Short diary of the week (174)

Lundi: pas très bien dormi – c’était à prévoir !, sortir le gilet en angora décoré de perles – so fifties, une première caisse à partager, du ciel bleu et une belle lumière, rentrer chargée à la maison, feuilleter deux des livres de cuisines reçus en journée, cuisiner tout en tentant de réduire les quantités, The Crown – fin de la première saison – des moments un peu longs mais aussi un beau retour sur l’histoire – sans oublier les jolies robes, finir mon roman et rester un peu perplexe

Mardi: rêver que j’achète du tissu – on voit mes priorités du moment, difficile de lire quand on a si froid – même à l’intérieur du métro, l’arrivée du dernier colis qui contient un très beau livre – Nouilles d’Asie, je sens que mon surgélateur va se remplir de bouillons divers, TBBT S01E08, Agent Carter – début de la saison 2, Masterchef the Professionals

Mercredi: traîner pour ne pas arriver trop tôt, une journée de conférences et discussions sur la ville, un prof vraiment intéressant, un artiste incapable de transmettre ce qu’il fait, rentrer et être frigorifiée avec le vent qui souffle, repartir, le resto prévu étant fermé se rabattre sur Hanoi Station et se régaler entre amis, rentrer sous la pluie

Jeudi: j’ai du mal à me motiver ce matin pour sortir de chez moi, les retours sur la journée d’hier sont assez instructifs par rapport aux opinions politiques de chacun (et c’est dur d’être entourée de quelques purs Wallons étant moi-même flamando-bruxello-zinneke), une longue discographie assez rapidement évacuée, la finale de Masterchef the Professionals et ce n’est pas mon candidat favori qui gagne

Vendredi: comme chaque vendredi c’est fort calme, manger mon plat froid parce que je n’ai pas le courage d’attendre pour le micro-ondes, me décider pour des courses au supermarché vers 19h15 et c’était parfait: pas trop de monde et des rayons bien remplis, rentrer à temps pour voir mes séries du moment: Agent Carter, Longmire – début de la saison 2, Man Seeking Woman à l’humour complètement déjanté

Samedi: mes journées commencent parfois bizarrement: ranger la cuisine et vider les poubelles, déjeuner en lisant le journal, TBBT S01E09, me dépêcher de coudre ces coussins promis à mon papa en septembre, les lui apporter et rester discuter avec lui un moment en buvant du Chablis, cuisiner un gâteau, me vautrer dans le canapé avec des livres, choisir quelques recettes de cuisine à préparer la semaine prochaine, un surprenant mais excellent cocktail qui marie entre autres concombre et fruit de la passion, The Treasure of the Sierra Madre (John Huston, 1948) – un peu long quand même

Dimanche: me réveiller tard, traîner un peu dans le canapé, TBBT S01E10, de la couture, sélectionner des photos de voyage pour le blog, de la lecture, tenter de ne pas penser à ma solitude, commencer Westworld, enchaîner avec Longmire

 

 

Advertisements

Right now

Je ne peux pas dire que cette semaine ait été des meilleures, sans doute le contraste du retour de vacances. J’ai bataillé avec le décalage horaire, tentant vainement de rester éveillée au-delà de 21 heures. J’ai essayé de travailler mais les tâches les plus urgentes étaient les plus ingrates (ce n’est pas fini) et j’ai beaucoup traîné, ce qui n’a pas amélioré les choses. L’ambiance pré-fêtes me pèse toujours autant que les années précédentes, cette course à la consommation effrénée et surtout le fait que je passerai une fois de plus cette période toute seule. D’un côté, cela m’évite des repas longs et ennuyeux avec des personnes que je n’apprécie pas ou peu mais d’un autre, je suis en manque d’intimité avec des personnes que j’aime. (Je n’ai que peu d’intimité avec mon papa – c’est une longue histoire). Toute la semaine, j’ai aussi ressassé tout ce que je devais faire, une liste de choses que je m’impose à moi-même, sans commencer quoi que ce soit.

Mon récit de voyage et des billets “livres” et “cocktails” sont prévus. Sauf que je sens une pression inutile à ce sujet, j’aimerais pouvoir m’en débarrasser mais mon cerveau n’est pas d’accord. Ce qui me pousse à procrastiner plutôt qu’à attaquer de front. J’ai aussi envie de coudre des vêtements d’hiver et surtout de lire les nombreux livres de ma PAL, de faire quelques sorties resto ou cocktail. Le jardin demande peu d’attention pour le moment mais ce serait bien que je ramasse les feuilles et coupe ce qui est mort ou gelé. En fait, j’aimerais être à nouveau en vacances pour avoir plus de temps pour moi !

