Short diary of the week (79)

Lundi: ce retour au travail est déprimant sachant qu’il n’y aura plus de jours fériés avant début avril, et les tâches que je dois accomplir cette semaine ne m’enchantent pas, trois incompétents en quelques minutes c’est beaucoup pour ne pas s’énerver – je me suis retenue pourtant, Transparent un peu gâché par une remarque désobligeante reçue dimanche, Buffy

Mardi: le colis anglais est plus rapide que le français et pourtant tout était commandé en même temps, non je ne ferai pas une photo du colis, une journée éprouvante qui se termine par un endormissement devant la TV dès 20 heures, journée ponctuée heureusement par l’achat d’un joli tissu pour une jupe d’hiver – autant j’ai un stock de cotonnades pour les cinq années à venir autant je n’ai pas un seul tissu plus chaud

Jeudi: presque me faire écraser par une voiture, le seul examen médical qui m’angoisse vraiment, heureusement il se termine bien, une journée triste et grise, comment obliger quelqu’un à se soigner ?, oh je ne savais pas qu’il y avait une deuxième saison de The Bletchley Circle, Buffy

Vendredi: il fait si froid sur le quai du tram, mais d’où viennent ces courbatures ? ah oui il faisait froid dans le local de l’examen d’hier – examen qui demandait une position biscornue, enfin le week-end !

Samedi: fourrure ou pas fourrure ? pas fourrure à cause de la pluie – ce sera pour plus tard, continuer la jupe commencée en… septembre ?, bon il serait temps que je sorte un peu de ma tanière même s’il y fait bon vivre

Dimanche: avancer dans les billets racontant mon voyage mais ça prend du temps, couture, terminer enfin Anémone, tester le retardateur du Nikon et faire des photos, lecture, aimer ces week-ends paresseux, lapin aux olives, Buffy

Short diary of the week (78)

Lundi: le soleil se lève quand je quitte la maison, mais qui a éteint le radiateur de mon bureau ?, une constante: j’ai froid même avec un second pull, une autre raison pour haïr la neige: je dois mettre de moches bottes pour ne pas me casser la figure sur les trottoirs non dégagés, les gilets en mohair tout doux par contre c’est bien !, deux collègues m’ont dit: ooh tu as voyagé toute seule – je n’oserais jamais, ça m’a étonnée surtout de la part d’une d’entre elles, au moins je peux manger autant de fromage que je veux maintenant – c’est l’aliment qui me manque le plus en Asie, un documentaire sur les routes impossibles en Birmanie

Mardi: la voisine se très tôt pour étudier, revoir jour après jour les mêmes rues, une overdose de disques brésiliens, plus de souris chez Cami, Downton Abbey sans George Clooney, Sundance Channel diffuse un film en tagalog non sous-titré – l’audience doit être proche de zéro, je suis malgré tout fascinée par les images de Manille (?) la nuit dont les lumières correspondent à celles des villes asiatiques que je connais – un mélange de néons blafards et colorés si différents des villes occidentales

Mercredi: pour une fois le boulot est fini en un temps record, drink et grignotage qui me font oublier le repas de midi, misère plus de homard au supermarché !, changeons donc de menu, ressortir Buffy et regarder deux épisodes et demi de la troisième saison avant de m’endormir dans le canapé, rejoindre mon lit et laisser la tenture ouverte pour profiter des feux d’artifices de minuit, les entendre mais me rendormir de suite sans ouvrir les yeux

Jeudi: la voisine étudie déjà quand je me lève et il est encore tôt, écrire un peu, trier des photos, lessive, repassage ou une redite de la semaine passée, le plat de cuisine française prévu s’est transformé en quelque chose de plus chinois, ne pas pouvoir résister contre l’appel du sommeil mais me réveiller ensuite pour vaguement regarder un documentaire sur les hôtels particuliers à Paris – ce qui ajoute un élément de poids au fait que je n’aime pas cette ville – tout cela est bien trop ostentatoire et compliqué, hautain et étouffant, j’espère qu’on me fera découvrir d’autres côtés plus modernes ou plus minimalistes de la ville

Vendredi: oups je me suis réveillée tard aujourd’hui, corvée administrative + celle des courses, tenter le Brico pour trouver un lampadaire sauf qu’il n’y a rien, tenter le Carrefour et en ressortir avec une dosette à cocktails graduée et un gin, cette femme dans le métro fait un long monologue parlant de l’apocalypse, des cartes postales, des pavés défoncés, un arrêt à Woluwe pour acheter ce livre épuisé mais tant désiré – c’est le dernier exemplaire – c’est la troisième librairie que j’ai contacté, une nouvelle lampe de table – ça compense déjà un peu le lampadaire illusoire, je ne publie rien aujourd’hui interrompant ma plus longue suite de billets de l’histoire de ce blog

