The Babylon Berlin dress

A la fin de l’été, j’ai eu envie de me lancer dans un nouveau modèle de robe. Cela prend toujours plus de temps parce qu’il faut faire une ou plusieurs toiles mais ça permet d’élargir le répertoire. Mon choix s’est porté sur une combinaison de modèles de Gretchen Hirsch dans l’Ultimate Dress Book: le surplice bodice, la A-line skirt et les cap sleeves. Pour ma première toile, j’avais utilisé un mélange de tailles 10 (pour le haut) et 16 (pour la taille) et j’ai été heureusement surprise du résultat. Il y avait des choses à modifier mais c’était moins dramatique que prévu. J’ai donc élargi la bande de la taille pour mieux recouvrir mon ventre et parce que j’ai un buste un plus long à ce niveau-là, j’ai fait un ajustement dans le dos pour ma cambrure et j’ai fortement élargi les manches et l’emmanchure (un problème récurrent chez Gertie). A la seconde toile, tout tombait bien mieux.

The Babylon Berlin Dress

Au départ, je voulais utiliser un tissu hawaïen mais il est un peu transparent et nécessitait une doublure complète et je n’avais pas aussi de tissu. Puis l’automne arrivant, j’ai préféré prendre un tissu un peu moins estival et qui ne demandait une doublure qu’au niveau du buste. J’ai donc sélectionné un tissu de la collection “Chieveley” de Lewis & Irene, acheté il y a un certain temps chez Atelier Moondust. Comme j’avais fait une toile, la couture de la robe s’est déroulée sans problèmes. Je me suis juste demandée comment coudre la tirette avec la doublure mais j’ai opté pour la solution facile: prendre tissu et doublure comme une couche – ce qui est moins joli pour la partie supérieure mais qui ne se voit quasi pas.

The Babylon Berlin Dress

C’est le côté art déco du tissu qui m’a inspiré son nom – c’est une référence à la très bonne série allemande qui se passe à Berlin dans les années 30 – et j’ai pris les photos par une froide mais lumineuse après-midi de novembre. Après l’avoir portée une journée, je me rends compte qu’une fois assise, mon décolleté est fort plongeant, je tenterai d’ajouter un peu de tissu à ce niveau dans la prochaine version.

The Babylon Berlin Dress
The Babylon Berlin Dress

The “It’s always sunny in Sunnydale” dress

Au mois d’août, je me disais qu’il était encore temps de coudre une robe d’été mais que je n’avais plus de temps à perdre. Mon premier choix de tissu s’était porté sur un fin coton aux fleurs hawaïennes mais il demandait une doublure; j’ai donc préféré choisir un tissu un peu moins transparent pour obtenir un résultat plus vite. Il s’agit d’un tissu hawaïen-japonais, acheté chez Tomato à Tokyo (j’en ai acheté cinq ou six différents de la même gamme, en couleurs différentes). (En réalité, le tissu est plus jaune que sur les photos.)

It's always sunny in Sunnydale dress

Comme modèle, j’ai voulu quelque chose de nouveau mais quand même déjà testé en partie et j’ai donc choisi la Night & Day Dress de Charm Patterns, mais sans les manches, pour le haut et la side-pleated skirt de l’Ultimate dress book de Gretchen Hirsch pour le bas. Je n’ai aucun souci de couture mais en la mettant, j’ai constaté un petit souci que je n’avais pas remarqué dans les robes à manches. En fait, sans manches, la partie du haut du buste est un peu grande et j’ai l’impression que les bretelles pourtant larges tombent un peu. Bref, un problème facilement à régler pour une prochaine version: il suffit de retirer un ou deux centimètres aux épaules.

J’ai fait les photos en août mais j’ai beaucoup traîné pour les trier et pour écrire ce billet. Au moins ça fait un peu de soleil en automne ! (et oui, il y a toujours un truc intéressant à regarder sur un des côtés !)