Bref, il est temps de prendre les choses en main et d’établir un plan d’action, en commençant par mettre de l’ordre dans la maison. Je pense que c’est ce qui me pèse le plus en fait. J’avais prévu un minimum de rangement et de nettoyage avant mon départ en vacances mais mon gros rhume m’a laissée sans énergie et je suis rentrée dans cette maison bordélique, ce qui ne m’a pas fait du bien. En même temps, je n’ai pas envie de passer tout mon weekend à ça, je vais donc commencer par le plus urgent et continuer les semaines qui suivent. Chaque chose en son temps donc, tout en gardant des moments pour ce qui me plait vraiment.

Et vous ? Comment vivez-vous la fin de l’année ? Est-ce que vous vous imposez trop de choses aussi ? Vous avez des conseils pour que ce mois de décembre se passe bien ?

 

Short diary of the week (124)

Lundi: c’était vraiment le réveil ? ah oui – zut j’étais au milieu d’un rêve, yeah c’est le solstice !, la semaine s’annonce très vide au niveau des présences au bureau, un repas rapidement préparé avec les restes d’hier, The Affair – fin de la saison 2 pour une série qui m’a sérieusement énervée: Noah devient un crétin fini et ce que j’aimais – l’ambiance de Montauk – n’y est quasi plus, The Good Wife – fin de la saison 6 – une saison moins bonne que les précédentes et qui aurait pu être raccourcie de quelques épisodes, un état d’excitation sans raison

Mardi: et donc un mauvais sommeil, changements de plans pour la soirée, cette impression en sortant du bureau qu’on est au milieu de la nuit, rendez-vous dans un café trop bruyant avec le Hit Connection 1984 en bande-son, un menu à l’Izakaya: entrées, salades, sashimis, yakitoris et glace au matcha – le tout délicieux, une longue conversation sur le Japon, le retour en tram et métro

Mercredi: et donc des problèmes à m’endormir après ce bon repas et une nuit agitée, en apprendre encore plus sur la mauvaise foi d’un collègue, partir un peu plus tôt et décider de faire un bout du chemin à pied, profiter de l’ambiance du soleil couchant, trier quelques photos – encore, un curry thaï-indien-chinois avec ce qui traîne dans le frigo, Masterchef The Profesionals

Jeudi: une ambiance irréelle avec des transports vides et quasi personne au bureau, ce sentiment de solitude – sauf qu’en y réfléchissant bien je l’ai un peu cherché, qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour trouver du réconfort ? peut-être justement ne pas en parler et penser à autre chose ? et en effet ça fonctionne !, un bon cocktail, des coquilles st-jaques et des scampis, The Good Wife saison 7 et la finale de Masterchef The Professionnals avec mon favori qui gagne

Vendredi: l’idée c’est d’avancer dans le tri des photos pour terminer au plus vite, couture: le corsage devant n’a pas la même longueur que celui du dos et je n’arrive pas à trouver mon erreur – de toutes façons, il est trop court donc il faut modifier, lecture, Doctor Who – l’épisode de Noël avec le retour de River Song, un délicieux repas, Call the Midwife – l’épisode de Noël qui évidemment fait pleurer, The Good Wife

Samedi: m’extraire du lit avant que je ne me rendorme, lessive, courses pour moi et mon papa, passer un moment chez lui, c’est frustrant parfois: un pas en avant – deux en arrière, je m’explique: il y a deux mois il envisageait de déménager dans un lieu plus approprié – aujourd’hui il ne veut plus en entendre parler même quand je lui parle des longues listes d’attente, lecture, un cocktail aux litchis, steak grillé sauce ponzu – un nouveau classique, Downton Abbey – la fin – c’était devenu un plaisir presque coupable, The Good Wife

Dimanche: du ménage bien nécessaire dans la salle de bain, fin du tri des photos – reste à les intégrer dans les billets correspondants, de nouvelles photos en prévision de billets sur The Lady From Canton, découpage et couture, décalquage d’un patron ancien dans le but de le mettre à ma taille – il faudra sans doute ajouter 10cm de longueur en haut du buste !, lecture, un autre cocktail au litchis, du gibier en repas, Jessica Jones, The Good Wife, et une semaine de congé dès demain !

This week (31)

