The “Catch the squirrel” dress

Cela fait longtemps que suis Gretchen Hirsch, d’abord sur son blog, puis en achetant ses livres et ses patrons chez Butterick. Je n’avais pas participé au crowdfunding pour la création de Charm Patterns, l’envoi des patrons depuis les Etats-Unis coûtant un prix exorbitant. Et puis, Poppy Ray a commencé à vendre ses produits depuis l’Allemagne et Gertie a sorti la Night & Day Dress qui offre de nombreuses possibilités de combinaisons.

Le patron est arrivé en septembre, mais je suis partie en voyage et à mon retour, j’avais besoin de satisfaction immédiate et j’ai donc cousu une robe déjà testée. Je voyais en effet passer les nombreux commentaires et problèmes d’ajustements sur le groupe FB de Gertie et je me suis préparée à de nombreux chipotages.

Catchthesquirreldress05

Les feuilles de patron sont gigantesques, vraiment, mais j’apprécie le fait que les pièces du corsage avant soient proposées pour différentes profondeurs de poitrine. J’ai choisi la B-Cup et gradé mon patron entre les tailles 10 et 14 – le plus grand chiffre équivalant donc à mon tour de taille. Pour ce faire, j’avais tracé une ligne reliant le point supérieur sous le bras de la petite taille vers le point inférieur de la grande taille. En cousant ma toile, je me suis rendue compte que cela n’allait pas du tout et qu’en fait, la taille 10 était parfaite sur l’essentiel du corsage, sauf dans les 8 derniers centimètres vers le bas, là où se trouve mon (gros) ventre. J’ai donc adapté en fonction. Pour le dos, j’ai dû faire un ajustement à cause de ma cambrure, supprimant deux centimètre de longueur du côté de la couture milieu dos. J’ai également suivi les conseils vus sur FB et agrandi l’ouverture des manches, un problème récurrent chez Gertie (qui doit avoir des bras très fins). La seconde toile me semblait adéquate et je me suis lancée dans la couture.

Catchthesquirreldress04

J’ai choisi un tissu acheté au Japon chez Tomato il y a trois ans, tissu dont je ne trouve aucune référence sur le net. Je l’aime bien mais ce n’est pas mon préféré et je me disais que si la robe n’était pas réussie, ce ne serait pas trop grave. Ce n’était pas du tissu très cher, sans doute 5-6 euros le mètre, et d’une marque japonaise. J’ai décidé de coudre le modèle avec le col en noeud (cela aurait été joli avec du tissu contrastant mais je voulais tester la robe tout de suite et je n’en avais pas sous la main). Les explications sont claires et je n’ai rencontré aucune difficulté à coudre le corsage. Je n’avais pas assez de tissu pour les modèles de jupes proposés par la Night & Day Dress, j’ai donc repris la A-Line skirt d’un des livres.

Catchthesquirreldress03

Je suis contente du résultat, j’ai un peu d’aisance vu que je suis partie de zéro et que j’ai opté pour une taille un peu plus grande. Il y a quelques plis au niveau de la poitrine, sur le côté, mais ils ne se voient guère. Ce patron est approuvé et je le coudrai encore dans le futur, c’est certain ! (Par contre, les photos sont un peu sombres mais il fait trop froid pour les faire dans le jardin.)

Catchthesquirreldress02
Advertisements

The scarlet poinsettia dress

Après mon retour de vacances, je voulais une nouvelle robe très rapidement. Et comme Noël approche, je souhaitais utiliser le tissu “scarlet poinsettia” de Michael Miller, acheté chez Tomato à Tokyo. J’ai donc repris mon modèle habituel fortement modifié de chez Burda (modèle 121 de novembre 2012), avec une encolure ronde et la “side pleated skirt” de l’Ultimate Dress Book de Gertie. J’ai également allongé le corsage d’1,5 cm parce qu’il ne descendait pas jusqu’à ma taille dans les précédentes versions. 

Trois weekends plus tard, ma robe était prête.

