Beyond the pancake trench

9789745240476_p0_v2_s260x420Tom Vater, Beyond the pancake trench. Road tales from the wild East: cela faisait plusieurs années que je tournais autour de ce livre sans l’acheter. Et puis je l’ai vu chez Monument Books à l’aéroport de Yangon mais je ne voulais pas payer 30$, sachant qu’il était bien moins cher en librairie occidentale (environ 16€). En rentrant, je me suis donc sentie obligée de l’acheter. Je connaissais déjà Tom Vater grâce au disque édité chez Topic, The Moken: Sea Gypsies of the Andaman Sea et j’ai découvert qu’il était l’auteur des guides Lonely Planet sur le Cambodge. Dans ce livre publié en 2004, il raconte des expériences diverses en Thaïlande, en Inde, au Camboge, au Vietnam et au Laos. Ce sont souvent des instantanés qui décrivent des pays qui ont fort changé depuis. Le Cambodge à cette époque était encore vraiment un far-west, où se rejoignaient pédophiles, drogués et gangsters. Ses descriptions de Bangkok font vivre une certaine facette de la ville, pas la plus touristique, plutôt celle qui est dans l’ombre, celle des soirées et des bars. Un extrait du chapitre « Cambodia, Phnom Penh – The Heart of Darkness »:

« The ‘Heart’ as the local moto-drivers call it, opens late, gets busy round midnight and closes when the last customer leaves. Tarantino’s Titty Twister doesn’t come close to the madness that erupts on the dance floor. And on a really packed night, the Dead Kennedys’ ‘It’s a holiday in Cambodia’ spins out the speakers. It’s the ultimate post-modernist experience. Jello Biafra yells ‘Pol Pot, Pol Pot’, the girls pop pills, the old guys at the bar try to keep the latest joint together, the rich Khmers in the corner, who remember the horror as if it had been yesterday, don’t give it a second thought. »

A lire !

2015 Reading challenge: A book set in a different country, A nonfiction book, A book by an author you’ve never read before

Book_RATING-40

Jaew kapi: Laotian chilli sauce

Après une première recette de sauce aux piments, j’ai profité du dernier (?) barbecue de l’année pour en cuisiner une dont j’ai trouvé la recette dans un livre que j’aime beaucoup, mi-récit de voyage mi-livre de cuisine: Ant egg soup de Natacha du Pont de Bie. Je l’ai un peu adaptée, mettant une quantité de pâte de crevettes bien plus réduite qu’indiqué de peur d’avoir un mauvais goût.

Les ingrédients que j’ai utilisés sont les suivants:

  • 4 piments Numex Espanhola (les rouges arrondis)
  • 1 piment Habanero orange (qui a même réussi à faire pleurer diane tant il est piquant – ça n’arrive jamais en général)
  • 6 piments Indian Cobra (les rouges allongés)
  • 1 échalote de taille moyenne
  • 4 gousses d’ail

Tous ces ingrédients ont été mis sur brochette pour pouvoir les griller au barbecue, ce qui donne un bon goût. L’auteur du bouquin propose comme solutions alternatives de les griller sur la flamme d’un réchaud à gaz, voire, dans les cas désespérés, à la flamme d’une bougie.

Dès que la peau a noirci, il faut peler et émincer l’ail et l’échalote et enlever les graines et queues des piments, ainsi que les peaux trop noires. C’est là que des gants chirurgicaux viennent à point pour ne pas imprégner ses doigts de capsaïcine et évidemment se les mettre dans les yeux.

Il faut ensuite frire l’ail et l’échalote deux minutes dans un wok puis les transférer dans un mortier ou une moulinette (ce que j’ai fait, par paresse, mais ça fonctionne très bien). Rajouter les piments puis les ingrédients suivants:

  • une mini pointe de couteau de pâte de crevettes (le machin qui pue à des kilomètres et qu’on emballe dans deux sacs plastiques avant de le mettre au frigo. On comprendra donc pourquoi j’en mets si peu).
  • une cuillère à soupe de sauce poisson
  • le jus d’un citron vert
  • une pincée de sucre
  • de la coriandre

Mixer le tout, en ajoutant ces ingrédients un à un. La coriandre est facultative mais elle donne un bon goût. Si la sauce est trop sèche, ajouter un peu d’eau chaude. Cela se conserve plus d’une semaine au frigo. Cette sauce est un peu longue à préparer mais son goût est vraiment très bon, mélangeant le fumé du barbecue, le piquant de certains piments, le goût de poivron d’autres, l’acidité du jus de citron et le salé de la pâte de crevettes et de la sauce poisson.

Ant egg soup

ou soupe d’oeufs de fourmis, une des nombreuses délicatesses de la cuisine laotienne. Dans son livre, Natacha du Pont de Bie raconte son voyage au Laos en mettant l’accent sur ce qu’elle mange et elle propose quelques recettes dans son livre. Ce livre est passionnant ! Evidemment, j’adore manger et je suis passée par quasi tous les endroits où elle a été, et je suis nostalgique des nombreux plats que j’ai mangé et de la douceur de vivre du pays (c’est un peu cliché, mais c’est comme ça, je n’ai jamais été dans un pays aussi agréable). J’y retournerais bien, surtout après la lecture du livre, que je classe parmi mes récits de voyage favoris.
Je viens de découvrir via Wikipedia un blog qui propose des recettes, ainsi que des vidéos.