Short diary of the week (151)

Lundi: me réveiller juste quelques secondes avant le réveil, bruine, marre de porter les mêmes vêtements depuis octobre passé, je n’aime pas les visites à l’improviste ni qu’on me quémande un gin tonic, Hell on Wheels, The Knick

Mardi: très bien avancer dans le boulot, une commande de tissus, trop chaud dans mes vêtements d’hiver – euh de mi-saison, The Great British Sewing Bee

Mercredi: un peu d’exercice physique, la journée du bip bip, partir plus tôt vu que je n’arrive plus à travailler, des pré-soldes au prix des soldes – bref deux nouveaux soutien-gorges, The Knick, The Americans

Jeudi: mes tissus sont arrivés ! me rendre compte que j’ai oublié de remplir ce short diary depuis mardi et creuser ma mémoire, un dérapage total, des fournitures de couture, The Knick, The Americans

Vendredi: rien de fort différent aujourd’hui, un gros coup de pompe en rentrant, The Knick, The Americans

Samedi: réveillée tôt, et c’est tant mieux: les ouvriers sont là dès 8h45, oh c’est pas ça – ils se débrouillent tous seuls, choisir mes repas du w-e – dont une recette indienne, recopier et découper un patron, découper le tissu et coudre les pinces, j’espère que ce ne sera pas trop petit !, envie de frites, The Knick – fin de la seconde saison et une conclusion pour tous les personnages qui laisse entrevoir la fin de la série (en fait non, des saisons 3 et 4 sont prévues mais avec un autre arc narratif), les yeux fatigués

Dimanche: le ménage et le pliage de linge c’est du sport aussi – non ?, une averse, sortir avec l’éclaircie et faire un peu défrichage au jardin, me retrouver avec des marques de terre partout sur les jambes, un court moment de couture, terminer enfin ce gros bouquin commencé en décembre, tentative de cocktail avec la liqueur de rhubarbe – ce n’était franchement pas génial, Indian Summers – saison 2, The Americans

Short diary of the week (149)

Lundi: pas beaucoup d’enthousiasme ce matin, une journée fort molle en fin de compte, ne pas pouvoir résister et acheter 4 livres au lieu des 2 prévus, le quartier est en cours de bouclage pour le match sur grand écran (pffff), demander des infos pour un nouveau macbook pendant l’averse, Trapped – deux épisodes, The Great British Sewing Bee, terminer mon livre malgré l’heure tardive

Mardi: mardi devient presque Madrid quand on l’écrit mal, vallenato est le thème du jour, une sortie qui me tente beaucoup lundi prochain, Trapped – suite et fin et pas plus enthousiaste que ça – encore une enième série de meurtre

Mercredi: l’événement de demain est annulé pour cause de pluie, vivement d’ailleurs que ça s’arrête, beaucoup moins d’énergie qu’hier au travail – c’est comme ça !, An – Les délices de Tokyo – un très beau film qui aborde des sujets douloureux sous ses airs légers

Jeudi: un grand soleil – mais pour combien de temps ?, des envies de tissus – c’est récurrent, m’énerver un peu, un repas avec le contenu du frigo et du surgélateur, The Knick – début de la saison 2, The Americans

Vendredi: tiens il n’est de nouveau pas là, choisir la musique pour un teaser: un morceau classique et évident ou justement quelque chose de plus inattendu ?, il est 15h30 et je n’ai pas l’impression d’avoir avancé dans le boulot – la faute aux mails et aux commandes et aux multiples bricoles à faire, The Knick, The Americans, commencer un nouveau livre

Samedi: réveillée tôt avec de vagues maux de ventre, apercevoir le soleil pendant 30 secondes, ce bout de route est si beau – sauf quand on suit une bétonneuse, quelques plantes mais surtout des pierres – encore, parler voyages avec mon papa qui me propose l’Ethiopie, des klaxons au loin – pas besoin de regarder le résultat, un plat très moyen, D’Ardennen – un beau film flamand

