Short diary of the week (235)

Lundi: me réveiller avec des courbatures aux bras – les joies du jardinage, ne voir personne au bureau avant un moment, recevoir un compliment pour ma nouvelle robe, recevoir les félicitations d’une experte en couture, me laisser prendre par un boulot que je ne pensais pas faire aujourd’hui, transférer les photos prises ce w-e vers l’ordi – la retouche sera pour plus tard – ou comment utiliser le moindre quart d’heure de temps pour faire des choses utiles – d’ailleurs j’ai noté mentalement une série de choses à faire, The Good Fight, Call the Midwife – fin de la septième saison – en larmes évidemment

Mardi: oh le vilain combo nausées – chute de tension, ça met un peu de temps à passer mais ça passe, attendre un coup de fil, une conversation intéressante, un travail long et chiant qui demande de la précision, Masterchef, de la lecture

Mercredi: devoir interrompre ma lecture à un moment clé, la suite du travail long et chiant, une overdose à un moment donné, mais il est bientôt l’heure de partir, un détour par Plaizier, retrouver Katrien et aller manger un pho / une soupe chez Yi Chan, encore aller boire un verre et rentrer chez moi après une très bonne soirée

Jeudi: un mauvais sommeil parce que je n’arrive pas à me réchauffer, une matinée productive: de la correction et de la préparation pour le futur, partir plus tôt pour rencontrer l’agent immobilier, la maison sera mise en vente en avril, Babylon Berlin, Masterchef

Vendredi: d’horribles insomnies qui me laissent épuisée le matin, les trucs du vendredi auxquels s’ajoute l’organisation d’une playlist, envie de faire la sieste, ripper des cd de K-Pop, une sortie impromptue pour goûter du rhum, rentrer juste avant qu’il ne fasse trop sombre pour recouvrir les bananiers et la fougère arborescente, Masterchef, Gardener’s World

Samedi: j’ai froid et je suis déprimée par la neige qui tombe, terminer ce roman intense, des courses, de la couture, de la lecture, une soupe aux nouilles soba – ça faisait longtemps !,  The man from Laramie (Anthony Mann, 1955) – un très beau western avec James Stewart, commencer un nouveau roman

Dimanche: tester le smoothie au petit déjeuner, faire quelques recherches pour écrire un billet cocktail, j’ai déjà faim, zumba, un peu de rangement de la cuisine transformée en champ de bataille les derniers jours, une incursion rapide au jardin pour mettre le reste de la taille des rosiers à la poubelle et réemballer quelques plantes, de la couture – une nouvelle robe d’après mon patron fétiche – ça avance bien !, chercher où je pourrais aller pour un second voyage au Japon, lire un peu mais l’après-midi touche déjà à sa fin, The X-Files, Babylon Berlin

Advertisements

Short diary of the week (233)

Lundi: et revoilà les insomnies – et je sais très bien pourquoi – j’ai été énervée par quelque chose hier, ce froid glacial, un peu de mauvaise humeur en fait parce que ma semaine est interrompue par plusieurs choses y compris une nouvelle grève des transports, rentrer en début d’après-midi pour obtenir un devis, et puis juste être crevée et de mauvais poil et ne pas supporter le monde qui m’entoure, passer un moment sur Simon’s Cat pour tenter de me changer les idées, m’excuser auprès de mon papa d’avoir été un peu sèche avec lui, Call the Midwife

Mardi: ne plus dormir à partir de 5h30, être encore plus crevée, heureusement mon métro et mon tram roulent, faire le boulot malgré tout, mettre un peu plus de temps pour rentrer, de la comfort food, Masterchef de la BBC – le début d’une nouvelle saison, Good Girls Revolt

Mercredi: enfin un peu mieux dormi, ce froid glaçant qui persiste, peiner sur un texte, commander des livres, encore plus transpercée par le froid en rentrant – même si je suis très contente de mon nouveau manteau très chaud, le repas simple de comfort food – again, Good Girld Revolt – fin de la première saison d’une série qui possède un certain ventre mou en son milieu mais qui met le doigt sur la condition de la femme

