Short diary of the week (243)

Lundi: sortir une robe estivale, ne pas voir grand monde au boulot, faire tout ce qu’il y a à faire et même plus, de petits tracas quant à la vente de la maison, hésiter à rentrer à pied et puis la flemme l’emporte, à vrai dire le trajet est vraiment fort long et je n’ai pas encore trouvé d’alternative pratique, lire au jardin (les séries prennent du retard mais peu importe), terminer mon roman et choisir le suivant

Mardi: ah mais si on me rappelle c’est encore mieux – rendez-vous pris pour vendredi matin, des disques pas très passionnants, un coup de pompe gigantesque et une envie pressante de dormir alors que la nuit avait été bonne, un début d’allergie à l’œil, The good fight

Mercredi: un texte corrigé et prêt à publier, reprenons Cuba, pour une fois qu’amazon avait été rapide à l’envoi c’est la poste qui accumule les retards, j’ai du mal à rester calme avec les histoires de mon papa, Rise, Anthony Bourdain Parts Unknown en Virginie chez les hillbillies des Appalaches

Jeudi: férié !, mais ce n’est pas pour ça que je n’ai pas d’obligations, revendre des livres – beaucoup – à domicile, de la couture, et puis retour à la maison paternelle pour vendre des meubles et un tableau, de la lecture mais peu de concentration, Westworld, The Americans

Vendredi: congé ! mais levée tôt pour un rendez-vous à la maison paternelle avec des experts d’une galerie de vente, des courses (quel monde !), de la couture, inquiète quant à la suite de la journée, une visite à mon papa et surtout deux conversations avec la directrice et l’infirmière en chef de la maison de repos qui me rassurent quant au fait qu’ils essaient de faire au mieux, mais aussi me rendre compte qu’il décline de plus en plus, la fin du désherbage ! ça aura mis du temps !, de la lecture, The 100, Gardener’s World – ça n’a pas raté – je me suis endormie

Samedi: après les rendez-vous des deux derniers jours le weekend est entièrement à moi, il fait tout gris ce matin et le soleil peine à sortir, et revoilà les pensées envahissantes et déprimantes, le jardinage arrivera finalement à les évacuer, terminer le gros pavé historique, un curry indien, The true story of Jesse James (Nicholas Ray, 1957) – un western gentillet que son titre français décrit bien: Le brigand bien-aimé

Dimanche: il fait tout gris (et ça ne risque pas de changer), ne pas penser à la fête des mères, du rangement aka descendre les vidanges et le vieux papier à la cave, de la couture – ça prend forme, me préparer pour le voyage du jour: prendre la route pour acheter des plantes exotiques, oh le gps me voit au milieu des champs – il serait temps d’en changer, un choix difficile mais un beau choix quand même (plusieurs palmiers, une fougère arborescente, des hedychiums et gingembres, des bananiers…), ne pas oublier de nourrir les félins des voisins, The Americans, Anthony Bourdain Parts Unknown en Uruguay – un épisode très moyen

Advertisements

Short diary of the week (240)

Lundi: où un de mes rêves tente de résoudre un problème de la réalité (et me fait du bien), où un autre de mes rêves me voit frustrée de ne pas trouver un chariot de supermarché en bon état, de légères courbatures, écrire des textes, en préparer d’autres, des maux de tête, oh mais ce sont de ces maux de tête qui s’accompagnent de vertiges et nausées et qui m’empêchent de fonctionner, abandonner tous mes plans et tenter de survivre à l’après-midi, enfin une accalmie en soirée, The Americans, The Good Fight

Mardi: et pourtant la nuit avait bien commencé, tenter de rassembler mes idées pour un long texte sur un sujet inconnu, parfois il faut commencer sans avoir de plan bien défini quitte à changer en cours de route, assez satisfaite de la tournure que prend ce texte après une journée de travail, ce soleil qui réchauffe en rentrant, non mais c’est bien trop de liqueur pour un cocktail ! (et en effet, c’est trop, et donc trop sucré), The Americans, une séance de méditation où je m’endors presque, terminer mon roman

Mercredi: ranger les bas et sortir les sandales, plusieurs discussions dont une qui fait du bien et qui donne de l’espoir pour l’avenir, reprendre le long texte, travailler la fenêtre ouverte et constater que depuis un an les voisins se disputent toujours aussi fort, rentrer sous le soleil, tenter de supprimer ce sentiment de culpabilité qui me mine, deux épisodes de Rise

