Better call Saul (Random remarks about…)

better-call-saul-episode-106-main-jimmy-odenkirk-mike-banks-590

Spin-off et prequel de Breaking Bad, la première saison de Better call Saul suit les début de James McGill, futur Saul Goodman.

  • 10 épisodes dont seulement 2-3 sont vraiment passionnants. Je m’explique: les quatre premiers sont une longue préparation à l’histoire. Le cinquième devient enfin un peu plus intéressant, le sixième est passionnant. Par la suite, l’histoire qui a enfin trouvé un fil conducteur s’épuise à nouveau, partant dans plusieurs sens différents
  • je n’ai jamais adoré les histoires de procès et d’avocats (et par extension, les femmes qui s’habillent comme des hommes pour s’intégrer)
  • je n’ai pas très bien compris l’apparition de Tuco et cie, mais peu importe
  • le générique est moche et change à chaque fois. Je ne sais pas si la coupure abrupte à la fin de celui-ci était due à ma version ou pas
  • tout n’est cependant pas perdu:
  • le couple Kettleman, accusé pour abus de confiance (embezzlement – j’ai appris un nouveau mot) est vraiment très drôle
  • James McGill a tout les ingrédients de la petite frappe. Tous les éléments sont là pour qu’il devienne Saul Goodman. Beau parleur, il sait aussi se faire apprécier, notamment par les personnes âgées.
  • son frère par contre, atteint d’une maladie un peu spéciale, ne m’a pas intéressé
  • on apprend enfin quel était le passé de Mike Ehrmantraut, et là c’est passionnant. Bien plus que Saul, c’est lui le personnage qui fascine et qui porte la série. D’un côté on a un guignol, de l’autre un tueur froid et sans états d’âme (ou presque, parce qu’il cache beaucoup de choses).
  • j’ai retrouvé Albuquerque avec plaisir même si on voit surtout la ville et quasi pas les paysages désertiques de la région
  • et donc oui, je regarderai la deuxième saison même si mon avis est assez mitigé

Et vous ? Avez-vous regardé la série ? Ou avez-vu d’autres séries qui sont à conseiller ?

The Affair (Random remarks about…)

Série produite par Showtime, The Affair raconte la relation extra-conjugale entre Noah, père de quatre enfants et écrivain, et Alison, dont l’enfant unique s’est noyé quelques années auparavant, sur l’île de Montauk, pendant les vacances d’été.

  • le décor et les paysages du nord-est des Etats-Unis sont un changement rafraîchissant par rapport à la Californie. La météo changeante a clairement été un souci par moments, ce qui ce voit dans certains raccords de plans.
  • la mer est assez présente, ce qui a tout pour me plaire
  • la mer en hiver, j’aime aussi
  • le premier épisode se termine par la superbe chanson de Johnny Cash et June Carter Cash, Jackson
  • je hais par contre la chanson du générique, criée/déclamée par Fiona Apple
  • Dominic West m’a toujours laissée indifférente dans The Wire, idem ici. Je ne supporte toujours pas Maura Tierney (E.R.) mais heureusement on ne la voit pas trop (au début). A la fin, elle m’a fatiguée avec ses mêmes moues
  • la grande idée de la série est d’avoir les points de vue de la femme et de l’homme. Cela pose aussi la question de la mémoire et des interprétations différentes.
  • autant j’ai aimé les 5 premiers épisodes autant la suite ne m’a pas autant touchée
  • l’histoire de la famille Cole est particulièrement embrouillée
  • je suis même carrément déçue par la fin, comme si elle avait été réécrite en prévision d’une deuxième saison. Est-ce que vous pensez la même chose ?

Transparent (Random remarks about…)

Parfois, j’ai envie de parler des séries que je regarde mais sans spécialement écrire un texte complet et structuré, ce que d’autres font déjà très bien. Voici plutôt un billet avec mes remarques décousues.

