Short diary of the week (264)

Lundi: une très mauvaise nuit – mes intestins ne coopèrent vraiment pas, rester au lit pour me remettre, ah zut c’est le jour des travaux annoncés sur l’internet, mais là heureusement ça fonctionne, annuler le rendez-vous à la banque, ah en fait les travaux sont reportés à demain, traîner beaucoup, coudre un peu, aucune concentration pour de la lecture, préparer du riz, Anthony Bourdain Parts Unknown en Asturies

Mardi: bien dormi mais pas assez – juste crevée en fait, de la chance avec les transports malgré la grève partielle, tenter de rattraper le boulot, un appel en absence de l’agent immobilier, et voilà que je me mets à paniquer, et donc il y a une panne sur le site pour lequel je travaille et on ne me dit rien, joindre l’agent immobilier qui voulait juste me donner une bonne nouvelle, la pression redescend un peu, du copier-coller tout l’après-midi en m’octroyant de courtes pauses parce que c’est particulièrement répétitif et lassant, le retour est laborieux et long dans des véhicules bondés, Better Call Saul

Mercredi: je dormais profondément quand le réveil a sonné, la course contre la montre commence, le pire c’est que c’est moi qui me l’impose mais je veux à tout prix terminer ce projet pour demain, ce manque d’honnêteté qui me fait bouillir, du copier-coller qui n’avance pas et qui me rend encore plus nerveuse, un fou rire: non le mail du directeur n’est pas un spam (il en avait tout l’air), j’ai fini l’encodage !, de la cuisine basique mais efficace, une discussion messenger qui se prolonge et puis de la lecture

Jeudi: le mail professionnel est interrompu, la fin de projet en cours, enfin des journées un peu moins stressantes, mettre à jour ma liseuse et y ajouter de nouveaux livres, un peu vexée par une réponse un peu trop directe, I’m dying up here, terminer mon roman

Vendredi: certains matins le choix des vêtements est compliqué, les trucs du vendredi – plein de trucs en retard en fait, réussir à tout terminer, rentrer chez moi en attendant de partir, et puis changer les plans et voir Sylvain plus tôt que prévu pour faire des courses indiennes, un verre au Chazal puis un repas belge au ‘t Potverdommeke en bonne compagnie

Samedi: une mauvaise nuit, traîner au lit encore un moment, je regrette déjà de ne pas pouvoir profiter du beau temps toute la journée, aller chez mon papa mais ne pas rester longtemps – après qu’il ait dit trois fois que je pouvais y aller, des courses en vitesse où j’oublie plein de choses, un mal de tête qui monte, me mettre au lit, déjà devoir partir, tout ce monde !, passer la soirée avec ma cousine et ses amis

Dimanche: une très mauvaise nuit (bis), j’en ai marre de ne pas réussir à récupérer les weekend, et ça joue sur mon humeur évidemment, le ciel tout gris aussi d’ailleurs, et puis le soleil revient et j’en profite pour aller au jardin pour planter quelques bulbes et enlever une plante qui prolifère et que je n’aime pas trop, et ça me fait du bien et je me sens de bien meilleure humeur, de la cuisine indienne: pas mal mais quelque chose a sans doute trop cuit – ce qui donne un peu d’amertume, No Reservations à Porto Rico, me mettre au lit fort tôt

Advertisements

Short diary of the week (257)

Lundi: une mauvaise nuit avec de la fièvre, des maux de ventre de plus en plus violents, au moins ça a l’air simple pour l’assurance de la voiture, un massage tout à fait imprévu – c’est ça aussi l’amitié – merci !, une accalmie, des maux de ventre qui recommencent de plus belle puis s’atténuent enfin avec du buscopan

Mardi: aucune énergie, un rendez-vous chez le médecin en fin de journée parce que j’ai besoin d’un certificat médical pour mon deuxième jour d’absence, faire quelques courses parce qu’il faut bien remplir le frigo, ne pas faire grand chose, des avancées dans le dossier mais rien de très concluant, un premier repas complet, Better Call Saul, A Cook’s Tour (barbecue puis l’Australie), pleine d’énergie au moment d’aller dormir

Mercredi: un sommeil pas très récupérateur, fatiguée dès le matin, mais incapable de faire une sieste, terminer ce fantastique livre et regretter de l’avoir terminé, du découpage de tissu, rassembler toutes les dias de mon papa et vider trois caisses par la même occasion, faire une liste de tous ses voyages mais ne pas retrouver d’informations avant 1971, un repas léger, Harlots, I’m dying up here, mon cerveau ne veut pas se taire

