Short diary of the week (204)

Lundi: cette journée commence mal avec ce type qui me colle dans le métro (et son odeur est bizarre), la bride de mes sandales appuie sur la grosse piqûre que j’ai eu hier et augmente les démangeaisons, yep – mon humeur n’est pas au top mais ça peu changer, de nombreux vœux d’anniversaire, c’est de plus en plus gonflé, Twin Peaks, Fargo, installer mon pied en hauteur pour dormir

Mardi: aïe j’ai du mal à marcher, enfin marcher va encore mais rester debout sur place est plus compliqué, mettons les Birkenstock sans bride, chercher une chaise pour discuter avec mes collègues dans le couloir, bien avancer dans le boulot, écrire un billet sur mon non-art de demander et me rendre compte qu’il s’agissait plus d’un malentendu qu’autre chose: tout le monde pensait que j’étais occupée lundi et donc personne ne m’a rien proposé – l’année prochaine je demande !, clopin-clopant elle rentra à la maison, écourter la préparation du repas et m’affaler au jardin avec une poche glacée sur le pied

Mercredi: ok donc je ferais mieux de rester à la maison, marcher en boitant est trop fatiguant, mais c’est râlant vu que mon cerveau est en pleine forme, en fait poser mon pied par terre est hyper douloureux mais après quelques pas ça s’améliore un peu, traîner sur internet, payer l’acompte pour mon futur voyage, faire une très longue sieste – et me réveiller encore bien fatiguée, lire au jardin avec une poche de gel bleu glacé sur le pied, oh je sais à nouveau marcher sans trop de douleurs !, et donc accepter l’invitation d’un ami pour la soirée, un très beau cadeau d’anniversaire, un Zombie (12cl d’alcool quand même !), un bon repas, un second cocktail moins réussi – The Expedition, et au final une très chouette soirée au jardin

Jeudi: me réveiller crevée mais aller travailler en boitant encore un peu, heureusement ça ne fait plus mal malgré le gonflement, admirer enfin ces superbes tissus venus de Hong Kong (de chez Kawaii Fabric – la douane est passée par là mais le prix total n’est pas plus cher que si je les avais achetés en Europe), les tâches du vendredi le jeudi, écrire un texte en catastrophe, décider que mon pied ne m’arrêtera pas et aller en ville, acheter un premier guide de voyage plein de photos, rejoindre Armalite au Nong Cha et acheter du thé, des cocktails chez LIB – Burning Passion pour elle et The Mist pour moi (bourbon infusé à l’abricot, picon et vermouth), la gentillesse de Karoline qui m’apporte une poche de glaçons à appliquer sur mon pied et ça fait un bien fou, des dim sum chez Yi Chan où le patron et le barman sont toujours aussi gentils, rentrer à mon aise et trouver un nouveau cadeau d’anniversaire dans ma boîte aux lettres, m’écrouler au lit

Vendredi: férié ! bien dormi mais pas encore assez, cette piqûre m’a bien épuisée, elle s’est évidemment associée à d’autres petits maux mais je serai remise pour mon citytrip !, une longue semaine de congés m’attend !, me rendre compte que certaines photos que je pensais visibles ne le sont pas mais trouver la solution – qui demande encore un peu plus de boulot, tondre la pelouse en un temps record: je faisais la course avec la voisine, mettre à la lessive tous les nouveaux tissus, lire au jardin, imaginer un plat avec le contenu du frigo, lire au jardin – la suite, rentrer à cause de la fraîcheur

Samedi: commander des chaussures rouges très soldées, traîner pas mal, aller chez mon père et repartir blessée et déprimée: pour lui la piqûre qui m’a empêchée de marcher n’était qu’une broutille, il s’est excusé mais je le sens de plus en plus centré sur lui-même, du repassage de nouveaux tissus, une après-midi peu productive, il faudra que je trouve des tactiques pour ne pas me laisser toucher, Fargo, de la lecture

