Short diary of the week (203)

Lundi: pas très bien dormi (mais un autre type d’insomnie – celui où je me réveille au milieu de la nuit avec la tête envahie de pensées diverses – où j’essaie donc de me souvenir de mon login pour mon premier compte photobucket – ça va être compliqué à retrouver, je pense), de l’animation suite au malaise d’une collègue – avec ambulance et tout, relire et corriger et numéroter les articles pour mieux m’y retrouver, la météo annonçait de la pluie à l’heure de mon retour – sauf qu’il ne pleut pas mais je n’ai pas de bonnes chaussures pour rentrer à pied – dommage, Twin Peaks, créer une google map pour mon citytrip – ça se rapproche !

Mardi: ah voilà le troisième compte photobucket était sur ce mail-là ! (j’ai donc reçu un mail pour me prévenir mais les photos restent visibles cette fois-ci), facilement distraite ce matin, mais aussi bien concentrée par moments, une soupe de nouilles soba, Jamestown (enfin le dernier épisode), Fargo, une envie de terminer mon livre mais il est déjà trop tard

Mercredi: toujours un sommeil agité à cause de ces fichues photos – si seulement je pouvais dire à mon cerveau de se taire, il fait du temps à la belge aujourd’hui et bien trop frais pour la saison – heureusement il fait encore bon à l’intérieur, ce texte n’était vraiment pas terminé – moi qui pensait que ce serait rapide, enfin publier ce qui était prêt à publier depuis trois semaines, mais pourquoi ai-je écrit 768 dans ma main ?, retrouver le pourquoi 20 minutes plus tard: c’est l’adresse du magasin de tissu, des achats de voile de coton et d’un autre joli tissu soldé, acheter de quoi compléter un mezze au traiteur grec, American Gods, entamer un nouveau livre

Jeudi: hiiii (1) – ça a l’air de s’arranger pour fin août, hiiiiiii (2) – je peux en fait m’inscrire au voyage qui m’intéresse – mais évidemment je mets à douter / angoisser / etc.: est-ce bien là que je veux aller ? / c’est cher / c’est long (trois semaines) etc., ça va passer, profiter du beau temps pas trop chaud pour rentrer à pied – en fait ça me manquait déjà, zut j’ai mis un peu trop d’olives dans la sauce, Adrift in Tokyo (Satoshi Miki, 2007) – drôle et très sensible en même temps – j’ai adoré

Vendredi: en cours de décision, en attente de nouvelles, de chouettes conversations, des nouvelles positives et puis finalement mitigées mais il faut – une fois de plus – attendre les résultats (début août), un coup de fil sous forme de long monologue ennuyeux, Fargo, Longmire – début de la saison 4, j’ai un peu du mal ce soir

Samedi: un sommeil un peu agité et un réveil fort matinal, ce qui me laisse le temps d’aller faire du shopping – un peu décevant certes – mais j’ai quand même trouvé deux blouses à longues manches qui seront parfaites en voyage, un premier cadeau d’anniversaire surprise, la partie compliquée de la journée: écouter mon père se plaindre et dire qu’il souhaite mourir quand il aura 80 ans (il les aura en novembre) – plus un début de dispute avec sa compagne pour des questions de repas oublié, me changer les idées en testant un nouveau patron, continuer la google map pour mon citytrip, un plat thaï – je les faisais mieux avant il me semble, Apache (Robert Aldrich, 1954) – l’exemple type de films où les Indiens sont joués par des Blancs maquillés et aux yeux bleus – c’est très dérangeant

Dimanche: réveillée tard – en espérant que j’aie récupéré, TBBT S02E20-21, nettoyer le frigo et l’armoire y attenant pour enfin ranger le paquet de farine acheté il y a six mois, me mettre à la couture et choisir un tissu, déjà me rendre compte que ce ne sera pas ma robe préférée mais ce n’est pas grave – ce sera une base pour d’autres modèles, tenter de me concentrer sur de la lecture mais ne pas trop y arriver, perdre du temps avec un jeu, un repas simple, de nouvelles photos de robes, passer le reste de la soirée à remplacer des photos (et déprimer un peu), de la lecture – au moins mon roman (une autobiographie en fait) est passionnant