Transparent est une série produite par Amazon et racontant l’histoire de Mort/Maura, un père de famille d’une soixante d’année qui décide de vivre son amour du travestissement au grand jour. La série commence au moment où il doit l’annoncer à ses enfants, deux filles, Sarah et Ali et un fils, Joshua. (taux de spoil: 15%)

  • Les enfants sont particulièrement énervants, égoïstes, imbus de leur personnalité et ont tendance à tous parler en même temps.
  • En parallèle avec le coming out de leur père, ils ont tous des relations sexuelles très présentes et cherchent encore leur identité. La fille aînée, mariée – deux enfants, commence une relation avec son ancienne amie d’université. La plus jeune essaie de tout, du grand mâle africain musclé au transexuel female to male, ne sachant pas elle-même si elle doit s’habiller comme un homme ou une femme. Joshua, lui, est un sex-addict invétéré et drague toutes les femmes.
  • Le seul qui semble normal dans l’affaire, c’est justement Mort/Maura, montré avec beaucoup de tendresse et de douceur.
  • Toutes les scènes dans le « camp » pour travestis sont magnifiques d’humanité.
  • La mère, l’ex-femme de Mort/Maura, est pour moi le modèle type de la femme juive mais je peux me tromper. Je l’ai trouvée assez antipathique, surtout quand elle veut la mort de son second mari malade et inconscient parce qu’elle ne veut plus s’en occuper (mais le mettre à l’hôpital n’est pas une option non plus pour elle).
  • Je me suis demandé pendant toute la série si le complexe d’appartement dans lequel va vivre Mort/Maura était influencé par le style tiki. En cherchant sur le net, il n’y a aucune référence. On parle plutôt de style « Palm Springs » des années 50.

  • J’ai adoré la maison familiale, j’aimerais vivre dans ce genre de bâtiment, à flanc de colline.
  • Celle du Joshua par contre m’a laissée indifférente, trop moderne, trop blanche, trop aseptisée. (lien vers les lieux de tournage, avec Google street view)
  • Le générique a un côté psychédélique années 70 qui me plaît beaucoup.
  • C’est bien parce que les épisodes étaient courts que j’ai regardé jusqu’au bout. Au milieu de la série, j’avais juste envie d’arrêter, énervée par le blabla incessant de toute la famille. J’ai bien fait de continuer cependant et je me demande comment la série va évoluer.

Downton Abbey

Downton Abbey, c’est un peu Amour, gloire et beauté dans l’aristocratie anglaise. Ecrite par Julian Fellowes, déjà responsable du scénario de Gosford Park mais aussi de plusieurs romans, la série s’intéresse à la famille Grantham, à son château et à ses domestiques. Elle commence en 1912 avec le naufrage du Titanic et la mort de l’héritier de la famille. Lord Grantham et son épouse n’ont que trois filles et doivent donc se tourner vers un cousin lointain qui vient s’installer à proximité du château avec sa mère. Là commence un conflit de classe, mais par petites touches, un conflit entre les pratiques anciennes de l’aristocratie et une ouverture plus grande de la bourgeoisie. Et Lady Mary, va-t-elle finalement épouser l’héritier Matthew ?

Toute l’équipe des domestiques joue aussi un rôle important, par leur implication ou leurs commérages, par le désir des plus jeunes de sortir de la domesticité tandis que les plus anciens ont dénié toute vie privée pour rester au service de « His Lordship ». Montées en grade, jalousies, apprentissage, amours secrets ou non, tout passe en revue.

L’espace-temps entre le début de la saison 1 et la fin de la saison 2, de 1912 à 1920, est l’occasion de montrer une société en évolution, la montée du socialisme et du communisme, les horreurs de la guerre, le travail des femmes mais aussi tout un chamboulement dans les convenances. Et on voit aussi les tenues des dames changer, les jupes se raccourcir, les pantalons apparaître.

Au point de vue formel, rien à signaler. La série est très classique, avec des mouvements de caméra traditionnels, un scénario qui suit les personnages et la chronologie (avec juste quelques ratés parfois, une accélération pendant un épisode ou deux pour retomber ensuite dans le train-train), une reconstitution historique très fidèle et des décors d’époque assez impressionnants. Mais c’est justement la finesse de ce scénario qui passionne ! Il faut peut-être regarder quelques épisodes avant de s’attacher vraiment aux personnages mais une fois qu’on est pris, la série devient très addictive.

