The « Regula » Dress

TheRegulaDress5

J’adore les robe que porte Regula Ysewijn, cuisinière et autrice de livres de pâtisserie. J’ai tout particulièrement flashé sur une robe avec des cygnes qu’elle a porté pour l’émission Bake Off Vlaanderen. Je savais que j’avais déjà vu ce tissu en vente et je me doutais qu’il s’agissait une création de Michael Miller. Et puis en cherchant sur les sites de tissu, j’ai découvert cet autre tissu avec des cygnes, avec un « border print » (Swan Lake) et je me suis dit que c’était celui-là que je voulais. Sauf qu’il était épuisé dans beaucoup de magasins en ligne. J’ai fouillé le net et je l’ai finalement trouvé. Il me semblait que c’était sur un webshop hollandais mais je ne me souviens plus vraiment, où était-ce chez Kawaii Fabric à Hong Kong (où il est toujours disponible) ? Une fois acheté, je l’ai rangé dans le tiroir à tissu et je l’y ai laissé un certain temps.

TheRegulaDress4

En janvier, je me suis finalement décidée à le coudre, hésitant un moment sur le modèle puis choisissant la robe B6380, un patron de Gretchen Hirsch pour Butterick déjà cousu plusieurs fois. J’ai mis beaucoup de temps pour placer les différentes pièces du patron sur le tissu, cherchant la meilleure place possible tout en sachant que mon métrage (3m) était limité. J’y suis finalement arrivée mais c’était un sacré puzzle. Une fois cette étape passée, la couture s’est déroulée sans encombres. Mais au moment de l’essayage, grosse panique: le haut était fort serré ! Je n’avais pas pris en compte le fait que je cousais le tissu dans l’autre sens: il y a en effet une certaine élasticité mais uniquement si on découpe le tissu dans le sens vertical, pas horizontal comme avec un border print. J’ai décousu la tirette, réduisant la valeur couture, et ça a suffi, heureusement.

(photos prises fin mars)

TheRegulaDress3
TheRegulaDress2
TheRegulaDress1

The scarlet poinsettia dress

Après mon retour de vacances, je voulais une nouvelle robe très rapidement. Et comme Noël approche, je souhaitais utiliser le tissu « scarlet poinsettia » de Michael Miller, acheté chez Tomato à Tokyo. J’ai donc repris mon modèle habituel fortement modifié de chez Burda (modèle 121 de novembre 2012), avec une encolure ronde et la « side pleated skirt » de l’Ultimate Dress Book de Gertie. J’ai également allongé le corsage d’1,5 cm parce qu’il ne descendait pas jusqu’à ma taille dans les précédentes versions. 

Trois weekends plus tard, ma robe était prête.

TheScarletPoinsettiaDress01

TheScarletPoinsettiaDress04 TheScarletPoinsettiaDress03 TheScarletPoinsettiaDress02

The Birds in a cage dress

J’ai tellement aimé coudre la robe Hazel que j’en ai cousu une deuxième tout de suite (enfin presque, j’ai cousu une jupe entre les deux mais je la montrerai dans un article suivant). Je n’ai rien changé par rapport à la précédente (que je n’avais pas encore porté une journée entière) et donc elle a les mêmes petits défauts. Et même si j’ai tenté de raccorder le motif dans la jupe, je n’y suis pas arrivée parce que le tissu est imprimé un peu de travers. Mais peu importe ! J’ai juste diminué la longueur de la fermeture éclair de 60cm à 40cm. Le tissu est « Jackdaws » de Michael Miller dont j’ai acheté la fin du rouleau chez Joyce à la Chasse. Il reste encore dans le magasin le même tissu mais en blanc sur fond noir. Ce tissu est un vrai coup de cœur et fait vraiment beaucoup au look de la robe. Ceci confirme que je dois continuer à chercher des tissus qui me plaisent vraiment même s’ils coûtent plus cher !

The Birds in a cage dress

The Birds in a cage dress

The Birds in a cage dress

The Birds in a cage dress

The park landscape dress or when I disappear in the garden

Quand j’ai vu les robes qu’avaient cousu Roisin et Anneke dans ce très joli tissu « Park Landscape » de Michael Miller, j’en ai voulu une aussi. Et quand j’ai vu que De Stoffenkamer avait le tissu en stock (il n’y en a plus pour le moment, mais peut-être que ça rentrera encore), j’ai profité de ma visite à Gand début janvier pour en acheter trois mètres. Mais comme je ne voulais pas gaspiller le tissu, j’ai mis un certain temps à l’utiliser. J’ai en effet d’abord cousu deux toiles (portables) que je vous avais présentées dans un article précédent.

J’ai opté pour le dos en V et pour une jupe froncée (mes essais de plis ne rendaient pas bien et j’ai abandonné après plusieurs heures de réflexion). Les manches sont un peu plus courtes encore, pour qu’elle soit plus appropriée pour l’été (bien que la robe se porte très bien avec des bas également – la parfaite robe de mi-saison donc). Je ne me suis pas fait avoir cette fois-ci pour l’insertion des manches: j’ai recoupé un tout petit peu l’arrondi puis faufilé le tout avant de les coudre à la machine sans aucun pli ou souci. Comme souvent, il y a un très léger décalage au niveau de la fermeture éclair au dos mais ça ne se voit pas. Par rapport à la toile marine, j’ai réduit un peu la largeur du dos (en augmentant juste la valeur couture vers le haut de la fermeture éclair) et il suffisait d’un tissu moins rigide pour que la robe tombe mieux, ce dont je me doutais déjà. Et le motif imprimé cache mieux les plis qui se promènent encore au niveau du buste.

Je l’avais essayée sans ceinture mais il manquait quelque chose. La petite ceinture noire récupérée sur un autre vêtement met un peu plus l’accent sur la taille, ce qui n’est pas plus mal. Pour faire les photos, j’ai comme d’habitude été dans le jardin mais ce n’est qu’en les regardant que je me suis rendue compte que c’était la saison idéale: je me fonds dans le décor et les fleurs mauves des alliums et du rhododendron rappellent celles de la robe. Voici une série de photos, avec une dernière qui a un côté un peu psychédélique ! (et mon dieu, qu’est-ce qu’il faisait froid !)