De la culpabilité

Depuis la chute de mon père, plusieurs personnes m’ont posé des questions très anodines, du genre “et donc tu dois t’occuper plus de lui ?”, “et donc, tu vas le voir plus souvent ?”, “et donc, tu vas manger avec lui ?”, “et donc tu prendras les choses en main ?”. Et c’est normal, il n’y avait rien d’autre que de l’intérêt et de la bienveillance dans ces questions. Mais à force, j’ai commencé à me poser des questions. Est-ce que j’en fais bien assez ? Est-ce que je suis bien à la hauteur ? Est-ce que d’autres personnes n’en feraient pas plus ? Comme par exemple ma cousine qui habite loin de ses parents mais qui vient les visiter toutes les semaines (et pourtant elle est maman célibataire donc bien plus occupée que moi) ? Comme par exemple l’ouvrier devenu ami de mon papa qui a proposé de rester dormir chez lui si nécessaire ? Samedi soir, une goutte a fait déborder le vase. Ce n’était sans doute pas voulu comme ça, mais moi j’ai craqué. J’ai reçu un appel téléphonique de la compagne de mon père, appel que j’ai ressenti comme très froid et me disant donc qu’elle ne serait pas présente de mardi à vendredi (c’est devenu samedi entretemps) (alors qu’elle avait promis qu’elle resterait au moins une semaine entière) et que je devais prendre mes dispositions. Quoi ? Elle ne l’a pas précisé. J’ai d’abord cru qu’elle m’avait appelé derrière le dos de mon père mais suite à mon appel d’avant-hier, je me suis rendu compte qu’il était bien au courant. Je lui ai donc demandé de réfléchir et de me rappeler pour dire clairement ce qu’il veut que je fasse. De plus, autant à l’hôpital et au centre de revalidation, il était d’excellente humeur et tout allait bien, depuis qu’il est rentré, rien ne va plus, il se plaint tout le temps, dort une grande partie de la journée et me fait des piques quand je lui demande de faire attention à sa consommation (excessive) d’alcool. Hier, il m’a rappelé, ça n’allait pas mieux (il a même été malade d’avoir bu du vin) mais il ne m’a rien demandé, sa compagne insistant à nouveau à propos de son absence.

Je sais très bien que je ne dois pas entrer dans le jeu de la culpabilité et du chantage affectif mais j’ai eu un moment de faiblesse samedi, causé par d’autres petites choses que j’avais résolues mais qui ont utilisé mes ressources du moment. Là, je suis vidée et j’ai des maux de ventre. Je me sens d’autant plus déçue que cette fatigue va à nouveau reporter mes sorties. J’attendais avec impatience le retour à la maison de mon père en me disant que je n’aurais plus les visites à l’hôpital, que je pourrais reprendre un rythme normal et reprendre une vie sociale.

Un corollaire de tout cela est une grande solitude. Je suis fille unique. Mes cousins ont leurs propres problèmes. La compagne de mon père ne vit pas avec lui (et elle vit à une heure de route) et je n’ai que peu de contacts avec elle. Le médecin a prescrit l’aide d’une infirmière une fois par semaine, ainsi que les visites d’un kiné mais ce n’est qu’un sparadrap.

J’ai connu une grande partie de ma vie la maladie de ma mère (de mes 6 à 32 ans). Je me suis occupée pendant plus de trois ans de quelqu’un et ça m’a complètement vidée. Depuis un an, je me reconstruis, je prends beaucoup de temps pour moi. J’ai peur qu’à nouveau, je doive prendre en charge quelqu’un. Je n’ai pas envie et du coup, je me sens égoïste et du coup, coupable. Il faut que je sorte de ce schéma. C’est probablement le plus grand défi qui m’attend les prochains mois et j’espère terminer 2016 en me disant que c’était une bonne année, tout comme 2015.

