All the good people I’ve left behind

17913087808Joyce Carol Oates, All the good people I’ve left behind: dans ce recueil de nouvelles écrites entre 1975 et 1978, Joyce Carol Oates décrit une fois de plus la condition humaine par le biais de portraits d’hommes et de femmes, souvent en couple et souvent torturés par des pensées et émotions difficiles. Plusieurs nouvelles suivent Annie, d’abord enfant moquée à cause de son physique, puis jeune femme manipulée par un homme, puis enfin indépendante pendant un long séjour au Québec. Elle apparaît encore sporadiquement dans la dernière nouvelle qui donne son titre au recueil. Celle-ci est beaucoup plus longue et se déroule sur une période de seize ans, décrivant la vie de deux couples d’amis et leur évolution. A vrai dire, je l’ai trouvée bien moins passionnante que les histoires d’Annie, sans doute parce qu’elle peine à entrer dans le vif du sujet. Néanmoins, j’ai pris du plaisir à lire ce recueil ! Etape suivante du challenge: un pavé !

Advertisements

Si un inconnu vous aborde / Mariées rebelles

zoom-si-un-inconnu-vous-abordeLaura Kasischke, Si un inconnu vous aborde: en général, quand il s’agit de Laura Kasischke, je ne peux m’empêcher de lire immédiatement ses nouveaux romans mais ici, il s’agit d’un recueil de nouvelles et je l’ai laissé un peu traîner. Difficile aussi d’écrire une chronique: les récits sont tous différents mais j’ai retrouvé les caractéristiques de cette auteur que j’aime tant: la description de la vie américaine de tous les jours et des touches de surréalisme ou de fantastique qui souvent s’insèrent progressivement dans le récit. Certaines nouvelles ne font que quelques pages tandis que “Melody” en compte soixante. Peu importe, à part une ou deux exceptions, je les ai trouvées passionnantes.

41r1-sydlll-_sx195_Laura Kasischke, Mariées rebelles: juste après les nouvelles, j’ai lu ce recueil de poésies. Je n’en lis presque jamais et j’ai du mal à en parler. J’ai apprécié le fait que l’édition soit bilingue et de pouvoir lire les poèmes en anglais. J’y ai retrouvé la beauté de l’écriture de l’auteur et certains de ses thèmes favoris.

Night-side

night-side_zps08aeut8wJoyce Carol Oates, Night-side: mon rythme de lecture dans le challenge JCO a fortement diminué: les années 1970 ne sont pas spécialement les plus intéressantes et les plus passionnantes dans sa carrière d’écrivain. Je pensais qu’un recueil de nouvelles pourrait être différent mais tout dépend de la nouvelle. Certaines sont assez faciles à lire et racontent même une histoire, d’autres ne sont que de longs monologues et pensées des personnages, écrits quasi sous le mode de l’écriture automatique, tous comme les romans de l’époque. Une nouveauté cependant: ce recueil rassemble quelques nouvelles qui pourraient être qualifiées de “gothiques”, parlant du rapport avec l’au-delà et les morts, notamment via une séance de spiritisme comme cette nouvelle qui donne le titre au livre.

Book_RATING-30

Crossing the border

eb627012b22cf24653d97052922e5a13_zpsngmh4kqzJoyce Carol Oates, Crossing the border: ce recueil rassemble des nouvelles écrites entre 1974 et 1976. Le thème commun est la vie au Canada, près de la frontière, souvent dans le milieu universitaire que l’auteur connait bien. Un personnage est l’héroïne de plusieurs de ces courts récits: Renée. Son mari travaille et elle se retrouve seule à devoir occuper ses journées. Elle erre dans les rues de la petite ville où elle habite, elle y rencontre de drôles de personnages, elle y trouve l’amour (ou pas), elle se fait arrêter à la frontière… Dans les autres nouvelles, on retrouve également les descriptions de la vie courante mais toujours avec une certaine tristesse ou une certaine folie des personnages dans le style si particulier de Joyce Carol Oates. Contrairement aux romans de la même époque, les nouvelles sont très réussies et j’ai adoré ce recueil.

Book_RATING-40

The poisoned kiss

poisoned2Joyce Carol Oates, The poisoned kiss and other stories from the Portuguese: ce recueil de nouvelles est un peu spécial: JCO explique que ces histoires lui ont été inspirées par un auteur portugais, Fernandes de Briao, un auteur qui n’a jamais existé mais sans lequel elle n’aurait pas eu accès à ce Portugal “mystique” des récits. Toutes les nouvelles se passent dans ce pays alors que Oates n’y a jamais mis les pieds en ce début des années 70. Elles possèdent les caractéristiques d’écriture habituelles de l’auteur et des thèmes proches mais il y a des éléments en plus, comme la religion catholique qui joue un rôle important, avec un certain mysticisme. Comme toujours, certaines nouvelles m’ont laissée marbre tandis que d’autres ont pu me séduire par leur côté presque gothique.

Book_RATING-35

Phnom Penh noir

ppn-coverPhnom Penh noir: ce recueil de nouvelles rassemble des auteurs occidentaux (Roland Joffé, John Burdett, Christopher G. Moore…) et khmers qui racontent tous des histoires se déroulant au Cambodge. Certaines sont plus réussies que d’autres mais elles laissent toutes transparaître une société fracturée, paralysée par la corruption et teintée de violence sous-jacente, une société où la loi n’a pas encore tout à fait pris sa place. Des touristes ou des expats disparaissent, sont assassinés pour des raisons très diverses. Certains étaient impliqués dans du traffic d’oeuvres d’art, d’autres se sont laissés influencer par des cultes aux dieux très anciens. Certaines histoires font revivre le temps des Khmers Rouges, d’autres sont actuelles. Le livre se clôt avec les textes des chansons de l’album Songs from the noir de Krom, écrites par Christopher Minko. Une plongée passionnante dans la noirceur du Cambodge ! Dommage que je ne le possédais pas encore en décembre pour le faire dédicacer par Krom et Christopher G. Moore…

Book_RATING-35

The seduction and other stories

78653516f33c553597a61655767434f414f4141Joyce Carol Oates, The seduction and other stories: comme souvent pour des recueils de nouvelles, ma lecture a été interrompue par des romans et j’ai commencé ce livre il y a bien longtemps déjà. Ce volume rassembles des nouvelles écrites entre 1965 et 1975 et Joyce Carol Oates y continue son analyse de la société et des sentiments souvent violents des humains. Elle écrit des histoires d’amour, de jalousie, de violence, de maladie… J’ai toujours une préférence pour les nouvelles se passant au bord de la mer, que ce soit en Floride ou plus dans le nord mais d’autres, en milieu urbain, sont également passionnantes. En général, je n’aime pas les nouvelles mais Joyce Carol Oates réussit à chaque fois à me plaire et à m’intéresser. J’y retrouve des tranches de vie qui se tiennent malgré le peu de nombre de pages et c’est rafraîchissant dans sa bibliographie qui, dans les années 70, est composée de romans qui comportent certaines longueurs.

Book_RATING-35