Les fantômes familiaux

Bruno Clavier, Les fantômes familiaux. Psychanalyse transgénérationnelle: tout ce qui tourne autour de la psychogénéalogie m’intéresse depuis un moment mais je n’avais jamais lu de livre sur le sujet. Je suis tombée un peu par hasard sur celui-ci, que j’ai lu assez rapidement. Il s’agit d’une suite d’exemples expliquant comment un événement familial, parfois ancien, peut inconsciemment avoir une influence sur la vie actuelle de quelqu’un. L’auteur s’intéresse particulièrement aux enfants et parle beaucoup de théories très freudiennes – sujet où il m’a complètement lâchée. Et donc ce livre a été pour moi plutôt un catalogue d’exemples certes intéressants mais un peu trop spectaculaires.

Quiet

31tiegzbrhl-_sy344_bo1204203200__zpsvalknj1oSusan Cain, Quiet. The power of introverts in a world that can’t stop talking: un livre que j’avais repéré depuis longtemps mais que je n’avais jamais osé acheter de peur de me retrouver avec une accumulation de banalités. Gasparde m’a convaincue et elle a bien fait. Susan Cain analyse les caractéristiques des introvertis en proposant diverses approches, se basant sur de nombreuses études scientifiques mais aussi sur ses propres expériences d’introvertie et ses recherches personnelles. Elle met en avant les qualités de ces gens qu’on ne remarque pas, qui parlent peu, qui ont tendance à croire qu’ils n’ont rien à dire. Je me suis reconnue à chaque page, ou presque et je ne peux dire qu’une seule chose: ce livre a énormément augmenté ma confiance en moi et m’a aidé à mieux appréhender les extravertis qui m’entourent (mon chef en premier lieu). En fait, je regrette même de ne l’avoir lu que maintenant ! A part ça, l’introvertie que je suis a du mal à écrire une longue tartine sur ce livre et a repoussé la rédaction de ce billet pendant des semaines, mais lisez-le, que vous soyez l’un ou l’autre.