Dimanche: il faut donc que je fasse du sport à la maison maintenant que les cours de zumba sont interrompus pour l’été, entre les lessives et le pliage de linge la matinée est vite terminée, finir la robe Frida pour me rendre compte qu’elle doit être retouchée dans le dos – ce sera pour plus tard, attacher des plantes, ranger la terrasse, planter palmiers et bananiers près du bassin, me battre avec le pot d’un palmier, m’écrouler sans énergie, The Knick, The Americans, dodo

Short diary of the week (148)

Lundi: une jolie robe, heureusement que je suis partie plus tôt vendredi: un mail me remplit d’une angoisse non contrôlable, essayer de trouver les ressources pour me calmer, cette rencontre s’est finalement passée mieux que prévu, juste quand je veux partir il se met à pleuvoir, après deux semaines de remplissage de gamelle Kitty a toujours peur de moi mais a bien compris à quoi je servais, Carol – un film que j’ai aimé et pas uniquement à cause des jolies robes

Mardi: j’aime pouvoir partir le matin en sandales sans avoir froid, question 1 posée – la 2e est reportée à plus tard, mmmh ces biscuits ne sont pas géniaux, mmmh mauvais choix de salade ce midi, la pluie tombe déjà quand je sors du bureau, attendre une accalmie à la sortie du métro n’est pas une option, me déshabiller complètement en rentrant, inondation de la cave, au moins j’aurai fait du sport même si entrecoupé par une belle chute de tension, même pas faim avec tout ça

Mercredi: une horrible nuit – la soirée aura été trop animée, ces travaux à la maison m’obligeront à baisser le budget vacances – à moins de dépenser moins en livres (ahem), un cocktail dans la cour intérieure du Dominican (leur propre variation du Negroni avec du jus de pamplemousse), une discussion animée, Balls & Glory est un très bel endroit mais déçue par la nourriture, une très agréable soirée

Jeudi: attaquons les musiques de film et terminons la publication du Mexique, la fatigue du jeudi, Trapped – l’épisode de remplissage, 30 Degrees in February

Vendredi: dernier jour de beau temps malheureusement à passer au bureau, le colis annoncé pour samedi est arrivé, suite et fin des musiques de film, tondre la pelouse et regretter déjà le soleil, 30 Degrees in February

Samedi: 15 minutes de couture puis un début d’installation de bassin, courses, bataille avec les bambous, suite d’installation de bassin, lecture au jardin, un flamant rose sur la photo du cocktail tiki, repas végétarien avec de l’halloumi, 30 Degrees in February – suite et fin – des personnages attachants mais une fin un peu tirée par les cheveux

Dimanche: dernier cours de zumba de l’année, oups j’ai finalement mis cinq érables dans mon chariot – de même que 80kg de pierres et d’autre plantes, trouver une place pour les plantes avant l’averse, le retour de Hell on Wheels, Trapped

Short diary of the week (145)

Lundi: rassembler les recettes de cocktail qui demandent de la rhubarbe, quelle est la différence entre un sirop et un cordial ?, épinglage de la jupe pour la robe tiki (non, elle n’est pas trop petite comme je le craignais), devoir arrêter parce que la tirette prévue est trop longue (et pas envie de la couper), commencer un autre projet et hésiter longtemps sur la taille, traiter la rhubarbe en liqueur – cordial – sirop, utiliser le cordial dans un délicieux cocktail, Ennemi Public – deux épisodes, The Great British Sewing Bee

Mardi: un sommeil un peu agité mais pas trop déplorable en fin de compte, enfin une semaine où je peux me consacrer à l’écriture de textes, conférence refusée: ce n’est pas plus mal, un coup de pompe gigantesque en rentrant, encore un negroni détourné, The Leftovers, The 100, terminer mon livre

Mercredi: commencer le livre suivant – un mauvais choix – il sera juste survolé, des hésitations quant à Saint-Jacques de Compostelle: trois jours me sont payés mais je resterais bien plus longtemps, direction centre ville pour un resto improvisé avec Baba, direction l’AB pour un concert, magnifique performance de Jambinai – post rock déviant vers le metal de Corée – avec instruments traditionnels, les derniers mètres avant la maison sous l’averse qui commence et qui libère les odeurs de la terre

