Short diary of the week (255)

Lundi: j’avais oublié qu’il faisait si chaud au bureau, mais en fin de compte ça va quand même mieux, avoir plein de projets pour le temps que j’ai avant le repas et puis ne rien faire – c’est une constante, de la lecture au jardin

Mardi: toute barbouillée ce matin mais une heure plus tard c’est passé, enfin une température convenable au bureau, tester une nouvelle salade au Delhaize et ne pas aimer la sauce qui a l’air de contenir de l’eau de fleur d’oranger (il n’y en a pas dans la liste d’ingrédients), rentrer et préparer à manger, mon père: “tu dois m’acheter une nouvelle radio, elle ne fonctionne plus” moi: “tu as sans doute de nouveau appuyé sur un mauvais bouton” (comme tous les jours) – et ça m’a énervée, et j’ai mis du temps à me calmer même en lisant au jardin

Mercredi: réveillée en sursaut au milieu d’un rêve stressant, une journée qui se passe, ce besoin de profiter pleinement de l’été et du beau temps, un délicieux cocktail chez LIB servi dans un cactus suivi d’un repas au Yi Chan – le tout en agréable compagnie, de jolis cadeaux d’anniversaire, la nuit tombe déjà bien plus tôt, terminer mon roman, commencer le suivant et avoir du mal à le lâcher alors que j’ai sommeil

Jeudi: travailler à la maison en attendant le technicien pour la machine à laver, il arrive bien à l’heure prévue et remplace deux pièces – heureusement que c’était sous garantie, retourner au boulot, et donc ça me fait trois projets en même temps, recevoir ma commande livres, fouiller dans les vieux albums de mes voyages, des tomates du jardin, commencer de suite un des livres reçus, puis continuer le roman – toujours au jardin

Vendredi: c’est vendredi !, si vous voulez des conseils pratiques pour voyager loin demandez-moi !, les trucs du vendredi, rentrer dans la chaleur, ce soir c’est film: Adieu Mandalay (Midi Z, 2016)

Samedi: vider les dernières choses de la maison paternelle – le vide-maison avait oublié une armoire, les courses, aller chez mon papa, de la lecture, des quesadillas d’après Yotam Ottolenghi, de la lecture

Dimanche: la fraîcheur du matin, une lessive, un stratagème pour sécher le tout dehors sans corde à linge, de la couture: mon second essai de toile est concluant !, de la lecture en déplaçant mon fauteuil pour rester à l’ombre des arbres, un barbecue, de la lecture

Advertisements

Short diary of the week (250)

Lundi: un sommeil relativement convenable mais encore fatiguée, une réunion, encore une semaine très hachée au niveau du travail, mais retrouver quand même un début de continuité, profiter des ventes couplées pour acheter des sous-vêtements et des t-shirts, Parts Unknown au Bhoutan, de la lecture – ou comment je m’attache de plus en plus à ce roman très dense et regrette de ne pas avoir plus de temps pour continuer

Mardi: une bonne nuit, organiser la saison prochaine du grand projet (avez-vous déjà entendu parler de Nauru ?), un drink de départ à la pension dans le jardin du bureau, faire des comptes, trier des disques, lire au jardin, rentrer parce qu’il fait un peu frais et que j’ai envie de voir un épisode de No Reservations (au New Jersey)

Mercredi: réveillée tôt et somnoler un moment, ce mail n’est pas du tout agréable, être distraite et donc ne pas faire ce qui était prévu, trier des disques, encore un coup de fil quelque peu désagréable – vivement le mois d’août que tout cela soit derrière moi, m’inscrire à it’s me – pour une fois que l’administration belge devient facile à utiliser !, des restes, lire au jardin

Jeudi: du tri de cd, les bretelles de cette nouvelle robe tombent constamment, un inventaire très animé, une grosse fatigue, A cook’s tour à Tokyo (quant à regarder tous les docus d’Anthony Bourdain autant commencer par le début), de la lecture au jardin

Vendredi: les trucs du vendredi, de l’organisation pour les projets en cours, commander mes sandales favorites en soldes (dans une autre couleur), et puis c’est le drink de fin de saison de notre service, une agréable après-midi à discuter avec des collègues dans le jardin attenant au bureau, un peu ivre, un repas simple, terminer mon roman au jardin et commencer le suivant

