The revenge of the wedding

Pour ma plus grande surprise, j’ai été invitée à un mariage samedi passé, dans ma famille. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre et j’ai du mal à décoder les invitations. Je suis arrivée juste à l’heure et tout le monde était déjà là, je me suis sentie un peu « underdressed ». L’endroit était magnifique, la cérémonie aussi, dans le jardin, entre ombre et soleil. J’ai eu beaucoup de mal à retenir mes larmes. J’ai vu tant de choses que je n’ai jamais vécues et qui m’ont fait un pincement au coeur. L’amour des mariés, les messages des amis, les BFF. Quand j’étais adolescente, et même plus tard, je me voyais mariée, avec deux enfants. J’ai pensé au mariage à un moment, mais je sentais déjà quelque part qu’il n’aurait pas lieu, qu’il y avait trop de problèmes sous-jacents. Cette fête samedi, c’était un retour sur les vingt dernières années, sur cette impression que j’ai perdu mon temps, sur ce sentiment que j’aurais pu faire les choses autrement. Sur le fait que je suis célibataire et que j’ai du mal à rencontrer de nouvelles personnes. Sur le fait que ma vie est différente. Je ne me suis pas sentie à ma place, je me suis un peu renfermée lors de la fête. Je dois bien avouer que j’ai toujours du mal dès qu’il y a du monde et qu’il est passé 22 heures. Parce que c’était une fête classique: cérémonie, réception, repas, première danse, soirée dansante. Ma cousine était heureuse, son mari aussi, et c’est ce qui compte. Mais le contraste avec ma vie était si grand… J’ai aussi appris que ma vieille tante raconte à toute la famille que je ne me remettrai plus jamais en couple parce que je n’en ai pas envie. Sans doute qu’elle projette sa propre vie. Ce n’est pas parce que je suis solitaire que je ne peux pas partager ma vie avec quelqu’un. Ma tristesse a été accentuée par un épisode que je préfère oublier. En deux mots, le passé m’est tombé dessus, j’ai eu droit à des commentaires destinés à me faire du mal. La haine est devenue immense. Je ne suis pas arrivée à démêler les tenants et aboutissants mais cela m’a profondément troublée et j’ai toujours un sentiment de peur caché dans un petit coin. Et c’était clairement le but de me faire douter et de me faire du tort. Je me sens triste par moments, et puis ça va mieux, parfois je perds confiance et puis j’ai de nouveau de l’espoir. C’est une période compliquée et pas spécialement facile à vivre. J’ai vraiment envie de connaître à nouveau l’amour et la vie de couple, sans refaire les erreurs du passé. Mais je ne sais pas trop comment m’y prendre. Certainement pas en restant à la maison mais en même temps je m’y sens bien. Je me force un peu à sortir et à chaque fois je passe d’excellents moments. Ils ne sont juste pas propices à de nouvelles rencontres. Sans doute que je dois changer ça.

 

Short diary of the week (155)

Lundi: retour au boulot, une certaine tristesse qui me poursuit, une discussion à propos de twitter, des restes de barbecue, la fin d’Indian Summers – ce qui ne va pas améliorer mon sentiment de nostalgie

Mardi: après plus d’une semaine mon torticolis n’est pas encore tout à fait guéri, Lituanie, Pays-Bas – passionnant, un détour par l’Italie, Black Sails, commencer une nouvelle série: UnReal

Mercredi: mettre mes nouvelles sandales, ne pas aimer ce temps plus frais, ne pas trop savoir par quoi commencer, rien de passionnant, non vraiment, un cocktail tiki étonnement peu sucré, Black Sails, UnReal

Jeudi: envie d’un safari photo, un rendez-vous reporté, un cocktail bien trop sucré, Black Sails, terminer un livre – ne pas commencer le suivant parce que je m’endors

Vendredi: le parfum des fleurs après la pluie, la pile diminue… et puis remonte, m’apprêter à partir quand soudain…, une fin d’après-midi des plus agréables, légumes au four et poisson sans goût (ne plus jamais acheter du pangasius), Black Sails, UnReal, être emportée par mon roman