Samedi: il fait un temps à ne pas mettre une fashionista dehors – ah ben si c’est le premier jour des soldes, mon canapé et ma couverture sont les deux objets que je préfère aujourd’hui, Dernier caprice d’Ozu pourrait bien m’inspirer pour une nouvelle palette de couleurs pour mon intérieur, encore du Buffy

Dimanche: une belle lumière ce matin, citer à mon papa tous les endroits où je voudrais encore aller et me rendre compte que je n’aurai jamais assez de congés ni d’argent, les ciels étaient vraiment bleus en Birmanie, continuer le tri des photos interminable, une visite impromptue qui a eu le don de m’énerver et qui a causé des angoisses pour le reste de la soirée, franchement j’aurais aimé terminer la semaine différemment

This week (31)

Lundi, j’étais encore à Bangkok, je raconterai ça plus tard. Mardi matin tôt, j’ai débarqué de l’avion, il faisait froid. Le retour à la réalité était quelque peu compliqué, et ce fut accentué par les courses dans un supermarché bondé. Contrairement à la majorité des clients préparant les fêtes, je devais juste veiller à remplir mon frigo vide, je n’ai même pas pu attendre une heure de moindre affluence – il ne restait vraiment plus rien. J’en ai profité pour acheter plein de bonnes choses cependant. Mes derniers jours à Bangkok étaient solitaires, cette semaine à la maison l’a tout autant été. J’ai vu diane une demi-heure pour lui remettre quelques objets traînant encore chez moi, je suis sortie vendredi faire quelques courses: du vin, du thé, du parfum. J’ai tenté de passer Noël sans considérer ces journées comme des fêtes, cela a assez bien fonctionné, si ce n’est les remarques de mon papa qui a insisté sur la difficulté de la solitude. Il ne le fait pas exprès mais cela me fait toujours du mal. Et aussi ce regret que c’est la première année où je n’ai pas reçu de cadeau. En famille, c’était toujours une avalanche, et même plus tard, il y a toujours eu quelques échanges. La neige et les routes verglacées ont annulé un dîner de famille. Je ne me suis pas sentie mal pour autant: j’ai beaucoup écrit, mon récit de voyage essentiellement, j’ai lu emmitouflée dans une couverture, j’ai cousu un petit peu, j’ai vu les épisodes de Noël de Doctor Who et Call the Midwife, Top Gear in Burma et Gone Girl (j’ai préféré le livre). Je me suis levée très tôt à cause du décalage horaire et je me suis régulièrement endormie devant la tv. J’aurais sans doute aimé voir quelques amis mais je ne les ai pas contactés, sachant que beaucoup sont très occupés à cette période. Et j’ai profité de ces moments au chaud pour m’occuper de moi, repenser à l’année écoulée et surtout faire des plans pour que l’année qui vient soit bien meilleure !

Short diary of the week (77)

Lundi: ma jupe bleu marine et mon gilet assorti font très bonne sœur, mon paquet portait un autocollant prévenant du danger de la batterie présente à l’intérieur, trois courses expédiées en 15 minutes, Hell on wheels qui me fait pleurer, ballade sur le Mékong avec Sue Perkins

Mardi: en fait les nausées du matin j’ai ça depuis que je suis petite – et il y a des jours pire que les autres, c’est justement ces jours-là que quelqu’un avec un café fumant en main s’installe près de moi dans le métro, tenter de terminer le travail en cours mais l’enthousiasme n’y est pas, survivre au dentiste malgré quelques fausses alertes de caries, l’énervement qui monte parce que ça n’avance pas, devoir aérer toute la maison, même un gin tonic ne me calmera pas ce soir

Mercredi: et donc j’ai fait plein d’insomnies et je n’ai envie de rien aujourd’hui à part rentrer à la maison et me mettre sous la couette – sauf que ce n’est pas possible, dieu qu’il fait froid aujourd’hui – je frissonne malgré mon gilet en laine et mon manteau, une heure de midi avec un concert dépaysant, je ne maîtrise pas encore assez mon smartphone pour oser faire une photo de l’artiste et je me sens bête !, un détour par Filigranes pour deux cadeaux, un détour par le traiteur italien pour mon repas du soir, un épisode du Mékong puis Masterchef The Professionnals

Jeudi: quand on a bien dormi on se sent quand même mieux, ah mais le colis était chez un collègue !, des discussions sur l’amitié, il y a comme du plagiat dans l’air, The Knick, Masterchef The Professionnals dont je ne verrai pas la suite ni la conclusion