Une mention spéciale doit être donnée à Lady Violet Grantham, qui est fabuleusement bien campée par l’actrice Maggie Smith. A elle seule, elle porte une grande partie des intrigues et ajoute un élément comique certain. Vivement l’année prochaine pour de nouveaux épisodes !

UPDATE: j’ai trouvé ce clip avec les meilleurs moments de Lady Violet:

I’m single again

Dès demain soir, je suis célibataire…

ou du moins…

juste en soirée…

Et bien oui, comme chaque année au moment du BIFFF (Festival du Film Fantastique de Bruxelles), diane va voir des films, beaucoup de films. Et moi, je reste à la maison. Pas que je ne suis pas tentée mais j’ai fait une overdose il y a quelques années et vu mes horaires de travail et de sommeil, seules les séances de 18h et 20h sont envisageables sans que je ne dorme pendant le film.  J’ai donc prévu d’aller voir un film cette année, Esther / Orphan et je resterai sans doute un peu sur place pour boire un verre après la séance, en espérant voir quelques amis.

J’en profiterai pour regarder la suite de Gossip Girl, la cinquième saison de The Wire et la deuxième de Deadwood (et je n’aurai même pas assez de temps pour ça, sachant que je me laisse facilement distraire par ce qui passe à la télévision). Je continuerai à écrire mon récit de voyage sur Suasaday et je dois encore trier mes photos. Je réfléchirai aussi à l’aménagement du jardin, à quelles plantes choisir et où les placer…

L’odyssée des séries

Depuis quelques mois, Le Golb (un des mes nouveaux blogs favoris) est à la recherche des meilleures séries TV, par décennie d’abord, et maintenant de tous les temps. Tout le monde peut voter, vous aussi donc !

Le vote est secret mais j’ai décidé de publier le mien ici avec mes commentaires. Je suis une grande fan de séries depuis des années même si je n’en ai pas beaucoup parlé sur ces pages.

mon trio gagnant avec 5 points chacun:
Twin Peaks: la série qui est à la base du renouveau des années 90, à mon avis. Une série qui est devenue culte entretemps mais qui m’inspire et m’intrigue toujours. Je me souviens avoir lu à l’époque dans une revue qu’il fallait absolument la suivre, ce que j’ai fait d’abord en V.O. non sous-titrée sur la BBC (et tard le soir), puis sous-titrée en néerlandais sur la chaîne flamande VTM (à une époque où ils passaient encore de bonnes choses !). Dans ma bibliothèque se trouvent toujours The secret diary of Laura Palmer, The autobiography of FBI Special Agent Dale Cooper et Twin Peaks: an access guide to the town, ainsi que les très belles musiques d’Angelo Badalamenti et les chansons de Julee Cruise.
Buffy: ma série préférée de tous les temps, même si à l’époque beaucoup de mes amis se moquaient de moi parce que je regardais ce « truc pour ados » (j’étais toute gênée d’avoir acheté le Buffy’s Guide !). Entretemps, certains ont été convaincus et j’ai trouvé beaucoup d’autres fans. Une série dont je regarde encore souvent des épisodes juste pour le plaisir, en V.O. sous-titrée en anglais pour mieux comprendre les nombreux jeux de mots ou nouveaux mots. Et puis il y a Spike ! Et Willow ! Et Tara !
Deadwood: fan de westerns un jour, fan de westerns toujours. Quand une série s’intéresse au sujet et d’une telle manière, je ne pouvais qu’être subjuguée par les ambiances, la musique, les costumes aussi. J’ai du retard dans le visionnement (j’ai fini la première saison) mais la série est très dense et le rythme pas très rapide… Si Carnivale avait été dans la liste, je lui aurais mis 5 points également, toujours à causes des ambiances et du sujet. Continuer la lecture de « L’odyssée des séries »

Mad Men cocktails

Tout le monde parle de Mad Men, cette série américaine située dans le milieu de la pub des années 60. Je ne l’ai pas encore regardée mais elle est sur ma pile – je compte d’abord terminer True Blood, l’autre série dont on parle !