It's always sunny in Sunnydale dress
It's always sunny in Sunnydale dress
It's always sunny in Sunnydale dress
It's always sunny in Sunnydale dress

The Rumble in the jungle skirt with a black Rita blouse

L’année passée, j’avais acheté le dernier mètre trente du magnifique tissu Menagerie de Rifle Paper Co, chez Atelier Moondust à Woluwe. Il y avait juste assez pour coudre une jupe. Cherchant le confort, je me suis dit qu’un modèle à taille élastiquée serait très agréable et qu’il ne faudrait pas de patron: deux rectangles et une bande pour la taille. Sauf qu’évidemment, j’ai changé d’avis et décidé que ce serait plus joli avec un élastique juste à l’arrière. Je me suis lancée aveuglement dans le montage, n’ayant pas trouvé de tutoriel sur le net (j’ai mieux cherché depuis). Ce qui devait être un projet rapide a pris un temps fou. D’abord, j’ai voulu des plis à l’avant mais je n’arrivais jamais à la bonne mesure. J’ai bien recommencé dix fois. Puis j’ai cousu toute la bande de taille – dans un autre tissu parce que la jupe aurait été trop courte autrement – en laissant une ouverture pour l’élastique. J’ai dû la découdre: elle n’était pas assez large. J’ai recommencé. En insérant l’élastique, il s’est replié. Je l’ai enlevé. J’ai recommencé. Il s’est à nouveau replié et j’ai abandonné. J’ai fermé le tout tel quel.

The rumble in the jungle skirt 01

J’ai compris en regardant ce tutoriel que ma marche à suivre était mauvaise: j’aurais dû fermer uniquement la partie arrière de bande de taille, puis insérer l’élastique, puis fermer la partie avant. Et prévoir plus de place pour l’élastique. Mais j’ai appris beaucoup de choses et la jupe est super confortable. Elle pourra évoluer avec mes changements de poids et il est donc prévu d’en coudre d’autres.

The rumble in the jungle skirt 02

Quant à la blouse, j’ai fait une seconde tentative de blouse Rita, tenant en compte les problèmes de la précédente. Celle-ci, en simple tissu de coton noir, est donc plus grande mais je ne suis pas sûre du résultat une fois portée. Je l’ai même mise ce matin puis enlevée à nouveau, n’étant pas à l’aise. Je trouve tout particulièrement qu’elle accentue la zone de mon ventre que je veux camoufler. Bref, je ne sais pas encore si je vais en coudre de nouvelles (malgré le stock d’élastique que j’ai fait entre-temps).

The rumble in the jungle skirt 03
The rumble in the jungle skirt 04

The “Escape from fantasy land” dress

Quand je souhaite coudre un projet rapide, je retourne toujours vers les mêmes patrons, en y faisant parfois quelques modifications. Cette nouvelle robe est donc une combinaison du haut de la Night & Day Dress (Charm Patterns, déjà testé ici), mais avec une nouvelle encolure, celle de la Chemise Dress (Gertie sews Jiffy dresses), mais en version un peu plus profonde, et avec une jupe froncée parce qu’il ne me restait pas assez de tissu pour un autre type de jupe après un placement de motif un peu compliqué. Le tissu est “Leis luaus & alohas” d’Alexander Henry que j’avais acheté il y a un certain temps. A part ça, rien de spécial à dire: le montage s’est fait sans problèmes et le modèle me va.

The escape from fantasy land dress 04
The escape from fantasy land dress 03
The escape from fantasy land dress 02
The escape from fantasy land dress 01

The “Ravenala” dress

01-The Ravenala dress

Comme beaucoup de couturières dans le monde, j’étais très excitée à la sortie du nouveau livre de Gretchen Hirsch, Gertie sews Jiffy dresses. En le feuilletant, j’avoue avoir été un peu déçue, n’étant pas trop attirée par les modèles. Et puis, en y réfléchissant un peu plus, je me suis dit que la “Swirl dress” était pas mal et qu’elle se cousait probablement très rapidement (c’est un peu le but du livre). En fouillant dans mon armoire à tissus, j’ai même trouvé un coupon assez grand et que je voulais bien sacrifier au cas où la robe ne m’irait pas, vu que je ne comptais pas coudre de toile. Il s’agit du tissu “Madagascar” de SAFECO, acheté aux Tissus du Chien Vert (note: cette marque crée de très jolis motifs mais le tissu n’est pas tissé très finement et est un peu rigide – lors de ma dernière visite, j’ai décidé de ne plus me laisser tenter). “Ravenala” est le nom scientifique du très joli palmier qui est représenté sur le tissu, un palmier de Madagascar qui ne poussera jamais sous nos latitudes…

