Short diary of the week (297)

Lundi: férié !, une météo hyper changeante qui ne permet pas vraiment de planifier sa journée: il fait grand soleil ce matin mais de la pluie est prévue, du rangement: faire de la place dans une pièce pour accueillir tous les livres de la bibliothèque pendant les travaux, de la couture, changement de plans: du jardinage, de la lecture, changement de plans: de la couture pendant la pluie, de la lecture au jardin mais il fait trop frais, changement de plans: il fait à nouveau agréable dehors pour lire, ma voisine m’offre des plants de piments d’Espelette qu’il faut planter de suite (onze pots quand même !), commencer par préparer un cocktail pour pouvoir faire des photos avant la pluie (10 minutes après la photo, il pleuvait), de la cuisine, Big Little Lies – un premier épisode (de la seconde saison) très prometteur, Buffy

Mardi: ce sentiment d’étouffement dans le métro, encore quelques disques à encoder (est-ce que ce sont vraiment les derniers ?), et puis trier les disques d’un artiste bien trop new age, à part ça c’était une journée sans vagues, deux épisodes de Buffy – la fin de la deuxième saison

Mercredi: en voiture sous la pluie vers le boulot, un colis avec plusieurs livres – de quoi préparer un futur voyage – notamment, en voiture sous la pluie à travers tout Bruxelles, me faire klaxonner – évidemment, des affaires de famille, revoir mes tantes et mon oncle dans leur maison de repos, en voiture sous la pluie à travers la forêt de Soignes, le déluge s’arrête au moment où je me gare devant chez moi, mon papa me parle de future faillite de sa maison de repos et d’un déménagement possible à Overijse mais ne se sent absolument pas concerné, Gentleman Jack – fin de la première saison – ce qui provoque une grosse crise de larmes, de grosses angoisses qui ne passent pas en faisant du yoga

Jeudi: lire au milieu de la nuit à cause de mes angoisses qui m’empêchent de dormir, bien fatiguée au matin, enfin pouvoir appeler la maison de repos pour des éclaircissements: il n’y a pas de faillite – mon père peut donc a priori rester sans crainte – par contre par manque de personnel la capacité sera réduite un moment (j’ai insisté pour que mon père ne doive pas déménager), un grand soulagement donc, régler de petites choses, une réunion, un repas minimaliste, commencer Good Omens et comme je le soupçonnais ne pas accrocher du tout, deux épisodes de Buffy, l’orage

Vendredi: une nuit encore un peu agitée quand même, reporter certaines choses, continuer d’autres, ce moment où la décision est prise pour le prochain voyage, retrouver Armalite au LIB pour des cocktails fêtant les trois ans du bar, un délicieux punch 124 (?), un pho au Yi Chan, rentrer alors qu’il fait encore jour

Samedi: cette pluie qui m’a éveillée cette nuit, aller chez mon papa qui va bien mieux qu’il y a quelques semaines, les courses, un peu de couture en attendant que le soleil se montre, tailler la haie encore bien mouillée – j’ai pris une douche en même temps !, de la lecture, deux épisodes de Buffy, ne pas réussir à terminer mon roman parce que je m’endors

Dimanche: la motivation pour aller au dernier cours de zumba de la saison était partie très loin mais je l’ai rattrapée avant qu’elle ne s’enfuie complètement, de la couture mais impossible de terminer mon en-cours: je n’ai plus assez d’élastique, m’installer au jardin avec des livres et en terminer deux (ce qui diminue mon retard sur goodreads), un plat birman simple à cuisiner, tenter à nouveau Deadwood (et faillir m’endormir au premier épisode), Buffy, commencer un livre, l’arrêter après 25 pages, commencer un autre

Short diary of the week (295)

Lundi: choisir une de mes robes préférées, des contrariétés au boulot concernant le travail au quotidien, le boucan infernal des jardiniers n’aide pas à améliorer mon humeur, revoir mes voisins rentrés de Grèce, What we do in the shadows, deux épisodes de Buffy

Mardi: un nuit au sommeil très léger, et donc les nouvelles sont mauvaises, et donc j’absorbe à nouveau toutes les tensions et ça ne me réussit pas, ah et les contrariétés d’hier ne sont pas terminées, une convocation pour lundi prochain, un repas un peu raté: les croquettes au fromage ne passent pas bien à l’airfryer, Chernobyl