Jeudi: cette fois-ci j’ai craqué et pris un demi anxiolytique après avoir somnolé un moment sans m’endormir, j’ai sans doute dormi un peu mieux mais je ne suis pas reposée, parler un moment de cette culpabilité et recevoir une réponse bienveillante, me lancer dans la rédaction d’un autre texte d’un autre genre et bien plus compliqué quelque part, les trucs du vendredi le jeudi, aller chez l’opticien pour changer mes verres et acheter de nouvelles montures, retrouver Shermane et boire un verre, puis retrouver Armalite et mtlm et se délecter d’un mezze, passer une excellente soirée, faire une belle promenade pour retrouver le métro dans la chaleur encore bien présente

Vendredi: congé !, partir sur les routes – enfin pas très loin – pour acheter des bulbes de lys et de dahlias, en profiter pour faire les courses pour le weekend, sortir le parasol: il n’y a pas d’ombre dans le jardin à cette période, planter les bulbes et désherber, m’installer avec un livre, manger puis me remettre dehors pour lire encore un moment, Gardener’s World (qui a fait son office habituel: je me suis endormie après une demi-heure – peut-être devrais-je l’enregistrer pour le dimanche soir !)

Samedi: profiter un moment du canapé, et puis choisir les cucurbitacées à semer, une visite à mon papa, et reprendre les travaux de jardin, de la lecture, et un barbecue, lire dehors jusqu’à ce que la nuit tombe, et puis encore un peu à l’intérieur

Dimanche: passer à la maison paternelle pour relever les compteurs avant d’aller à la zumba – une bonne chose de faite, semer diverses variétés de basilic et autres herbes aromatiques, un coup de vent balaie mes paquets de semences si bien arrangés et emporte le parasol au loin, arrêter là les travaux de jardin et m’installer avec un livre, lire jusqu’à ce que le lumière baisse, sur conseil de mtlm reprendre Glow et regarder deux épisodes, une séance de méditation

Short diary of the week (216)

Lundi: des pensées parasites pendant la nuit – des histoires de mot de passe, ressortir de l’armoire une robe oubliée, mais où est ce colis ?, cette impression qu’un rhume commence, vidée en fin de journée, un cocktail simple mais bon, Halt and Catch Fire, la suite du premier épisode de Feud, où comment l’organisation de la journée du lendemain m’angoisse alors qu’il n’y a pas d’autre raison que la grève prévue

Mardi: une nuit d’insomnies, me demander comment soigner ces angoisses souvent irrationnelles et très handicapantes pour mon sommeil, me décider pour les transports en commun, ne pas avancer très vite, hésiter pour les projets du soir puis me laisser entraîner, un vernissage d’exposition – Ancestors & Rituals à Bozar – une exposition intéressante qui mériterait une visite plus approfondie, un retour en voiture, une excellente nouvelle: mon papa est guéri de son mélanome, Feud

Mercredi: ah je ne peux pas continuer le boulot que je voulais continuer – il y a d’autres priorités (= frustration), bloquer sur une phrase, passer à autre chose, des ralentissements de métro: pourquoi est-ce que je prends toujours la mauvaise décision ? (laisser passer le métro bondé pour prendre le suivant qui finalement fait demi-tour avant la fin du parcours et m’oblige à attendre le suivant), manger trois fois du même plat c’est vraiment lassant, Wild (Jean-Marc Vallée, 2014) avec Cheryl Strayed interprétée par Reese Whiterspoon et pas trop de choses sensationnalistes en plus par rapport au livre

Jeudi: un nouveau pays ? ah non une réunion avec une seconde pendant la première, des commandes et constater qu’un fournisseur fait vraiment mal son boulot de pub, bon – je crois que je recommencerai à épargner en novembre…, trop d’attente chez le coiffeur – ce sera pour plus tard, Anthony Bourdain Parts Unknown dans les Alpes françaises, The last post – série de la BBC à propos de la fin de la période coloniale à Aden dans un camp militaire

Vendredi: une inondation dans mon frigo mais pas vraiment le temps de sécher tout ça ce matin, les trucs du vendredi, le colis commandé hier est arrivé – à moi les photos d’animaux en gros plan ! – c’est un peu du luxe mais je pense que je l’aurais regretté, l’inondation est donc une bouteille de jus de pomme frais qui a fermenté et percé le plastique, le début de La supplication – le documentaire – mais vite abandonné parce que cela n’apporte pas plus que le livre, Once more with feeling – le documentaire de 2016 sur Nick Cave (tout en essayant de ne pas trop râler de ne pas avoir acheté des tickets pour le concert)

