Short diary of the week (188)

Lundi: terminer mon roman juste au moment où j’arrive à destination, petit plaisir du jour: ce livre d’histoire reçu ce matin possède des notes en bas de page – pas à la fin du livre, avoir envie de profiter du soleil et être enfermée toute la journée, un message annonçant un colis, des restes de curry, Chaussée d’Amour, Black Sails

Mardi: réveillée bien trop tôt – à nouveau, ce manque de sommeil joue sur mon humeur et me fait voir certaines choses en noir – ce sont des détails mais quand même, une après-midi pénible qui m’attend, au moins tout le monde était d’accord pour ce vote, vidée, la postière me compliment sur le joli nom de blog – The Lady from Canton donc, un nouveau vermouth, Broadchurch, Longmire

Mercredi: encore une journée où je ne pourrai pas me concentrer, un rendez-vous professionnel, une alarme incendie au bureau, une discussion productive à propos d’une future table des matières, des propositions en vrac sur le thème des villes, un cerveau qui bouillonne encore pendant le trajet du retour, The Americans, Masterchef sur la BBC, être plus passionnée par mon livre d’histoire que par mon roman

Jeudi: une nuit assez agitée, de la fatigue et en même temps de l’adrénaline qui fait avancer le travail – sauf qu’il faudra que je trouve un moyen pour l’arrêter, arriver quasi au bout d’Oum Kalsoum, dommage que je ne puisse pas profiter du beau temps, de la lecture dans ce livre d’histoire si passionnant, Masterchef

Vendredi: deux rêves affreux, dans le premier mon père vient de mourir – je me réveille les larmes aux yeux, dans le second ma directrice m’engueule, c’est parti pour du tri marathon, courbaturée de partout, après une nouvelle scène encore plus ridicule que le reste j’abandonne Riverdale, Longmire, Garderner’s World, Masterchef

Samedi: me réveiller pas reposée du tout, chercher des recettes et finalement me rabattre sur des plats de mon répertoire, la motivation n’est pas très grande pour la couture, et pourtant la seconde toile a l’air de m’aller, ne pas oser couper le beau tissu et remettre ça à plus tard, de la lecture, cette petite pluie est parfaite pour mes semences de pelouse, The big sky (Howard Hawks, 1952) un peu long et les images de très mauvaise qualité ne m’aident pas à apprécier le film

Dimanche: encore une mauvaise nuit alors que je n’ai pas de raison, à la zumba je sens bien que le haut de mon corps est fatigué, à vrai dire cette zumba a en partie éliminé la fatigue, déterrer des plantes et les changer de place – pas toujours aisé – beaucoup de sueur a coulé, semis de tomates (et seconde tentative pour la plupart des piments – je ne sais pas ce que j’ai fait de mal cette année), de la lecture, ah mais oui voilà où trouver des infos que je cherchais !, The 100, Longmire, de la lecture

Short diary of the week (183)

Lundi: de grosses insomnies, nausées et fatigue extrême, me traîner au boulot, plein de colère en moi, “Courir après le temps et les choses n’a plus rien d’intéressant à mes yeux.” – voilà une phrase qui me parle (copyright Coyote), envoyer un mail puis devoir tout répéter oralement, la fatigue qui s’évapore un peu le soir, Black Sails, Call the Midwife

Mardi: encore bien fatiguée malgré une bonne nuit, toujours de vagues nausées, recevoir une commande de livres pas prévue avant la fin du mois, recevoir un disque, commander des semences, du poulet sauté aux légumes, Taboo, The Halcyon

Mercredi: pas mieux, le vent décoiffe !, c’est parti pour la dernière ligne droite composée de cinq caisses, juste vidée, c’est donc de là que viennent ces coulées d’eau – cela n’augure rien de bon, Taboo, The Halcyon

Jeudi: tenter de m’auto-suggérer que la fatigue est partie, du vent – plein, mais du ciel bleu aussi, ma vie est vraiment ennuyeuse pour le moment (tout le temps ?), une envie de frites, ah non plutôt une envie de pâtes sauce tomate, Riverdale, une envie de revoir Twin Peaks – l’intégrale, Longmire

Vendredi: le rythme n’est pas très soutenu mais très continu, c’est le weekend !, revoir le pilote de Twin Peaks le jour du meurtre de Laura Palmer

Samedi: ma place favorite du samedi matin c’est le canapé, revoir mon papa après quelques semaines d’interruption pour cause d’absence et maladie, ne pas trop savoir ce que j’ai envie de faire, retrouver le canapé et de la lecture, commencer deux livres, mettre les liqueurs de pamplemousse et d’orange sanguine en bouteille, Broken Arrow (Delmer Daves, 1950)