Mercredi: des rêves bizarres et absurdes, une grosse inquiétude tout la matinée: pourrai-je aller à cet entretien s’il y a grève ou des piquets de grève, le soulagement quand j’apprends que ce ne sera pas le cas, des cocktails au LIB, des frites chez Frites Atelier (un peu sèches mais croustillantes, et avec une bonne sauce), et surtout pleins d’infos sur Hong Kong et un joli mug tiki

Jeudi: traîner sur internet, me lancer dans le rangement du garage, libérer toute une étagère, amasser quatre grandes caisses de cartons divers et un grand sac de frigolite, commencer la cave arrière mais en avoir marre, ne plus avoir assez de concentration pour lire, un plat improvisé avec le contenu du frigo et du surgélateur, Gentleman Jack

Vendredi: pas sûre que j’aie envie de continuer le rangement de la cave avec ce beau soleil !, faire les courses, le soleil a disparu !, aller à la déchetterie avec une voiture pleine, de la couture: coudre une jupe à plis sans patron est compliqué, de la lecture: enfin terminer ce livre commencé au début du mois, The Durrells – le début de la première saison, What we do in the shadows, Gardener’s world

Samedi: réveillée bien trop tôt, encore un voyage à la déchetterie pour liquider un vieux canapé – avec ma voisine et sa grande voiture, aller chez mon papa et le voir enfin un peu mieux, ah ben non cette vieille télévision est bien trop lourde même pour un homme fort, installer le parasol au milieu du jardin et lire à l’ombre, partir sur les routes, c’est beau la Meuse, revoir des amis plus vus depuis longtemps et profiter de cette belle fête d’anniversaire au jardin, mais pourquoi ces maux de ventre ?, rentrer dans la nuit

Dimanche: il fait déjà bien chaud ce matin, profiter de l’ombre au fond du jardin pour enlever une plante et la remplacer par deux autres, ce qui m’aura fait de l’exercice physique, rempoter les piments dans leurs pots définitifs (seuls 10 ont survécu sur les plus de 30 semés), m’installer avec un livre, sentir des angoisses monter, et encore plus quand je vois que les bambous de la voisine commencent à envahir mon jardin (ça ne s’enlève qu’au lance-flamme – ou presque – quand il s’agit de bambous traçants), un barbecue, encore lire au jardin et puis voir les nuages arriver et tout rentrer, une trentaine de grosses gouttes et c’est déjà fini, Buffy comme doudou avant d’aller dormir

Short diary of the week (281)

Lundi: il fait venteux, et c’est parti pour une randonnée, un bain chaud pour me détendre, m’endormir devant un documentaire sur l’histoire chinoise

Mardi: une longue nuit, un départ, une belle vue, mais pas d’internet sur l’ordi, une promenade en ville, un repas très moyen

Mercredi: un trajet en bus assez vertigineux, être subjuguée par un jardin, surmonter ma peur des téléphériques, steak frites ! (et salade)

Jeudi: des nuages, une belle promenade en ville, un fort, si on va tout droit vers le sud la première terre qu’on rencontre est probablement l’Antarctique, des maisons anciennes, le retour miraculeux de l’internet sur l’ordi

Vendredi: une promenade le long de la mer, de la lecture, abandonner un livre parce qu’il ne correspond pas à mes attentes, une longue attente alors que j’ai faim

Samedi: profiter de la chaleur et du soleil, observer les avions atterrir et décoller Madère est le premier aéroport que je visite où on peut sortir à l’air libre, à l’aéroport de Zaventem tous les avions Brussels Airlines sont bien rangés, rentrer à la maison

Dimanche: réveillée tôt mais avec plein d’entrain pour la belle journée qui s’annonce, vider ma valise et ranger mes affaires, préparer les semis de piments – 12 variétés cette année, aller récupérer le courrier chez mes voisins et prendre l’apéro, profiter du jardin et couper toutes les plantes mortes de la saison passée, rentrer quand j’ai mal au dos, lire un peu, cuisiner, tenter de rattraper Masterchef, Call the midwife

Short diary of the week (265)