Samedi: une matinée calme avant une après-midi avec trop de choses à faire, aller voir mon papa qui n’est pas en grande forme aujourd’hui, les courses, avoir juste le temps de tondre la pelouse avant de devoir repartir (avec regret) pour une activité organisée à mon boulot, deux concert et un documentaire (Jakarta Jakarta ! de Vincent Moon, déjà vu l’année passée), il fait déjà noir quand je rentre, un repas rapide, The Deuce

Dimanche: une nuit fort agitée, je me suis réveillée avec des fourmis dans le pied à cause d’une position bizarre, de la zumba, du rangement dans le jardin, lire au jardin – jusqu’au moment où le soleil d’octobre est trop bas pour me réchauffer, le contraste: cuisiner du gibier, Halt and Catch Fire – la fin d’une magnifique série sur les femmes

Short diary of the week (206)

Lundi: le retour au boulot, des (gros) colis qui m’attendent, un cadeau d’anniversaire (un livre de Cosey Fanni Tutti – chanteuse légendaire – dans certains milieux – dont je ne connais pas grand chose), le citytrip de la fin du mois est confirmé (où je sors totalement de ma zone de confort pour une série de choses mais pas le contenu), le coup de pompe de la digestion, avancer un peu dans le boulot, ramener l’Airfryer à la maison et le tester tout de suite, de délicieuses pommes de terres en tranches et frites, Twin Peaks, Harlots – premier épisode

Mardi: des rêves bizarres et un sommeil trop peu profond pour être bien reposée, une longue conversation qui fait le point sur le boulot à venir, écrire, des courgettes du jardin farcies, American Gods – fin de la première saison – beau mais un peu ennuyeux, Harlots

Mercredi: fatiguée dès le matin, écrire après des tentatives d’évitement relativement courtes cette fois-ci, trier les disques pour la suite, ne plus pouvoir entendre le mot “formidable” – ce que je fais est “gentil” ou “aimable” mais pas “formidable”, Top of the Lake – début de la saison 2, Harlots, des larmes qui coulent toutes seules mais qui me calment – un peu

Jeudi: à la limite de la crise d’angoisse et à nouveau très fatiguée, me mettre à pleurer face à mes collègues qui font tout pour me consoler, mais ça a fait du bien, avancer malgré tout dans le boulot et commencer à mieux voir quand sont les deadlines pour les divers éléments – bref tout est possible dans le temps imparti, un téléphone de mon papa: son rendez-vous était aujourd’hui et pas demain – et les nouvelles ne sont pas très positives, croiser Nicolas et Nathalie par hasard, retrouver Gasparde pour un cocktail et un repas de dim sums, rentrer vidée

Vendredi: mon cerveau cet idiot: j’avais mis le réveil plus tard mais mon cerveau m’a réveillée sans appel à l’heure habituelle, pas sûre que je serai très efficace aujourd’hui, quoique: mon cerveau connaît moins la censure quand je suis fatiguée, tenir jusqu’à 17h, me préparer un plat de thon cru au lait de coco et citron, apprendre une mauvaise nouvelle de plus, Twin Peaks, Harlots, et encore une, une grande crise de larmes

Samedi: c’est encore compliqué ce matin, et voilà le torticolis, tous les téléphones commencent par “je ne vais pas bien”, en parler un peu avec ma voisine, réussir à dire ce que je pense à mon père – ce qui permettra de calmer un peu les tensions et de remettre la conversation sur des choses plus légères, une longue sieste et un Dafalgan, une soirée entre amis au Strofilia – excellent restaurant grec

Dimanche: pas encore tout à fait reposée mais d’une humeur plus positive, et en plus il fait beau !, TBBT S03 E01&02, du repassage, du rangement trop longtemps repoussé mais qui fait du bien: la table du salon est enfin un peu moins bordélique et le plan de travail de la cuisine plus accessible (il fallait bien trouver une place pour l’Airfryer), lire au jardin et en profiter pleinement, un barbecue – ça faisait longtemps, m’endormir tôt

Short diary of the week (201)