Jeudi: vivement la fin du froid, je ne suis pas la seule à terminer des livres dans le métro et à commencer de suite un nouveau, certaines de mes plantes ont triste mine – voire sont tout simplement décédées – et je ne le saurai que dans quelques mois, commander des Chie Mihara bien soldées – en espérant qu’elles seront agréables à porter tous les jours, un rendez-vous chez le notaire qui facilitera bien des choses pour le futur – je peux maintenant s’il le faut tout signer à la place de mon papa, de la comfort food facile à préparer, The X-Files – un épisode à l’ancienne qui est pas mal, Masterchef

Vendredi: mettre les bottes à fourrure en préparation pour la neige, avoir l’impression d’être la seule au bureau, avancer sur une série de choses, les trottoirs sont bien verglacés ce midi, oh il neige, rentrer dans un paysage tout blanc, Glow, Masterchef

Samedi: ça dégèle !, enlever la neige de la voiture pour que le soleil puisse faire fondre le reste pour cet après-midi, des lessives, des courses, changer une armoire de place à la cave et ranger mes rhums, préparer les pots pour les semis, de la lecture: terminer mon roman et commencer un livre sur des alcools français, la qualité de ce dvd est tellement mauvaise que j’arrête tout de suite ce western (c’est une copie VHS toute pourrie), The X-Files, Babylon Berlin – début de la saison 2

Dimanche: faire une liste mentalement de tout ce que je souhaite faire aujourd’hui – elle est longue !, couper ma frange, aller à la zumba, semer 13 variétés de piments, terminer la couture de ma robe, de la lecture, écrire une note de dégustation d’un rhum, préparer des currys indiens, de la lecture

Short diary of the week (232)

Lundi: mal dormi comme d’habitude, cette obligation de prendre la voiture pour cause de grève, perdre mon temps dans les embouteillages, ne pas pouvoir lire du coup, j’aurais bien aimé télétravailler mais je fais partie d’un jury aujourd’hui, chercher des clips pour illustrer des textes, le jury donc, attendre que les embouteillages se résorbent un peu pour rentrer, je n’ai plus l’habitude de faire un créneau ! ma voisine vient à mon aide en bougeant sa voiture, une grande crise de phobie: j’ai dû éliminer une immense araignée et j’en suis toute secouée, Call the midwife, de la lecture

Mardi: à nouveau plein de monde dans le métro – c’est pénible de devoir s’asseoir entre des hommes qui pratiquent le manspreading (pas spécialement des jambes mais de tout leur corps), un état pré-grippal avec des maux de tête, travailler tant bien que mal, Ultimate Rome – le dernier épisode sur la fin de l’empire

Mercredi: grande journée de réunion et de brainstorming sur la saison prochaine, me retrouver congelée après tout ça et penser avoir de la fièvre, prendre ma température en rentrant: 35,8°, me réchauffer lentement, Good Girls Revolt

Jeudi: le rendez-vous médical annuel qui me fait peur – la mammographie donc, mais tout va bien, arriver plus tard au travail et attaquer le choses à faire, la grippe a l’air de s’être éloignée de moi, un échange de gps pour le w-e – un vieux machin (le mien) contre un tout nouveau, enfin résoudre le problème de pc banking de la carte de la poste – après deux mois !, vaguement préparer mes affaires pour le lendemain, Good Girls Revolt, terminer mon livre

Vendredi: me préparer à mon aise, recouvrir quelques plantes dans le jardin, et c’est parti, après trois heures de route et quelques arrêts j’arrive à Metz où je suis attendue par mon amie et son compagnon, nous partons de suite manger et sommes rejoints par d’autres amis, une ballade dans le froid pour rejoindre le Centre Pompidou, des œuvres japonaises contemporaines – certaines me laissent de marbre d’autres m’amusent beaucoup, retour pour un apéritif repas suivi de pâtés lorrains et de fromage et de saint-honoré, je suis repue

Samedi: une ballade dans la ville – toujours dans le froid glacial – mais le ciel est si bleu, la gigantesque cathédrale, le marché couvert – toute ville devrait avoir un marché couvert, un arrêt apéro, la Moselle, les vitraux de Cocteau si peu connus, un repas avec les restes d’hier et il est déjà temps pour moi de quitter mes hôtes après deux belles journées – il faudra qu’on se revoie ! – et encore merci pour tout !, un arrêt au Luxembourg pour profiter de quelques produits moins chers, et puis une longue route avec quasi personne jusque Namur, et pour finir quelques ralentissements mais je suis presque à la maison, un film qui m’endort un peu, me blottir sous la couette pour la nuit

