Short diary of the week (203)

Lundi: pas très bien dormi (mais un autre type d’insomnie – celui où je me réveille au milieu de la nuit avec la tête envahie de pensées diverses – où j’essaie donc de me souvenir de mon login pour mon premier compte photobucket – ça va être compliqué à retrouver, je pense), de l’animation suite au malaise d’une collègue – avec ambulance et tout, relire et corriger et numéroter les articles pour mieux m’y retrouver, la météo annonçait de la pluie à l’heure de mon retour – sauf qu’il ne pleut pas mais je n’ai pas de bonnes chaussures pour rentrer à pied – dommage, Twin Peaks, créer une google map pour mon citytrip – ça se rapproche !

Mardi: ah voilà le troisième compte photobucket était sur ce mail-là ! (j’ai donc reçu un mail pour me prévenir mais les photos restent visibles cette fois-ci), facilement distraite ce matin, mais aussi bien concentrée par moments, une soupe de nouilles soba, Jamestown (enfin le dernier épisode), Fargo, une envie de terminer mon livre mais il est déjà trop tard

Mercredi: toujours un sommeil agité à cause de ces fichues photos – si seulement je pouvais dire à mon cerveau de se taire, il fait du temps à la belge aujourd’hui et bien trop frais pour la saison – heureusement il fait encore bon à l’intérieur, ce texte n’était vraiment pas terminé – moi qui pensait que ce serait rapide, enfin publier ce qui était prêt à publier depuis trois semaines, mais pourquoi ai-je écrit 768 dans ma main ?, retrouver le pourquoi 20 minutes plus tard: c’est l’adresse du magasin de tissu, des achats de voile de coton et d’un autre joli tissu soldé, acheter de quoi compléter un mezze au traiteur grec, American Gods, entamer un nouveau livre

Jeudi: hiiii (1) – ça a l’air de s’arranger pour fin août, hiiiiiii (2) – je peux en fait m’inscrire au voyage qui m’intéresse – mais évidemment je mets à douter / angoisser / etc.: est-ce bien là que je veux aller ? / c’est cher / c’est long (trois semaines) etc., ça va passer, profiter du beau temps pas trop chaud pour rentrer à pied – en fait ça me manquait déjà, zut j’ai mis un peu trop d’olives dans la sauce, Adrift in Tokyo (Satoshi Miki, 2007) – drôle et très sensible en même temps – j’ai adoré

Vendredi: en cours de décision, en attente de nouvelles, de chouettes conversations, des nouvelles positives et puis finalement mitigées mais il faut – une fois de plus – attendre les résultats (début août), un coup de fil sous forme de long monologue ennuyeux, Fargo, Longmire – début de la saison 4, j’ai un peu du mal ce soir

Samedi: un sommeil un peu agité et un réveil fort matinal, ce qui me laisse le temps d’aller faire du shopping – un peu décevant certes – mais j’ai quand même trouvé deux blouses à longues manches qui seront parfaites en voyage, un premier cadeau d’anniversaire surprise, la partie compliquée de la journée: écouter mon père se plaindre et dire qu’il souhaite mourir quand il aura 80 ans (il les aura en novembre) – plus un début de dispute avec sa compagne pour des questions de repas oublié, me changer les idées en testant un nouveau patron, continuer la google map pour mon citytrip, un plat thaï – je les faisais mieux avant il me semble, Apache (Robert Aldrich, 1954) – l’exemple type de films où les Indiens sont joués par des Blancs maquillés et aux yeux bleus – c’est très dérangeant

Dimanche: réveillée tard – en espérant que j’aie récupéré, TBBT S02E20-21, nettoyer le frigo et l’armoire y attenant pour enfin ranger le paquet de farine acheté il y a six mois, me mettre à la couture et choisir un tissu, déjà me rendre compte que ce ne sera pas ma robe préférée mais ce n’est pas grave – ce sera une base pour d’autres modèles, tenter de me concentrer sur de la lecture mais ne pas trop y arriver, perdre du temps avec un jeu, un repas simple, de nouvelles photos de robes, passer le reste de la soirée à remplacer des photos (et déprimer un peu), de la lecture – au moins mon roman (une autobiographie en fait) est passionnant