Dimanche: TBBT – les deux derniers épisodes de la saison 2, osciller entre angoisse et découragement, me mettre finalement à la couture pour me changer les idées – ce qui fonctionne le temps de la couture, traîner dans le canapé, les veilles (ou avant-veille donc) de départ sont toujours compliquées pour moi, en phase: “non je ne veux pas y aller” “c’est trop compliqué” “il y a trop de choses différentes / nouvelles / inconnues”, être en plus découragée par la météo pluvieuse qui s’annonce, cuisiner mais sans envie, regarder un excellent film par contre: Cold Fever de Friðrik Þór Friðriksson (1995) ou le voyage improbable d’un Japonais en Islande en plein hiver pour rendre un dernier hommage à ses parents décédés

 

Short diary of the week (202)

Lundi: des rêves bizarres, réveillée en sursaut par le réveil, ne pas voir grand monde ce matin, avoir une idée de challenge, la température idéale pour rentrer à pied – sauf que je n’aurais pas dû boire de l’eau avant de partir – pas une seule toilette publique à l’horizon, et un test positif pour ces sandales qui me serviront en voyage, Anthony Bourdain Parts Unknown à Porto – le dernier épisode de la saison

Mardi: très mal dormi, lancer le challenge sur mon blog et être impatiente des réponses, commander du tissu (soldé) en Belgique et à Hong Kong, rentrer pour repartir de suite apporter quelques courses chez mon papa, tout d’un coup les prescriptions de médicaments qu’il avait déjà samedi et que j’aurais pu prendre à ce moment-là sont urgentes, préparer un bon plat, American Gods, Fargo

Mercredi: cette nuit-ci était bien meilleure, un premier colis de tissus, écrire sur les musiques japonaises prend plus de temps que prévu quand on surfe d’un clip à l’autre, partir plus tôt pour faire quelques courses en ville, deux soutien-gorge soldés, pas de pantalon par contre – M&S n’a pas soldé ceux qui m’intéressent et donc ça peut attendre, trouver le magazine America dans la librairie près de la maison – il vient d’arriver me dit la libraire, American Gods, une discussion sur l’histoire

Jeudi: mais est-ce que les oiseaux exotiques sur ma robe sont-ils bien vaccinés ? (quand un collègue me charrie), où l’ennui me guette – résultat je grignote, deux tissus soldés au Chien Vert, des cocktails à La Pharmacie Anglaise, un repas au Café Victor de Bozar, la serveuse nous complimente pour nos jolies robes, des discussions autour de personnages de romans et des liens avec l’histoire, l’air est chargé d’humidité

Vendredi: déprimée à cause de photobucket: tous mes blogs sont touchés et cela mettra des mois pour republier toutes les photos (et il faut que je trouve des solutions d’hébergement – des idées ?), j’ai réussi à caser toutes les corvées dans la matinée, et bien avancé l’après-midi, tondre la pelouse, lire au jardin, me sentir bien, admirer le crépuscule et sentir l’humidité qui tombe sur moi

Samedi: me décider pour une jupe à plis, un bel épisode de confusion paternelle (et ça ne va qu’empirer), enlever des kilos de mauvaises herbes, enfin me poser et voilà que quelques gouttes tombent, commencer un barbecue et le ciel devient à nouveau tout bleu, profiter de la soirée près du feu

Dimanche: écrire quelques billets lecture, TBBT S02E18&19, du rangement et du repassage, il fait beau mais je veux d’abord terminer cette robe, de la lecture, un cocktail tiki classique, Logan (James Mangold, 2017)

Short diary of the week (177)

Lundi: de longs moments de réveil au milieu de la nuit, mettre une nouvelle robe et gros pull, mettre au point les derniers détails de la présentation, la présentation se passe sans soucis – je ne fais que compléter ce que dit mon collègue, sentir un début de mal de tête et une grosse fatigue, être sur du coton, de nombreuses questions, un repas de légumes mais qui ne suit pas la recette prévue, la fin de Fort Apache (John Ford, 1948), le début d’un autre film

Mardi: réveillée très tôt après une nuit agitée, ça promet, encore des questions, retour à l’Egypte, une réunion, retour à la Grèce, des maux de tête, des tensions partout dans le corps, boire un cocktail et me détendre un peu, Westworld, Longmire