Lundi: des rêves bizarres qui tentent d’assimiler les derniers 10 mois, des problèmes de métro, un léger mal de tête qui se profile, avancer à mon aise dans un nouveau pays – le Bénin, j’ai cette chance de pouvoir voyager tous les jours dans mon travail, une réunion où je lance une idée qui plaît – ça fait plaisir, partir plus tôt pour acheter un nouvel iPad, passer ensuite au Shopping de Woluwe pour chercher ma commande de sirop d’orgeat et trouver une jupe et une robe fort différente de mon style habituel, réchauffer les restes, la nouvelle saison de Doctor Who – avec un “coming soon” à la fin qui me fait penser que la série va prendre la voie de Bollywood (pardon), Anthony Bourdain Parts Unknown en Indonésie – un épisode émouvant où il parle de la mort

Mardi: la suite du Bénin, une journée qui se passe, commencer à configurer l’iPad qui se met à “parler” de suite avec l’iPhone – et donc je dois juste confirmer certaines choses, steak frites, Better Call Saul – fin de la quatrième saison

Mercredi: à l’avance pour mon rendez-vous mais il fait assez beau pour lire dehors, une longue discussion avec banquier n°1, me remettre au boulot, mes envies de visites au Japon excèdent évidemment le nombre de jours prévus, préparer à manger, I’m dying up here

Jeudi: rendez-vous avec banquier n°2 – on approche de la concrétisation mais ce n’est pas encore pour aujourd’hui, quand j’arrive au boulot l’eau est coupée – pas de thé donc, tenter d’avancer malgré mes envies de sieste, rendez-vous avec banquière n°3 qui me donne l’impression de perdre mon temps – je crois que je vais changer mes plans, mais où dois-je acheter des vêtements pour mon papa ?, I’m dying up here

Vendredi: mon sommeil ne devait vraiment pas être de bonne qualité cette nuit (et pourtant j’ai dormi sans me réveiller) parce que je me sens crevée, les trucs du vendredi, et puis d’autres trucs, la fin de la seconde (et malheureusement dernière) saison de I’m dying up here

Samedi: du rangement (il était temps !), aller chez mon papa qui – comme je le pensais – n’a pas besoin de nouveaux vêtements, les courses, tondre la pelouse, planter quelques bulbes de printemps puis m’installer au jardin avec un livre, hésiter jusqu’au dernier moment quant au plat que je vais préparer, un film – sauf que je m’endors misérablement

Dimanche: retrouver mes voisins pour aller voter en même temps, voir par hasard mon oncle accompagné de sa fille et de son compagnon, planter tous les bulbes et défricher un peu la haie de lierre, m’installer au jardin avec un livre et profiter de cette belle journée, cuisiner, regarder la fin du film – Gunfight at the O.K. Corral (John Sturges, 1957) – même s’il est considéré comme un chef-d’oeuvre je me suis pas mal ennuyée sauf pendant la fusillade finale, Crazy Ex-Girlfriend

Short diary of the week (243)

Lundi: sortir une robe estivale, ne pas voir grand monde au boulot, faire tout ce qu’il y a à faire et même plus, de petits tracas quant à la vente de la maison, hésiter à rentrer à pied et puis la flemme l’emporte, à vrai dire le trajet est vraiment fort long et je n’ai pas encore trouvé d’alternative pratique, lire au jardin (les séries prennent du retard mais peu importe), terminer mon roman et choisir le suivant

Mardi: ah mais si on me rappelle c’est encore mieux – rendez-vous pris pour vendredi matin, des disques pas très passionnants, un coup de pompe gigantesque et une envie pressante de dormir alors que la nuit avait été bonne, un début d’allergie à l’œil, The good fight

Mercredi: un texte corrigé et prêt à publier, reprenons Cuba, pour une fois qu’amazon avait été rapide à l’envoi c’est la poste qui accumule les retards, j’ai du mal à rester calme avec les histoires de mon papa, Rise, Anthony Bourdain Parts Unknown en Virginie chez les hillbillies des Appalaches

Jeudi: férié !, mais ce n’est pas pour ça que je n’ai pas d’obligations, revendre des livres – beaucoup – à domicile, de la couture, et puis retour à la maison paternelle pour vendre des meubles et un tableau, de la lecture mais peu de concentration, Westworld, The Americans