Jeudi: congé !, encore si fatiguée, la crainte des mails qui risquent d’arriver, de rapides courses avec le plaisir de revoir le conseiller en vins que j’avais systématiquement raté depuis deux mois, de la couture – mmmh c’est un peu compliqué et pas très logique, lire au jardin, un joli cocktail au concombre, Harlots, I’m dying up here – en fait non l’épisode 5 n’est pas le 5, A Cook’s Tour à Melbourne

Vendredi: réveillée par l’orage, écrire un billet de blog, un court moment de couture, retrouver Gasparde chez Cook’n’Book pour le lunch, ne plus faire grand chose du reste de l’après-midi, un coup de fil de mon père qui me demande pourquoi je ne suis pas venue – il pensait qu’on était déjà samedi, Harlots, commencer Sharp Objects et retrouver ce style si particulier de Jean-Marc Vallée

Samedi: des maux de ventre pendant la nuit, faire une liste mentale des choses à faire ce matin, un peu de couture, ranger les thés, aller chez mon papa, à nouveau un peu de couture, de la lecture, partir et me dire que suis bien à temps, sauf que la route est barrée, et presque toutes les routes sont barrées, après une demi-heure à tourner en rond je suis près du désespoir, j’arrive finalement quasi une heure plus tard, un barbecue et une agréable soirée entre amis, le retour se fait sans encombres heureusement

Dimanche: traîner dans le canapé (mais je suis à jour dans mes brouillons de billets lecture), de la couture – où je décide que les instructions sont vraiment trop compliquées: pourquoi faufiler la partie un puis faufiler la partie 2 alors qu’on peut tout coudre en un coup définitivement ?, oh le soleil est là, changer mes plans et abandonner la couture pour aller lire au jardin, Sharp Objects, Harlots

Short diary of the week (256)

Lundi: une mauvaise nuit – la semaine risque d’être angoissante et mon cerveau le savait, et en effet voilà le premier mail a priori positif – sauf que mon cerveau ne le voit pas comme ça et je me mets à angoisser, me rendre compte que la date limite pour la vente est le 15 août (donc le 14) – au pire, il ne me reste que 9 jours à angoisser, du tri de disques, pas de réponses, rentrer chez moi où il fait frais, préparer un cocktail du LIB, sortir une fois que les températures ont baissé

Mardi: une mauvaise nuit – bis, appeler l’étude du notaire et apprendre que le document tant attendu a été envoyé là – toutes ces angoisses (enfin une partie) pour rien, parfois il faut changer de pays: le Kazakhstan donc, puis de la musique de film, rentrer chez moi et préparer à manger, et puis le rebondissement: l’acquéreur a engagé un autre avocat et il est presque sûr que l’acte ne sera pas signé pour le 15 août, ou comment se décomposer en quelques minutes, et comment perdre une soirée à ruminer, tenter de me calmer finalement devant deux (mauvais) épisodes de A Cook’s Tour

Mercredi: réveillée à minuit par l’orage, à nouveau réveillée plus tard par un second orage, réveillée à 5h30 à cause de mes nerfs, me lever vers 6h30 – au moins je serai tôt au boulot, quelle affaire pour créer ce pdf, le boulot comme d’habitude, le dossier suit son cours mais le délai de la vente va devoir être reporté – mon dépit est grand, mon père m’appelle pour me dire que quelque chose ne fonctionne plus mais il ne sait plus quoi, et il ne le sait toujours pas au troisième appel, je ne pourrai donc pas lui parler des suites de l’affaire, le temps des soirées passées au jardin a probablement pris fin – quelques sursauts sont encore possibles – revenons donc aux séries tv: The 100 puis le début de la nouvelle saison de Better Call Saul

Jeudi: une bonne nuit, attendre encore et encore, ma patience est vraiment mise à rude épreuve, bim bam bum ou babalu ?, et puis voici revenir cette inquiétude que tout tourne mal, envie de comfort food mais pas grand chose qui corresponde dans mon frigo, The 100, Harlots – début de la deuxième saison

Vendredi: une bonne nuit mais au bord de la crise de nerfs, les trucs du vendredi, de l’encodage, un peu de Cuba, enfin le week-end, The 100 – fin de la cinquième saison, commencer à m’inquiéter pour ma voiture qui n’est pas encore de retour après une sortie au garage et au contrôle technique, et bam – une voiture est rentrée dedans tandis que l’aide de mon papa la conduisait et le coffre ne ferme plus très bien, j’ai craqué – je n’en peux plus – je vais à nouveau devoir gérer et régler des trucs en plus

