Anjum’s new Indian

Anjum Anand, Anjum’s new Indian (2008): ce livre de recettes indiennes est sans doute un des plus anciens de ma collection que j’utilise encore. Je l’avais acheté suite à l’émission culinaire Indian food made easy qui était passée sur la BBC, et depuis, j’ai réalisé une belle collection de recettes. Les textes ne sont pas très longs et ne font que survoler quelques-unes de cuisines de l’Inde mais Anjum Anand propose des plats qui sont pour la plupart faciles à préparer. Elle a adapté les recettes traditionnelles et simplifié certains processus mais c’est justement ça qui en fait un livre très utile, en tout cas pour aborder cette cuisine. Depuis, j’ai acheté pas mal d’autres livres de cuisine indienne mais je reviens toujours vers celui-là. Parmi celles que j’ai réalisées, on verra que j’ai une préférence pour celles à la noix de coco (souvent originaires du Kerala), mais en (re)feuilletant le livre, je me rends compte que j’ai quasi envie de les préparer toutes.

  • photos: ***
  • texte: **
  • originalité des recettes: ***
  • authenticité des recettes: ***
  • faisabilité des recettes: ***** (il faut évidemment acheter les épices de base)
  • recettes favorites: « Coastal prawn curry », « Keralan chicken », « Coconut chicken fry », « Lahori lamb », « Sindhi lamb curry », « Keralan sautéed lamb with coconut », « Lightly spiced cucumber, peas and mint », « Stir-fried peas »
  • indispensabilité du livre: *****

The food of Northern Thailand

Austin Bush, The food of Northern Thailand (2018): Austin Bush est un auteur et photographe américain vivant depuis des années en Thaïlande. Il a notamment écrit de grandes parties des guides Lonely Planet du pays. Avec ce livre, il plonge dans les traditions culinaires du nord de la Thaïlande, décrivant les plats des régions autour de Chiang Mai, Chiang Rai et Mae Hong Song. Cette cuisine est fort différente de celle du centre, moins sucrée, souvent plus amère, utilisant de nombreuses herbes aromatiques. Bush a rassemblé des informations de première main, auprès de locaux, et a pris de superbes photos des plats sur place. Il a noté les recettes et les publie ici, telles qu’elle sont réalisées dans les cuisines locales. Il a pris le parti de ne pas les modifier et cela les rend évidemment très compliquées à réaliser hors de la région à cause des nombreux ingrédients difficiles à obtenir (certaines épices ou herbes, ou même des fleurs de bananier) ou peu usités (du sang de porc, de la bile de vache). Dans d’autres livres, cela m’aurait fortement dérangé, mais ici, le contenu du livre est tellement riche et fouillé que cela n’a plus d’importance. Pour moi, c’est un livre essentiel, même s’il ne sera pas souvent utilisé dans ma cuisine.

Vivement le second volume, en préparation, sur la cuisine du sud de la Thaïlande (Austin Bush a un Instagram où il raconte ses voyages et découvertes culinaires).

  • photos: *****
  • texte: *****
  • originalité des recettes: *****
  • authenticité des recettes: *****
  • faisabilité des recettes: *
  • recettes favorites: pour le moment, aucune, mais j’en ai noté deux que j’ai envie de préparer
  • indispensabilité du livre: **** (* si vous cherchez des recettes faciles)

Livres de cuisine (IV): Indonésie – Vanja Van Der Leeden

Vanja Van Der Leeden, Indorock. Indonesische smaken in een nieuw jasje (2019): en regardant les best of des livres de cuisine de l’année 2019, j’avais repéré ce livre en néerlandais sur la cuisine indonésienne. Comme j’aime beaucoup celui d’Eleanor Ford, j’ai acquis celui-ci, me disant que ce serait un bon complément. J’ai été déçue: les recettes demandent plein d’ingrédients et souvent une ou deux préparations complémentaires (notamment les pâtes à épices bumbu). Le vocabulaire des ingrédients en hollandais est vraiment compliqué (le galanga est nommé « laos », la pâte de crevettes « trassi » ou « terasi », les piments « lombok » et « cabe rawit »…). De plus, ces ingrédients indonésiens se trouvent sans doute facilement dans les « toko » (épiceries indonésiennes) aux Pays-Bas, mais en Belgique, c’est une autre affaire. Beaucoup de recettes possèdent une touche moderne, ce qui est intéressant, et l’auteur est très enthousiaste dans son écriture, mais c’est un livre trop spécifique aux Pays-Bas.

