River town

51q8yka0jnl-_sx330_bo1204203200__zpszgnoixnoPeter Hessler, River town: two years on the Yangtze: du même auteur, j’avais lu Country driving et j’avais beaucoup apprécié son portrait de la Chine vue de l’intérieur. River town se passe avant et raconte les deux premières années que Peter Hessler passe en Chine comme professeur d’anglais envoyé par le Peace Corps américain dans la petite ville de Fuling, bordant le Yang Tse Kiang dans le Sichuan. En 1996, Fuling est encore très retiré et n’a pas encore vu beaucoup d’étrangers. La vie n’est donc pas si simple, bien que protégée et dirigée par les cadres de l’université. Les Chinois ont en effet cette fâcheuse tendance à fixer les gens et à ouvertement se moquer d’eux, mais Peter Hessler et son comparse, également volontaire des Peace Corps, s’adaptent tout doucement, apprenant à parler le Chinois mais aussi le dialecte local. Ils découvrent la région et ses coutumes, non sans quelques épisodes hilarants d’incompréhension. C’est aussi l’histoire d’un ville qui va disparaître – la construction du barrage des Trois Gorges est en effet en cours. Ce récit couvre de nombreuses facettes d’une société chinoise en pleine mutation, entre les traditions anciennes, le communisme et les débuts d’une certaine libéralisation économique.

Book_RATING-35

Country driving. A Chinese road trip

Peter Hessler, Country driving. A Chinese road trip: après avoir vécu pendant cinq ans en Chine et après avoir appris la langue, Peter Hessler, un journaliste, obtient son permis de conduire chinois (après avoir répondu aux questions quelque peu fantaisistes de l’examen théorique). Ceci lui permettra de voyager dans le pays comme aucun autre auteur n’a pu le faire avant. Son récit est divisé en trois parties. Dans la première, il part en voyage solo avec une 4×4 de location et de fabrication chinoise (pas de la meilleure qualité donc) pour longer la Grande Muraille. Il se retrouve projeté dans une Chine agraire, fort reculée, loin de la modernité, même si celle-ci pointe son nez à certains moments. La seconde partie est consacrée à ses nombreux séjours dans un village perdu au nord de Beijing, tout près de la muraille à nouveau. Il évoque l’évolution du hameau et suit une famille en particulier, famille dont il devient très proche. Il raconte les efforts du père pour sortir de sa situation de petit fermier et devenir businessman en ouvrant un restaurant et une guesthouse pour accueillir le tourisme local naissant. Avec la troisième partie, nous sommes plongés complètement dans une Chine industrielle: l’auteur suit pendant un an l’implantation d’une usine d’accessoires de soutiens-gorges (qui produit juste les petits anneaux pour tenir les bretelles) dans une région au sud de Shanghai. Ce qui rend le livre intéressant, ce sont les rencontres, le côté personnel et les détails de la vie quotidienne, le tout mélangé à une bonne dose d’humour. Un livre utile et agréable pour mieux connaître ce grand pays de l’intérieur.