Short diary of the week (126)

Lundi: dormi mais pas assez, de retour au boulot, oooh le joli Simon’s Cat en peluche !, des nouvelles rassurantes par rapport à mes possibles absences du boulot, des nouvelles encourageantes pour mon papa: il ne faut pas envisager la maison de repos – mais patience !, où je prends le mauvais chemin à l’aller et au retour entre le métro et la clinique, Jessica Jones, Fargo

Mardi: des insomnies exceptionnellement longues, partir plus tôt veut aussi dire partir dans le noir, finalement j’ai tenu le coup sans trop de maux de tête, rentrer dans le noir, Jessica Jones, aller dormir tôt

Mercredi: bien dormi ! – ça fait toute une différence, des discussions de couloir, des discussions à midi, envie de shopping, achats de basiques en soldes, Jessica Jones, Fargo

Jeudi: un message qui fait plaisir alors que la discussion avait mal commencé, de nouvelles aventures pour mon papa dès demain, premier test de Färm: une délicieuse quiche aux brocolis, terminer tout ce qui doit être fait le vendredi, pluie et tempête pour la visite à la clinique, plus envie de grand chose en rentrant, Jessica Jones et tenter de mettre à jour le GPS

Vendredi: aller chercher quelques affaires dans la maison paternelle, aller à la clinique et attendre, encore attendre puis finalement les ambulanciers sont là, voulant s’excuser pour leur retard ils m’attendent pour me montrer le chemin en roulant devant moi, une grosse baisse de moral en voyant la minuscule chambre à partager et une demande immédiate pour obtenir une chambre privée, rentrer manger quelque chose, repartir, découvrir que mon papa est déjà dans sa nouvelle chambre privée et que son moral est remonté, rentrer vidée, cuisiner un plat avec ce qu’il y a dans le frigo et le surgélateur, terminer Jessica Jones sans trop d’entrain – les acteurs sont excellents mais il y avait quelques longueurs

Samedi: un peu de rangement bien nécessaire (mais il y a encore du boulot), chercher en vain l’Assurcard de mon papa – carte dont il ne se souvient pas, sushis ou steak ? le supermarché aura décidé à ma place – ne vendant pas de thon aujourd’hui, une après-midi au calme avec les activités habituelles, cette robe est définitivement ratée – pas le courage de tout recommencer, j’ai regardé un film ! Love & Mercy – sur la vie de Brian Wilson

Dimanche: le retour de la revanche de la zumba, les bananiers sont emballés, couture d’une jupe, raclette chez les voisins, c’est bon l’Abricotine suisse !

Short diary of the week (125)

Lundi: et donc qu’est-ce que j’avais prévu de faire aujourd’hui ? continuer à insérer des photos dans les billets de mon récit de voyage, de la couture même si je vois ce corsage ne sera pas parfait, de la lecture, et puis un coup de fil: mon papa est aux urgences pour cause de mauvaise chute, attendre et encore attendre, chute de tension et recherche de chocolat pour tenir le coup, enfin pouvoir rentrer, raccompagner sa compagne chez lui pour nous rendre compte que les clés sont restées sur la serrure mais à l’intérieur, elle repart pour Gand et moi je vais m’effondrer à la maison – me permettant enfin de libérer mes émotions

Mardi: quasi pas dormi, heureusement le problème de la serrure est vite réglé, heureusement mon père laisse souvent traîner de l’argent ce qui m’a permis de payer le serrurier, aller à l’hôpital, heureusement mon papa a moins mal, heureusement je rencontre le médecin qui va s’occuper de lui et qui va commencer par faire un tri dans ses médicaments, et moi dans tout ça ?, maux de tête et fatigue extrême, grande sieste de deux heures coupée du monde, si j’arrive à aller au Japon seule je suppose que je peux affronter tout ça aussi ?, un peu de lecture, un cocktail au litchi inventé, encore un Dafalgan, The Good Wife

Mercredi: quelques courses: du pain des tirettes des timbres et un billet du lotto, rencontrer Francine et la conduire à l’hôpital, me sentir soulagée quand c’est fini, terminer la préparation des billets de mon récit de voyage, écrire d’autres choses, et donc le saumon fumé mariné au gin n’est pas spécial du tout, The Good Wife – les derniers épisodes disponibles – mais qu’est-ce que je vais regarder maintenant ?