Lundi: j’aurais dû me couvrir un peu plus ce matin, un passage à Sunda, décider de rentrer à pied (dans l’optique de l’opération contrôle de mon poids), le chemin est en grande partie agréable dans divers quartiers résidentiels, la partie autoroute urbaine est évitable en passant par un parc, je repère les maisons à tourelles, je vide ma tête, après 50 minutes de marche je commence à saturer, 20 minutes plus tard je suis à la maison, un repas de restes et d’une salade, Doctor Who, The Good Wife

Mardi: me couvrir un peu plus, avancer dans le travail mais aussi organiser mille et une choses, commencer à écrire un billet fleuve et y réfléchir une partie de la soirée, il pleut- enfin – tant mieux pour le jardin, The Good Fight, Anthony Bourdain Parts Unknown à Trinidad avec Calypso Rose qui fait remonter de très bons souvenirs d’amitié et de Womex

Mercredi: une mauvaise nuit, passer la matinée à écrire des mails, passer l’après-midi à trier des disques et à faire des scans, me retrouver dans un état fébrile – pas au sens où j’ai de la fièvre, tenter de me calmer pendant un moment, le soleil se montre, un vin blanc en terrasse puis un repas au Bozar Café avec une amie – délicieux repas d’ailleurs pour une toute aussi délicieuse soirée, attaquée par un moustique dans le métro, lire encore quelques dizaines de pages

Jeudi: bien dormi ! (le vin blanc ne m’empêche donc pas de dormir), grelotter en sandales, voir le soleil avec plaisir, corriger un texte – le premier d’une longue série, de l’agitation pour cause d’inventaire, le gros coup de pompe du jeudi avec comme conséquence le besoin d’un cocktail et de comfort food, Twin Peaks (ne regarder que d’un œil tout en surfant – c’est un épisode WTF), The Good Wife – fin de la très chouette première saison

Vendredi: juste crevée, mais avançons quand même, c’est facile d’avoir tous ces films à disposition, de l’horrible musique à la braderie sans gens de la commune voisine, soupeser les iPhones tandis que le vendeur me conseille presque d’attendre les nouveaux modèles, et donc revoir avec beaucoup de plaisir Le syndicat du crime 1 de John Woo tout en ayant de la nostalgie de cette période où je m’enfermais au musée du cinéma pour voir tous ces films de HK

Samedi: la pluie qui tombe ne me donne aucune envie de me lever, en même temps il faut bien que je récupère de ma semaine, oh la matinée est déjà passée et je n’ai pas fait grand chose !, un détour chez mon papa, de la couture: couper le tissu pour une robe et commencer à décalquer une autre, passer d’un livre à l’autre, Jellyfish de Kiyoshi Kurosawa (2003)

Dimanche: rêver de méduses (effet du film + effet du joli tissu de Michael Miller), TBBT S02 E16 & 17, tenter de redresser et d’attacher les mûriers qui se sont effondrés à cause de la pluie, devoir rentrer au moment où je comptais m’attaquer à d’autres plantes à cause d’une bruine persistante, de la couture: le haut de la robe prend forme tandis que la pluie tombe à verse, de la lecture, un plat birman, le soleil est revenu, Doctor Who, Fargo

Short diary of the week (200)

Lundi: wow – 200 !, comme prévu les démangeaisons me gênent très fort, arriver dans un bureau surchauffé et avoir du mal à le rafraîchir, enlever mes sandales et mettre mes tongs de bureau, avoir du mal à remettre mes sandales au moment de partir, la maison est restée relativement fraîche, m’installer au jardin et terminer le roman commencé le soir précédent

Mardi: l’idée de demander à collègue d’ouvrir la porte de mon bureau quand il arrive une heure plus tôt que moi était géniale, rien de spécial à raconter, regarder le dernier épisode de la troisième saison de Better Call Saul – une série un peu lente mais qui a sa personnalité propre par rapport à Breaking Bad, lire au jardin, regarder passer les avions au crépuscule, tenter de faire retomber la température dans ma chambre sans vraiment y arriver et devoir fermer les fenêtres à cause des mêmes avions

Mercredi: dormir profondément pendant seulement cinq heures c’est trop peu pour moi, un petit-déjeuner réunion, le bruit des jardiniers, traîner le matin (corriger les fautes des autres prend plus de temps que prévu) mais bien avancer l’après-midi, un temps record pour remplir la déclaration d’impôts en ligne (30 secondes de remplissage – 4 minutes pour vérifier que j’ai bien tout rempli), 27° chez moi à l’intérieur contre 32° dehors, si je cuisine aujourd’hui je pourrai éviter de devoir cuire des choses demain, au jardin avec un gin tonic et quelques livres pour profiter du solstice, 22h15: 21° dehors mais toujours 26° à l’intérieur