Dimanche: avoir du mal à me réchauffer – cela va être une constante les prochains jours, aller à la zumba mais ne pas trop suivre, un coup de pompe gigantesque qui va durer une partie de l’après-midi, de la lecture puis me préparer pour la petite fête de famille que donne mon papa pour inaugurer sa nouvelle résidence, passer un bon moment avec mes cousins, hésiter à propos de mon repas du soir et changer mille fois d’avis, la suite du film qui devient en fait long et chiant – Song to Song (Terence Malick, 2017) – malgré de belles images (ces maisons !)

Short diary of the week (230)

Lundi: malgré mes craintes j’ai passé une bonne nuit, me décider à renvoyer cette robe King Louie trop petite, terminer cette pile de disques, le froid mordant, tenter malgré tout la onzième saison de The X-Files, Call the Midwife

Mardi: tenter d’organiser les playlist suivantes, toucher à plein de pays de pays différents, arriver trop tôt au rendez-vous du soir: un atelier cocktail à l’hôtel Le Chatelain, une chouette soirée où j’ai pu créer mon propre cocktail (un peu trop sec pour être populaire mais le barman pense quand l’adapter pour la carte), traverser une partie de Bruxelles avec le tram 81, rentrer dans le froid, ne pas réussir à me réchauffer

Mercredi: ah on n’est pas jeudi ?, de la réécriture et de la correction de textes, du tri de disques, des pâtes à la saucisse, commencer deux nouvelles séries: Good Girls Revolt et GLOW – où je me lance donc dans des séries très féminines / féministes

Jeudi: et donc le voisin de la maison paternelle a tenté de m’appeler cette nuit pour cause de suspicion de voleurs – ce n’était heureusement pas le cas – mais au moins il surveille bien la maison, du tri de cd, une longue réunion sans trop d’intérêt, des patates à l’airfryer !, Good Girls Revolt, GLOW

Vendredi: mettre les bottes de neige alors que le ciel est encore tout bleu, les trucs du vendredi, hésiter sur la suite du travail, des envies de réaménagement de jardin, ah il neige, enfin pas beaucoup, rejoindre mes amis en ville pour un cocktail (sur mesure) et une soupe chez Yi Chan, rentrer dans le froid

Samedi: si je me mets à mal dormir le w-e aussi…, un rendez-vous pour l’achat de la maison – peut-être, en gros il n’y a que des peut-être et ça traîne – si je n’ai pas d’offre convenable pour la fin de la semaine j’engage une agence, aller chez papa et partir relativement vite après ses multiples répétitions, une sortie au jardin pour couper des plantes mortes, devoir rentrer pour cause de début de chute de tension, de la lecture mais aucune concentration, oh il n’y a plus que quatre grands scampis, 20th Century Women (Mike Mills, 2016) – un très beau film doux-amer

Dimanche: toujours attendre, de la zumba, de la couture, une note de dégustation de rhum pour le Belgium Rhum Club, de la lecture, de la cuisine, commencer The Tudors, continuer avec GLOW, la préparation pour une bonne nuit: méditation et lecture

Short diary of the week (220)

Lundi: cette météo horrible demande la sortie de l’horrible doudoune qui me transforme en bonhomme michelin, oublier que ces chaussures sont usées et percent et donc me retrouver les pieds mouillés et congelés, une journée de travail comme les autres, le slalom entre les pierres descellées n’a pas réussi: mon pied est à nouveau trempé, enfin au chaud, Longmire, Anthony Bourdain Parts Unknown à Seattle (avec entre autres Mark Lanegan)

Mardi: un ciel sans nuages fait toute la différence, une réunion petit-déjeuner, les choses habituelles, un gros sentiment d’asociabilité, un vendeur très agréable pour l’achat d’une nouvelle machine à laver, arriver trop tôt au rendez-vous mais je ne suis pas la seule, le vernissage pour la réouverture de la salle-magasin Wolfers, de très bons snacks à l’Hanoi Station et un bon moment qui me met de bonne humeur, un peu de lecture