TheScarletPoinsettiaDress01

TheScarletPoinsettiaDress04 TheScarletPoinsettiaDress03 TheScarletPoinsettiaDress02

The Bambi in the forest blouse

J’ai cousu une nouvelle version de la blouse de Gertie pour Butterick B6217. Je n’ai rien changé à la version précédente, à part omettre le lien à nouer, et j’ai utilisé le tissu Woodland Spring de Riley Blake acheté il y a déjà quelques temps. Le patron pose quelques problèmes que j’explique ici. Depuis, je sais qu’il faut une aiguille neuve (ou quasi) pour coudre les boutonnières et j’ai un pied pour coudre les boutons, ce qui accélère très fort les finitions. Pour le bas, je porte une nouvelle Pencil Skirt du premier livre de Gertie, aussi déjà cousue plusieurs fois (en 2013, à mes débuts), mais j’ai dû agrandir la taille – et au final elle est même un peu trop grande. Le tissu est un jeans légèrement extensible venant des Tissus du Chien Vert.

Bambiintheforest01

Bambiintheforest02

Bambiintheforest03

A scene at the sea dress

A scene at the sea dress

Tout comme à l’époque The hummingbirds dress, il me fallait immédiatement une nouvelle robe d’été. Mercredi passé, j’ai cherché du tissu sur le net, et puis, me disant que la livraison n’arriverait pas avant le weekend, je me suis tournée vers un magasin en brique, et plus particulièrement Atelier Moondust à Woluwe, à trois arrêts de tram de mon travail. J’y ai donc acheté la fin du rouleau (2m30) de Sun Girls de la collection Amalfi de Rifle Paper pour Cotton + Steel, en bleu pâle – le rose ne m’allant pas du tout.

A scene at the sea dress

Je m’étais déjà décidée pour le modèle, “The Sheath Dress” du livre Gertie’s new book for better sewing, sachant qu’elle était rapide à coudre. J’ai également relu mes notes de The hummingbirds dress et j’ai raccourci d’un centimètre le corsage. J’ai également pincé le décolleté pour qu’il soit un peu moins large. Quant à la taille, comme j’ai grossi depuis, je n’ai plus de problèmes de flottement et elle est aujourd’hui bien ajustée. En voyant les photos, je constate quand même encore certains plis et défauts que j’essaierai de résoudre la prochaine fois.

A scene at the sea dress

Je me suis lancée un défi: coudre la robe en un weekend. Je sais par expérience que je n’arrive que rarement à me concentrer plus de deux heures de suite et souvent je ne couds qu’une heure avant d’être lassée. Bref, ce n’était pas gagné. J’ai lavé le tissu le vendredi soir et il était sec le samedi matin. J’ai découpé les pièces et presque terminé le corsage en deux heures, abandonnant avec la chaleur qui arrivait. J’aurais préféré entoiler les parementures mais je n’avais plus assez de viseline blanche et c’était férié. Le dimanche matin, il m’a fallu deux heures trente pour la terminer. Si j’avais opté pour une jupe cercle ou à plis, j’aurais probablement mis un peu moins de temps mais il me semble que le tissu chiffonne vite et cela se verra moins dans une une froncée.

A scene at the sea dress

J’ai fait les photos le soir même, en changeant pour une fois de coiffure. Le nom de la robe vient du film de Takeshi Kitano que j’ai regardé le vendredi soir, même si on ne voit pas de mer sur le tissu. Je dois bien avouer que j’ai hésité un moment à acheter celui-ci ou celui-là – j’avais envie d’un thème marin – mais je ne l’aurais pas eu à temps pour coudre ma robe en un weekend et la porter cette semaine.

Le projet suivant risque d’être plus long à préparer et coudre, il nécessite une toile et comporte plein de boutons… On verra bien si j’ai la patience ou si je passe à de la couture plus automnale – il me faudrait deux-trois jupes pour mon futur voyage.

