Agneau et poulet (Winter Cookbook Challenge) + update #13

(désolée pour le retard de publication – Photobucket n’a pas voulu coopérer et j’ai dû trouver une autre solution pour publier les photos)

Pour mon dîner de dimanche, j’ai combiné trois recettes très simples: les pommes de terres rissolées déjà évoquées, un souvlaki d’agneau venant du livre Barbecue Party (un espoir d’été ?) et des aubergines frites du livre Le mezze libanais. L’art de la table festive. Le livre sur les barbecues est un de mes classiques pendant l’été et j’ai déjà préparé de nombreuses recettes. Celui sur les mezze est également une bonne source: les recettes sont souvent très simples. Je n’ai pas vraiment frit mes aubergines (je digère mal ce qui est trop gras), j’ai utilisé un pinceau pour les imbiber légèrement d’huile d’olive et je les ai cuites à la poêle à griller, que j’ai utilisée par la suite pour les brochettes d’agneau. Dans la sauce au yaourt, il y a juste du yaourt, un peu d’ail et un peu de menthe. Simple mais efficace.

Je n’avais pas encore utilisé le dernier livre de Jamie Oliver, Everyday super food et je me suis dit qu’il était temps. Beaucoup de recettes demandent une série d’ingrédients mais c’était assez raisonnable pour les « Golden chicken skewers, yellow pepper sauce, black quinoa ». Surtout que je n’ai pas préparé le quinoa parce que j’avais déjà assez de quantité avec le reste. Et comme j’avais déjà mangé des brochettes dimanche, j’ai juste coupé les filets en morceaux plus petits. C’est une recette rapide que je ferai sans doute encore: la seule chose un peu spéciale est la sauce aux poivrons qui se fait remarquer parce qu’il y a un peu de vinaigre.

Et vous ?

  • Shermane (In Food we still trust) a préparé deux recettes végétariennes
  • Kleo (Kleo à Paris) m’a fait saliver avec ses coquilles saint jacques au whisky mais ce n’est pas tout
  • Pauline (La reine des paupiettes) a préparé quelques recettes et parle déjà du futur
  • Armalite (Le rose et le noir) a préparé un gâteau chocolat matcha
  • de même que Nelly (Nelly Pop) qui a également préparé un fondant au chocolat

Et comme toujours, il y a les photos sur Instagram, avec notamment une recette de marmelade de Gasparde

Pommes de terres rissolées (Winter Cookbook Challenge) + update #9

Pour cette semaine, je triche un peu. C’était une recette simplissime de pommes de terres ou rien du tout. Mais j’en ai fait une photo. Et cela va devenir un accompagnement parfait pour plein de plats. Il s’agit à nouveau d’une recette de Jamie Oliver (j’aurais du nommer ce challenge à son nom !), Baked new potatoes with sea salt and rosemary issue du livre Happy days with the naked chef. Il faut donc un ingrédient, des pommes de terre, et quatre condiments: de l’huile d’olive, du romarin, du (bon) sel (pas de Maldon mais de Guérande dans mon cas) et du poivre noir (que j’ai oublié).

Vous avez été bien plus actives que moi !

  • Pauline (La reine des paupiettes) a préparé moins de plats que les autres semaines, mais il y en a quand même plusieurs
  • Marie (Sur un coin de table) a préparé des samosas
  • Armalite (Le rose et le noir) poursuit son exploration dans les recettes végétariennes
  • Kleo (Kleo à Paris) fait le résumé des deux dernières semaines
  • Shermane (In food we still trust) propose deux recettes végétariennes

Et comme toujours, il y a les photos sur Instagram, avec une participation de Diba qui a préparé du poulet et du riz à la citronnelle, de Gasparde (également du poulet mais à l’italienne) et de Nelly (des madeleines).

Merci pour votre participation et à la semaine prochaine !