Vendredi: plein de petites choses à terminer au bureau, soirée sushis, ce qui devait être une bonne soirée se termine mal, au moins je sais que ce sera la dernière dispute mais ça me crée quelques soucis inattendus

Samedi: je pense qu’il ne reste plus rien de diane chez moi, il a décidé de ne plus me parler et cela m’attriste malgré tout, heureusement je suis bien entourée: les plantes seront arrosées et mon papa aura des nouvelles, passer un moment chez lui d’ailleurs et ça lui a fait visiblement plaisir, faim mais pas d’appétit, The Knick

Dimanche: un peu de jardinage, couper des plantes mortes et les poser au pied des plantes fragiles comme protection contre le froid, commencer la valise, se demander si ces plis à la jupe ne vont pas faire grossir, Hell on Wheels – le dernier épisode, la troisième partie du documentaire sur le Mékong, The Knick

Short diary of the week (76)

Lundi: profiter de ce jour de congé non férié pour faire quelques courses en vue de mon voyage, après autant de mois sans en vendre le Delhaize avait de nouveau ma tarte aux bananes préférée, le haut est cousu – reste le bas, changer des euros en dollars et acheter une poêle à griller en soldes, le pharmacien voyant ma crème solaire se doutait bien qu’elle n’était pas pour ici, terminer le marathon Bron et m’intéresser plus au design scandinave qu’on voit dans la série qu’à l’histoire

Mardi: mais pourquoi cette table se remplit-elle tout le temps de brol ?, ramasser les feuilles et protéger le palmier avec celles-ci, vais-je avoir la patience pour terminer cette robe aujourd’hui ? presque – il me reste l’ourlet, chaque fois que je lis dans le canapé je me dis que j’ai besoin d’une lampe de lecture – sauf qu’il n’y a rien qui me plaît chez Ikea (et je n’ai pas eu l’occasion d’aller voir ailleurs), un dernier épisode de Downton Abby aussi mou que le reste de la saison, Masterchef The Professionnals

Mercredi: en fait je ne me sens pas si mal seule mais j’ai repéré les moments où ça coince: à l’heure de l’apéro et du repas, grrr google maps ne fonctionne pas, soirée tv de bêtises, première crise d’angoisse pré-voyage

Jeudi: aïe je sens que ça va être une journée de maux de tête et de courbatures, et en effet, et c’est pénible, c’est bien les patrons avec juste deux pièces – dont une qui est un long rectangle, oh il rentre juste sur le bout de tissus à zèbres que je viens d’acheter, où Hell on Wheels est encore pire que The Knick au point de vue chirurgie barbare, Masterchef avec un gin tonic qui fait partir les courbatures – on a toujours dit que la quinine c’était bon, non ?

Vendredi: début de rhume ou pas début de rhume ?, heureusement c’est vendredi, une longue journée sombre – la météo plus que mon humeur !, Northwest Passage (1940) de King Vidor ou comment la vision des Indiens a fort évolué: j’ai failli arrêter de regarder le film à cause du racisme extrême mais la seconde partie est plutôt un film de survie

Samedi: heureusement qu’il y a le jaune des feuilles pour illuminer un peu ce temps pluvieux, quelques courses puis cocooning sous la couette, une deuxième mini crise d’angoisse – j’espère que je suis bien guérie suite à mon opération – parfois ça pique encore un peu mais pas plus qu’avant et je n’ai pas de douleur longue et insupportable, The return of Frank James (1940) de Fritz Lang – ça ressemble bien plus à un western comme je les aime

Dimanche: faire des photos de ma robe pour le concours sous la bruine, mon ordinateur est mis à jour et le problème d’iPhoto résolu, les médicaments sont triés et le meuble rangé, La Comtesse de Julie Delpy – déjà vu mais j’avais oublié l’histoire et j’ai eu envie de le revoir suite à ce billet

Short diary of the week (75)

Lundi: il ne faut pas sous-estimer les problèmes d’habillage le matin: difficile de trouver le bon gilet pour cette robe, sentir la mauvaise humeur de ma voisine dans le métro parce que je lui ai demandé de bouger ses affaires du siège, joli emballage pour mon clone d’iPhone, je me trompe ou vous attendez mon article du lundi avec impatience: dès midi, alors que rien n’est encore publié, mes stats augmentent, le bruit assourdissant de la pluie qui frappe sur les fenêtres, Downton Abbey, Fargo

Mardi: des chevaux dans la ville, non – pas de maux de tête aujourd’hui !, sushis entre filles, will you marry me Nick ?, sortir du cinéma avec une énergie retrouvée