Samedi: une très mauvaise nuit, je suis un peu triste et anxieuse: aujourd’hui le vide-maison vide la maison paternelle, des courses alimentaires de tôt matin, une sieste le matin, aller chez mon papa, une sieste l’après-midi, je me sens enfin un peu mieux, de la lecture, et encore de la lecture

Dimanche: rafraîchir la maison, le retour du vélo devant TBBT S03E09 (où Bernadette accepte de sortir avec Howard), tenter de trouver une solution pour les bretelles de robes qui tombent, ne pas trouver de ruban qui convient et de toutes façons avoir la flemme de coudre des pressions minuscules, de la lecture sous un arbre, de la préparation pour mon voyage au Japon, et donc comparer les guides: le vieux Rough Guide est bien plus complet que le (nouveau) Lonely Planet, quant aux cartes parfois le Guide Bleu est le meilleur, de la lecture, un barbecue, de la lecture, rafraîchir la maison

Short diary of the week (246)

Lundi: une nuit un peu agitée mais j’ai vécu bien pire, enfin une journée entière pour travailler sur Cuba !, cette robe a toujours du succès et c’est aussi une de mes favorites, profiter du jardin toute la soirée

Mardi: une journée coupée en morceaux à cause de deux réunions, rentrer bien à temps pour repartir très vite, une première signature – vivement le mois d’août pour la seconde, The Good Fight – fin de la seconde saison qui annonce une troisième qui pourrait bien être passionnante, The Americans – quel suspense !

Mercredi: quelques insomnies, du tri de cd qui avance pas mal, envie de faire la sieste, avancer quand même dans le boulot, l’avocat dont je parlais la semaine passée est resté dur, lire au jardin jusqu’à l’apparition des moustiques, envie de finir mon livre mais il me reste juste un peu trop de pages

Jeudi: plein de rêves bizarres, pourquoi est-ce que je ne peux pas lire au bureau ? en fait je pourrais mais ma conscience ne me le permet pas, Cuba donc, envoyer un premier mail pour un futur grand voyage, youhou la fenêtre donnant sur le jardin est réparée, The Americans – la fin d’une série qui monte en puissance au fil des années, terminer mon roman au jardin et commencer le suivant

Vendredi: commencer la journée par une réunion (et ne pas être tout à fait d’accord avec une partie), les trucs du vendredi, il fait plus froid que je ne le pensais avec cette pluie, le week-end !, Milieu (Daniel Faure, 2015) – un documentaire très contemplatif sur l’arrivée d’un typhon à Yakushima, Gardener’s World – sans m’endormir !

Samedi: me dépêcher pour faire les courses avant la foule, et puis maintenant je fais quoi ?, réfléchir au nouveau projet couture, oh mais c’est juste parfait – reste à prendre la décision, et c’est parti pour le BWSF, en profiter pour goûter des choses peu connues: mezcal, pisco, cachaça, rhums de Madère… et passer une belle et longue après-midi en bonne compagnie, ne plus avoir beaucoup d’énergie pour le reste de la soirée et regarder des bêtises à tv

Dimanche: une nuit agitée, de la zumba, me battre avec des bambous qui tout d’un coup sont devenus invasifs, me retrouver complètement trempée de sueur et me dire qu’il est temps d’arrêter, une douche rapide puis de la lecture, inaugurer le tout nouveau mini barbecue Joya et être très contente du résultat, profiter encore un moment du jardin

Short diary of the week (245)

Lundi: férié !, réveillée tôt par les avions qui passent, cette petite pluie n’aura pas suffi pour bien hydrater le jardin, inaugurer le nouveau GPS, une session qui fait son effet et conforte certaines idées, planter tous les légumes (tomates, concombres, courgettes, piments…) et m’arrêter là pour aujourd’hui, de la lecture, la pluie qui tombe et l’orage au loin, The good fight, Anthony Bourdain Parts Unknown en Arménie