Short diary of the week (194)

Lundi: mais où est passé mon jupon ? (ah mais oui ! je l’avais enlevé samedi au salon parce qu’il faisait chaud), cette impression que personne n’est là (c’est faux), à nouveau sortir les voiles d’hivernage pour protéger les plantes les plus fragiles, rien ne pousse et tout a besoin de chaleur – moi y compris, The Americans (zzzz), Anthony Bourdain Parts Unknown à San Sebastian au Pays Basque et une envie immédiate d’aller là

Mardi: un sommeil très agité pour cause de démangeaisons qui se transforment dans mon cerveau à moitié endormi en future opération, réveillée bien trop tôt et me lever, me retrouver dans les transports en commun avec tous les ados qui vont à l’école, une panne d’internet et tout le monde se demande quoi faire, une entrevue qui ressemble à un examen mais en fait c’était très cool, The 100 – une grande bagarre à la Spartacus et un nouveau retournement de situation, Masterchef

Mercredi: tout retourner dans ma tête mille fois, le retour du gamelan balinais, recevoir les livres commandés et enfin trouver une réponse à mes questions, quelques courses utiles chez M&S (des culottes, un jupon, un pantalon parfait pour en voyage, du vin), soupeser les nouveaux appareils photos hybrides à la Fnac, suer avec mes vêtements trop chauds, une nouvelle inquiétante surtout qu’elle est accompagnée de peu de détails, pleurer et trouver de réconfort (merci Mario, merci Kleo), The Americans – mais où est passé le scénario ?, Masterchef

Jeudi: me réveiller avec de forts maux de tête après avoir très mal dormi, avoir la chance d’avoir des amis parmi mes collègues, on continue avec Bali, on voit que ce n’est pas la grande forme: tout le paquet de biscuits y est passé, Doctor Who ou l’histoire mille fois répétée de la maison hantée, Masterchef

Vendredi: un livre qui coche toutes les cases de l’énervement (chez moi en tous cas – Juifs, extermination nazie et psychanalyse – heureusement il est très court et écrit grand et il y autre chose que ça), une commande de livres (cocktails + cuisine cette fois-ci), une journée qui se passe, des courses avec l’orage qui menace, Better call Saul, Masterchef – la finale et c’est ma candidate préférée qui a gagné

Samedi: une aventure en Wallonie profonde, métro et deux trains, des boulets à la liégeoise sur la place de Waremme, trop de rhums à goûter aux Rhum Days, une légère obsession sur les rhums de la Barbade pour bien m’imprégner de leurs spécificités, deux train et un métro, comater devant l’Eurovision puis finalement me traîner au lit sans en avoir vu grand chose

Dimanche: un peu de mal à m’extraire du lit, aujourd’hui diète, zumba aussi, du jardinage – enfin surtout du désherbage, de la lecture, High Noon – Fred Zinnemann (1952)

Short diary of the week (190)

Lundi: des maux de tête, pas très concentrée, terminer l’Egypte – enfin !, commencer un texte sur Sumatra et me rendre compte qu’il sera bien trop long, trouver une idée pour l’adapter, Berlin 1956, Chaussée d’Amour

Mardi: des discussions intéressantes, un mail que j’hésite à envoyer, une réponse argumentée, une réponse vexante et complètement déplacée très certainement envoyée par erreur à “tous”, tenter d’oublier tout ça au resto grec, une soirée remplie de conversations qui changent mes idées

Mercredi: une nuit bien trop courte, une envie de tout abandonner là, et pourtant je suis poussée par une certaine motivation, bref oublions cette journée, Broadchurch, Masterchef

