Peste & Choléra

Patrick Deville, Peste & Choléra: rentrée littéraire ou pas, je n’allais pas laisser de côté ce roman de Patrick Deville, auteur dont j’avais déjà beaucoup apprécié Kampuchéa. Ce livre raconte la vie d’Alexandre Yersin, scientifique et découvreur de la bacille de la peste qui s’installe à Nha Trang au Vietnam. L’auteur en profite pour décrire la vie dans la colonie, la fondation de Dalat, l’acclimatation des fraises, les trajets en bateaux, puis en avion, la vie scientifique de la fin du 19e siècle à Paris, le tout par de nombreux allers-retours dans le temps. L’écriture est très belle, très poétique; elle peut sembler un peu froide et distanciée par moments mais cela contribue à augmenter un sentiment d’étrangeté. Recommandé !

Kampuchéa

Patrick Deville, Kampuchéa: publié au moment de la rentrée littéraire, ce livre a tout de suite attiré mon attention. Il ressemble à un récit de voyage sans en être vraiment un, il est assez proche de Bangkok days dans un sens. Patrick Deville est à Phnom Penh pour assister au procès contre les Khmers Rouges mais en profite pour raconter l’histoire de la région, de la découverte d’Angkor par Henri Mouhot aux troubles actuels du Cambodge. Il raconte dans le désordre la colonisation française, les périples des différents explorateurs, la remontée du Mékong qu’il tente à son tour. L’histoire est éclatée mais attachante, bien écrite, avec poésie mais aussi justesse historique.

Un extrait (p.25): « On avale des soupes de nouilles devant les gargotes, les enfants partent pour l’école. Au long des rues, sur des charrettes, on vend des mangues, des cigarettes, des sauterelles grillées au miel dans une feuille verte en cornet. Il fait chaud déjà, près de trente degrés, le ciel est bleu. C’est un calme de façade. La ville assiégée est ravitaillée par le pont aérien. Chaque jour se rapprochent le sifflement des roquettes et le fracas des obus. Lon Nol et les Américains sont partis, ont abandonné la défense impossible. L’aéroport de Pochentong est hors d’usage. On attend la paix. » Les Khmers Rouges arrivent peu après…