, j’ai les ressources nécessaires pour passer la journée. Bref, si ce livre n’a pas été une révélation, il m’a quand même donné quelques éléments pour améliorer mon sommeil.

Short diary of the week (132)

Lundi: je ne suis pas la seule à avoir si mal dormi cette nuit, une ardeur au travail très relative, ah ben c’est fermé !, Maison du Peuple, ah ben le resto est fermé, retranchons-nous dans le restaurant à couscous où nous allions si souvent avant, c’est délicieux mais l’ambiance est plutôt glauque

Mardi: et hop une mauvaise nuit de plus, la dispute s’envenime – je n’en fais plus partie mais elle ne m’étonne pas tant l’incompétence et la malveillance de cette personne est grande, un nouveau look pour ce blog ce serait pas mal, aller chercher le dernier livre de ma commande, un délicieux plat de poulet cuisiné sans recette mais inspiré de ma voisine, The Good Wife – ou un fin déjà annoncée, Call the Midwife

Mercredi: il fait beau mais il fait froid mais il fait beau, emmagasiner du soleil, envie d’écrire un livre d’histoire (sur la musique – enfin un sujet précis), un rendez-vous annulé et donc plus tôt à la maison, Vinyl – deux heures de bavardages ennuyeux entrecoupés de (bonne) musique

Jeudi: damned ! mon sommeil était de nouveau totalement perturbé, une matinée productive, l’après-midi: tenter de faire trois activités de front – deux ont été assez bien suivies – la troisième sera finalement pour demain, le livre d’histoire se transforme en roman (la parenthèse pour y mettre le syndrome d’imposteur et mille autres choses négatives), Salad days – passionnant mais trop crevée, me mettre au lit vers 21h

Vendredi: enfin une nuit convenable, lire des blogs littéraires et rallonger ma PAL virtuelle avec plein de titres, tous ces machins à finir avant 17h, Salad days – suite et fin – un excellent documentaire sur la scène punk/hardcore de Washington DC dans les années 80, Anthony Bourdain Parts Unknown à Budapest et revoir avec plaisir les images de la ville

Samedi: réveillée très tôt, écrire un peu, la suite n’est déjà plus aussi simple, lessives, courses, aller chez Rob pour de la liqueur de poire, du galanga et de la cardamome noire et n’y trouver aucun de ces trois articles, couture, lecture – je n’arriverai pas terminer ce livre maintenant, un cocktail tiki, des scampis mais pas assez, The X-Files – une mauvaise parodie, Better Call Saul (saison 2) qui est cent fois plus passionnant même si ça ne raconte pas grand chose

Dimanche: réveillée tôt mais moins tôt qu’hier, écrire des billets de blog et devoir me dépêcher pour aller à la zumba, insérer les manches dans une robe est toujours délicat, finir mon livre, chercher le suivant, plusieurs plats pour le Winter Cookbook Challenge, This is England 86 – horrible et beau en même temps

Short diary of the week (131)

Lundi: ou comment un petit événement peut avoir des conséquences sur plusieurs jours, crevée alors que le w-e était censé me reposer, des quartiers de mandarine par terre en rue, des crampes au ventre, faire de jolies empreintes de fleurs avec mes semelles mouillées dans le tram, des quartiers de mandarine par terre en rue à un autre endroit, Call the Midwife, Anthony Bourdain Parts Unknown à Miami

Mardi: ne pas pouvoir arrêter ces pensées, craquer une fois de plus, le bruit de la pluie sur les vitres, le repas à la cantine avec les collègues – idéal pour me changer les idées, des maux de tête qui oblitèrent le reste de la journée, The X-Files – le dernier épisode puis le tout premier, me demander si Gillian Anderson a fait agrandir ses seins

Mercredi: des travaux de recherche et déduction comme je les aime, une certaine appréhension, remettre les choses à plat et me rendre compte que j’avais tout compris de travers, de l’importance de la communication, The Leftovers – fin de la saison 1, Anthony Bourdain Parts Unknown à Glasgow et en Ecosse, terminer mon bouquin

Jeudi: commencer un autre livre, reprendre des contacts et remplir mon agenda (déjà trois semaines avec au moins une activité – une c’est idéal, deux c’est bien, trois je sature), ce n’est pas encore aujourd’hui que je me sens reposée, envie de comfort food -pas d’un plat léger végétarien comme prévu, This is England 86Anthony Bourdain Parts Unknown à Madagascar

Vendredi: une dispute interne – c’est chaque année la même chose sur le même sujet, me mettre d’accord avec des collègues pour me donner du courage et ne pas me réfugier chez moi ce soir, l’encodage du morave c’est du sport, présentation de l’app Belgium Underground, bières et frites gratuites, discuter avec plein d’amis, sauter dans le tram qui arrive plutôt que dans le métro, et un métro qui arrive au moment où j’arrive sur le quai

Samedi: mais qu’est-ce qu’il y avait dans la bière pour causer de telles insomnies ?, feuilleter plein de livres de cuisine et ne rien trouver qui m’inspire, coudre un peu mais me réfugier très vite au lit pour une sieste, préparer du sirop de lapsang souchong, thon cru au lait de coco avocat et mangue – miam !, This is England 86Anthony Bourdain Parts Unknown dans le New Jersey – encore un épisode n’ayant pas peur de montrer le déclin du pays

Dimanche: réveillée tôt, écrire quelques billets de blog, la table du salon est enfin rangée et l’aspirateur passé, de même que les livres de cocktail ont enfin trouvé une place dans la bibliothèque, couture et grosse bourde: il faut recouper la parementure (j’avais collé le thermocollant du mauvais côté et les pièces sont différentes du côté gauche et droit), lecture: un peu de Russie et un peu de San Francisco, un cocktail fumé et sucré, Ruined Heart – un fantastique film philippin