  • photos: ****
  • texte: ***
  • originalité des recettes: ****
  • authenticité des recettes: ***
  • faisabilité des recettes: *
  • recettes favorites: aucune. Sur tout le livre, je n’en ai noté qu’une seule que je pourrais facilement réaliser.
  • indispensabilité du livre: *(*) – la deuxième étoile étant pour le côté moderne des recettes

Livres de cuisine (III): Japon – Tim Anderson

Tim Anderson, Cuisine japonaise ultra-facile (2017): j’ai fait la connaissance de Tim Anderson en regardant Masterchef sur la BBC, il a d’ailleurs gagné cette année-là. Ce n’est que bien plus tard que j’ai découvert qu’il avait écrit des livres de cuisine, et le hasard a fait que quand j’ai voulu acheter son premier, il n’était plus disponible en anglais. L’auteur dédramatise la cuisine japonaise dans son texte, et propose en effet des dizaines de recettes très faciles, parfois un peu adaptées. Il faut certains ingrédients précis, mais pas tant que ça.

  • photos: *****
  • texte: ***(*) (j’ai eu un peu de mal avec la traduction française, l’humour passe parfois bizarrement)
  • originalité des recettes: ***
  • authenticité des recettes: ****
  • faisabilité des recettes: *****
  • recettes favorites: « salade de pommes de terre japonaise », « salade de tomates au ponzu épicé » (c’est devenu un classique), « tataki de saumon ponzu-piment vert », « ramens aux coquilles saint-jacques, au bacon et aux oeufs » et plein d’autres sont sur la liste à essayer
  • indispensabilité du livre: *****

Livres de cuisine (I): Malaisie – Bryan Koh

J’ai bien trop de livres de cuisine, et de nouveaux s’ajoutent régulièrement à la pile. Face à ce constat, j’ai décidé deux choses: je vais les lire et je vais relater ces lectures sur le blog, en espérant que cela vous intéresse.

Certains livres proposent juste une introduction de quelques pages avec des informations assez générales mais d’autres sont des mines d’informations. Et d’autres encore racontent des histoires sur le pays. Je ne compte pas écrire de critique complète comme pour les romans mais je rédigerai une courte note que j’accompagnerai de cotes reprenant divers aspects du livre (photos, texte, faisabilité des recettes…)

Je compte publier ces cours articles au fil de mes lectures mais je vais aussi les rassembler sur une page qui s’affichera en haut à droite, près du lien vers la PAL. Au départ, ce sera juste une liste de mes livres de cuisine (et de cocktails) mais elle sera complétée au fur et à mesure par mes notices. (Elle n’est pas encore prête, mais j’y travaille). (Cette liste deviendra sans doute un peu kilométrique et pas super pratique au fil du temps, mais je ne vois pas comment ajouter une table des matières sur le wordpress gratuit.)

Voici un exemple avec un premier livre que je viens de terminer. Dites-moi si ça vous semble bien, ou si vous voulez encore savoir d’autres choses.

Bryan Koh, Bekwoh: Stories & recipes from Peninsula Malaysia’s East Coast: un livre au contenu original, mais parfois difficile à lire à cause de tous les noms en malais. Toutes les recettes ou presque demandent des ingrédients compliqués à trouver.

  • photos: *****
  • texte: ***
  • originalité des recettes: *****
  • authenticité des recettes: *****
  • faisabilité des recettes: *
  • recettes favorites: je n’en ai préparé aucune

Black Sea

Caroline Eden, Black Sea: dispatches and recipes, through darkness and light: considéré par de nombreux sites comme un des meilleurs livres de cuisine de l’année 2019, j’ai été tentée et je l’ai acheté. Au premier abord, j’ai été un peu déçue par les recettes et je l’ai posé dans un coin de ma bibliothèque, mais avec l’été, j’ai décidé de le lire. Parce que ce n’est pas qu’un livre de cuisine, c’est avant tout un récit de voyage autour de la Mer Noire, partant d’Odessa en Ukraine et se terminant à Trabizon en Turquie. Caroline Eden raconte les villes et les campagnes au travers des spécialités culinaires de chaque région; elle m’a donné envie de faire le voyage, de visiter Odessa ou Varna (depuis, je me suis rendue compte qu’il est impossible de faire le tour complet de la mer pour des raisons géopolitiques – la Russie est quasi inaccessible et la Crimée est aujourd’hui sous tension extrême).