02-The Ravenala dress

J’ai gradé la partie supérieure du patron entre les tailles 8 et 12, comme à mon habitude, et le bas est en taille 12. La couture de la robe est très simple, avec juste quelques détails auxquels il faut faire attention et la ceinture qui est un peu longue à retourner.

03-The Ravenala dress

En la mettant, je me suis rendu compte qu’elle tombait des mes épaules, ce qui est assez gênant (et ça se voit sur les photos). Je vais tenter de résoudre ça en cousant de petites attaches pour le soutien-gorge, et pour la suivante, je vais ôter un centimètre à cet endroit. Parce que oui, il y en aura d’autres !

04-The Ravenala dress
05-The Ravenala dress

The “Waiting for spring” blouse

01-The Waiting for spring blouse

Cet hiver, j’ai eu envie de coudre plus de chemisiers et malgré le nombre important de Burda et Knipmode que je possède, je ne trouvais rien qui corresponde à ce que j’avais en tête: soit un chemisier avec col claudine, soit un chemisier western. Et je craignais également les explications nébuleuses du premier magazine et celles en néerlandais du second. J’ai finalement sélectionné le patron Butterick créé par Gretchen Hirsch, B6563; quant à la chemise western, c’est une autre histoire que je raconterai plus tard. J’ai décidé de coudre un mélange du modèle B (les manches) et C (le col).

02-The Waiting for spring blouse

Je n’ai pas cousu de toile préalable mais j’ai parcouru le web pour connaître les remarques des autres couturières. J’ai alors rajouté des pinces dans le dos et élargi les manches (j’ai tracé la taille 18) suite à leurs conseils. A part ça, c’est une taille 14 sans autre modifications. Le tissu vient de chez Tissus Reine à Paris et est en coton fin mais pas transparent, très souple et agréable à porter. Les boutons en forme de fleurs viennent de chez Veritas.

03-The Waiting for spring blouse

Je ne suis pas sûre d’avoir compris comment le col se cousait mais j’ai trouvé une solution qui a l’air correcte. Pour le reste, je n’ai pas rencontré d’obstacles majeurs et je compte bien en coudre d’autres dans le futur.

04-The Waiting for spring blouse

The “Strawberry fields” blouse

04-The strawberry fields blouse

Quand Gretchen Hirsch a sorti son patron de blouse Rita chez Charm Patterns, j’ai immédiatement été tentée. Je l’ai acheté chez Poppy Ray, en Allemagne, ce qui m’a permis de ne pas payer trop de frais de port. Je me suis dit qu’il ne faudrait pas de toile et je l’ai donc coupé dans le tissu définitif, un coupon de coton fin reçu de Rue des Renards lors d’une trocante, avec de jolies fraises.

03-The strawberry fields blouse

J’ai sélectionné la taille 8 pour la partie poitrine et j’ai agrandi jusqu’au 12 pour le bas. Ce que je fais pour tous les patrons, mais celui-ci est un peu différent, et donc, si le haut était parfait, le bas était trop étroit. J’ai réduit les marges de coutures mais cela reste fort serré juste en dessous de la poitrine. J’ai aussi fait l’erreur de coupe ma tirette un peu trop court. Bref, cette blouse n’est pas aussi confortable qu’elle devrait l’être mais je compte bien remédier à cela (je pense pouvoir juxtaposer sans trop de soucis les tailles 8 et 12, sans gradation – ce sera juste un peu moins froncé mais je pense que ça ne posera pas trop de problèmes) et en coudre d’autres. Elle est en effet très facile à réaliser !

02-The strawberry fields blouse

Par contre, si vous avez une idée où acheter du tissu de broderie anglaise et/ou plumetis en autres couleurs que du blanc, ça m’intéresse.

01-The strawberry fields blouse