Jeudi: après ces journées où l’adrénaline m’a portée j’ai aujourd’hui le contrecoup, heureusement je ne dois m’occuper de personne d’autre que de moi et de mon papa, papa qui est d’ailleurs assez bien aujourd’hui et avec qui j’ai pu plaisanter à propos de ma tante envahissante, trouver du gin Sipsmith au Delhaize, errer un peu sans but dans les rayons ne sachant pas trop quoi acheter, et donc j’ai acheté des moules à gros glaçons sphériques, tenter de faire une sieste et ne pas réussir à m’endormir, traîner sur le net, trouver une chouette recette à faire dans… un Jamie Oliver – évidemment, le cocktail Réveillon est une bombe gustative, Tic n’est pas en compagnie de son copain Tac cette année, Jessica Jones, des feux d’artifice, m’endormir avant le changement d’année

Vendredi: début d’écriture de cartes postales, le devoir m’attend, presque perdre patience mais devoir le cacher, le coup de pompe après clinique, couture, lecture, Jessica Jones, Fargo – début de la deuxième saison

Samedi: insomnies, me lever tard, le devoir m’appelle, courses, le coup de pompe, couture, préparation de quelques billets de blog, une recette pour le Winter Cookbook Challenge, Jessica Jones, Fargo

Dimanche: insomnies, enfin une journée sans obligations (mon papa est prévenu et m’y a encouragé), couture, lecture, dieu que ça fait du bien de ne pas devoir sortir aujourd’hui, cuisse de canard à l’orange, Jessica Jones, Fargo, avoir peur de ne pas m’endormir

Où mes relations avec mon père sont à nouveau plus équilibrées

Pendant des mois et des mois, je n’ai pas dit grand chose à mon père des problèmes de diane. Et lui se lamentait sur tout et rien, mais surtout sur sa santé. Il m’appelait parfois vers 21h en faisant de grosses crises dépressives, en tournant en rond dans la conversation, en disant qu’il allait mourir bientôt. Je savais à ce moment là qu’il avait déjà pris un somnifère mais aussi qu’il avait bu plus que de raison. Du coup, j’étais dure avec lui puis, dès le téléphone raccroché, je fondais en larmes. Je n’osais plus rien lui dire de ma vie privée parce que je savais qu’il allait trop le prendre à cœur. Il m’a un jour dit que je ne pouvais pas me séparer de diane parce que ça le tuerait. C’est le genre de chose que je ne peux accepter mais c’est aussi une des raisons pour lesquelles je me suis renfermée par rapport à lui.

Début juillet, au pire de la crise de diane, ma tante m’a appelé pour me dire que pendant qu’ils se parlaient au téléphone, il était tombé et n’arrivait plus à se relever. J’ai donc été chez lui en urgence pour me rendre compte que je n’arrivais pas à le relever non plus. J’ai dû appeler à l’aide. Il faisait de nouveau une de ses crises dépressives, mélangeant alcool et médicaments. Plusieurs personnes m’ont alors conseillé de changer mes relations envers lui, ne plus être soignante mais juste sa fille.

Depuis, ça va mieux, je pense qu’il a été très gêné de la situation. Il n’a pas arrêté les somnifères mais a bien arrêté de boire. Et il se sent mieux. Et moi, je peux enfin lui parler. Il sait que ma vie n’est pas facile pour le moment mais il est là, pour diane aussi.

J’avais promis que pendant ma semaine de congé, je l’aiderais à vider un peu sa cave. C’était prévu pour mardi mais l’inondation a changé les plans. Entretemps, il m’avait aussi demandé de lui racheter une nouvelle petite chaîne hi-fi et des oreillers. Je lui ai donc proposé d’aller acquérir tout ça hier au Carrefour. diane a de suite installé la mini-chaîne et après, nous avons trié un peu les caisses qui traînaient dans le garage: des caisses déchetterie, des caisses de vaisselle à donner, des choses à garder. Ensuite, j’ai également fait du rangement dans mes anciens bouquins qui se sont partagés en trois piles: jeter, revendre, garder. Et après ça, nous avons tous été manger au resto grec du coin, l’Akropolis, avec fresque, moulures et statues de rigueur. Hier soir, mon père était heureux, et cela m’a fait beaucoup plaisir.