Mercredi: avoir du mal à m’endormir, me réveiller en sursaut en criant: dans mon rêve un homme m’avait agrippée par surprise dans le noir, un réveil difficile, et c’est bien parti pour un nouveau tri de disques, un sandwiche industriel du Delhaize, heureusement j’ai du chocolat pour faire passer le goût, envie de donner des conseils ou des pistes mais avoir l’impression qu’ils ne seront pas écoutés, tenter une nouvelle recette mais le résultat ne me convainc que moyennement – au moins j’ai de quoi manger demain midi, Masterchef The Professionals – l’épisode d’hier et celui d’aujourd’hui

Jeudi: la première nuit de la semaine avec un sommeil profond et pas de rêves bizarres, ma garde-robe ne possède plus aucun vêtement chaud que j’ai envie de mettre, une réunion qui permet de faire avancer un projet, m’obstiner à vouloir terminer quelque chose et ne pas remarquer qu’il fait tout blanc dehors et que le retour sera pénible, The Last Post, Masterchef the Professionals, terminer mon roman malgré l’heure tardive

Vendredi: pas beaucoup de collègues présents aujourd’hui mais avoir quand même une agréable conversation, il fait gris et froid mais au moins il ne pleut pas, trop de choses accumulées à terminer – ce ne sera pas possible, commander un livre et puis continuer le shopping en ligne: une robe et un gilet, me battre avec le site de King Louie qui est divisé en deux sites: Europe et Pays-Bas – les Belges doivent donc commander aux Pays-Bas (mais c’est un peu moins cher), une première commande chez Vivian of Holloway, un repas comme ma maman les préparait: sole épinards purée, Anthony Bourdain Parts Unknown dans les Pouilles – le dernier épisode de la saison 10, Longmire

Samedi: me lever avant 8h pour être prête pour la livraison de la machine à laver entre 8 et 10h, frissonner dans le canapé malgré une couverture, frissonner dehors pendant que le livreur installe la machine, hiii elle fait des bips !, et elle pèse la quantité de linge pour déterminer le temps de lavage, c’est pas tout ça c’est l’heure de la visite du samedi, changer mes projets de couture et donc aller chercher le fil correspondant, un peu inquiète suite à une décision de mon papa, des brochettes d’agneau grillées, River of no return (Otto Preminger, 1954), de la lecture

Dimanche: ça fait un bien fou de se réveiller naturellement sans un réveil qui sonne, canapé couverture, rassembler l’énergie pour sortir de la maison et aller à la zumba – ce n’était pas gagné vu le froid humide, commencer à coudre une jupe, le radiateur est enfin réparé et il fait bien meilleur dans la pièce couture, terminer un livre en sautant quelques paragraphes, Vikings – un double épisode de la cinquième saison – un certain ennui, commencer un nouveau roman

Short diary of the week (218)

Lundi: entrer à nouveau dans l’espace aérien européen, ne pas vraiment réussir à beaucoup dormir, une bonne connexion wifi à l’aéroport de Munich qui raccourcit le temps d’attente, ne pas me sentir à ma place entre tous les businessmen dans l’avion vers Bruxelles, home sweet home, une longue sieste, le retour des plats qui m’ont manqué: le spaghetti bolognaise, revoir avec plaisir certains endroit où j’ai été dans The best exotic marigold hotel, résister jusque 21h30 avant de m’endormir

Mardi: réveillée vers 6h, levée vers 7h, moins 2kg après le voyage, remplir le frigo, faire une première lessive, rentrer les plantes exotiques fragiles, transférer toutes les photos sur l’ordinateur et faire un premier tri, un peu de lecture, la fin de The best exotic marigol hotel et le début d’Anthony Bourdain Parts Unknown à Pittsburgh avant de m’endormir vers 21h

Mercredi: retour au boulot, trier des dizaines de mails, en avoir déjà marre en début d’après-midi, me sentir fatiguée, rentrer dans le noir, découvrir que Masterchef The Professionals a recommencé sur la BBC mais d’abord regarder la fin d’Anthony Bourdain Parts Unknown à Pittsburgh, sentir mes paupières s’alourdir mais tenir jusqu’à 22h

Jeudi: le réveil sonne au moment où je me rendormais profondément, une journée qui avance plus vite qu’hier, avec un bonne dose d’organisation du futur, Anthony Bourdain Parts Unknown au Sri Lanka (au nord où je n’ai pas été), Masterchef The Professionals – sauf que je m’endors au milieu