Mardi: réveillée par des nausées, une mauvaise nuit donc, vivement la fin de la semaine !, mon travail sera tout le temps interrompu ces prochains jours et je n’aime pas ça, une après-midi de rencontres et networking autour des musiques du monde, revoir plein d’amis et de connaissances, rentrer bien fatiguée, être affamée et ne plus avoir faim au moment de manger, The Americans

Mercredi: partir sous la pluie, une journée bien chargée, un entretien de fonctionnement qui me permet d’insister sur ce que je trouve important et de laisser passer ce qui ne l’est pas, une réunion un peu longue, et tout ça en même temps que des négociations pour la vente de la maison, complètement vidée et plus envie de cuisiner, sauf que les plats achetés chez le traiteur grec ne me plaisent pas plus que ça, passer la soirée à jouer à Simon’s Cat – la preuve que j’ai besoin de vider ma tête, lire quand même un peu avant de m’endormir

Jeudi: une nuit un peu agitée et fatiguée au réveil, pas envie de travailler mais je dois rattraper le retard, trois appels en 15 minutes ? il ne faut pas exagérer !, envie de faire la sieste, faire le plus important et reporter le reste, me dépêcher de rentrer sous les premières gouttes de l’averse orageuse, le déluge, cuisiner, The 100, terminer un recueil de nouvelles, commencer un nouveau roman

Vendredi: tenter de terminer tout ce qui reste à terminer mais j’en ai un peu marre, on tend un doigt et de suite on veut le bras…, sauf que je refuse de me laisser faire, tout est terminé – pour cette semaine, avoir des avocats prêts à manger est toute une histoire, lire au jardin avec un verre de vin blanc bien frais, sentir l’humidité qui grandit et les odeurs de la nature

Samedi: la rosée qui couvre toutes les plantes, du repassage et de la couture, la visite du samedi et les courses, tondre la pelouse et puis passer le reste de l’après-midi à lire, mais en fait ce plat est vegan, encore profiter du jardin en soirée

Dimanche: terminer la couture d’une robe, du repassage, m’installer au jardin avec des livres sur Japon, quelques gouttes de pluie, rempoter quelques plantes et aménager la terrasse pour l’été, encore lire un moment, cuisiner indien mais ne pas suivre tout à fait la recette un peu trop compliquée, espérer pouvoir faire des photos de ma nouvelle robe mais il pleut à nouveau, heureusement les orages annoncés se sont très fortement atténués avant d’arriver ici

Short diary of the week (244)

Lundi: le retour au boulot après un long weekend, et donc rattraper le retard, et puis encoder deux nouvelles playlists, du shopping express chez Uniqlo, retrouver des amis au Yi Chan avant d’aller à une conférence musicale à l’AB à propos des enregistrements de terrain d’Oswaldo Lares au Venezuela – le tout raconté par son fils

Mardi: une nuit un peu trop courte et quelque peu agitée, outrée par Bpost qui a renvoyé mon colis sans me le présenter – et deux des livres sont maintenant indisponibles, l’excellent et rapide service clientèle de l’expéditeur, la suite de l’encodage et l’insertion de photos, me débarrasser des collants trop chauds, quelques achats (j’ai finalement trouvé un des livres ailleurs – et suite au trajet de dimanche, j’ai racheté un GPS) et une prise de rendez-vous, rentrer et manger rapidement pour repartir, une course pour rien – impossible de détacher le trumeau du mur, un gin tonic pour me calmer, The Good Fight

Mercredi: des rêves bizarres (j’étais sur un bateau sur une rivière, mais j’hésitais aussi à acheter un sac Gucci), de la chance avec les transports, par contre la poste est bel et bien en grève donc pas de colis, le retour de Cuba, le trajet pour rentrer est bien lent, et donc me dépêcher de préparer à manger parce que ça doit cuire un certain temps – des courgettes farcies donc, Rise – fin de la seule saison – on ne va pas dire que c’était génial mais il y avait deux-trois trucs intéressants, The Americans

Jeudi: dormir un peu plus longtemps, un rendez-vous avec la salle de vente qui vient chercher meubles et tableaux, le trumeau est décidément trop bien fixé, partir de là en voiture pour le bureau, Cuba – encore, hésiter à propos de ce que je vais manger, The 100, Anthony Bourdain Parts Unknown au Newfoundland