Samedi: une très mauvaise nuit, une matinée paresseuse, heureusement la voiture roule encore et ce ne sont que des dégâts de tôle froissée – mais quand même, des courses, du rangement, une agréable soirée entre amis

Dimanche: une journée passée au lit après une sérieuse crise de vomissements, aucune énergie

This was 2017

2017 a été dans la même ligne que 2016 mais certaines choses ont évolué. Notamment au niveau du travail: j’ai eu un gros accrochage avec mon chef à la fin de l’hiver mais quelque part, cela a permis de remettre certaines choses à leur place. J’ai trouvé de nouvelles marques et un soutien inattendu venant d’un autre côté, participant à de nouveaux projets (l’été était intense et bien rempli) et continuant les anciens. Je regrette cependant très fort de ne plus pouvoir aller au Womex (World Music Expo) – les raisons évoquées n’étant pas liées à la qualité de mon travail mais à ma personnalité (telle qu’elle est vue et non telle qu’elle est).

Comme je ne partais pas au Womex, j’ai organisé mon propre citytrip au mois de juillet. Après de longues hésitations, j’ai opté pour Hambourg et j’y ai passé quatre jours très intéressants, me promenant entre le port, les musées et les anciens entrepôts de la ville, et j’ai pris plaisir à boire des cocktails toute seule, notamment au célèbre Le Lion – bar de Paris. Quand je suis rentrée, les choses se sont précipitées et je suis partie fin août à Kassel pour la Documenta. J’ai adoré ces trois jours de découverte de l’art contemporain et de promenades dans la ville. Pendant l’été aussi, j’ai réservé mon voyage au Rajasthan au mois d’octobre / novembre. Ces trois semaines m’ont permis de faire une coupure dans le quotidien et j’ai découvert une région d’une richesse culturelle incroyable mais l’Inde reste un pays difficile à vivre (bruit, pollution, espace personnel…).

Cette année a aussi été marquée par les problèmes de santé de mon papa. En mars, il a enfin fait analyser une petite bosse sur son crâne. Cela s’est révélé être un mélanome. Une première opération n’a pas suffi, une seconde a demandé une hospitalisation de plusieurs jours en août. Son moral a été au plus bas pendant l’été et il m’a dit qu’il trouvait que 80 ans était un bon âge pour mourir. Début octobre, le médecin a déclaré le mélanome guéri, ce qui a été tout un soulagement – je partais en voyage quelques jours plus tard. Début novembre, il a fêté ses 80 ans; début décembre, je commençais les démarches pour trouver une maison de repos. Juste avant Noël, tout s’est précipité et il y est entré le 20, du jour au lendemain. La transition n’est pas simple mais elle se passe plutôt bien, et les angoisses qui m’habitaient depuis sa chute deux ans plus tôt se sont envolées. Je sais qu’il est entouré et soigné.

J’ai eu besoin de beaucoup de temps pour moi, plus encore que l’année précédente mais j’ai apprécié les sorties entre amis, à boire des cocktails et à découvrir de nouveaux restaurants. J’aime avoir différents groupes d’amis pour des activités très diversifiées. J’ai renoué des contacts plus intimes avec certaines personnes et cela m’a fait beaucoup de bien; d’autres personnes ont trouvé les mots justes et ont permis d’agrandir ma confiance en moi (j’en avais bien besoin, surtout après les soucis au travail). Dans un cadre plus large, le mouvement #metoo m’a fort interpellé et a contribué à cette confiance en moi et dans les autres femmes. Et même s’il reste beaucoup à faire, la suprématie masculine a été un peu égratignée. Par contre au niveau amoureux, je suis restée au point mort (un espoir a été vite démenti).

J’ai continué mes visites chez Coyote. Cette année, il m’a apporté deux choses importantes: il m’a invitée à “ne pas réagir”, une petite phrase que j’ai noté en grand et qui me pousse à ne pas réagir au quart de tour dans les situations qui m’énervent. Ce n’est pas toujours aisé mais me souvenir de la phrase m’aide. La seconde chose est une invitation à la méditation. Je n’ai commencé qu’à l’automne, et ce n’est pas encore intégré dans mon rythme quotidien, mais j’ai appris que si mon esprit ne veut plus se taire, c’est une bonne solution pour me calmer. Dans le même ordre d’idées, j’ai compris en grande partie ce qui influençait mon (mauvais) sommeil (et ce n’est que rarement le vin); j’ai eu de nombreuses périodes d’insomnies mais j’ai l’impression que cela s’améliore.