Pintade et oranges sanguines (Winter Cookbook Challenge) + update #8

Cette semaine, je me suis à nouveau tournée vers une recette de Jamie Oliver: Pot-roasted guinea-fowl with fennel, potatoes and blood oranges dans Jamie’s Kitchen. Au moins, c’était de saison cette fois-ci ! J’adore les oranges sanguines et j’essaie d’en acheter chaque année (c’est aussi l’occasion de réaliser quelques cocktails). La pintade est une volaille que je cuisine peu, parce que je n’y pense pas. Le fenouil n’est pas mon légume préféré mais je l’apprécie une fois de temps en temps. Une leçon: lire la recette en entier au moins un jour auparavant ! En effet, c’est environ deux heures avant le repas que j’ai remarqué qu’il fallait mariner la viande pendant au moins une nuit. J’ai dû me contenter d’une heure, ce qui fait que les goûts n’ont pas eu vraiment l’occasion d’imprégner la pintade. Pour le reste, la recette est facile à exécuter, tout se cuit dans un plat au four mais j’ai diminué le temps de cuisson des cuisses et baissé la température du four d’abord à 200° au lieu des 250° annoncés, puis à 180°. Ok, j’ai de la chaleur tournante, mais même comme ça, cette température me semble bien trop élevée. J’ai servi le plat comme conseillé avec une sauce à base de jus d’orange et d’huile d’olive et c’était juste délicieux, surtout le fenouil que je n’avais jamais mangé aussi bien cuit. Le seul bémol: toute la maison sentait très fort l’ail cuit, le genre d’odeur assez désagréable à la longue.

Et de votre côté ?

  • Pauline (La reine des paupiettes) a cuisiné plein de plats différents
  • Marie (Sur un coin de table) a fait un écart au challenge mais sa confiture a l’air délicieuse
  • Armalite (Le rose et le noir) présente une soupe
  • ainsi que Ciorane (La cuisine de Quat’ sous) qui m’avait envoyé un mail la semaine passée et que j’ai oublié de citer ici. Elle a préparé une tourte aux fruits d’hivers et propose plein d’autres recettes sur son blog.

Et comme toujours, il y a les photos sur Instagram, avec une participation de Kleo (un ragoût de racines).

 

Clémentines et kangourou (Winter Cookbook Challenge) + update #7

Je vous ai déjà parlé de ma Tarte amandine aux clémentines mais pas encore de la seconde recette que j’ai fait cette semaine. (On remarquera au passage que je commence à trouver un rythme de croisière un peu plus élevé qu’au début – étaler les livres par terre, ça aide). Je cherchais un repas d’hiver, avec de la viande et mon choix s’est porté sur Pan-roasted venison with creamy baked potato and celeriac de Jamie Oliver dans Jamie at home, un de ses livres que je n’ai que peu utilisé jusqu’à présent. Pour une fois, ma recette était de saison. « Venison » désigne du gibier, en général du cerf ou de la biche mais comme la saison du gibier est terminée, je me suis tournée vers le kangourou qui est une bonne alternative (oui, j’ai mangé Skippy). La recette n’est pas compliquée, le gratin prend juste un peu de temps, comme tous les gratins. J’ai suivi la recette en mettant de l’ail et de la sauge dans mes pommes de terre et mon céléri rave, tout en ayant un doute. Et en effet, ça se confirme: je préfère mon gratin sans ail. Par contre, j’aurais pu en mettre plus lors de la cuisson de la viande et dans la sauce au vin rouge. A part ce problème aillé, le plat était délicieux et risque d’être encore préparé, en rajoutant plus de romarin et de baies de genévrier à la viande. Pour la photo, j’aurais pu décorer avec une branche de romarin mais il faisait nuit et je ne voulais pas aller en chercher à tâtons dans le jardin.

Et de votre côté ?

  • Kleo (Kleo à Paris) a entre autres préparé un menu médiéval
  • Pauline (La reine des paupiettes) a cuisiné un gâteau au chocolat et des noix de saint-jacques
  • Aramina (Nietzche Paillette & sac à main) a préparé un plat indien vegan
  • Marie (Sur un coin de table) propose une pizza à base quinoa

Et comme toujours, il y a les photos sur Instagram, avec en plus la participation de Diba (avec de la ricotta rôtie d’après Jamie Oliver) !

Best lamb cutlets with special basil sauce (Winter Cookbook Challenge) + update #4

C’était la période des fêtes et malgré mes congés, je me suis plutôt tournée vers des plats que je connais déjà ces dernières semaines. Et puis, avec l’accident de mon papa, je n’ai plus trop eu envie de cuisiner. Mais je voulais respecter mon « contrat » dans ce challenge et je me suis tournée vers les livres de Jamie Oliver. Deux recettes me tentaient: de la pintade à l’orange et au fenouil, sauf qu’il n’y avait plus de pintade à mon supermarché, et du canard aux prunes, sauf que la saison des prunes est terminée. J’ai donc sélectionné une recette très facile que j’avais déjà réalisée avec succès dans le passé: Best lamb cutlets with special basil sauce dans Jamie’s dinners. Rien de bien compliqué: des côtes d’agneau, des champignons, du basilic. Sauf que ça ne m’a trop plu: les côtes goûtaient fort la graisse (ça arrive), j’ai trop écrasé les pignons de pin dans le basilic (pour gagner du temps, je ne l’ai pas fait en deux étapes comme préconisé) et ce n’est pas la saison du basilic. J’ai acheté un paquet au magasin et il s’est révélé être fort sucré une fois écrasé.