Et donc ce livre est intéressant mais il a un gros défaut: ce n’est ni un livre de cuisine ni un récit de voyage. Les recettes sont en effet limitées, souvent fort simples, souvent adaptées par l’auteur et peu me tentent vraiment. Quant au récit de voyage, il se limite à une partie de la Mer Noire et n’aborde pas la Géorgie par exemple. Les photos, superbes, manquent cruellement de légendes, même si souvent le lecteur devine de quoi il s’agit. Malgré tout, ce livre m’a donné envie de voyager, et ça, c’est un bon point !

Let’s cook our books – Cuisinons nos livres

New cooking books

En décembre 2015, j’avais lancé le Winter Cookbook Challenge en vous proposant de prendre vos livres de cuisine et de préparer les recettes qui s’y trouvaient. Ce défi avait été un succès mais il était un peu lourd à gérer sur le blog vu que je postais des liens vers vos participations. Et puis le titre le disait: c’était limité à l’hiver 2015-16.

Comme l’idée plaisait, Kleo a proposé d’en faire un challenge permanent et de publier nos réalisations sous « Let’s cook our books » – « Cuisinons nos livres ». J’ai moi-même publié 31 articles sur mon blog, jusqu’en mars de l’année passée. Et puis j’ai eu la flemme d’écrire les articles. Du coup, je propose de relancer le projet d’une manière encore plus minimaliste, en publiant juste les photos des plats sur Instagram, avec les # correspondants (#letscookourbooks #cuisinonsnoslivres #nomdulivre #nom de l’auteur).

Tout ça parce que ma bibliothèque de livres de cuisine s’est encore agrandie, comme le montre la photo !

Short diary of the week (174)

Lundi: pas très bien dormi – c’était à prévoir !, sortir le gilet en angora décoré de perles – so fifties, une première caisse à partager, du ciel bleu et une belle lumière, rentrer chargée à la maison, feuilleter deux des livres de cuisines reçus en journée, cuisiner tout en tentant de réduire les quantités, The Crown – fin de la première saison – des moments un peu longs mais aussi un beau retour sur l’histoire – sans oublier les jolies robes, finir mon roman et rester un peu perplexe

Mardi: rêver que j’achète du tissu – on voit mes priorités du moment, difficile de lire quand on a si froid – même à l’intérieur du métro, l’arrivée du dernier colis qui contient un très beau livre – Nouilles d’Asie, je sens que mon surgélateur va se remplir de bouillons divers, TBBT S01E08, Agent Carter – début de la saison 2, Masterchef the Professionals

Mercredi: traîner pour ne pas arriver trop tôt, une journée de conférences et discussions sur la ville, un prof vraiment intéressant, un artiste incapable de transmettre ce qu’il fait, rentrer et être frigorifiée avec le vent qui souffle, repartir, le resto prévu étant fermé se rabattre sur Hanoi Station et se régaler entre amis, rentrer sous la pluie

Jeudi: j’ai du mal à me motiver ce matin pour sortir de chez moi, les retours sur la journée d’hier sont assez instructifs par rapport aux opinions politiques de chacun (et c’est dur d’être entourée de quelques purs Wallons étant moi-même flamando-bruxello-zinneke), une longue discographie assez rapidement évacuée, la finale de Masterchef the Professionals et ce n’est pas mon candidat favori qui gagne

Vendredi: comme chaque vendredi c’est fort calme, manger mon plat froid parce que je n’ai pas le courage d’attendre pour le micro-ondes, me décider pour des courses au supermarché vers 19h15 et c’était parfait: pas trop de monde et des rayons bien remplis, rentrer à temps pour voir mes séries du moment: Agent Carter, Longmire – début de la saison 2, Man Seeking Woman à l’humour complètement déjanté

Samedi: mes journées commencent parfois bizarrement: ranger la cuisine et vider les poubelles, déjeuner en lisant le journal, TBBT S01E09, me dépêcher de coudre ces coussins promis à mon papa en septembre, les lui apporter et rester discuter avec lui un moment en buvant du Chablis, cuisiner un gâteau, me vautrer dans le canapé avec des livres, choisir quelques recettes de cuisine à préparer la semaine prochaine, un surprenant mais excellent cocktail qui marie entre autres concombre et fruit de la passion, The Treasure of the Sierra Madre (John Huston, 1948) – un peu long quand même

