Short diary of the week (99)

Lundi: 99 !, prendre mon temps ce matin et traîner dans le canapé pour lire mes blogs (de couture) préférés, planter quelques fleurs, créer enfin ce nouveau blog !, plus envie de préparer un cocktail et donc du Lillet nature c’est bien aussi, Wayward Pines – un premier épisode aux belles ambiances avec Matt Dillon mais qui ne m’enchante pas immédiatement, The Good Wife, sentir que je ne vais pas bien dormir

Mardi: et en effet ma nuit n’a pas été excellente, un drink de départ à midi terminé abruptement par le DG, préparer la réunion du lendemain et puis abandonner, nous disions donc Croatie ?, un nouveau parfum, aller chez Exqui pour manger un bout et retrouver par hasard le gang des couturières-tricoteuses, passer un excellent moment avec Mimolette, Sakiko et Tassadit, soirée dégustation de rhums chez Mig’s avec un groupe bien plus grand que la semaine passée – quasi que des hommes d’ailleurs, Haribo banane, rentrer tard

Mercredi: je veux encore dormir !, réunion communication, nous disions donc Croatie ?, j’arrose toujours le jardin quand je sais qu’il y aura de la pluie le lendemain !, une nouvelle bannière avec Canva – c’est déjà mieux que sans rien mais je n’en suis pas satisfaite, qui m’apprend photoshop ?, préparer deux repas: celui du soir et celui du lendemain midi, tenter de nettoyer le disque dur en regardant les séries qui y traînent depuis longtemps, et bien c’est raté pour Puberty Blues – ça commence très bien !

Jeudi: ces grilles en métal vont-elles rentrer dans ma voiture ? qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour faire pousser au mieux les tomates !, contente d’avoir mon repas de midi avec moi vu la pluie, finalement il ne pleut pas à midi, The Good Wife

Vendredi: tous ces machins à terminer ça prend la journée, dieu que je déteste organiser des choses qui ne me concernent pas plus que ça, réservations pour mon voyage à Budapest en octobre – 7 jours dont 3 juste pour moi, me demander où est Diba et elle aussi à un autre endroit, heureusement nous nous sommes retrouvées, daiquiri fraise et cosmopolitan, échange de colis swap – je suis comblée et j’espère que mon colis a plu aussi, resto thaï – mais où sont les légumes ?, toute cette pluie aura le mérite d’arroser le jardin, attaquée sur le menton par un des moustiques voraces du métro De Brouckère

Samedi: quand je vais au Delhaize c’est toujours un plaisir de retrouver mes amis du rayon vins – je crois qu’eux aussi étaient contents de me voir !, en route pour de nouvelles aventures – avec le GPS, Blender Vintage Shop à Zemst (résultat: trois verres à vin) puis Exotica à Nijlen, un beau paquet de plantes exotiques, vite tondre la pelouse, The Good Wife et quasi m’endormir, Birdman que j’arrête après 20 minutes – trop de blabla, Wayward Pines – toujours pas convaincue

Dimanche: impossible de garer la voiture pour la zumba !, retour à la maison et vélo d’appartement, quelques menus travaux de jardin entre les gouttes, début de couture mais trop mal au dos, écrire des billets de blog, changer à nouveau le thème de The Lady from Canton, mai tai à la liqueur de yuzu – pas mal mais pas parfait non plus, Puberty Blues – une très bonne série d’ados (mais aussi de leurs parents) qui n’a pas peur de montrer des choses

Impressions of Paris (II)

Un matin paresseux et puis se dépêcher pour traverser tout Paris avec Malena. Rendez-vous dans le 13e avec Shermane. Un quartier à grandes tours, sans doute un peu glauque la nuit. Un quartier asiatique surtout, aux odeurs fortes de fruits et légumes exotiques. Quelques achats dans les supermarchés, notamment des bougies en forme de lotus roses. Et un petit chat pour Malena.

Paris

Au Mondol Kiri, nous mangeons un excellent repas cambodgien dans un joli décor entre tradition et modernité. Je choisis du boeuf au curry khmer et au bouillon acidulé. Une recette que je tenterais bien à la maison. J’aurais bien ramené des petites casseroles de ce genre.

Nous repartons traverser Paris via une ligne de métro qui passe en partie par dessus les avenues, enjambant la Seine. Je souhaitais visiter le Palais de Tokyo depuis longtemps mais lors de ma visite de septembre, il n’y avait pas d’expositions. Cette fois-ci, nous avons été gâtées, et prises par les oeuvres d’art, nous n’avons pas vu le temps passer. Installations électromagnétiques de Takis, Le bord des mondes invitant à un voyage aux confins de la création et posant la question: « qu’est-ce que l’art ? » et enfin Archipel secret présentant la création contemporaine d’Asie du Sud-Est. Sans doute la partie qui m’a le plus parlé, alors que je ne m’étais même pas rendue compte du thème de l’exposition ! Une promenade entre des oeuvres changeantes, certaines me parlant plus que d’autres mais toutes me rappelant le plaisir que j’ai toujours éprouvé dans ce genre d’endroits, que ce soit le Whitney’s Museum à New York, le Ludwig à Cologne ou Aix-la-Chapelle ou la Documenta de Kassel. Un pan de la création contemporaine si peu visible à Bruxelles et en Belgique. (J’ai mis mes nombreuses photos à la fin du billet, pour ne pas trop interrompre la lecture – j’ai beaucoup joué avec le mode aléatoire d’Hipstamatic).

Quelques gouttes de pluie, deux métros vers Anvers (avec « s » muet), un joli tissu quelque peu exotique aux Coupons de Saint-Pierre, un détour pour un jeu, une fatigue grandissante pour nous trois. Une hésitation. Où aller maintenant ? Où manger ? Où revoir Kléo ?

Paris

Métro vers la rue Sainte-Anne. Une promenade en attendant l’ouverture du restaurant. Une réponse enfin du Prescription Cocktail Club qui a bien retrouvé mon sac oublié hier. Un joli passage qui me renvoie à Walter Benjamin (mon cours de sociologie de la culture m’a marquée à l’époque). Des épices Roellinger: de la poudre Grande Caravane au goût de cumin, sésame, macis, piment…

Des sashimis dans un minuscule restaurant, Chez Michi. Délicieux, coupés par un maître japonais, avec bien plus de choix que l’habituel duo thon-saumon.

Paris

Au Prescription Cocktail Club, nous retrouvons Kleo et on nous installe à l’étage. C’est déjà assez bruyant et le volume sonore augmente encore. Ce qui gâchera un peu la soirée vu que nous étions là pour discuter. Mais les cocktails sont toujours aussi bons et je me laisse tenter par un Mai Tai, avec fruit de la passion enflammé.

Retour avec tous mes sacs cette fois-ci, les pieds en compote et les mollets courbaturés. Et heureuse d’avoir rencontré mes amies mais un peu triste parce que ce fut trop court.

Paris

Une oeuvre électromagnétique de Takis

Paris
L’artiste Bridget Polk au milieu de son installation, elle vient de mettre un bloc en béton en équilibre sur une pierre, sans la moindre colle – cette photo me fait penser aux œuvres de Duane Hanson

Paris

Le côté brut des sous-sols du musée

Paris

La sape congolaise comme art

Paris

Paris

Paris

Paris

Cette installation était assez angoissante et les filtres choisis par Hipstamatic rendent bien l’atmosphère. Un enfant est sorti de là en pleurant.

Paris

Paris

Paris