The weather isn’t very good but…

Il est vrai que la météo de ce long w-e laisse un peu à désirer mais cela ne m’empêchera pas de voir les choses en positif. Après une semaine assez horrible au point de vue sommeil (trois nuits d’insomnie de suite pour diane et moi), cela va mieux depuis vendredi. L’opération de diane s’est bien déroulée et les apnées du sommeil semblent avoir disparu, de même que l’endormissement précoce (ça ne fait que trois jours, mais je croise les doigts).

Vendredi en rentrant de l’hôpital, un courrier avec un bien bonne nouvelle m’attendait: je ne devrai pas rembourser l’entièreté d’une somme importante, mais juste 5/60emes. Et voilà donc que je me remets à rêver d’une nouvelle cuisine. D’ailleurs, dès samedi nous avons été chercher de la documentation dans le magasin près de la maison, avant d’aller voir une crétinerie au cinéma de quartier qui est plus grand et de meilleure qualité que ce que j’imaginais. Un grand moment de vidage de cerveau devant Pirates des Caraïbes, avec plein de moments où diane et moi, nous nous sommes écriés: “mon jardin” !

L’autre nouvelle du vendredi est à double tranchant: mon père s’est fait arrêter en voiture sur la route du médecin et les policiers lui ont interdit d’encore conduire avant de passer une visite médicale. Il se fait vieux et n’a plus aucune confiance sur la route, les médicaments qu’il prend ne l’aident pas à être plus attentif. Moi-même, cela fait environ deux ans que je ne veux plus monter dans sa voiture et j’ai bien vu qu’il a déjà quelques petites bosses et griffes sur sa carrosserie, sans doute d’avoir cogné l’un ou l’autre poteau. Il a donc décidé de ne plus conduire. Il vit assez isolé mais est bien entouré. Son ouvrier polonais lui a proposé de faire les courses pour lui et sa compagne vient une fois par semaine pour plusieurs jours. Et je n’habite pas loin. Et diane a presque son permis. Ce qui veut dire que nous pourrons toujours l’aider et lui faire les courses si besoin. Cela pose évidemment la question du temps qu’il pourra encore rester dans sa maison et je pense qu’il faudra réfléchir sérieusement au futur. Mais le résultat de tout ceci, c’est que je recevrai sa voiture qui a à peine deux ans et qui remplacera idéalement la petite Nissan Micra qui a 13 ans…

Samedi matin, comme il manquait un médicament, je me suis dépêchée d’aller à la pharmacie, non sans faire un tour au marché. Au stand du fleuriste, j’en ai profité pour acheter plein de plantes en fleur: des dahlias, des cosmos et des oeillets. Bref, de la couleur immédiate pour très peu d’argent. Le plus dur a été de les ramener à la maison, mes bras faisant mal sous tout ce poids !

Dimanche, diane et moi nous sommes fait du chantage: j’ai accepté d’aller faire les clients modèles dans un horrible magasin de salons pour qu’il reçoive gratuitement une caméra HD de fabrication chinoise. Pour l’occasion, nous nous sommes fait passer pour Christian et Marie et nous nous sommes extasiés devant de très laids canapés. D’ailleurs, le seul qui aurait pu nous convenir était le modèle en liquidation ! En échange, diane m’a accompagnée chez Groendekor où tout d’un coup incapable de parler à cause des douleurs à sa gorge, il n’a pas pu me dire de partir tout de suite et d’arrêter de choisir plein de plantes ! Heureusement, il avait l’iPad comme bloc-notes pour me dire l’essentiel. Profitant des quelques rayons de soleil, nous avons tout planté dans la foulée et l’arrière du jardin est bien plus intéressant maintenant. J’avais aussi acheté quelques plantes pour l’entrée du garage et nous avons récupéré des fougères qui poussaient sous la terrasse pour compléter le tout. Dès qu’il y a du soleil, je fais des photos.