Mercredi: les courbatures du w-e peinent à quitter mon corps – sans doute à cause du changement de température, par contre ne sais pas d’où vient celle à mon annulaire, deux colis sur trois sont arrivés aujourd’hui mais le mystère reste entier sur la date de livraison du troisième – or j’aimerais pouvoir entamer sa lecture au plus vite, rassembler des adresses pour Bangkok

Jeudi: le froid est mordant ce matin, que 10 minutes d’attente pour le métro, une journée comme les autres au bureau, deux fois 5 minutes d’attente pour rentrer c’est tout à fait acceptable un jour de manifestation nationale, la lune éclaire tout, Fargo – enfin il s’y passe quelque chose, Masterchef The Professionals

Vendredi: il fait gris – je lève la tête de mon journal – il fait tout rose, en sortant le ciel est menaçant au-dessus du clocher de l’église, je ne m’habituerai jamais au froid et pourtant j’en souffrirai pendant plusieurs mois à partir de maintenant, Fargo – la fin, entamer un marathon Bron/The Bridge pour rendre les dvd à temps

Samedi: me réveiller très tôt, ma PAL a explosé en quelques semaines et j’ai l’impression de ne plus suivre du tout, enfin prendre le nouveau machin en main, un bout de déménagement, pour une fois c’est la patiente qui réconforte le soigneur, la finale de Doctor Who me laisse sur ma faim, mais pourquoi je m’endors aussi tôt ?

Dimanche: au moins, je me réveille tôt, une rencontre inattendue, hésiter puis commencer in extremis ma couture pour le concours art cousu de Thread and Needles, j’aime quand les historiens ne se prennent pas au sérieux, j’ai les mêmes casseroles que Martin Rohde dans Bron/Broen

 

This week (30)

Lundi, j’ai vraiment eu beaucoup de mal: le contraste entre mon voyage pendant lequel j’ai vu plein de gens et mon retour dans une maison vide était immense. La fatigue et des mauvaises nuits n’ont pas aidé et quand mon père a téléphoné le soir, j’ai craqué. C’est plutôt rare que je pleure devant lui, mais quelque part, ça m’a calmée et m’a permis de passer à autre chose. Mardi, je me suis enfin décidée pour un smartphone, un pas trop cher, et qui fait très clone d’iPhone (Huawei donc). Je l’ai reçu ce matin au lieu de vendredi comme prévu: il est resté coincé à Charleroi. Le reste de la semaine s’est passée sans événement notable. J’ai regardé mes séries habituelles: Doctor Who, Downton Abbey, Fargo et j’ai commencé The Knick (et j’ai vraiment accroché). La photo sur Instagram d’un plat tahitien de Zéphine m’a inspirée pour mon repas de vendredi. Dès que j’ai affiné la recette, je la publierai ici. Pendant le w-e, j’ai préparé le jardin à l’hiver, en rentrant les plantes les plus fragiles. Il me reste encore un peu de place pour les citronniers et quelques autres plantes dès que la météo annoncera du gel . J’ai continué mon nettoyage et rangement de toutes petites zones à la fois: les alentours du lit et la baignoire. Ce découpage en petits morceaux me convient mieux parce que ça ne dure pas trop longtemps (ça fait des années que je me dis que je dois ranger la cave mais l’ampleur de la tâche me décourage). Bientôt, je reprendrai possession du grenier, les meubles de diane sont démontés mais pas encore déménagés. Je n’ai jamais parlé, je pense, des raisons de notre rupture. Certaines me posent encore problème. Peut-être que je devrais en parler ici ?

Short diary of the week (74)

Lundi: le début d’une semaine qui sera active, c’est fou l’énergie que ça donne !, toujours hésiter pour le deuxième hôtel à Bangkok mais la liste se réduit, écouter la pluie tomber, Downton Abbey

Mardi: aujourd’hui c’est l’automne mais demain c’est de nouveau l’été pour moi, terminer plein de choses, faire ma valise en prenant bien trop pour ne pas devoir choisir

Mercredi: un peu angoissée mais le taxi est là, un avion, deux avions, arriver à Saint-Jacques et c’est à nouveau l’été, commencer à boire un vin blanc et ne plus m’arrêter, se promener dans les ruelles

Jeudi: ce bâtiment se veut moderne mais est au milieu d’un chantier abandonné, de la musique hypnotique de Sarawak, parler, boire un mojito puis du vin blanc, charcuterie et légumes grillés, voyage en Russie, au Honduras et en Mongolie Intérieure

