Short diary of the week (148)

Lundi: une jolie robe, heureusement que je suis partie plus tôt vendredi: un mail me remplit d’une angoisse non contrôlable, essayer de trouver les ressources pour me calmer, cette rencontre s’est finalement passée mieux que prévu, juste quand je veux partir il se met à pleuvoir, après deux semaines de remplissage de gamelle Kitty a toujours peur de moi mais a bien compris à quoi je servais, Carol – un film que j’ai aimé et pas uniquement à cause des jolies robes

Mardi: j’aime pouvoir partir le matin en sandales sans avoir froid, question 1 posée – la 2e est reportée à plus tard, mmmh ces biscuits ne sont pas géniaux, mmmh mauvais choix de salade ce midi, la pluie tombe déjà quand je sors du bureau, attendre une accalmie à la sortie du métro n’est pas une option, me déshabiller complètement en rentrant, inondation de la cave, au moins j’aurai fait du sport même si entrecoupé par une belle chute de tension, même pas faim avec tout ça

Mercredi: une horrible nuit – la soirée aura été trop animée, ces travaux à la maison m’obligeront à baisser le budget vacances – à moins de dépenser moins en livres (ahem), un cocktail dans la cour intérieure du Dominican (leur propre variation du Negroni avec du jus de pamplemousse), une discussion animée, Balls & Glory est un très bel endroit mais déçue par la nourriture, une très agréable soirée

Jeudi: attaquons les musiques de film et terminons la publication du Mexique, la fatigue du jeudi, Trapped – l’épisode de remplissage, 30 Degrees in February

Vendredi: dernier jour de beau temps malheureusement à passer au bureau, le colis annoncé pour samedi est arrivé, suite et fin des musiques de film, tondre la pelouse et regretter déjà le soleil, 30 Degrees in February

Samedi: 15 minutes de couture puis un début d’installation de bassin, courses, bataille avec les bambous, suite d’installation de bassin, lecture au jardin, un flamant rose sur la photo du cocktail tiki, repas végétarien avec de l’halloumi, 30 Degrees in February – suite et fin – des personnages attachants mais une fin un peu tirée par les cheveux

Dimanche: dernier cours de zumba de l’année, oups j’ai finalement mis cinq érables dans mon chariot – de même que 80kg de pierres et d’autre plantes, trouver une place pour les plantes avant l’averse, le retour de Hell on Wheels, Trapped

It’s the end of the world…

Hier matin, je me lève à mon aise vers 9h30 (je suis en congé) et m’installe avec le journal pour déjeuner. Après cinq minutes, j’allume la lumière. Après dix minutes, je vois que les loupiotes de jardin à énergie solaire s’allument. Il fait nuit noire à 10h du matin. Je m’inquiète, j’ai peur qu’une tornade arrache le toit. La pluie commence à tomber, la grêle aussi. Elle fait un vacarme assourdissant sur le toit et les velux. Je descends à la cave pour vérifier que tout va bien et là je vois l’eau qui s’infiltre sous la porte. Dans le garage, il y a déjà 5cm d’eau, je sauve de justesse la tondeuse à gazon. J’appelle diane qui ouvre la porte du garage. Je ne saurai jamais si c’était une bonne ou une mauvaise idée mais l’eau s’engouffre dans le garage, les égouts débordent. L’eau montera jusqu’à 15cm avant de commencer à descendre. Même la machine à laver, le frigo et le surgélateur, pourtant surélevés sont touchés. L’électricité se coupe. Dans la cave arrière, plus profonde, l’eau arrive jusqu’aux genoux. Ce qui est posé en hauteur sur des parpaings a les pieds dans l’eau.

Les trois heures suivantes, nous les passons à écoper, essuyer, pousser l’eau vers l’extérieur. Tous les voisins sont touchés aussi et quand je vois ce qui sort de leurs caves, je suis bien contente d’avoir mis beaucoup de choses en hauteur. Apparemment, ce genre d’inondation arrive tous les 5 ans dans le quartier, toujours suite à des gros orages. Après tout ce travail, je suis vidée mais extrêmement stressée, je n’arrive pas à me calmer, je resterai à fleur de peau toute la journée et même ma nuit a été mauvaise.

Aujourd’hui, j’ai des courbatures partout; je vais tester la machine à laver, elle a l’air de fonctionner mais fait quand même un bruit bizarre. Pour le séchoir, j’ai peu d’espoir mais il faudra bien tenter le coup. Je voyais mes congés différemment, je pensais pouvoir me reposer, mais on est mercredi, et je suis encore plus fatiguée qu’avant. J’espère pouvoir me détendre enfin aujourd’hui…