En attendant, voici quelques cocktails à préparer inspirés par la série (cocktails qu’on retrouve d’ailleurs sur le site officiel), ou allez lire cet article qui en propose d’autres mais sans les recettes.

Grrrr… vivement samedi prochain !

Depuis hier, je suis à nouveau célibataire… pour une semaine. diane est partie au soleil, me laissant ici dans la grisaille et le froid. Bon d’accord, c’est un peu ma faute aussi: je n’ai pas voulu prendre de précieux jours de congé pour aller sur une plage à Lanzarote (et en plus, apparemment, il ne fait pas super chaud – 18° de moyenne). Alors que diane a plus de 10 jours de l’année passée, des jours de récup pour cause d’heures supplémentaires, à prendre avant fin mars.

Et évidemment, diane a chipoté à mon ordinateur avant de partir et ce matin le Finder était en rade, je n’arrivais même plus à éteindre l’ordinateur et personne pour m’aider. Je ne sais pas ce que j’ai fait mais ça a l’air de fonctionner maintenant. Mais je ne sais pas où a disparu ma bibliothèque itunes ! wéééééé, super !!!!!! Je râle parce que tant qu’il n’y a que moi qui chipote à cet ordinateur, je m’en sors. Au moins si je fais quelque chose, je sais comment le réparer. Mais si c’est quelqu’un de bien plus nerd que moi qui fait quelque chose sur MON ordinateur, là ça ne va plus ! Surtout qu’il a ses propres jouets ! Voilà pour mon coup de gueule !

Grrr aussi parce quelqu’un a renversé le bac à fleurs de l’appui de fenêtre sur le trottoir. D’accord les fleurs étaient mortes mais ce n’est pas une raison. Et grrr parce que le chat du voisinage a décidé de prendre notre cour comme litière. Il marque son territoire et ça pue ! Et les gros caca dans les bacs à plantes, ce n’est pas ça non plus. Plantes qu’il écrase évidemment !

Passons à autre chose…

Hier, j’ai passé une partie de la journée avec mon papa… c’était un peu comme me retrouver petite fille: on s’est promené parmi les antiquaires du Sablon (là où je me suis ennuyée des heures et des heures dans le froid pendant que mes parents hésitaient pour l’une ou l’autre gravure ancienne que je trouvais moche de toutes façons !) et on a été mangé au Santouri, un restaurant grec où on allait déjà quand j’étais petite. Le décor n’a pas changé, les serveurs par contre sont probablement les fils des anciens !

J’ai vu de jolis verres anciens, (ça nous changera pour les cocktails) et un beau sac en croco vintage mais le prix l’était aussi – 180€ ! Ce n’est pas l’endroit où acheter ça à mon avis. Je devrai chercher ailleurs. Et puis mon papa m’a gâtée, des pralines Marcolini et des livres chez Taschen.

Après l’avoir quitté, j’ai encore traîné un peu dans les magasins, H&M donc où j’ai trouvé une petite robe pour le plein été et un petit pull cache-coeur court pour au-dessus.

Et comme je suis seule, je vais en profiter pour rattraper un peu de retard dans mes lectures et dans le visionnement de films (deux déjà hier soir, Carmen s’en revient au pays de Kinoshita – c’est de là que vient la photo de droite de la bannière – et JCVD) et de séries (j’ai le choix entre Dexter, les saisons 4 et 5 de The Wire et les saisons 2 et 3 de Deadwood). Oh et il faut que je m’entraîne à Guitar Hero et à Mario Kart !

J’ai aussi prévu plein de choses pour ce blog… des photos, des liens, un blogroll mis à jour, des billets sur divers sujets et puis j’ai été taggée ! Suite des aventures demain sans doute !