Dimanche: me réveiller tard, traîner un peu dans le canapé, TBBT S01E10, de la couture, sélectionner des photos de voyage pour le blog, de la lecture, tenter de ne pas penser à ma solitude, commencer Westworld, enchaîner avec Longmire

 

 

Let’s cook our books #13: couronne de chocolat aux poires

couronne de chocolat aux poires

Cette couronne de chocolat aux poires, je l’avais déjà préparée en novembre pour utiliser des poires trop mûres mais je l’avais mangée avant de faire de photos. Je l’ai à nouveau cuisinée hier mais le résultat est un peu moins réussi: mes poires étaient moins juteuses et je les ai coupées en trop grands morceaux. J’ai ajouté du rhum mais il ne se goûte quasi pas. Le démoulage a été un peu difficile et une partie du gâteau s’est décomposée. Mais c’est le goût qui compte et le combo poires – chocolat est toujours gagnant. Le recette vient de Recettes pratiques du marché, un vieux livre composé de fascicules qu’il fallait acheter chaque semaine (et dont j’ai déjà parlé).

Too many new cookbooks

Je n’ai rien cuisiné de nouveau depuis septembre mais cela va changer. Je me suis fait plaisir en m’offrant quatre nouveaux livres de cuisine la semaine passée, et Persia avait rejoint ma pile en octobre. J’ai déjà repéré une série de recettes très faciles dans Everyday Harumi, et je vais sans doute faire de même en mettant des post-it dans les autres livres. Il me manque sans doute des ingrédients, surtout pour la cuisine du Moyen-Orient, ce qui impliquera une visite au supermarché FreshMed situé non loin de mon travail. En cuisine indienne, je pense avoir les condiments principaux et pour la cuisine japonaise, j’ai un Tagawa très proche de la maison. Ce sont finalement les Nouilles d’Asie qui demanderont le plus de travail: les bouillons préparés maison sont les meilleurs mais prennent un peu de temps.

The Winter Cookbook Challenge

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais j’ai des dizaines de livres de cuisine (la photo ne représente qu’une infime partie de ma collection). Et je continue à en acheter, à un rythme moins soutenu, certes, mais mon prochain colis contient le nouveau Jamie Oliver. Comme je déprimais un peu cette semaine, je cherchais des idées pour égayer l’hiver, et c’est en regardant distraitement la tv que j’ai eu une idée. Pourquoi ne pas ressortir mes livres de cuisine et faire régulièrement des recettes ? Cela me permettrait d’agrandir mon répertoire qui est devenu fort répétitif depuis que je vis seule mais aussi d’éliminer des livres que je n’utilise pas (on peut toujours espérer).

Comme je sais que je ne suis pas la seule à avoir un pile de livres de cuisine (et/ou de magazines – même si théoriquement, un seul suffit) et que c’est plus stimulant et motivant d’être plusieurs à faire la même activité, je vous propose le  » Winter Cookbook Challenge ». Les modalités sont les suivantes:

  • le challenge est très libre: vous pouvez participer une fois ou plus régulièrement
  • il se déroulera tout l’hiver, jusque fin mars
  • salé, sucré, belge, français, exotique, simple, compliqué… tout est possible, à condition que la recette ait été publiée dans un livre ou un magazine (pas de recettes inventées, donc)
  • moi-même, je vais tenter de réaliser une nouvelle recette toutes les deux semaines, en fonction de mes envies et disponibilités
  • deux fois par mois, j’écrirai un billet contenant des liens vers toutes les participations ainsi qu’une description de ma recette
  • vous pouvez participer en écrivant un billet de blog ou en publiant une photo instagram (ou les deux). Utilisez le tag #wintercookbookchallenge et précisez de quel livre ou magazine vient la recette. Pas besoin de la recopier mais racontez plutôt pourquoi vous l’avez choisie, comment s’est déroulée la préparation, si vous avez modifié beaucoup de choses et si c’était bon.
  • est-ce qu’il y a quelque chose à gagner ? pas vraiment. Il y a juste le plaisir de découvrir de nouvelles cuisines et de discuter entre amis.

Ce challenge vous tente ? Laissez-moi un commentaire (ainsi que vos éventuelles questions) ! Vous avez réalisé une recette ? Envoyez-moi un message à misssunalee at gmail dot com ! J’espère que vous serez nombreuses à participer !