Vendredi: congé ! mais levée tôt pour un rendez-vous à la maison paternelle avec des experts d’une galerie de vente, des courses (quel monde !), de la couture, inquiète quant à la suite de la journée, une visite à mon papa et surtout deux conversations avec la directrice et l’infirmière en chef de la maison de repos qui me rassurent quant au fait qu’ils essaient de faire au mieux, mais aussi me rendre compte qu’il décline de plus en plus, la fin du désherbage ! ça aura mis du temps !, de la lecture, The 100, Gardener’s World – ça n’a pas raté – je me suis endormie

Samedi: après les rendez-vous des deux derniers jours le weekend est entièrement à moi, il fait tout gris ce matin et le soleil peine à sortir, et revoilà les pensées envahissantes et déprimantes, le jardinage arrivera finalement à les évacuer, terminer le gros pavé historique, un curry indien, The true story of Jesse James (Nicholas Ray, 1957) – un western gentillet que son titre français décrit bien: Le brigand bien-aimé

Dimanche: il fait tout gris (et ça ne risque pas de changer), ne pas penser à la fête des mères, du rangement aka descendre les vidanges et le vieux papier à la cave, de la couture – ça prend forme, me préparer pour le voyage du jour: prendre la route pour acheter des plantes exotiques, oh le gps me voit au milieu des champs – il serait temps d’en changer, un choix difficile mais un beau choix quand même (plusieurs palmiers, une fougère arborescente, des hedychiums et gingembres, des bananiers…), ne pas oublier de nourrir les félins des voisins, The Americans, Anthony Bourdain Parts Unknown en Uruguay – un épisode très moyen

Short diary of the week (240)

Lundi: où un de mes rêves tente de résoudre un problème de la réalité (et me fait du bien), où un autre de mes rêves me voit frustrée de ne pas trouver un chariot de supermarché en bon état, de légères courbatures, écrire des textes, en préparer d’autres, des maux de tête, oh mais ce sont de ces maux de tête qui s’accompagnent de vertiges et nausées et qui m’empêchent de fonctionner, abandonner tous mes plans et tenter de survivre à l’après-midi, enfin une accalmie en soirée, The Americans, The Good Fight

Mardi: et pourtant la nuit avait bien commencé, tenter de rassembler mes idées pour un long texte sur un sujet inconnu, parfois il faut commencer sans avoir de plan bien défini quitte à changer en cours de route, assez satisfaite de la tournure que prend ce texte après une journée de travail, ce soleil qui réchauffe en rentrant, non mais c’est bien trop de liqueur pour un cocktail ! (et en effet, c’est trop, et donc trop sucré), The Americans, une séance de méditation où je m’endors presque, terminer mon roman

Mercredi: ranger les bas et sortir les sandales, plusieurs discussions dont une qui fait du bien et qui donne de l’espoir pour l’avenir, reprendre le long texte, travailler la fenêtre ouverte et constater que depuis un an les voisins se disputent toujours aussi fort, rentrer sous le soleil, tenter de supprimer ce sentiment de culpabilité qui me mine, deux épisodes de Rise

Jeudi: cette fois-ci j’ai craqué et pris un demi anxiolytique après avoir somnolé un moment sans m’endormir, j’ai sans doute dormi un peu mieux mais je ne suis pas reposée, parler un moment de cette culpabilité et recevoir une réponse bienveillante, me lancer dans la rédaction d’un autre texte d’un autre genre et bien plus compliqué quelque part, les trucs du vendredi le jeudi, aller chez l’opticien pour changer mes verres et acheter de nouvelles montures, retrouver Shermane et boire un verre, puis retrouver Armalite et mtlm et se délecter d’un mezze, passer une excellente soirée, faire une belle promenade pour retrouver le métro dans la chaleur encore bien présente

Vendredi: congé !, partir sur les routes – enfin pas très loin – pour acheter des bulbes de lys et de dahlias, en profiter pour faire les courses pour le weekend, sortir le parasol: il n’y a pas d’ombre dans le jardin à cette période, planter les bulbes et désherber, m’installer avec un livre, manger puis me remettre dehors pour lire encore un moment, Gardener’s World (qui a fait son office habituel: je me suis endormie après une demi-heure – peut-être devrais-je l’enregistrer pour le dimanche soir !)

