L’été de la sorcière

Nashiki Kaho, L’été de la sorcière: la jeune Mai a des problèmes à l’école et ses parents l’envoient passer quelques mois chez sa grand-mère, une anglaise vivant dans la campagne japonaise. Celle-ci, un peu sorcière, comprend que la fillette se sent mal et tente de la guérir en lui faisant observer la nature, en lui expliquant les pouvoirs des plantes, en lui parlant de la voix intérieure et en lui apprenant comment l’écouter.

C’est un joli – et court – roman japonais qui se rapproche d’autres récits du même genre; je pense notamment à La péninsule aux 24 saisons. Il y a de la magie, de la beauté, de l’apprentissage, mais aussi des sujets plus difficiles comme la tristesse et le deuil. Un roman qui se lit vite mais qui au final ne me laissera pas un souvenir indélébile, un roman qui a permis de faire une agréable pause dans un désert de lectures marqué par plusieurs tentatives avortées.