Jeudi: dormir profondément toute la nuit, le retour du gamelan javanais, un bureau aussi chaud que l’extérieur, fondre, finir par rentrer une demi heure plus tôt, trois gouttes de pluie, en fait ça se rafraîchit assez vite, Twin Peaks, The Good Fight

Vendredi: choisir des vêtements puis changer d’avis pour quelque chose de plus joli, les trucs du vendredi, parler avec les seuls collègues encore présents vers 17h, Doctor Who, Jamestown

Samedi: mais où est le soleil ? (les prévisions météo me dépriment déjà – je n’aime que le beau temps et la chaleur !), de la couture, un téléphone de mon papa pour me dire que je ne dois pas venir aujourd’hui (je sens qu’il y a eu une dispute avec sa compagne), moi non plus ce n’est pas la grande forme aujourd’hui, me rendre compte que la batterie de la voiture est à nouveau déchargée, avoir du mal à me calmer, de la couture à la main, faire mes courses, terminer la couture de la robe, terminer un roman, The man from the Alamo (Budd Boetticher, 1953), m’endormir tôt

Dimanche: des brouillons de billets de blog, TBBT S02 E14&15, la mesure de mon tour de taille ne ment pas: + 10cm en 5 ans, de la couture: hésiter entre plusieurs modèles de jupes, 2h30 plus tard la jupe sélectionnée est terminée, plein de petits trucs divers touchant au ménage et au jardinage, de la lecture, une nouvelle tentative de photos de mes derniers vêtements cousus, Jamestown, The Good Fight

Short diary of the week (198)

Lundi: une nuit un peu agitée, me lever alors que je ne me sens pas tout à fait reposée, une séance de couture – ça prend forme !, du jardinage: trouver une place pour toutes les plantes achetées dimanche, me rendre compte que j’ai racheté un plant de menthe asiatique alors que celle de l’année passée a repoussé, des maux de tête, de la lecture pas très attentive, un repas avec de la roquette du jardin, Doctor Who, Anthony Bourdain Parts Unknown en Antarctique

Mardi: il est vraiment temps que je fasse un grand tri de ma garde-robe et que je supprime tout ce qui est trop petit/trop serré, et donc perdre un temps fou à trouver une tenue confortable, les pieds humides, m’inquiéter pour ma langue qui pique depuis quelques jours, le parapluie qui se retourne plusieurs fois, le vent qui emmêle mes cheveux, un repas sans agents acides ni piquants, Twin Peaks, Better Call Saul

Mercredi: toujours ce vent qui décoiffe, ma concentration n’était pas assez grande que pour terminer ce boulot ce matin, réunion l’après-midi – qui se déroule mieux que prévu, oh mais ces livres sur la photo sont probablement vendus chez Cook and Book, bingo !, mais où mène ce couloir creusé sous les voies du métro ?, une soupe aux nouilles soba, American Gods, The Good Fight

Jeudi: cette robe est fort courte en fait (je la mets rarement sans bas), du travail qui avance bien, des détails qui pour moi ont de l’importance, ce n’est pas encore ce soir que j’aurai l’occasion de feuilleter ces livres, une commande d’accessoires pour l’appareil photo, Fargo – début de la troisième saison, Jamestown

Vendredi: réveillée par quelques coups de tonnerre, bien mouillée en arrivant au boulot, encore une belle collection de choses à terminer aujourd’hui, ah zut je n’ai pas les photos sous la main, du poisson et des asperges, Twin Peaks, The Good Fight

Samedi: la chatte des voisins s’installe sur sa chaise favorite sous la table de jardin, oups la matinée est déjà passée et je n’ai rien fait de spécial, des courses, préparer des marinades, tailler la haie et avoir un léger malaise, me reposer en apprenant plein de choses sur la photographie, un barbecue, commencer un nouveau roman, profiter du beau temps et du crépuscule

Dimanche: une liste de choses à faire, pas envie d’aller à la zumba mais c’est le dernier cours de la saison et donc y aller, quelques menus travaux de jardin avant de m’affaler sur un lit de jardin avec des bouquins, hmmm – 7 livres en même temps c’est un peu beaucoup, de jolis nuages, une température plus qu’agréable pour moi, Gun Fury (Raoul Walsh, 1953) – une époque où les films duraient 1h20 et semblent bien courts