Samedi: avoir une idée derrière la tête mais ne pas être très sûre de comment la réaliser, de la couture, faire les courses pour moi et mon papa et rester un moment chez lui (même s’il a répété quatre fois la même histoire), lire un peu au jardin, changer le look du blog avec les moyens du bord, mais où est passée l’après-midi ?, un plat très léger mais pas si mal, Black Sails – deux épisodes, hésiter à terminer mon livre mais me dire que je ferais mieux de dormir

Dimanche: des mauvais rêves qui m’éveillent tôt, me rendormir tard, me retrouver dans une forte averse au milieu du Ring, revenir avec plein de nouvelles plantes pour agrémenter les alentours du bassin, c’est déjà mieux comme ça, Black Sails – fin de la seconde saison – une nouvelle série favorite !

Nostalgie du passé

Ce sont des amis qui m’ont donné envie de créer un blog. Au début, je parlais de culture, de livres, d’objets bizarres, de musique, et puis, en lisant des blogs plus personnels, j’y rajouté des billets plus intimes. Je n’ai jamais eu un très grand lectorat, il a même diminué au cours du temps. Je suis trop dépressive paraît-il ! En fait, c’est juste moi. Je n’ai jamais été une fille super joyeuse. Mais ce n’est pas de ça que je voulais parler.

Je regrette les blogs du passé, ceux d’avant l’explosion de la blogosphère. Je ne supporte pas les blog « mode » où il s’agit très souvent de sponsoring de marques, allant des moins chères au plus impayables. « Regardez-moi comme je porte bien ces vêtements ! » Mais les poses sont identiques, les styles sont identiques. J’ai l’impression de voir des clones, avec leur maxi sac à main, leur t-shirt mal cousu et leurs bottes à talons. J’oublie: il est important de faire des photos mises en scène, souvent très retravaillées et surexposées. La surexposition ne me dérange pas nécessairement, et elle est parfois bien réussie, mais à trop en voir, ça devient lassant.

Et puis, il y a tous ces blogs qui parlent des nouveaux restaurants ou cafés, toujours les mêmes évidemment. Il faut bien suivre la « hype ». Là aussi, photos surexposées sont de mise. Quant aux box, ras-le-bol ! Il faut toujours tout détailler et se dépêcher d’être la première à publier son contenu. Je ne me suis jamais abonnée à aucune. L’idée de recevoir des objets surprise me tentait bien mais je me suis dit que ça allait la plupart du temps atterrir dans un coin à prendre la poussière. Quelque part, le minimalisme, c’est juste ne pas acheter ce que tout le monde dit d’acheter ! (et à part ça, je ne suis pas une championne de minimalisme; j’ai tendance à acheter diverses choses mais ce sont celles que j’ai choisies, pas celles qui sont recommandées par tous les blogs à la mode).

En fait, ce que je reproche à la blogosphère actuelle, c’est son uniformité. C’est son rapprochement des magazines féminins comme le « Elle ». Peu de blogs sortent du lot par leur originalité. Je vais caricaturer mais chaque maman, chaque modasse, chaque hipster, chaque… écrit – souvent mal – à propos de son petit monde et cherche à obtenir la plus grande audience possible. Quant à la blogosphère belge, elle est encore plus décevante: il suffit de voir quels blogs gagnent chaque année les awards du Vif ou du Knack. Rien de très passionnant… mais oui, le design est souvent bien étudié (de plus, parmi les nominés, de nombreux blogs n’avaient même pas d’article récent à proposer). Quelque part, je suis contente d’avoir peu de lecteurs. Je peux continuer à écrire ce que je veux, je ne suis pas obligée de me cacher derrière un personnage. Je ne raconte pas tout, c’est normal et ce n’est pas le but, mais je tente de rester la plus sincère possible.

Tout ceci n’empêche pas que je lis une série de très bons blogs, mais souvent ils ont des thèmes précis, comme des blogs de voyages, de livres ou de couture. Et j’aimerais vraiment ajouter plus de blogs personnels et de journaux intimes à ma liste. Vous avez des liens à me proposer ? Et que pensez-vous de la blogosphère actuelle ?