A scene at the sea dress

The enchanted isle dress

theenchantedisledress01

Une des raisons qui m’a poussée à apprendre à coudre, c’est de pouvoir mettre une robe tiki. Sauf que le chemin a été long et compliqué. J’avais fait une tentative en 2016 mais j’ai toujours détesté les hauts avec une couture au milieu. Or la plupart des patrons en style tiki sont conçus de cette manière, y compris la Lamour Dress de Charm Patterns qui me plaît pourtant beaucoup. C’est probablement dû au fait que ces patrons demandent de faire des plis ou des fronces au centre. L’année passée, j’avais cousu The Kamakura Dress d’après le patron New Look 6048 et même si elle n’était absolument pas tiki, elle me semblait une base intéressante.

theenchantedisledress02

Mais je n’y suis pas retournée de suite. J’ai d’abord voulu expérimenter avec le patron Simplicity 1426, un haut qui fait très bikini, que je pensais associer à la partie moyenne de My darling Clementine dress, et à la jupe paréo de Gertie. Sauf que ma première toile a posé tant de problèmes que je n’ai pas eu le courage de continuer. J’ai une petite poitrine et une petite carrure mais une large taille, choses apparemment incompatibles dans les patrons et qui me pose tout le temps problème. J’arrive à adapter les robes, mais pas pour ce haut aux pièces un peu spéciales.

theenchantedisledress03

En feuilletant l’Ultimate Dress Book de Gertie, je me suis arrêtée sur la robe verte, que j’aime tout particulièrement pour la bande transversale qui lui donne un look tiki (c’est d’ailleurs la robe de la couverture). Je ne souhaitais pas repasser par la case toile et c’est là que j’ai repensé à The Kamakura Dress: le haut me semblait une très bonne base. Base que je n’ai même pas modifiée en fin de compte. J’ai juste dessiné la bande transversale selon les indications de Gertie et je l’ai cousue sur mon haut New Look. Quant à la jupe, j’ai repris le modèle paréo Butterick 6354 cité plus haut et je l’ai cousu au corsage.

theenchantedisledress04

theenchantedisledress05

En général, je n’aime pas coudre des doublures mais il me semblait que dans ce cas-ci, ce serait plus confortable. J’ai donc ressorti un bout de voile de coton blanc. Quant au choix de mon tissu, il s’est porté sur un coton que je possédais depuis longtemps – Pegan Poetry (sic) de Studio KM pour Free Spirit – et que j’aime beaucoup mais qui ne fait pas partie de mes favoris, bref le tissu idéal pour coudre un modèle dont je n’étais pas à 100% sûre du résultat. J’ai mis beaucoup de temps à placer mes pièces de patrons pour éviter qu’il n’y ait des oiseaux sur le corsage (ils auraient été découpés) mais j’y suis arrivée. Par contre, pour la jupe, j’ai fait une grossière erreur: j’ai épinglé les pièces asymétriques sur l’envers du tissu et non sur l’endroit et du coup, elles se nouent du côté opposé de la bande transversale.

theenchantedisledress06

J’avais imaginé au départ de ne pas coudre les bretelles au dos pour pouvoir garder l’option de les nouer dans le cou (j’aurais cousu des boutons et boutonnières) mais elles sont trop étroites pour que ce soit joli et cela provoque des plis disgracieux dans la corsage. Bref, je les ai cousues tout à la fin à la main au corsage (très solidement).

theenchantedisledress07

Je pense qu’avec ce frankenpattern, j’ai une belle base pour coudre de nombreuses autres robes tiki, et je pourrai jouer avec la jupe ou avec le haut, en y cousant une bande horizontale. J’ai encore plusieurs tissus qui pourraient convenir dans mon stock, notamment un vrai tissu hawaïen/japonais acheté à Tokyo. Et au final, elle ressemble beaucoup à une robe originale d’Alfred Shaheen, le maître des modèles tiki d’époque !

The return to paradise dress

Thereturntoparadisedress003

Après la robe précédente qui a été longue à réaliser, je voulais une couture facile. Je me suis donc tournée vers mon patron fétiche, le haut de la robe Burda modèle 121 de novembre 2012. J’ai à nouveau modifié l’encolure, recopiant celle de la robe Butterick B5032 et pour le jupe, j’ai choisi la “side pleated skirt” de l’Ultimate Dress Book de Gertie.