Dimanche: réveillée bien trop tôt, transpirer à la zumba, de la couture: l’insertion des manches – passage toujours délicat – n’a pas posé de problèmes, de la lecture, des kumquats dans un cocktail, The 100, Riverdale

Short diary of the week (182)

Lundi: m’endormir, me réveiller frissonnante, 38° de fièvre, me rendormir, me réveiller, me rendormir, me réveiller, pas en état d’aller travailler, attendre chez le médecin, une rhino-pharyngite – déjà la deuxième cette année, où est passée ma résistance aux microbes ?, des frissons et des courbatures, lire et dormir dans le canapé, pas beaucoup d’appétit, Call the Midwife

Mardi: encore plus de fièvre, pas envie de grand chose, regarder Versailles: le propre et le sale (merci Gasparde !), me forcer à aller faire des courses, à chaque fois que je m’endors je me réveille pour tousser, la température a enfin baissé un peu, lire dans le canapé, Black Sails, commencer un nouveau roman

Mercredi: pas de fièvre cette nuit mais bien au petit matin, cette fatigue malgré de longues nuits…, sortir au jardin et profiter du soleil, lire un peu, me sentir mal: la fièvre est remontée en flèche, pas d’appétit, Taboo

Jeudi: une nuit agitée avec de nombreux réveils à cause du nez complètement bouché, baisser les armes et me lever alors que je suis encore fatiguée, avoir envie de sucré, ne pas faire grand chose, déprimer un peu parce que je suis toujours aussi malade après cinq jours, Taboo

Vendredi: je veux que ça aille mieux !, ce n’est pas vraiment ça et ça devient lassant, une longue sieste, de la lecture, Taboo

Samedi: disons que ça va un peu mieux, terminer d’écrire les billets sur le voyage au Sri Lanka – reste les photos à trier et ajouter, de la couture mais abandonner parce que cela demande trop d’efforts, de la lecture, un premier repas convenable depuis une semaine, Winchester ’73 (Anthony Mann, 1950) – un bon western qui tient en haleine

Dimanche: pas encore assez d’énergie pour aller à la zumba, de la couture, de la lecture, le plaisir de choisir un nouveau roman après avoir terminé le précédent, The 100, The Halcyon

Short diary of the week (181)

Lundi: hésiter sur le gilet et mettre le plus fin qui s’accorde mieux au style de la robe, encore une journée marathon, feuilleter mon nouveau livre de cocktails et préparer de suite une recette, Black Sails, Call the Midwife

Mardi: pas tout à fait en forme, une réunion mal placée, une météo très grise et humide, plus aucune énergie, Sweet/Vicious – les trois derniers épisodes – une très bonne série MTV qui met le doigt sur le viol et le silence autour de celui-ci

Mercredi: encore un mail inutile et déplacé du chef, pas grand chose d’autre, Riverdale – premier épisode

Jeudi: plus que cinq caisses de disques à traiter (des cartobacs plus précisément, contenant une trentaine de cd – une quarantaine de caisses au départ), c’est presque prêt à être publié, toute mon énergie passe là-dedans, Taboo, The Halcyon

Vendredi: un entretien de fonctionnement qui dure des heures parce que mon chef aime trop parler, il m’a d’ailleurs vampirisé toute mon énergie, envie de dormir, retrouver mes amis au Cipiace et passer la soirée à goûter des cocktails et manger tout en discutant, partager une bouteille d’alcool en trois et recevoir de la liqueur de yaourt, goûter l’absinthe de Fougerolles, avoir du mal à m’endormir parce que frigorifiée

Samedi: pas super en forme ce matin mais c’était une très bonne soirée, tenter de trouver des solutions pour adapter le patron à découpes princesses, prendre un Dafalgan contre le mal de tête, faire les courses, me mettre au lit pour une sieste, reprendre un second Dafalgan, lire un peu – dans la mesure du possible, réussir un oeuf poché du premier coup alors que c’est la première fois, The Gunfighter (Henry King, 1950), prendre un troisième Dafalgan et aller dormir tôt

Dimanche: une longue nuit, me réveiller malgré tout avec des maux de tête, là c’est clair que ce n’est pas le repas qui a causé ça mais autre chose, sans doute la fatigue de la semaine et l’entrevue avec le chef, râler de passer tout le weekend en mauvais état, prendre un Dafalgan, encouragée par ma voisine je vais quand même à la zumba, je frissonne en rentrant et me réchauffe sous la douche, vaincre les ajustements de ce patron à découpes princesse, de la lecture, frissonner, du Dafalgan, Guyane, The 100, me mettre au lit crevée, ne pas dormir