Jeudi: enfin bien dormi mais pas encore assez, un rendez-vous à la radio, un compliment qui me fait plaisir, quelques courses – des vêtements de sport chez C&A (il y a tellement peu de magasins qui vendent ça – à part Décathlon qui est loin de mon circuit habituel et le magasin super déprimant près de la maison), The Americans, Masterchef

Vendredi: me sentir soutenue par rapport à l’incident de mardi malgré des soucis antérieurs, Bornéo ou Kalimantan, quelques perles de reprises, une playlist musiques de film, le plaisir anticipé d’un long weekend, Berlin 1956, la moitié de Garderner’s World, Masterchef, m’endormir comme une masse

Samedi: une humeur à l’image de la météo, sauf que cette pluie était vraiment attendue pour le jardin, j’ai l’impression que mon père a essayé de me dire qu’il voulait mourir – je sens bien qu’il ne va pas très bien mais sans trop savoir comment réagir, commencer une nouvelle robe, de la lecture, des sashimis et makis, Berlin 1956 sans retrouver la V.O. dont j’avais pu profiter hier – une agréable série un peu trop courte à mon goût

Dimanche: 10 km de vélo d’appartement en regardant un épisode de la saison 2 de The Big Bang Theory, de la couture – mon projet initial de terminer une robe en trois jours me semble déjà bien loin, une virée plantes (des clématites, des plantes aquatiques, un framboisier, une azalée…), un curry malais, Vengeance Valley (Richard Thorpe, 1951) ou un film en Technicolor passé par la VHS – bref l’image est toute pourrie et l’histoire un peu confuse, Longmire

Short diary of the week (189)

Lundi: ce brouillard…, de légers maux de tête et des courbatures, une journée qui se passe en avançant bien, une commande de jolis verres, aller à la chasse aux scarabées rouges mangeurs de fritillaires et de lys, Black Sails – fin de la série, lire pas mal de pages et me dire que je pourrai terminer le roman le lendemain

Mardi: arriver en temps record au boulot, un mail qui me met de très mauvaise humeur, tout ça parce que je n’arrive pas à exprimer ce que je pense vraiment à cette personne, ah mais ce ne sera donc pas pour aujourd’hui pour cause d’absence inopinée, enfin penser à prendre du magnésium, Broadchurch, Longmire

Mercredi: des insomnies, me retrouver responsable de Jakarta – du boulot en plus mais qui m’intéresse beaucoup, une discussion houleuse avec mon chef, avoir l’impression d’être dans une impasse (je ne veux plus lui parler – les mails suffisent à mon avis – lui veut absolument que je lui répète le contenu des mails à l’oral), le réconfort des collègues, voilà ma journée de travail fichue, une question à propos de destinations de citytrips qui amène plein d’idées – sauf que ça ne m’aide pas plus à décider !, de la comfort food bien grasse, The Americans, Masterchef

Jeudi: une discussion très intéressante avec le conseiller en prévention – discussion qui débouche sur quelques pistes, un éparpillement total dans mon travail – aucune concentration, et puis finalement la retrouver un peu, Chaussée d’Amour, Masterchef

Vendredi: une très bonne nuit – yeah !, la fin de l’Egypte approche (mais ce ne sera pas pour aujourd’hui alors que ça aurait pu sans les péripéties de mercredi), un colis avec de jolis verres, il manquait quelque chose à cette sauce, Chaussée d’Amour, Garderner’s World que je continue à regarder parce qu’il remplit la demi-heure avant que Masterchef ne commence

Samedi: hésiter sur les repas du w-e: barbecue ou pas ? sushis ou pas ?, découvrir avec résignation que la batterie de la voiture est vide, trouver de l’aide chez un voisin, de menus travaux de jardins en attendant que ça recharge, des courses pour moi et mon papa, profiter du soleil pour lire au jardin, inaugurer le nouveau mug ananas, Mademoiselle de Park Chan-wook – un film basé sur un roman de Sarah Waters que je trouve de moins en moins intéressante et originale – les images par contre sont superbes

Dimanche: les premiers rayons du soleil et la rosée du matin dans le jardin, 10km de vélo d’appartement, semis de quelques légumes et fabrication d’une protection anti-chats avec du grillage pour poules qui traînait à la cave, de la lecture, un premier barbecue pour cette année et une excellente manière de terminer cette journée si agréable, Berlin 1956 – deux épisodes (mais quelle horreur, ce doublage !)