Mercredi: un peu mieux dormi mais mon corps commence très vite à se tendre et à faire mal, le seul jour de la semaine où je peux travailler toute la journée au projet de base (et ça m’énerve qu’il n’y ait qu’un seul jour entier pour ça), mon père qui m’appelle pour des courses urgentes, assister aux conversations du midi sans rien dire, une conversation intéressante avec un collègue sur le thème de la ville et des musiques du monde et des ports coloniaux, laisser tomber mes projets de virée en ville pour quelques achats nécessaires, une invitation de Coyote et me rendre compte que ça ne va pas du tout, je suis à nouveau entrée dans une sphère de négativité qui ne me sied pas du tout, heureusement ça ne fait que quelques jours, heureusement j’ai quelques armes pour rebondir – notamment ce clip envoyé par Coyote qui ouvre des portes, rien d’extrêmement nouveau pour moi mais peut-être une incitation à commencer la méditation, amener un pain chez mon père, sentir sa négativité extrême – son aide est fort malade – mais tenter de ne pas me laisser envahir, me protéger en exagérant un peu ma fatigue physique et mes maux de tête, oui tout ça m’inquiète aussi très fort, rentrer et me préparer un cocktail au goût un peu insolite (whisky, vermouth et liqueur de sureau), passer presque une demi-heure à écouter le long monologue de ma tante sur des sujets qui ne m’intéressent pas le moins du monde (sa nouvelle coiffeuse, les pauvres, l’Aldi…), me détendre enfin devant Vikings

Jeudi: une réunion toute la matinée, beaucoup de tension, moins de tensions dans mon corps, tenter d’avancer malgré le temps réduit, faire du shopping sous la pluie, renflouer mon stock de gilets en laine et de t-shirts chez Benetton – en soldes, traquer les dernières paires de bas H&M comme je les aime, continuer en accéléré Bridge over the River Kwai parce qu’en fait je veux juste voir les images de Kitulgala au Sri Lanka où le film a été tourné

Vendredi: des choses et autres, faire acte de présence au drink mais y aller à reculons, ne pas y rester longtemps, continuer le boulot, rentrer sous la neige, me demander comment déboucher cette évacuation d’eau au niveau de mon garage, plein de suspense en regardant The last train to Busan

Samedi: une belle lumière, remplissage de frigo, un peu de couture: découpage d’une jupe, choisir les prochains livres à lire, un peu de King Rabbit, une soirée champagne et quiches chez une voisine, rentrer sous la neige – heureusement ce n’était qu’à deux maisons

Dimanche: la nuit a été un peu agitée – un peu trop d’alcool certainement, pas le courage de sortir pour la zumba mais 40 minutes de vélo d’appartement pour la remplacer (TBBT S01 E14&15), un peu de couture mais me lasser bien vite à cause du peu d’intérêt de la jupe en question (son seul intérêt c’est d’être chaude, sauf qu’elle n’aurait pas été terminée cette semaine de toutes façons), préparer un massala et embaumer toute la maison, me disperser en lectures, King Rabbit, préparer le curry srilankais, pas mal mais pourrait être amélioré, Vikings, Call the midwife The casebook (yep, même le documentaire a réussi à me tirer quelques larmes)

Short diary of the week (151)

Lundi: me réveiller juste quelques secondes avant le réveil, bruine, marre de porter les mêmes vêtements depuis octobre passé, je n’aime pas les visites à l’improviste ni qu’on me quémande un gin tonic, Hell on Wheels, The Knick

Mardi: très bien avancer dans le boulot, une commande de tissus, trop chaud dans mes vêtements d’hiver – euh de mi-saison, The Great British Sewing Bee

Mercredi: un peu d’exercice physique, la journée du bip bip, partir plus tôt vu que je n’arrive plus à travailler, des pré-soldes au prix des soldes – bref deux nouveaux soutien-gorges, The Knick, The Americans

Jeudi: mes tissus sont arrivés ! me rendre compte que j’ai oublié de remplir ce short diary depuis mardi et creuser ma mémoire, un dérapage total, des fournitures de couture, The Knick, The Americans

Vendredi: rien de fort différent aujourd’hui, un gros coup de pompe en rentrant, The Knick, The Americans

Samedi: réveillée tôt, et c’est tant mieux: les ouvriers sont là dès 8h45, oh c’est pas ça – ils se débrouillent tous seuls, choisir mes repas du w-e – dont une recette indienne, recopier et découper un patron, découper le tissu et coudre les pinces, j’espère que ce ne sera pas trop petit !, envie de frites, The Knick – fin de la seconde saison et une conclusion pour tous les personnages qui laisse entrevoir la fin de la série (en fait non, des saisons 3 et 4 sont prévues mais avec un autre arc narratif), les yeux fatigués

