Légumes et cocktails

La semaine passée, je me suis rendue à une soirée un peu spéciale: Matthieu Chaumont, barman de chez Hortense et Nicolas Decloedt, chef cuisinier, organisaient une dégustation de plats et cocktails inspirés par les légumes. Le premier tient un des bars les plus originaux de Bruxelles et prépare des cocktails souvent inédits et inspirés par les saisons. Il intègre de nombreux ingrédients utilisés en cuisine et prépare ses propres infusions et même certains alcools. Le second est un chef végétarien formé dans les meilleures écoles et restaurants (In de wulf, Mugaritz, Bon bon…). Il propose aujourd’hui ses plats lors de tables d’hôtes sous le nom de Humus Botanical Gastronomy.

Ces deux personnages atypiques du monde culinaire se sont joints pour une soirée de dégustation chez Hortense. Pour commencer la soirée, nous avons reçu un cocktail à base de Bishop’s gin (créé par Matthieu Chaumont), bitter Biercée, courgette, concombre et vinaigre de quinoa. Une création assez originale qui donne tout de suite une idée de la soirée. Dans ce cocktail, ce sont l’amertume et le côté vinaigré qui dominent, j’aime le premier mais moins le second. On nous a servi en même temps un caviar d’aubergine et du pain maison, ainsi qu’une roulade de courgette fourrée de divers ingrédients (je ne sais plus lesquels).

Le second cocktail avait des arômes de bière; il était en fait composé de saké, kombucha, whisky, chou fermenté et lichen de Gaspésie. De nouveau très spécial mais un peu fade à mon goût. Il accompagnait un petit plat de crème de tofu et shitaké, glace miso, kimchi de chou et fragments de chou pointu rouge.

En troisième service était servi un cocktail très fumé composé de mezcal, vermouth infusé aux pétales de tournesol, aubergine brûlée, romarin et échalote vinaigrée ainsi qu’un plat d’aubergines grillées au barbecue au ketchup piquant, olives noires et les mêmes échalotes en saumure. Ces dernières se battaient avec le fumé du mezcal dans le cocktail et donnaient des arômes très (trop ?) puissants. Sur l’aubergine par contre, elles passaient très bien.

La dernière association était un dessert sans en être un: une mousse de petits pois accompagnée d’oignons confits, d’une émulsion beurre noisette et d’amandes caramélisées, le tout au goût quasi sucré. Son cocktail était également à base de petits pois mais aussi de vodka, pékèt et vermouth infusé à la tanaisie, verveine, citron, basilic, angélique et cosses des petits pois. Pour moi, il s’agissait du cocktail le plus réussi, correspondant sans doute le plus à mes goûts, associant sucré (mais pas trop), citronné et herbes aromatiques.

Je dois bien avouer que cette dégustation m’a complètement sortie de ma zone de confort. Je ne mange jamais des légumes cuisinés de cette manière, souvent avec fermentation et autres saumures et les cocktails m’ont très souvent déroutée. Il n’y a pas de choses que j’ai détestées mais peu que j’ai adorées. Ce sont des goûts que j’ai peu rencontrés jusqu’à présent et il me faut toujours un temps d’adaptation. Mais cela me donne envie de découvrir d’autres recettes et je tenterai probablement dans le futur d’autres repas ou associations du même style. Tout ce menu a coûté 45€ et je pense que c’est un bon rapport qualité-prix pour un tel voyage de découverte (même si les portions étaient un peu petites pour certains appétits).

Encore un chose: je me suis inscrite sur un coup de tête, sans trop penser que ce serait un peu bizarre d’y aller seule. Sur place, l’organisatrice avait prévu une place au bar pour moi en sa compagnie, et puis d’autres bloggeurs que je connaissais un peu sont arrivés et nous avons partagé une table. Du coup, la conversation a porté sur les nombreuses adresses culinaires de Bruxelles et d’ailleurs, ainsi que sur les pâtes « dures-molles », le chocolat Zaabar, la mode du rainbow et les Lego. Bref, j’ai passé une très bonne soirée en leur compagnie avant de faire la course pour attraper un des derniers métros qui m’est passé sous le nez.

(Excusez-moi pour la qualité médiocre des photos, il faisait fort sombre et la lumière d’un smartphone est fort blanche).

Bilan culturel – avril 2016

Romans:

  • James Lee Burke, Jolie Blon’s Bounce (un mois entier donc pour lire un roman… ça ne m’arrive que rarement)

Livres documentaires:

  • Colleen E. Carney & Rachel Manber, Goodnight mind
  • Svetlana Alixievitch, La fin de l’homme rouge

Séries:

  • The 100, saison 2: excellent !
  • Vinyl, saison 1: mitigée par rapport à l’histoire mais j’ai adoré les références musicales
  • Vikings, saison 4: un peu mitigée aussi, mais cela reste une bonne série
  • Black Sails, saison 1: un peu lent mais il paraît que cela devient de mieux en mieux

Films:

  • Notre petite soeur – Hirokazu Kore-eda (2015) (8,5/10)
  • Vers l’autre rive – Kiyoshi Kurosawa (2015) (4/10)

Documentaires:

  • Year Zero: the silent death of Cambodia – John Pilger (1979)
  • Inside the mind of favela funk – Fleur Beemster & Elise Roodenburg (2015)
  • The decline of Western civilization II: The metal years – Penelope Spheeris (1988)

Musique:

  • Khun Narin, II (7/10)
  • Loretta Lynn, Full circle: excellente country (8/10)
  • Utz, Todo mundo é feio: musique brésilienne aux accents bossa nova (6,5/10)
  • Shanti, Shanti: album de 1971 mêlant musiques rock psyché et musiques traditionnelles indiennes (6/10)
  • Parquet Courts, Human performance: pas mal sur certaines plages, beaucoup moins sur d’autres (6/10)
  • El Yunque, Baskenland: guitares agressives, construction quelque peu expérimentale mais très réussi (8/10)
  • PJ Harvey, The hope six demolition project (à réécouter encore quelques fois)

Cafés et restaurants:

  • Hortense, bar à cocktails au Sablon. J’y avais déjà été pour des événements mais là j’ai pu goûter les cocktails maison. Pas mal mais je ne suis pas emballée à 100%