Jeudi: une nuit agitée et trop courte, ces pinaillages sur les budgets m’ôtent toute envie de travailler, conversation musique à midi – encore une qui aurait pu constituer le sketch parfait pour une série tv ou un film comme Clerks, où certaines chansons correspondent à mon humeur du moment, un aller-retour à Saint-Gilles mais sans résultat, envie de comfort food: pâtes aux lardons et fromage (et petits pois – l’excuse légume), The Leftovers, The 100

Vendredi: un nouveau roman parce que le précédent ne me semblait pas passionnant après 50 pages (et il en fait 700), en attente pour des billets Thalys, une grosse caisse, thon grillé, les deux derniers épisodes de The 100 – avec une tension insupportable

Samedi: Paris début juillet ! – les tickets sont finalement arrivés, à la recherche de recettes pour le w-e, plantation des tomates piments et courgettes, supprimer tous les myosotis fanés – ça fait tout de suite plus propre, bien fatiguée après ça, lecture au jardin, Jungle Bird – un drôle de cocktail à réessayer avec un autre rhum, The Leftovers (je m’endors presque), The Americans, toujours pas de pluie

Dimanche: il a enfin plu – ça fait du bien au jardin, pas d’énergie avant la zumba – beaucoup plus après, terminer la robe tiki sans en être tout à fait satisfaite, cuisiner un plat chinois et le laisser mijoter, The Leftovers, The Americans

Short diary of the week (142)

Lundi: envie de sortir de ce métro bondé au plus vite, partager mes impressions à propos de vendredi avec mes collègues, aujourd’hui ça n’avance pas, rentrer sous l’averse, le tajine était en effet meilleur, China Beach, The Good Wife, Masterchef, m’endormir comme une masse avec dodow

Mardi: ne pas aimer le résultat sur la balance, dieu qu’il fait froid !, se dire qu’on va bien avancer et puis tomber sur les bourdes de l’assistant, commencer à corriger puis remettre à plus tard, des disques qui ne m’intéressent pas, tout le monde est un peu déprimé/fatigué, oublier mon gsm et mes courses – mais où avait disparu ma tête ?, en fait j’avais tous les ingrédients pour une salade grecque à la maison, Black Sails – dernier épisode de la saison 1, The 100, ces deux séries ont en commun un acteur que je n’aime pas – pas de chance !, même pas besoin du dodow

Mercredi: j’ai froid, il fait mouillé, j’ai peur d’abîmer mon livre avec les gouttes de pluie, les heures passent, un trou dans mon gilet, du shopping express: de nouveaux gilets des bouteilles à pipette un parapluie, un burger et une conversation sur plein de sujets, des cocktails chez Hortense, rentrer avec le jour qui faiblit, Masterchef, trop de choses en tête

Jeudi: un ciel très bleu, une violente agression verbale de la part d’un collègue, évidemment que je suis dans tous mes états après ça mais mon chef – comme je m’y attendais – me dit que ça me dessert, et alors ? chacun réagit différemment non ?, toute cette affaire m’a vidée, manger trop de comfort food ça n’aide pas en fait, Better call Saul, Masterchef

Vendredi: au vu des circonstances je n’ai pas si mal dormi, par contre mes yeux sont encore un peu gonflés (un remède miracle ?), la direction n’accepte pas les agressions verbales tout comme moi – cela me rassure, pas mécontente que la semaine soit terminée, Better Call Saul, Masterchef

Samedi: bien dormi, courses, excursion dans le Brabant Wallon à la recherche d’un magasin pour étangs et bassins, lecture, un repas léger, Better Call Saul, The 100

Dimanche: bien dormi, je n’arrive pas à trouver le patron idéal pour une robe tiki, excursion en Flandre et achats de palmiers et autres plantes exotiques, un w-e très productif pour le jardin sans y avoir mis les pieds, la fin de la seconde saison de Better Call Saul – pas mal mais sans plus

Short diary of the week (129)