Vendredi: un petit matin bien froid, un mail très décevant, du tri, les trucs du vendredi, de l’énervement, partir à la recherche de jupes toutes simples – ce qui est apparemment très compliqué: il n’y a que robes ou pantalons dans les magasins, me rabattre sur King Louie et acheter plusieurs choses, parcourir la chaussée d’Ixelles pour le moment est juste catastrophique pour les pieds, contente de pouvoir me débarrasser de mes chaussures en rentrant, l’avocat prêt à manger n’est pas prêt à manger, The 100, Garderner’s World – youhou je ne me suis pas endormie – mais ce n’était pas vraiment passionnant non plus

Samedi: paramétrer le nouveau GPS, et puis avoir du mal à me décider à faire quelque chose, un peu de couture mais vite lassée, cette anxiété du samedi matin, je ne comptais pas regarder le mariage royal et puis la tv était allumée dans la chambre de mon papa, il a l’air d’être un peu plus sociable – tant mieux, tondre la pelouse et enlever les tulipes, de la lecture, un curry d’aubergines et tomates cerises, The last wagon (Delmer Daves, 1956) – quel suspense ! – par contre qui croit en cet amour qui touche presque à de la pédophilie ? (une constante dans les vieux films – ici les acteurs ont 18 ans de différence)

Dimanche: tentons la jardinerie de tôt matin, l’avantage c’est qu’il n’y a personne sur l’autoroute, choisir plein de plantes et quelques objets nécessaires, rencontrer par hasard Gasparde et Bohemond qui m’aideront beaucoup à transporter et charger tout ça dans la voiture – le chariot débordait !, maintenant il faut planter tout ça – le tout en plein soleil, préparer le barbecue du soir, craindre la pluie et l’orage mais au final seules quelques gouttes sont tombées, terminer mon roman et commencer un autre

Short diary of the week (243)

Lundi: sortir une robe estivale, ne pas voir grand monde au boulot, faire tout ce qu’il y a à faire et même plus, de petits tracas quant à la vente de la maison, hésiter à rentrer à pied et puis la flemme l’emporte, à vrai dire le trajet est vraiment fort long et je n’ai pas encore trouvé d’alternative pratique, lire au jardin (les séries prennent du retard mais peu importe), terminer mon roman et choisir le suivant

Mardi: ah mais si on me rappelle c’est encore mieux – rendez-vous pris pour vendredi matin, des disques pas très passionnants, un coup de pompe gigantesque et une envie pressante de dormir alors que la nuit avait été bonne, un début d’allergie à l’œil, The good fight

Mercredi: un texte corrigé et prêt à publier, reprenons Cuba, pour une fois qu’amazon avait été rapide à l’envoi c’est la poste qui accumule les retards, j’ai du mal à rester calme avec les histoires de mon papa, Rise, Anthony Bourdain Parts Unknown en Virginie chez les hillbillies des Appalaches

Jeudi: férié !, mais ce n’est pas pour ça que je n’ai pas d’obligations, revendre des livres – beaucoup – à domicile, de la couture, et puis retour à la maison paternelle pour vendre des meubles et un tableau, de la lecture mais peu de concentration, Westworld, The Americans

Vendredi: congé ! mais levée tôt pour un rendez-vous à la maison paternelle avec des experts d’une galerie de vente, des courses (quel monde !), de la couture, inquiète quant à la suite de la journée, une visite à mon papa et surtout deux conversations avec la directrice et l’infirmière en chef de la maison de repos qui me rassurent quant au fait qu’ils essaient de faire au mieux, mais aussi me rendre compte qu’il décline de plus en plus, la fin du désherbage ! ça aura mis du temps !, de la lecture, The 100, Gardener’s World – ça n’a pas raté – je me suis endormie

Samedi: après les rendez-vous des deux derniers jours le weekend est entièrement à moi, il fait tout gris ce matin et le soleil peine à sortir, et revoilà les pensées envahissantes et déprimantes, le jardinage arrivera finalement à les évacuer, terminer le gros pavé historique, un curry indien, The true story of Jesse James (Nicholas Ray, 1957) – un western gentillet que son titre français décrit bien: Le brigand bien-aimé

