Seule sur le Transsibérien

Géraldine Dunbar, Seule sur le Transsibérien: reçu de Nathalie via le swap « Voyage, voyage », je ne pouvais être plus comblée: j’ai toujours rêvé qu’un jour, je prendrais le Transsibérien jusque Vladivostok. Le sous-titre est un indice de l’approche de Géraldine Dunbar: « Mille et une vies de Moscou à Vladivostok ». C’est en effet le récit d’une vie et des nombreuses rencontres sur le train et dans les différentes villes qu’elle visite, une vie au quotidien, loin de l’heure de Moscou qui est affichée dans le train et sur les billets malgré les 5 heures de décalage horaire en fin de trajet. L’auteur est une grande sensible et se lie facilement aux gens qu’elle croise (elle parle russe, ça aide !), elle exprime souvent ses sentiments de joie puis de tristesse une fois l’heure de la séparation arrivée. Elle décrit un pays qui a connu de nombreux changements ces dernières années, les laisser-pour-compte, les nouveaux riches, la partie est de la Sibérie de plus en plus tournée sur l’extrême-orient et la Chine. Un très beau récit en toute simplicité !