Dimanche: le ménage et le pliage de linge c’est du sport aussi – non ?, une averse, sortir avec l’éclaircie et faire un peu défrichage au jardin, me retrouver avec des marques de terre partout sur les jambes, un court moment de couture, terminer enfin ce gros bouquin commencé en décembre, tentative de cocktail avec la liqueur de rhubarbe – ce n’était franchement pas génial, Indian Summers – saison 2, The Americans

Short diary of the week (126)

Lundi: dormi mais pas assez, de retour au boulot, oooh le joli Simon’s Cat en peluche !, des nouvelles rassurantes par rapport à mes possibles absences du boulot, des nouvelles encourageantes pour mon papa: il ne faut pas envisager la maison de repos – mais patience !, où je prends le mauvais chemin à l’aller et au retour entre le métro et la clinique, Jessica Jones, Fargo

Mardi: des insomnies exceptionnellement longues, partir plus tôt veut aussi dire partir dans le noir, finalement j’ai tenu le coup sans trop de maux de tête, rentrer dans le noir, Jessica Jones, aller dormir tôt

Mercredi: bien dormi ! – ça fait toute une différence, des discussions de couloir, des discussions à midi, envie de shopping, achats de basiques en soldes, Jessica Jones, Fargo

Jeudi: un message qui fait plaisir alors que la discussion avait mal commencé, de nouvelles aventures pour mon papa dès demain, premier test de Färm: une délicieuse quiche aux brocolis, terminer tout ce qui doit être fait le vendredi, pluie et tempête pour la visite à la clinique, plus envie de grand chose en rentrant, Jessica Jones et tenter de mettre à jour le GPS

Vendredi: aller chercher quelques affaires dans la maison paternelle, aller à la clinique et attendre, encore attendre puis finalement les ambulanciers sont là, voulant s’excuser pour leur retard ils m’attendent pour me montrer le chemin en roulant devant moi, une grosse baisse de moral en voyant la minuscule chambre à partager et une demande immédiate pour obtenir une chambre privée, rentrer manger quelque chose, repartir, découvrir que mon papa est déjà dans sa nouvelle chambre privée et que son moral est remonté, rentrer vidée, cuisiner un plat avec ce qu’il y a dans le frigo et le surgélateur, terminer Jessica Jones sans trop d’entrain – les acteurs sont excellents mais il y avait quelques longueurs

Samedi: un peu de rangement bien nécessaire (mais il y a encore du boulot), chercher en vain l’Assurcard de mon papa – carte dont il ne se souvient pas, sushis ou steak ? le supermarché aura décidé à ma place – ne vendant pas de thon aujourd’hui, une après-midi au calme avec les activités habituelles, cette robe est définitivement ratée – pas le courage de tout recommencer, j’ai regardé un film ! Love & Mercy – sur la vie de Brian Wilson

Dimanche: le retour de la revanche de la zumba, les bananiers sont emballés, couture d’une jupe, raclette chez les voisins, c’est bon l’Abricotine suisse !

Butin de soldes – juillet 2015

Un butin de soldes de ce mois de juillet qui traduit plusieurs choses: les habituels achats de lingerie fine que je trouve fort chère à prix plein mais d’excellente facture, quelques vêtements que je ne sais pas coudre moi-même (avec notamment une robe achetée en prévision d’un voyage, à rouler en boule sans qu’elle ne chiffonne), y compris un pantalon (à 10 euros chez Promod) (j’ai remarqué lors de mon précédent voyage que mon vieux stock était soit trop grand, soit trop petit, soit peu seyant), un bikini (parce que comme j’ai un peu grossi, mes anciens datant d’il y a 5-10 ans serrent un peu), du tissu – évidemment – surtout depuis que j’ai découvert des boutiques belges/flamandes en ligne, et surtout une certaine mono-maniaquerie en chaussures avec quatre paires de sandales Esska (je sais, c’est trop, surtout la paire de sandales noires à trop hauts talons fort similaires à deux paires de Camper que j’ai déjà et qui me font mal au coup de pied à cause de la hauteur – les trois autres sont parfaites par contre – à condition de prendre une pointure au-dessus), et enfin une paire de chaussures pour cet automne/hiver – sans doute très utiles lors de mon voyage. Et pour toute personne qui râlerait à propos de ma surconsommation, ceci sont mes seuls achats de ce genre depuis les soldes de janvier (à une ou deux exceptions près dont je n’arrive même pas à me souvenir – peut-être parce qu’elles sont inexistantes).