De votre côté, vous n’avez pas chômé et il y a de nouvelles participantes: Armalite (Le rose et le noir) a préparé des Scones à l’oignon et au bleu et Marie (Sur un coin de table) a testé les Prawns & scallops with tomato & fetaAramina (Nietzche Paillette & sac à main) a promis de tenter quelques recettes et d’en parler sur son blog. Retrouvez également les articles récapitulatifs de Shermane et Pauline, ainsi que sur Instagram avec en plus les participations de Diba et Kleo.

 

 

Ossobuco alla milanese (Winter cookbook challenge)

Pour une première recette de ce challenge, j’avais envie de réaliser une recette d’ossobuco un peu différente de celle que je fais de mémoire (au fenouil et à la tomate). C’est un peu par hasard que j’ai pris Jamie’s comfort food en main, me disant que je n’avais jusqu’à présent fait aucune recette de ce livre. Et cela n’a pas raté: Jamie Oliver propose une recette d’ossobuco. Elle est facile à réaliser mais un peu longue: les carottes, oignons et céleri doivent être coupés en tous petits morceaux et mélangés à de l’ail et du romarin, puis frits dans une casserole dans laquelle on a déjà fait brunir la viande au préalable. Jamie invite ensuite à mettre le tout au four, ce que je n’ai pas fait: j’ai continué la cuisson sur un feu très doux pendant deux heures. J’ai sans doute ajouté trop de liquide (vin blanc et bouillon de poulet) parce que mon plat n’a pas la même apparence que sur la photo du livre. J’ai également omis de le servir sur un risotto au safran et j’ai préféré des pommes de terre. J’ai cependant fait l’effort de préparer une gremolata. Celle-ci contient de l’ail cru et j’ai trouvé le goût trop fort sur la viande. L’ossobuco en lui-même est une réussite, les légumes se mariant bien à la viande mais je pense avoir une préférence pour ma recette au fenouil. En mangeant le reste du plat le jour suivant, je l’ai trouvé un peu trop salé, sans doute la faute au bouillon de poule en cube que j’ai utilisé.

  • Taux de réussite: 4/5
  • Goût: 3,5/5
  • A refaire ?: peut-être
  • Note sur le livre: beaucoup de recettes qui prennent une demi-journée à préparer, pas mal de classiques, recettes très bien détaillées « à la Jamie », photos de tous les plats

Avez-vous déjà fait des recettes ? Le w-e prochain, je n’aurai sans doute pas le temps de cuisiner quelque chose de nouveau mais je peux écrire un billet avec vos réalisations le mercredi 16 décembre.

EDIT: j’ai confondu les jours, on n’est que mardi ! C’est publié maintenant, je ne vais pas retirer le billet.

Saliver devant la tv

Il y a quelques mois, une matinée très paresseuse à Battambang au Cambodge que j’ai passée à zapper sur la tv locale… en restant finalement sur TV5 Monde qui a diffusé plusieurs émissions de suite sur la nourriture. C’était d’ailleurs un peu bizarre d’entendre parler de cuisine du terroir, de champignons ou de boeuf de l’Aubrac, au Cambodge.
Avant-hier, en zappant, je tombe sur un reportage sur des étudiants en cuisine en stage chez des grands chefs français (FR3, TV5 ?). Ce soir, soirée pour saliver aussi, avec d’abord Arte puis France 3. Et entre les deux, de nombreuses soirées de zapping se sont arrêtées sur ce genre d’émissions.
Suis-je la seule à penser qu’il y a pour le moment prolifération de reportages sur la cuisine et la gastronomie sur la télévision française ? Et je ne parle pas de la BBC qui traditionnellement diffuse au moins 3 ou 4 émissions de recettes par semaine, en créant des stars comme Jamie Oliver ou Nigella Lawson ou qui fait des concours comme Masterchef (et qui met une partie des recettes sur son site).