L’année 2017 a été difficile par moments, tout particulièrement à cause des soucis de santé de mon papa, mais elle m’a apporté de belles choses. Je me sens plus sûre de moi et ma vie me semble plus harmonieuse. Les deux dernières semaines de l’année ont été mouvementées, mais d’une certaine manière, cela m’a sorti de mon quotidien bien organisé. Je suis prête pour l’année 2018 qui s’annonce pleine de changements.

Short diary of the week (217)

Lundi: un sommeil agité, et c’est parti pour une semaine de trois jours et pour une fois je n’ai pas plein de deadlines avant les vacances, commencer malgré tout un nouveau (petit) pays, me faire couper les cheveux – on ne va pas dire que ça a été très bien fait mais ça passera pour cette fois – la prochaine fois je retourne chez Boomba, The Last Post, Feud

Mardi: choisir de nouveaux pays avec mon collègue, des courbatures et un début de mal de tête, le vernissage de l’exposition Europalia Power and other things – ou l’art contemporain indonésien en dialogue avec l’histoire récente du pays – pas mal mais un peu court, continuer la soirée au Bozar Café Victor puis à la Pharmacie Anglaise avec Gentiana Lutea très frais et un peu amer tout en discutant, rentrer finalement vers 22h45 alors que ce n’était pas vraiment prévu

Mercredi: un dernier jour de boulot mais pas de deadlines pressantes – juste une envie de terminer un pays, ne pas le terminer mais presque, ranger mon bureau et jeter les piles de cartons amassés, des maux de tête, Anthony Bourdain Parts Unknown à Lagos, le début de Feud mais m’endormir devant

Jeudi: rester éveillée une partie de la nuit pour cause de problèmes digestifs, pas très en forme ce matin, un peu de fièvre même, le stress du départ sans doute, m’occuper de moi, une dernière visite à mon papa qui pour la première fois depuis longtemps me dit qu’il se sent bien, courir dans tous les sens pour faire ma valise, rentrer quelques plantes et prendre le risque d’un gel possible mais très incertain pour les autres, terminer ce short diary ici – je recommencerai dans quelques semaines – il y aura cependant un peu d’animation: j’ai programmé quelques critiques de livres pendant mon absence

Heureusement les Kleenex étaient en promotion

— ne continuez pas si vous n’êtes pas un minimum prêts à lire des choses difficiles et tristes —

Je ne vais pas trop bien. Et une fois de plus, je n’ai aucune maîtrise sur mon mal être. Depuis une quinzaine d’années, j’ai vécu la maladie et le décès de ma mère, les problèmes de mon ex et maintenant ceux de mon père s’amplifient de plus en plus. Il ne s’est jamais remis du décès de ma maman et n’a jamais vraiment retrouvé la joie de vivre. Mais depuis sa chute de l’hiver 2016, son monde se réduit de plus en plus. Il ne bouge presque plus et souffre constamment du dos.

Cet hiver je me suis inquiétée pour une bosse qu’il avait sur le crâne. Il a finalement prix un rendez-vous chez le médecin au mois de mai et les analyses ont révélé qu’il s’agit d’un mélanome. Apparemment, le cancer est limité à cet endroit sur le crâne mais je n’ai jamais réussi à savoir concrètement ce qu’avaient révélés les scanners et autres analyses parce que quand je demande des explications, mon père dit qu’il ne sait pas (il devient de plus en plus confus). Mi-juillet, il a été opéré sous anesthésie totale et on lui a enlevé le mélanome. Depuis, j’ai l’impression que sa santé et sa mémoire ont encore diminué. Il m’a dit franchement qu’il ne voulait plus vivre très longtemps, atteindre ses 80 ans en novembre, oui, sans doute, mais pas beaucoup plus. Même s’il n’a aucune prise sur ce genre de choses, le mental joue probablement un rôle. Quand je l’ai vu fin juillet, il était difficile et centré sur lui-même. J’ai été fortement blessée quand il s’est moqué de ma piqûre de moustique qui m’a empêchée de poser le pied à terre pendant 24 heures. Il s’est excusé quand je suis ai dit mais le mal était fait.

Cette semaine, je lui ai proposé de l’accompagner chez le médecin pour avoir les résultats de l’opération (son aide est en vacances). Je me suis donc organisée pour prendre congé vendredi matin. Jeudi après-midi, il m’appelle au travail, me disant qu’il s’est trompé de date et que le rendez-vous était ce matin-là. Et le médecin l’a appelé avec de mauvaises nouvelles: le mélanome n’a pas été entièrement retiré et il faut réopérer et probablement pratiquer une greffe de peau. Ce sera sans doute programmé fin août ou début septembre, moment où est déjà programmé une opération pour une hernie (une intervention déjà reportée depuis mars). Hier soir, il m’a appelé, me prévenant que le médecin est venu pour enlever les fils mais qu’il a un nouveau souci. Il a un zona dans le dos. Et un zona, me dit wikipedia, est souvent causé par une diminution d’immunité ou un cancer, ce que je ne lui dirai évidement pas.