  • un t-shirt corail
  • un pantalon noir
  • un t-shirt turquoise
  • un t-shirt bleu marine
  • des sandales argentées Esska
  • des sandales Esska bleu pétrole
  • un bikini à fleurs tropicales Esprit
  • des sandales noires à talons Esska
  • un gilet en laine mérinos bleu clair
  • une robe de mi-saison grise en jersey
  • un soutien-gorge en dentelle noir Aubade
  • un soutien-gorge en dentelle lavande Lou
  • des sandales Gabor bleues et tout confort
  • un soutien-gorge en dentelle blanc Aubade
  • des sandales plates de couleur cuivre et marron Esska
  • une jupe à motifs géométriques turquoise, jaune et blanc
  • quatre tissus différents pour coudre des robes et une jupe
  • des chaussures à bride noires BRK by Brako qui seront idéales dès l’automne

Short diary of the week (104)

Lundi: fermer tous les rideaux pour empêcher la chaleur de rentrer, porter de nouveaux vêtements, un certain découragement à midi, est-ce parce que mon repas n’était pas bon ? est-ce parce que les w-e sont trop courts et que j’ai envie de faire plein de choses sans avoir le temps ? est-ce parce que la somme de travail à réaliser avant septembre au boulot ne me permettra pas de prendre des vacances ? est-ce parce que je me sens tout simplement dépassée ? et évidemment l’après-midi a été fort troublée et peu productive, il me reste du lait de coco – tentons une Piña colada !, True Dective – l’endormissement a été proche

Mardi: une télévision à l’écran défoncé sur le trottoir, hop ! enlever mes sandales et mettre mes tongs de bureau, rentrer et ouvrir toutes les fenêtre, envie d’un mojito un peu spécial, The Good Wife, Anthony Bourdain Parts Unknown: Nouveau-Mexique – cette deuxième saison est moins intéressante

Mercredi: des moustiques, des insomnies, une robe qui ne couvre pas beaucoup, deux plantes qui arrivent par la poste emballées dans plein de frigolite, pas énormément d’énergie, un chat qui veut rentrer dans mon bureau, de délicieuses boulettes aux olives avec tadziki, The Good Wife, lire au jardin dans la relative fraîcheur du soir

Jeudi: pas beaucoup d’énergie, toujours ce sentiment de tristesse qui tente de s’immiscer, me rafraîchir dans un centre commercial et trouver des soutien-gorges en soldes, The Good Wife, lire au jardin mais être distraite par mes réflexions: je n’arrive pas encore à me réapproprier ce jardin en été parce que j’ai trop de souvenirs de bons moments à deux

Vendredi: toujours assez peu efficace, partir plus tôt et trouver des sandales en soldes, puis trouver cette petite table de jardin qui était sold out au Casa près de la maison et donc la traîner dans le métro jusque chez moi, pas envie de cuisiner mais qui le fera si je ne le fais pas ?, The Good Wife, profiter du jardin et des températures qui ne baissent pas

Samedi: aussi chaud dedans que dehors, en profiter pour ne pas faire grand chose, lire au jardin, découper un patron pour une nouvelle robe, expérimentation de cocktail, thon au lait de coco, The Good Wife, un peu de fraîcheur, un feu d’artifice au loin

Dimanche: réveillée tôt, quelques exercices, mes pauvres genoux qui font mal depuis quelques jours n’aiment pas trop, découpage de tissu, pester sur Burda qui m’a fait faire des fautes dans les marges de couture, pester sur Burda bis à cause des explications incompréhensibles – surtout qu’il y a moyen de monter cette robe bien plus facilement, du vent et encore du vent mais toujours pas une goutte de pluie, et au moment où j’écris ça la pluie commence à tomber, plein d’ail !, enfin trouver l’envie pour une séance photo au jardin, un sourire échangé avec ma voisine qui me surprend en train de prendre des poses, Anthony Bourdain Parts Unknown: Copenhague – ou plus précisément le Noma