Lundi: c’est le printemps les oiseaux gazouillent, un bon rythme de travail, Bruxelles deviendra bientôt un gigantesque piétonnier vide s’il n’y a plus d’accès possible en voiture, mon armoire est remplie de tissus mais aucun uni, aucun tissu contrastant ne me plait, pas d’Alicia cette semaine !, X-Files – le retour – c’est un peu laborieux, Call the Midwife

Mardi: sans énergie après une nuit agitée, à la recherche du tissu contrastant (je m’étais pourtant dit que je n’achèterais pas de tissus pendant les soldes), recevoir de mon chef un bic à loupiote pour aller aux toilettes (sans lumière suite à un court-circuit suite à une fuite dans le toit), sauver le reste des épinards avant leur fin, The Leftovers, Anthony Bourdain Parts Unknown à Shanghai

Mercredi: pluie et vent – mon parapluie résistera-t-il ?, de nouveaux livres et le dernier objet pour le swap, une quiche de chez Färm trop salée, me faire draguer par un inconnu qui a réussi à rester agréable – il était juste déçu que je ne veuille pas parler plus, The X-FilesAnthony Bourdain Parts Unknown dans le Bronx

Jeudi: rencontrer tous les matins Johnny Depp qui fait la pub pour « Sauvage » de Dior, penser tous les matins à mon papa qui mettait « Eau Sauvage » de Dior, une morne réunion, une virée au Luxembourg en mars ? mettre en contact des personnes pour un GN, un gros coup de pompe, jeudi prochain est le jour, scampis et avocat – un classique, The Leftovers, Anthony Bourdain Parts Unknown au Paraguay, si fatiguée que je me suis endormie avant la fin

Vendredi: hop c’est parti pour un chouette projet !, quels sont les liens entre straight edge et hare krishna ? (où mes lectures me font découvrir de nouvelles choses), éternuements et frissons, un cocktail La Louisiane pour soigner ça, The Leftovers, Anthony Bourdain Parts Unknown à Hué au Vietnam et des souvenirs qui refluent

Samedi: lessive de tous ces nouveaux tissus, pluie et tempête, une après-midi et soirée de maintenance d’ordinateurs

Dimanche: prendre mon courage à deux mains et aller à la zumba, et en effet ça m’a fait du bien, après couture d’une toile les adaptations sont très minimes – ce qui me rassure: le patron n’était pas à ma taille, et donc il fallait mariner la pintade pendant 24 heures – une heure devra suffire…, le souci c’est quand toute la maison sent l’ail, Nirvana Montage of Heck – ou un mauvais et ennuyeux documentaire

 

Short diary of the week (127)

Lundi: pas assez dormi, pas envie de travailler – c’est lundi quoi !, un peu fatiguée, des longueurs, The Good Wife – le retour, Fargo

Mardi: dès que je sors il se met à pleuvoir – une constante, une excursion sur le campus de l’ULB, de jolies photos du milieu musical underground belge, regarder les voitures à l’arrêt sous la pluie depuis le tram, Fargo, Anthony Bourdain Parts Unknown – le retour – j’avais abandonné sans raison – épisode qui donne envie d’aller à Lyon mais pas spécialement chez Paul Bocuse (le lapin servi en entier, avec tête et tout ?)

Mercredi: préparons-nous pour l’excursion du soir, un tram un bus déserté et de la marche à pied, de la marche à pied un bus un métro, un Menu Next Door, FargoAnthony Bourdain Parts Unknown à Mexico City

Jeudi: détrempée par la pluie glaçante, les pieds gelés qui ne se réchaufferont pas de la journée, un gros coup de pompe propice à la procrastination (alors qu’il suffirait que je puisse changer d’endroit), changer de tactique et finalement assez bien occuper mon après-midi, avoir des frissons, il me faut une bobine de fil n°542, oh le joli gilet rouge presque en laine !, éternuer en série, Fargo – la fin de la deuxième saison – ce n’est donc pas une histoire vraie ?