Samedi: profiter un moment du canapé, et puis choisir les cucurbitacées à semer, une visite à mon papa, et reprendre les travaux de jardin, de la lecture, et un barbecue, lire dehors jusqu’à ce que la nuit tombe, et puis encore un peu à l’intérieur

Dimanche: passer à la maison paternelle pour relever les compteurs avant d’aller à la zumba – une bonne chose de faite, semer diverses variétés de basilic et autres herbes aromatiques, un coup de vent balaie mes paquets de semences si bien arrangés et emporte le parasol au loin, arrêter là les travaux de jardin et m’installer avec un livre, lire jusqu’à ce que le lumière baisse, sur conseil de mtlm reprendre Glow et regarder deux épisodes, une séance de méditation

Short diary of the week (216)

Lundi: des pensées parasites pendant la nuit – des histoires de mot de passe, ressortir de l’armoire une robe oubliée, mais où est ce colis ?, cette impression qu’un rhume commence, vidée en fin de journée, un cocktail simple mais bon, Halt and Catch Fire, la suite du premier épisode de Feud, où comment l’organisation de la journée du lendemain m’angoisse alors qu’il n’y a pas d’autre raison que la grève prévue

Mardi: une nuit d’insomnies, me demander comment soigner ces angoisses souvent irrationnelles et très handicapantes pour mon sommeil, me décider pour les transports en commun, ne pas avancer très vite, hésiter pour les projets du soir puis me laisser entraîner, un vernissage d’exposition – Ancestors & Rituals à Bozar – une exposition intéressante qui mériterait une visite plus approfondie, un retour en voiture, une excellente nouvelle: mon papa est guéri de son mélanome, Feud

Mercredi: ah je ne peux pas continuer le boulot que je voulais continuer – il y a d’autres priorités (= frustration), bloquer sur une phrase, passer à autre chose, des ralentissements de métro: pourquoi est-ce que je prends toujours la mauvaise décision ? (laisser passer le métro bondé pour prendre le suivant qui finalement fait demi-tour avant la fin du parcours et m’oblige à attendre le suivant), manger trois fois du même plat c’est vraiment lassant, Wild (Jean-Marc Vallée, 2014) avec Cheryl Strayed interprétée par Reese Whiterspoon et pas trop de choses sensationnalistes en plus par rapport au livre

Jeudi: un nouveau pays ? ah non une réunion avec une seconde pendant la première, des commandes et constater qu’un fournisseur fait vraiment mal son boulot de pub, bon – je crois que je recommencerai à épargner en novembre…, trop d’attente chez le coiffeur – ce sera pour plus tard, Anthony Bourdain Parts Unknown dans les Alpes françaises, The last post – série de la BBC à propos de la fin de la période coloniale à Aden dans un camp militaire

Vendredi: une inondation dans mon frigo mais pas vraiment le temps de sécher tout ça ce matin, les trucs du vendredi, le colis commandé hier est arrivé – à moi les photos d’animaux en gros plan ! – c’est un peu du luxe mais je pense que je l’aurais regretté, l’inondation est donc une bouteille de jus de pomme frais qui a fermenté et percé le plastique, le début de La supplication – le documentaire – mais vite abandonné parce que cela n’apporte pas plus que le livre, Once more with feeling – le documentaire de 2016 sur Nick Cave (tout en essayant de ne pas trop râler de ne pas avoir acheté des tickets pour le concert)

Samedi: une matinée calme avant une après-midi avec trop de choses à faire, aller voir mon papa qui n’est pas en grande forme aujourd’hui, les courses, avoir juste le temps de tondre la pelouse avant de devoir repartir (avec regret) pour une activité organisée à mon boulot, deux concert et un documentaire (Jakarta Jakarta ! de Vincent Moon, déjà vu l’année passée), il fait déjà noir quand je rentre, un repas rapide, The Deuce

Dimanche: une nuit fort agitée, je me suis réveillée avec des fourmis dans le pied à cause d’une position bizarre, de la zumba, du rangement dans le jardin, lire au jardin – jusqu’au moment où le soleil d’octobre est trop bas pour me réchauffer, le contraste: cuisiner du gibier, Halt and Catch Fire – la fin d’une magnifique série sur les femmes