Short diary of the week (167)

Lundi: de grosses insomnies – la pleine lune ou juste mes anxiétés par rapport à la semaine qui vient ?, et donc fatiguée et maux de tête latents mais ce n’est pas grave – je sais que je peux fonctionner presque normalement, l’après-midi est quand même longue, des courses de dernière minute, des débuts de valise, Masters of Sex, The Americans, sentir mon corps se préparer à l’insomnie sans réussir à la contrer

Mardi: bis repetita, un état proche de l’Idaho, difficile de se concentrer, rentrer faire une sieste, un détour par la gare du Midi, Digue du Canal, un dîner gastronomique de 8 services à Culinaria, juste wow !, rentrer avant la fin vu l’heure tardive, un agréable chauffeur de taxi

Mercredi: oups ça va être dur aujourd’hui, métro, train, avion, un deuxième avion, taxi, terrasse, un délicieux vin blanc, un resto, dormir

Jeudi: un bus, un bâtiment qui ressemble à un ovni qui s’est posé au milieu des collines, tout s’enchaîne parfaitement, gin tonic, délicieux repas de tapas et de steak galicien maturé, des concerts tous plus mauvais les uns que les autres

Vendredi: me lever tôt pour être sûre de ne pas rater le premier film, et en effet Jakarta Jakarta valait la peine, errer quelque peu, deux concerts, tenter de prendre les chemins de traverse et y renoncer de peur de me perdre, un long trajet de bus, quelques achats de livres, une tentative de sieste, un repas léger, les concerts sont bien mieux ce soir

Samedi: parler, voir un autre documentaire, voir un showcase, parler, boire un peu au drink, parler, parler même dans le bus du retour, boire, manger, concerts, le déluge, une fin de soirée un peu bizarre

Dimanche: mal dormi, encore plus fatiguée, promenade puis cérémonie de fin avec awards, concert très dansant de Calypso Rose, tapas, sieste, apéro, repas, tentative de concert, rester discuter entre amis jusque tard, rentrer un peu ivre en riant beaucoup avec Katrien

Short diary of the week (140)

Lundi: comme indiqué dans le livre sur le sommeil j’ai attendu une heure avant de déterminer que j’avais en effet mal dormi, une main de fer dans un gant de velours, le temps qui ralentit puis qui accélère un peu avant 17h, du repassage, un cocktail dont j’ai oublié le nom à base d’Aperol, un plat bien trop peu copieux mais il reste du dessert à la crème et au caramel !, The 100 – la fin de la saison 2 avec de nombreux rebondissements et beaucoup de suspense, trois pages de mon roman en néerlandais avant de m’endormir

Mardi: j’espère que le travail de positivisme sur mon sommeil va continuer à porter ses fruits de plus en plus, l’outil néandertalien est tout cassé ce matin, un drink d’adieu pour cause de pension, tenter de me concentrer sur les tâches à terminer – pas que j’aie trop bu – c’est juste que mon cerveau pense à trop d’autres choses et s’ennuie du travail répétitif – une constante pour le moment, une belle averse, trois cocktails au Bishop’s Gin chez Hortense, rentrer avec l’avant-dernier métro (vers 20h20 donc)

Mercredi: des rêves bizarres et une nuit agitée, dieu que je déteste organiser ce genre de trucs, des allers-retours de plus en plus inutiles et risibles, “mais écris-le toi-même !” ai-je maintes fois eu envie de lui dire, hop une remarque de plus qui me rabaisse, rentrer juste épuisée, The 100, Black Sails