Vendredi: sortir un peu mieux équipée – sauf que mes bottes (en cuir) ne résistent pas aux flaques gigantesques de neige et eau – sauf que j’ai des chaussures de rechange pour le boulot, vouloir éviter à tout prix le collègue qui n’aurait pas manqué de dire qu’il adore cette météo – je lui aurais foutu mon poing dans la figure (au moins au sens figuré – on n’embête pas une Sunalee de mauvais poil), même histoire pour le ravitaillement à midi, le toit perce – l’eau coule à flots dans une grande poubelle, des maux de tête et de sinus, un retour un peu moins mouillé, The Leftovers – revoir l’épisode 1 de la saison 1 suite aux commentaires dithyrambiques sur la saison 2, Anthony Bourdain Parts Unknown en Russie – plus une émission politique que culinaire

Samedi: avoir froid (c’est mon lot pour les prochains jours), quelques courses, aller voir mon papa qui semble fort fatigué, moi aussi en fait, m’endormir sur mon livre, est-ce le temps froid qui a avalé toute mon énergie ?, The Diary of a Teenage Girl – beau film quelque peu choquant sur une adolescente qui se cherche dans le San Francisco hippie des seventies, au lit avant 22h

Dimanche: zumba, terminer une jupe d’hiver, profiter de cette journée très lumineuse, cuisiner pour un résultat très moyen, tenter le dvd de Suzaku de Naomi Kawase et abandonner à cause de la qualité vhs, choisir en remplacement le documentaire Pulp: A film about life, death and supermarkets, fredonner Common people

Short diary of the week (122)

Lundi: Saint-Nicolas est passé au bureau et tous mes colis sont arrivés en une fois mais en quatre paquets, corvée playlist – souvent ce n’est pas une corvée mais le pays en question ne m’inspire guère, les restes d’osso bucco sont un peu trop salés à mon goût, The Affair, The Good Wife

Mardi: le jour où je confonds les jours, le jour où je me demande si le gros colis arrivera bien sans supplément, une femme parle toute seule à l’arrêt du tram, le jour où le cocktail choisi n’est pas à mon goût et où le plat cuisiné non plus, The Affair, Masterchef The Professionnals – et la seule fille est éliminée

Mercredi: une autre femme parle toute seule dans le tram: « les mendiants mentent parce qu’il y a -ment- dans le mot », demander les différences entre hard rock et heavy metal pour mieux classer Arctic Medusa – groupe groenlandais, la digestion- cet exercice parfois difficile, la commande est là ! – on va encore nous prendre pour des alcooliques, une repas léger, The Good WifeMasterchef The Professionnals

Jeudi: la routine, arriver trop tôt dans le centre ville et m’ennuyer: les magasins ne m’intéressent pas vraiment et les quelques échoppes du marché de Noël que j’ai vues sont juste horribles, burger et frites chez Ellis entre copines, spectacle de danse puis retour à la maison pas trop tard, ressortir Maruchan la peluche bouillotte

Vendredi: avoir froid sous la couette malgré Maruchan, la météo que je préfère: pluie + froid + vent, les mains congelées tentant de retenir le parapluie, une ambiance un peu bizarre, avoir froid, ne plus avoir envie de travailler mais pas envie non plus de gaspiller des heures en partant plus tôt, nouvelle bataille contre le froid et la pluie chargée de paquets cette fois-ci, qu’il fait bon à la maison !, Masterchef The Professionals, The Good Wife

Samedi: décidément j’ai besoin de beaucoup de sommeil pour le moment !, partir sur l’heure du midi à la recherche d’une nouvelle orchidée, j’adore ces paysages vallonnés de ma région, trois nouveaux gins dont un très local – produit à 12km de chez moi, une rose de Noël au supermarché, la jupe est finie (promis, je fais des photos de tous mes derniers projets couture pendant ma semaine de congé fin du mois), tri de photos, The Affair, The Good Wife

Dimanche: ah ? le soleil est levé ?, la matinée est trop courte, repas de famille et visite d’une exposition sur Tervuren dans la bande-dessinée, trop mangé, comater devant The Affair et The Good Wife