Le tissu est d’Alexander Henry, Kasuku Jungle, aujourd’hui indisponible (sauf peut-être en cherchant bien). Il m’a un peu déçue par ses couleurs un peu moins franches que prévues (ce qui ne se voit pas trop sur les photos). Une couture facile pour un plaisir immédiat !

Je l’ai baptisée en pensant à ce morceau de Martin Denny.

Thereturntoparadisedress004

Thereturntoparadisedress002

Thereturntoparadisedress001

My Darling Clementine dress

MyDarlingClementinedress4

Quand Gretchen Hirsch a sorti le patron de robe B6380 pour Butterick, je suis immédiatement tombée amoureuse de sa coupe très années 40. J’avais déjà tenté une robe similaire mais cela a été un fiasco total et je ne l’ai jamais reprise pour la mettre à ma taille. Je n’ai pas acheté le patron de suite mais j’ai eu des échos de Gasparde: il était fort compliqué à ajuster convenablement et elle l’avait abandonné. Elle me l’a donc prêté et j’ai tracé en novembre la taille 16 se rétrécissant en taille 14 à partir de la poitrine, modifiant déjà une moitié de dos pour faire un test. J’ai cousu une première toile qui ne m’allait pas du tout: la moitié de dos non adaptée était trop bouffante, surtout en coton; l’autre moitié où j’avais transformé les fronces en pinces était clairement une meilleure idée tout en étant toujours trop grande. Je flottais dans la partie supérieure du devant comme je m’en doutais. C’est souvent le cas, j’ai une petite poitrine en disproportion totale avec ma taille qui s’épaissit avec l’âge. J’ai donc mis plein d’épingles partout et j’ai tout abandonné pour coudre autre chose.

J’ai repris le projet en janvier et j’ai retracé le dos, diminuant sérieusement sa largeur, m’inspirant du patron de ma robe fétiche. Pour le devant, j’ai également diminué l’ampleur de la partie haute du buste en faisant deux plis dans mon patron en papier. Enfin, j’ai les épaules un peu tombantes et j’ai donc adapté la hauteur du patron du buste avant et arrière. J’ai cousu une seconde toile, changeant par la même occasion la marche à suivre pour coudre une belle pointe: au lieu de coudre ensemble les deux parties supérieures dans un premier temps, puis de les coudre à la partie inférieure, j’ai cousu chacune des parties supérieures au bas, les attachant ensemble par la suite. C’est bien plus aisé et cela permet de faire une jolie pointe.

J’ai eu de la chance: cette seconde toile résolvait tous les problèmes en une fois ! C’est là que ma paresse a frappé: le patron demande de coudre une doublure mais je me suis demandée si une parementure ne suffirait pas. J’ai fait une enquête sur le groupe FB de Gertie et même si les réponses étaient partagées, cela semblait possible. J’avais également lu que plusieurs couturières trouvaient les manches un peu trop froncées et bouffantes et j’ai réduit cela de moitié environ. Je me suis donc attaquée à la couture, choisissant un tissu de chez Timeless Treasures (“Puttin’ on the Ritz”) acheté chez Kawaii Fabrics à Hong Kong (les prix sont attractifs mais j’ai dû payer les frais de douane, ce qui fait que le tissu coûte autant qu’en Europe).

Les deux toiles m’ont bien aidées pour la couture de la robe définitive et je n’ai rencontré aucun souci. Au final, je suis satisfaite de ma robe et je compte bien en coudre d’autres sur le même modèle, avec toutes les modifications. Je rallongerais juste un peu la jupe. Les photos d’intérieur sont un peu tristes (et parfois même un peu floues – je n’ai pas beaucoup de recul) mais bientôt, je pourrai retourner en prendre dans le jardin ! Quant au nom, c’est la couleur orange / corail qui m’a inspirée ainsi que mon amour pour les westerns. Il se peut d’ailleurs que j’aie créé un cocktail portant le même nom récemment.

MyDarlingClementinedress3

MyDarlingClementinedress2

MyDarlingClementinedress5

MyDarlingClementinedress6

MyDarlingClementinedress1