Lundi, j’étais encore à Bangkok, je raconterai ça plus tard. Mardi matin tôt, j’ai débarqué de l’avion, il faisait froid. Le retour à la réalité était quelque peu compliqué, et ce fut accentué par les courses dans un supermarché bondé. Contrairement à la majorité des clients préparant les fêtes, je devais juste veiller à remplir mon frigo vide, je n’ai même pas pu attendre une heure de moindre affluence – il ne restait vraiment plus rien. J’en ai profité pour acheter plein de bonnes choses cependant. Mes derniers jours à Bangkok étaient solitaires, cette semaine à la maison l’a tout autant été. J’ai vu diane une demi-heure pour lui remettre quelques objets traînant encore chez moi, je suis sortie vendredi faire quelques courses: du vin, du thé, du parfum. J’ai tenté de passer Noël sans considérer ces journées comme des fêtes, cela a assez bien fonctionné, si ce n’est les remarques de mon papa qui a insisté sur la difficulté de la solitude. Il ne le fait pas exprès mais cela me fait toujours du mal. Et aussi ce regret que c’est la première année où je n’ai pas reçu de cadeau. En famille, c’était toujours une avalanche, et même plus tard, il y a toujours eu quelques échanges. La neige et les routes verglacées ont annulé un dîner de famille. Je ne me suis pas sentie mal pour autant: j’ai beaucoup écrit, mon récit de voyage essentiellement, j’ai lu emmitouflée dans une couverture, j’ai cousu un petit peu, j’ai vu les épisodes de Noël de Doctor Who et Call the Midwife, Top Gear in Burma et Gone Girl (j’ai préféré le livre). Je me suis levée très tôt à cause du décalage horaire et je me suis régulièrement endormie devant la tv. J’aurais sans doute aimé voir quelques amis mais je ne les ai pas contactés, sachant que beaucoup sont très occupés à cette période. Et j’ai profité de ces moments au chaud pour m’occuper de moi, repenser à l’année écoulée et surtout faire des plans pour que l’année qui vient soit bien meilleure !

Stratégies pour les prochains jours

Pour oublier que je passe cette période de l’année toute seule, voici quelques stratégies que j’ai imaginées:

  • vivre ces jours le plus normalement possible
  • mais bien manger quand même en cuisinant de bons petits plats
  • écrire mon récit de voyage
  • mais aussi les critiques des livres que j’ai lus
  • lire le roman pour les matchs de la rentrée littéraire de Price Minister (oui, c’est possible en 8 jours !)
  • continuer à lire l’histoire de l’Asie du Sud-Est
  • me commander quelques cadeaux que je souhaite depuis longtemps (je ne recevrai rien cette année, sauf l’habituel bon Fnac de mon papa)
  • trouver des solutions pour créer une galerie photos (j’aurai sans doute plein de questions)
  • tenter de gribouiller quelques dessins avec mon nouveau livre
  • faire des lessives, donc y compris des tissus que j’ai achetés
  • reprendre la couture et réfléchir à de nouveaux projets
  • essayer de trouver un lampadaire pour la lecture (une fois que les magasins seront un peu vidés)
  • commencer de nouvelles séries tv
  • réfléchir à la couleur et l’aménagement du grenier
  • et peut-être transformer une pièce en boudoir chinois
  • et sortir de chez moi une fois que je me serai réhabituée aux températures hivernales !

This week (V)

Et si je sautais une semaine ? voilà ce que je me suis dit avant d’écrire ce billet. Mais… je voulais quand même partager une révélation que j’ai eue. Rien de très important mais pour moi, oui: j’attends avec impatience Noël. Pourquoi ? Parce que les jours commencent à rallonger à partir de ce moment-là et que j’ai besoin de lumière, ou du moins d’avoir un espoir de lumière. Bref, j’en reviens à la signification première de cette fête. Du coup j’ai ressorti les loupiotes en forme d’étoiles que j’avais achetées il y a 3-4 ans et je les ai installées à la fenêtre.

A part ça, rien de particulier: je n’ai pris aucune décision concernant un futur smartphone, et encore moins concernant une surjeteuse. Je comptais aller voir en magasin jeudi mais la tempête m’a poussée à rentrer à la maison (et j’ai bien fait quand j’ai entendu la pluie qui est tombée).

Et vous, comment était votre semaine ?

 

 

Cambodia in december

La vie est parfois bizarre, pleine de tournants imprévus. Je ne m’avouais pas encore tout à fait vaincue mais je pensais que je ne partirais pas en vacances cette année, bien contre mon gré. Et puis à Thessalonique, j’ai revu Katrien et au cours d’un repas, l’idée est née de partir ensemble. Avant de rentrer en Belgique, nous en avons reparlé mais je n’y croyais pas vraiment. Je n’avais pas envie de partir sans mon amoureux et j’avais un peu peur de partir avec quelqu’un que je ne connais que très peu. Quand je suis rentrée, j’en ai parlé à diane qui m’a de suite poussée à saisir l’occasion, en me disant d’en profiter. J’ai encore réfléchi, sentant l’envie monter, monter… à tel point que même quand la décision n’était pas encore prise, je savais déjà que je partirais. Mais comme j’ai l’habitude de me mettre des obstacles à tout, il m’a fallu encore un peu de temps pour les détruire tous. Katrien et moi avons été manger ensemble pour nous mettre d’accord sur ce que nous voulions, et cela correspond en grande partie. La dernière embûche était la crainte de décevoir mon père parce que je ne serais pas rentrée pour fêter Noël (enfin, techniquement, oui, mais en plein décalage horaire). Son enthousiasme inattendu a fini par me convaincre. J’ai acheté deux tickets d’avion pour Phnom Penh ce matin.