Vendredi: mes intestins n’ont clairement pas encore retrouvé leur équilibre, les prochaines semaines je risque de faire une overdose de Nusrat Fateh Ali Khan, une commande aux Pays-Bas, une recharge pour mon téléphone totalement gratuite grâce à mes achats couplés, du thon grillé, m’endormir encore plus tôt – je tentais de regarder un film japonais

Samedi: une nuit de quasi 12 heures – j’espère que ça suffira à me remettre dans un rythme normal, le chauffage est allumé et je suis sous une couverture mais j’ai toujours froid – un sentiment qui ne fait que commencer et qui me poursuivra jusqu’au printemps, une machine à laver récalcitrante – elle ne démarre qu’au troisième essai, la vie quotidienne reprend avec ce sentiment désagréable que tout est compliqué, une visite chez mon papa, des courses, une immense pile de repassage, commencer le tri des photos, une seconde tentative de film japonais (Après la tempête d’Hirokazu Kore-eda – 2016) mais abandonner par ennui, une infusion au gingembre pour calmer les maux de gorge apparus soudainement, Anthony Bourdain Parts Unknown à Porto Rico

Dimanche: une mauvaise nuit (la faute au gingembre ?), aucun courage pour aller à la zumba, batailler avec la machine à laver qui ne veut plus effectuer un programme en entier, décalquer un nouveau patron – la robe B6380 de Gertie chez Butterick, trier des photos (une constante pour les mois qui viennent), terminer un livre commencé il y a plusieurs mois au jardin, un bon repas, Feud, Longmire – début de la saison 6, le jet lag a l’air d’être passé – reste le rhume

Off the beaten track

Depuis très longtemps, je rêve de découvrir les steppes d’Asie Centrale. Depuis une quinzaine de mois, je me suis focalisée sur le Kirghizistan et sur un voyage particulier. C’était sans compter les conditions du voyage que je n’avais pas vraiment consultées dans les notes détaillées. Je n’ai aucun souci à dormir dans des conditions très basiques pour une nuit ou deux mais là, quatre nuits de “homestay” (avec peu de détails sur ce que cela veut dire) sont suivies de six nuits dans des yourtes aux conditions précaires (ce billet de blog résume bien les conditions). Il peut geler pendant la nuit, les toilettes (une cabane avec un trou) sont à l’extérieur et pas moyen de prendre une douche. Ce dernier point est finalement celui qui me dérange le moins mais je dois souvent me lever la nuit pour aller aux toilettes et j’ai besoin d’un minimum de confort ou je vais bloquer complètement et me rendre malade. Enfin, je suis très frileuse et j’ai beaucoup de mal à dormir si je suis frigorifiée, même si je peux prévoir des vêtements thermiques.

Ces six journées consécutives sont totalement coupées du monde, sans électricité, ce qui pose le problème de la recharge de l’appareil photo (le strict minimum donc). Il existe évidemment des batteries mais par expérience, je sais que la mienne tient un jour et demi. Donc tout un budget à prévoir. Je pense également au budget vêtements et chaussures qui risque d’être important. De bonnes chaussures de randonnée me seront toujours utiles, ce n’est pas ça le souci. Mais dans ma vie normale, je ne mets que des robes et des jupes – je n’ai donc quasi pas de vêtements de voyage pratique, à part ce pantalon/short que j’ai acheté pour le Sri Lanka. S’il faut y ajouter les vêtements thermiques et une veste chaude, le budget devient important, surtout que je pense qu’il est préférable de ne pas trop lésiner sur la qualité. Soit, le voyage n’est pas cher en tant que tel et cela compense. Je dois ajouter que je n’ai jamais fait de camping et que cela ne m’a jamais attirée mais il faut bien avouer que dormir dans une yourte au milieu de la steppe est fort différent du Camping Cosmos à la côte belge.

Toute la question est donc de déterminer ce qui pèse le plus dans la balance: ma motivation à découvrir ce pays très certainement magnifique ou ma non-résistance/adaptation aux conditions très primitives du voyage. Je n’ai pas encore tout à fait tranché mais cela penche vers la seconde option. L’alternative serait de trouver un voyage proche mais plus confortable. (Ou de changer totalement de destination évidemment).

Des avis ? Des conseils ? Des remarques (même si c’est pour me dire que je suis une chochotte) ?