Dimanche: il fait tout gris (et ça ne risque pas de changer), ne pas penser à la fête des mères, du rangement aka descendre les vidanges et le vieux papier à la cave, de la couture – ça prend forme, me préparer pour le voyage du jour: prendre la route pour acheter des plantes exotiques, oh le gps me voit au milieu des champs – il serait temps d’en changer, un choix difficile mais un beau choix quand même (plusieurs palmiers, une fougère arborescente, des hedychiums et gingembres, des bananiers…), ne pas oublier de nourrir les félins des voisins, The Americans, Anthony Bourdain Parts Unknown en Uruguay – un épisode très moyen

Short diary of the week (238)

Lundi: une chouette rencontre pour vider certaines choses dans la maison paternelle, remplir les bouteilles découpées de terre puis semer les tomates (19 variétés !), terminer de coudre une robe, faire des projets pour la suivante qui devrait combiner trois patrons, de la lecture mais aucune concentration, écouter les râleries de mon papa qui n’accepte aucune solution que je lui propose, De huizenjagers – mon agent immobilier n’y est plus mais il y a ce plaisir coupable de regarder dans les maisons des autres, Masterchef, The Good Fight

Mardi: mon mauvais sommeil est clairement psychologique et lié à la nuit du dimanche au lundi vu que j’ai relativement bien dormi cette nuit, préparer une nouvelle playlist et voir tous mes collègues, ces petites choses qui m’énervent (ou l’art d’arriver à se déconnecter à certains moments), et puis m’enfermer dans mon bureau pour l’après-midi, à la recherche de l’imperméable parfait – tentative n°1, me consoler en achetant un livre (juste un ! – je me félicite), d’ailleurs en faisant le ratio ajout sur la PAL / livres lus je constate que devrais en lire 8 avant de pouvoir en racheter si je veux commencer à diminuer ma PAL un jour – cela va être compliqué !, manger pour la troisième fois de suite le même plat devient répétitif, me laisser happer par la tv: De huizenjagers suivi de Topdoktors, une bonne dose de lecture

Mercredi: traîner un peu ce matin, m’organiser au mieux et faire mes courses tout de suite, vendre quelques livres et œuvres d’art de la collection de papa, aller au boulot en voiture du coup, avoir l’impression de ne travailler sur rien alors que ce n’est pas le cas – je fais avancer les choses mais sans produire de contenu et c’est de là que vient cette impression, me sentir entrer doucement dans un état de légère déprime sans trop en connaître les raisons, de la comfort food, De huizenjagers, Masterchef

Jeudi: après ces jours sans création de contenu je m’y mets aujourd’hui (et ça fait du bien), et je m’y tiens toute la journée, un repas basique, De huizenjagers, Masterchef

Vendredi: me rendre compte que mon père a payé pendant plus de 25 ans une assurance pour un appareil photo cassé, toute l’excitation de voir la publication de la vente de ma maison d’enfance, mais aussi un drôle de sentiment, les trucs du vendredi, des conseils pour une future émission radio, l’après-midi me semble longue avec ce beau soleil qui me nargue, enfin le weekend !, je sens bien que mon père ne m’a pas écoutée quand je lui ai parlé de la mise en vente de sa maison, The X-Files, Rise, Masterchef

Samedi: le soleil ! sortir l’essentiel des plantes qui ont passé l’hiver à l’intérieur, faire des courses dans un supermarché déserté, tondre la pelouse, scarifier la pelouse, tailler le sureau, reprendre enfin mon activité préférée: lire au jardin, profiter pleinement de ce premier beau jour de la saison, un repas estival, The Searchers (John Ford, 1956)

Dimanche: nuages et soleil timide, ça s’éclaircit pendant que je rédige quelques notes de blog, le plaisir de retrouver le jardin pour faire des photos de ma nouvelle robe, continuer les travaux de jardin: remplir des creux dans la pelouse, bien délimiter les bordures des parterres, commencer le désherbage, et puis terminer mon livre, préparer le premier barbecue de l’année et profiter des températures très clémentes, terminer la 11e saison de The X-Files et me dire que c’était mieux avant, lire encore un peu dans le canapé puis dans mon lit