Je ne sais pas comment l’aider. Je ne sais pas comment répondre à chaque coup de fil où la première chose qu’il me dit est qu’il ne va pas bien (lui était plutôt du genre à me dire “reprends-toi” et “tu ne peux pas ME faire ça” quand je n’allais pas bien). Il est si tourné sur lui-même et ses problèmes qu’il n’accepte plus aucun conseil. Apparemment, le fait que sa compagne pleure devant lui de ses soucis a été bien mieux reçu que mes essais de positiver. Mais je suis incapable de pleurer devant lui, nous n’avons jamais réussi à exprimer nos sentiments.

— insert —

J’ai été chez lui ce midi. Face à son cynisme, j’ai craqué et j’ai pleuré. Je lui ai dit que pour moi aussi c’était difficile à vivre. Même si ça a provoqué un blanc dans la conversation – sa compagne était là aussi – ça a permis de mettre les choses à plat et son ton était beaucoup plus positif et conciliant par la suite. Nous avons même discuté de choses et autres à trois.

— fin de l’insert —

Or je suis bel et bien triste et inquiète. Et frustrée, je n’ai pas envie de revivre tous ces états une fois de plus, même pas trois ans après les précédents. Ma vie est à nouveau en partie mise entre parenthèses suite aux problèmes de quelqu’un d’autre. Je me demande même si je pourrai faire ce grand voyage que j’ai réservé et cela rajoute à mes inquiétudes. Est-ce que c’était une bonne idée ? Au moment où j’ai réservé, je pense qu’il n’y avait pas trop de soucis mais tout change si vite – même s’il m’a encore confirmé ce midi que je pouvais partir. (Ceci était donc la partie égoïste.)

Il n’y a pas vraiment de solutions à toute cette situation, à part laisser passer le temps et espérer qu’il ne m’annonce pas de nouveaux soucis. Mais c’est difficile et souvent pesant même si je sais que je m’en sortirai. Heureusement, suite à une promotion sur les Kleenex récemment, j’ai acheté six boîtes. J’ai de quoi voir venir. Il faudra par contre que je rachète des gouttes décongestionnantes pour les yeux.

Short diary of the week (182)

Lundi: m’endormir, me réveiller frissonnante, 38° de fièvre, me rendormir, me réveiller, me rendormir, me réveiller, pas en état d’aller travailler, attendre chez le médecin, une rhino-pharyngite – déjà la deuxième cette année, où est passée ma résistance aux microbes ?, des frissons et des courbatures, lire et dormir dans le canapé, pas beaucoup d’appétit, Call the Midwife

Mardi: encore plus de fièvre, pas envie de grand chose, regarder Versailles: le propre et le sale (merci Gasparde !), me forcer à aller faire des courses, à chaque fois que je m’endors je me réveille pour tousser, la température a enfin baissé un peu, lire dans le canapé, Black Sails, commencer un nouveau roman

Mercredi: pas de fièvre cette nuit mais bien au petit matin, cette fatigue malgré de longues nuits…, sortir au jardin et profiter du soleil, lire un peu, me sentir mal: la fièvre est remontée en flèche, pas d’appétit, Taboo

Jeudi: une nuit agitée avec de nombreux réveils à cause du nez complètement bouché, baisser les armes et me lever alors que je suis encore fatiguée, avoir envie de sucré, ne pas faire grand chose, déprimer un peu parce que je suis toujours aussi malade après cinq jours, Taboo

Vendredi: je veux que ça aille mieux !, ce n’est pas vraiment ça et ça devient lassant, une longue sieste, de la lecture, Taboo

Samedi: disons que ça va un peu mieux, terminer d’écrire les billets sur le voyage au Sri Lanka – reste les photos à trier et ajouter, de la couture mais abandonner parce que cela demande trop d’efforts, de la lecture, un premier repas convenable depuis une semaine, Winchester ’73 (Anthony Mann, 1950) – un bon western qui tient en haleine

Dimanche: pas encore assez d’énergie pour aller à la zumba, de la couture, de la lecture, le plaisir de choisir un nouveau roman après avoir terminé le précédent, The 100, The Halcyon