Dark days

Personne ne peut le nier, la lumière du jour est vraiment limitée pour le moment et c’est accentué par une météo qui oscille entre pluie et tempête la plupart des jours. Cette année, mon grand voyage a eu lieu en novembre, dans un pays où les températures tournaient autour des 20° et où j’ai eu mon lot de temps gris et pluvieux. Les années précédentes, je suis toujours partie en décembre, dans un pays tropical et ensoleillé à 95% du temps. Autant ce voyage au Japon était fantastique et m’a fait du bien, autant la chaleur et le soleil me manquent. Partir en décembre permet d’oublier les jours les plus courts et de rentrer pour le solstice et l’espoir qu’il amène, et plus pratiquement, de ne pas devoir se mêler à la foule à la recherche de cadeaux. Même si j’aime me promener de temps en temps au centre ville ou y boire un verre, décembre est le mois où je l’évite. Pas envie de me retrouver coincée dans le marché de Noël ou de faire la file pendant une demi-heure à la caisse…

De plus, rentrer d’un pays très sûr et se retrouver plongée dans un pays en plein niveau 4, avec un degré d’angoisse latent auprès de toute la population, n’est pas des plus réjouissants. Sans compter les difficultés de transports les premiers jours.

Rester à la maison donc ? Oui, et pourtant depuis que je suis rentrée, je ne m’y suis pas sentie si bien. Cela manquait de chaleur (humaine surtout – la chaudière fonctionne très bien) et de lumière. Je devrais faire quelques achats (d’un lampadaire, pas d’un humain) mais… (voir plus haut).

Ces moments de mélancolie (plus que de déprime) sont tout relatifs et sans doute même nécessaires pour permettre un meilleur réveil (un peu comme les plantes). Depuis quelques jours, j’essaie de trouver des idées et des solutions pour me sentir mieux, je tente de changer mon état d’esprit (le rayon de soleil de ce midi a aidé !) et j’imagine des activités pour les mois qui viennent. Cela n’empêche pas que l’année prochaine, je tenterai de prendre mes vacances en décembre, je crois que ça me convient mieux !

Impressions of Paris (III)

Paris

Un dernier jour à Paris. Le réveil est encore plus difficile que celui du samedi. J’ai du mal à marcher à cause des courbatures aux mollets mais ça se détend vite. Pas de but précis aujourd’hui, la météo n’a pas l’air très clémente. Malena me propose d’aller à la place des Vosges.

Chargée de tous mes sacs (en plus des bitters, j’ai également deux bouteilles de liqueurs de chez Giffard, achetées par la maman de Malena à l’usine d’Angers – Banane du Brésil et Ginger of the Indies), nous prenons le train puis le métro. Arrivée dans ce quartier touristique que je ne connais que de nom. Pas mal de monde déjà et quelques gouttes de pluie. Je ne sortirai pas mon iPad pour faire des photos. Promenade tout autour de la place des Vosges, protégée par l’arcade. Les galeries d’art ne m’inspirent pas trop, j’y vois un certain étalage de richesse qui m’incommode. Par contre, le magasin de thés De Damman nous attire et nous achetons des thés parfumés, Bali pour Malena, Earl Grey de printemps au thé vert pour moi. Le sachet parfumera tout mon retour dans le train.

Une brasserie pour un dernier repas ensemble, une dernière occasion de se raconter plein de choses. Et puis un départ vers la gare. Un seul Thalys sur le quai, cela ne peut être que celui pour Bruxelles et donc je m’y dirige avant l’annonce officielle. J’aurai finalement deux sièges pour moi, ce qui rend le voyage bien plus confortable.

La pluie se met à tomber à verse (comme en septembre) et je regarde le paysage défiler. Les champs couverts de fleurs jaunes fluorescentes sont magnifiques mais je n’arrive pas à capter l’effet en photo. Ce w-e a été passionnant et m’a nourri d’une nouvelle énergie, comparable au jaune des fleurs. Merci à Kleo, Shermane et Malena et à bientôt ! A Bruxelles ou Paris !

Paris