Jeudi: et après on s’étonne que j’ai mal dormi ?, juste un gros ras-le-bol de cette obligation de faire à mon boulot des choses qui ne correspondent absolument pas à mon caractère, tout ça est évidemment contre-productif puisque je n’arrive même plus à me passionner pour ce qui me passionnait avant, Masterchef

Vendredi: quelques trucs rapides, une excursion pour tester des documentaires, “ah mais pourquoi tu ne me dis pas bonjour ?”, “nos bureaux sont proches, pourquoi envoyer un mail ?” – je peux casser quelque chose ?, une sortie inopinée: resto thaï dans le quartier avec ma cousine, Masterchef, insomnies

Samedi: si maintenant je dors mal le w-e aussi que vais-je faire ?, un peu de rangement, resto avec mon papa mais il n’est pas très en forme, un peu de couture et de lecture, préparer la présentation du lendemain, m’endormir avant l’heure

Dimanche: réveillée bien trop tôt, des nausées, passage à la radio, du mal à me motiver, départ et achats: de l’engrais et quelques clématites, terminer une jupe et commencer une autre, une immersion dans La Nouvelle-Orléans, préparer la soirée de vendredi, Anthony Bourdain Parts Unknown à Okinawa

Short diary of the week (138)

Lundi: c’est congé ! ça fait du bien ! regarder les nuages filer à toute allure, quelques semis de plus pour remplacer ce qui n’a pas germé, de la couture avec un moment délicat, où je commence à aimer ce livre pourtant difficile, trop mangé – alors qu’il n’y avait franchement pas beaucoup dans mon assiette – la combinaison des ingrédients sans doute ?, The Good Wife, The 100 – début de la saison 2, m’endormir avec difficulté, me réveiller avec une crise d’angoisse une heure plus tard

Mardi: ne pas beaucoup dormir le reste de la nuit, des photos professionnelles, une discussion importante et un peu difficile, ce n’est pas aujourd’hui que j’aurai avancé dans le boulot, un homme fort et le fond du jardin est nettoyé de son rhododendron mort, une conversation qui rend mon humeur positive, Vinyl, The 100

Mercredi: mieux dormi, rien de bien passionnant, de jolies robes, toujours à la recherche de ce modèle idéal de robe tiki, découvrir The closet historian et avoir envie de tout coudre (ou presque), un plat de poulet, The 100, Masterchef

Jeudi: trois escargots sur le trottoir, “mais tu as les yeux en quiquine de poupousse !”, en effet je ne me sens pas trop en forme ce matin malgré une nuit qui me semblait convenable, terminer de l’encodage, passer l’après-midi à courir pour trouver des solutions – je hais ce genre de chose – j’ai l’impression de perdre mon temps – mon chef par contre adore, nous ne sommes pas faits pour nous entendre, The 100, Masterchef

Vendredi: oh un nouveau problème pour ce projet, écrire ma biographie professionnelle en 300 caractères et en anglais, c’est le w-e !, Black Sails, The 100, Masterchef

Samedi: il est où le soleil ? du ménage, des courses pour moi et mon père, passer un court moment chez lui et plier son linge tout en faisant la conversation, attaquer la pelouse, prêter la machine à scarifier à mon voisin, lecture, tenter un Spritz maison – il faudra revoir la recette – il est loin de ceux de Budapest, Notre petite soeur – un très beau film sur l’amitié entre quatre soeurs se passant à Kamakura – me retrouver au Japon – beaucoup de nostalgie

Dimanche: une séance de zumba très rythmée, rajouter de la terre à mes plants de tomate, changer le genêt de place en espérant qu’il ne m’en voudra pas trop, réfléchir à ce fond de jardin maintenant qu’il y a plein de place pour de nouvelles choses, mini-étang avec cascade ou pas ?, profiter du soleil et lire au jardin, Vers l’autre rive de Kiyoshi Kurosawa et mourir d’ennui