Vendredi: des églises, des ruelles, un marché, des concerts – encore, un peu de soleil, en route pour Okinawa, mais quelle déception !, un anniversaire, ce ne sont pas les meilleurs concerts du monde

Samedi: la marché en pleine action, mais pourquoi tous ces artistes veulent mélanger leur musique traditionnelle avec du jazz ?, emmagasiner tout le soleil possible pour le prochain mois, pour être sélectionné cette année il fallait qu’il y ait une guitare électrique et une batterie ?, mettre son cerveau en vacances et juste danser un peu

Dimanche: ce parc si calme et cette vue sur la ville, un moment de repos en profitant de ces derniers moments d’été et d’une si jolie ville, un avion, une course pour quand même acheter quelque chose, un deuxième avion, rentrer tard

Short diary of the week (73)

Lundi: mais quelle horrible nuit alors que je n’avais rien d’angoissant à faire aujourd’hui, parfois j’ai envie de vomir à la lecture de certaines choses, arrêter de faire ma timide et donc avoir une destination de plus en Thaïlande, Downton Abbey

Mardi: de nouveau ce mauvais sommeil qui noircit mes journées et la raison ne peut plus être la même

Mercredi: envie d’aller acheter du tissu mais pas le courage d’aller jusque là, une robe et une jupe tout près de chez moi aux soldes de mi-saison

Jeudi: une douleur cuisante pendant la nuit: piquée par un moustique !, juste épuisée, avec des maux de tête, vivement la semaine prochaine, une soirée avec un repas improvisé en toute amitié

Vendredi: si seulement j’avais pu dormir plus longtemps, j’ai la carte sim thaïe (merci à ma collègue) – il me manque juste le smarphone !, Ikea en soirée, regarder autour de moi d’un air éploré parce que la caisse est trop lourde et me faire aider par un homme tout souriant et serviable, Stagecoach de John Ford que j’avais déjà vu plusieurs fois mais dont seuls les paysages de Monument Valley m’avaient marqués

Samedi: plein de projets pour le w-e, monter la lampe et la table, tant de vis…, tondre la pelouse pour une dernière fois et puis me dorer au soleil en très petite tenue, un cocktail – des côtes d’agneau et du vin, un documentaire sur la Birmanie: Burma VJ (et l’envie d’écrire de courts billets sur ces bons documentaires que je regarde de temps en temps)

Dimanche: zumba, plein de bons plats au restaurant et faire plaisir à mon papa en parlant avec lui, plus de soleil mais tant pis – je le reverrai dans quelques jours, j’ai bien fait d’écrire cet article protégé – je me sens déjà mieux, Doctor Who avec une référence bien drôle à la famille Addams, North West Mounted Police avec Gary Cooper

Short diary of the week (72)

Lundi: ces rêves me confirment que je n’ai vraiment pas envie d’aller travailler, ma concentration est si facilement troublée pour le moment, des aventures amoureuses à chaque génération dans Downton Abbey — Lady Violet va-t-elle révéler son passé ?

Mardi: ce matin ce n’est pas ma faute si mon travail n’est pas très assidu: que faire quand il y a une panne de réseau et d’internet ?, un moment de bien-être extrême avec Coyote et plein d’encouragements, aujourd’hui il y aura eu du soleil, de la pluie, du vent, des éclairs et une pleine lune qui éclaire tout

Mercredi: ressortir l’écharpe, cette époque de l’année où je n’arrive pas à régler le radiateur dans mon bureau pour avoir la bonne température, Destry rides again, un long monologue de ma tante au téléphone, des bêtises à la tv

Jeudi: tenter de choisir un nouveau parfum mais me perdre, de très jolis insectes à The Darwin Sect ainsi que des gin tonic Bombay Sapphire dans des verres un peu baroques, la généalogie de Twiggy sur la BBC

Vendredi: mon nouveau gilet est déjà là !, vaincre la mauvaise foi d’un vendeur et repartir avec le câble le moins cher pour nouveau lecteur bluray, X-Men Days of the future past

Samedi: dormir 10h d’affilée et sans interruption, de moches photos d’identité et une grosse averse, couture d’Anémone, finir un gros livre, le début d’Union Pacific et un documentaire sur Calamity Jane pendant lequel je m’endors

Dimanche: à nouveau 10h de sommeil sans interruption, le jardin est blanc de rosée, me sentir malgré tout fatiguée lors de la zumba, rentrer les meubles de jardin sauf la table (il faut être deux), vite lassée de la couture alors que j’aurais pu terminer cette jupe, lecture, le premier gibier de la saison, Doctor Who et Fargo

Et vous, comment était votre semaine ?