Et aujourd’hui ? Pas de projets particuliers, un peu de ménage, en peu d’enlèvement de mauvaises herbes s’il ne pleut pas, un peu de lecture au chaud à l’intérieur, et des frites pour moi ce soir ! Je sais que les semaines qui viennent ne vont pas être faciles, surtout pour diane, mais passer un bon w-e ensemble nous fait beaucoup de bien !

Grrrr… vivement samedi prochain !

Depuis hier, je suis à nouveau célibataire… pour une semaine. diane est partie au soleil, me laissant ici dans la grisaille et le froid. Bon d’accord, c’est un peu ma faute aussi: je n’ai pas voulu prendre de précieux jours de congé pour aller sur une plage à Lanzarote (et en plus, apparemment, il ne fait pas super chaud – 18° de moyenne). Alors que diane a plus de 10 jours de l’année passée, des jours de récup pour cause d’heures supplémentaires, à prendre avant fin mars.

Et évidemment, diane a chipoté à mon ordinateur avant de partir et ce matin le Finder était en rade, je n’arrivais même plus à éteindre l’ordinateur et personne pour m’aider. Je ne sais pas ce que j’ai fait mais ça a l’air de fonctionner maintenant. Mais je ne sais pas où a disparu ma bibliothèque itunes ! wéééééé, super !!!!!! Je râle parce que tant qu’il n’y a que moi qui chipote à cet ordinateur, je m’en sors. Au moins si je fais quelque chose, je sais comment le réparer. Mais si c’est quelqu’un de bien plus nerd que moi qui fait quelque chose sur MON ordinateur, là ça ne va plus ! Surtout qu’il a ses propres jouets ! Voilà pour mon coup de gueule !

Grrr aussi parce quelqu’un a renversé le bac à fleurs de l’appui de fenêtre sur le trottoir. D’accord les fleurs étaient mortes mais ce n’est pas une raison. Et grrr parce que le chat du voisinage a décidé de prendre notre cour comme litière. Il marque son territoire et ça pue ! Et les gros caca dans les bacs à plantes, ce n’est pas ça non plus. Plantes qu’il écrase évidemment !

Passons à autre chose…

Hier, j’ai passé une partie de la journée avec mon papa… c’était un peu comme me retrouver petite fille: on s’est promené parmi les antiquaires du Sablon (là où je me suis ennuyée des heures et des heures dans le froid pendant que mes parents hésitaient pour l’une ou l’autre gravure ancienne que je trouvais moche de toutes façons !) et on a été mangé au Santouri, un restaurant grec où on allait déjà quand j’étais petite. Le décor n’a pas changé, les serveurs par contre sont probablement les fils des anciens !

J’ai vu de jolis verres anciens, (ça nous changera pour les cocktails) et un beau sac en croco vintage mais le prix l’était aussi – 180€ ! Ce n’est pas l’endroit où acheter ça à mon avis. Je devrai chercher ailleurs. Et puis mon papa m’a gâtée, des pralines Marcolini et des livres chez Taschen.

Après l’avoir quitté, j’ai encore traîné un peu dans les magasins, H&M donc où j’ai trouvé une petite robe pour le plein été et un petit pull cache-coeur court pour au-dessus.

Et comme je suis seule, je vais en profiter pour rattraper un peu de retard dans mes lectures et dans le visionnement de films (deux déjà hier soir, Carmen s’en revient au pays de Kinoshita – c’est de là que vient la photo de droite de la bannière – et JCVD) et de séries (j’ai le choix entre Dexter, les saisons 4 et 5 de The Wire et les saisons 2 et 3 de Deadwood). Oh et il faut que je m’entraîne à Guitar Hero et à Mario Kart !

J’ai aussi prévu plein de choses pour ce blog… des photos, des liens, un blogroll mis à jour, des billets sur divers sujets et puis j’ai été taggée ! Suite des aventures demain sans doute !