Short diary of the week (179)

Lundi: recevoir un écho rassurant par rapport aux entretiens de fonctionnement (ceux de l’année passée s’étaient très mal passés), se dire après un moment que ça suffit – j’ai fait mon quota, TBBT S01 E17 – ou la fin de la première saison et la reprise du vélo d’appartement sans beaucoup d’enthousiasme mais nécessaire à cause de l’évolution de mon poids, les restes de tajine, Vikings – encore un long épisode, Call the Midwife – ou le retour des larmes à chaque épisode

Mardi: de la neige, ça diminue même si ça ne se voit pas trop, un fou de dieu qui crie dans le métro, le safran a vraiment imbibé le tout, Sweet/Vicious – où je regarde une série de MTV sur les conseils du Golb, The Halcyon

Mercredi: le fond du jardin est tout différent sans le noisetier des voisins, et on poursuit, ma commande de sacs Sabrina est enfin là !, c’est toujours quand on veut partir à une heure précise qu’on est retenu, le même fou de dieu qu’hier et ses propos incohérents, des courses infructueuses, chercher des livres et en recevoir un, Vikings, Sweet/Vicious

Jeudi: me tordre de douleur à cause de crampes à l’intestin, quasiment défaillir, me recoucher avec un anti-spasmodique et grelottant de froid, dormir, hésiter mais me lever quand même pour aller travailler, grelotter dans le froid glacial, avoir du mal à me réchauffer, avancer quand même dans le boulot, un autre fou de dieu aux propos cohérents mais indésirables dans un endroit comme le métro, rentrer trop fatiguée pour faire le vélo prévu, me préparer de la comfort food, Vikings, Sweet/Vicious

Vendredi: vivement que les températures augmentent pendant la journée !, ma distraction me posera un jour de gros problèmes, ou pas, ça avance mais c’est lassant, sentir un air de printemps en sortant du boulot et me sentir bien, commencer un film et me rendre compte que je suis crevée

Samedi: encore fatiguée malgré une bonne nuit, d’ailleurs je me fais un torticolis sous la douche, prendre plaisir à rouler sur les routes de campagne pour m’acheter une nouvelle orchidée et du gin (même si regarder à gauche est un peu douloureux), les courses et la visite du samedi, un peu de couture, finir mon roman, préparer un bo bun en ce jour de l’an, terminer A passage to India (David Lean, 1984) – de belles images mais je ne suis pas très enthousiaste sur le film – et encore moins sur la coiffure de l’actrice principale, The Halcyon

Dimanche: de la zumba en prévision de la soirée, du ménage – parce qu’il le faut bien, de la couture, faire de la place dans la bibliothèque en créant des doubles rangées – ou comment se voiler la face et garder toujours plus de livres, de la lecture, de la raclette suisse en compagnie des voisins, burps !

Short diary of the week (168)

Lundi: une journée de repos !, promenade dans Saint-Jacques, le soleil qui se montre, une superbe vue, la terrasse idéale au calme loin du centre, manger et boire, retour vers le centre après quelques heures à ne rien faire, une visite rapide de la cathédrale, dire au revoir à Katrien, sieste, un dîner de tapas et de steak tout simplement délicieux, tenter d’aller dormir plus tôt mais mal dormir

Mardi: réveil très matinal, un avion, une escale à Barcelone sous la pluie, un second avion, un long trajet en bus, retour dans une maison très froide, la satisfaction d’avoir passé une excellente semaine, un repas avec des choses venant du surgélateur, Masters of Sex, Anthony Bourdain Parts Unknown au Sichuan et à Chengdu avec un apparition de Fuschia Dunlop

Mercredi: ce n’est pas encore aujourd’hui que j’aurai récupéré, raconter beaucoup, une certaine énergie malgré la fatigue, il paraît que j’ai l’air radieuse, une envie de spaghetti bolognaise, Timeless, Anthony Bourdain Parts Unknown à Londres juste après le Brexit et avec une apparition de Nigella Lawson

Jeudi: enfin plus ou moins reposée, ce moment quand on lit un livre où tout s’éclaire sur un sujet particulier, procrastiner c’est bien mais le faire c’est mieux – au moins la moitié du boulot, il y a encore quelques tomates au jardin, Timeless, The Americans

Vendredi: terminer des choses mais la liste est trop longue, trouver quand même de la motivation enfouie quelque part, avocat et scampis – un duo gagnant, l’albariño n’est pas aussi bon en Belgique, The Americans – deux épisodes

Samedi: une demi-heure dans un Ikea encore vide: une lampe et une étagère, bien plus de temps chez AS Adventure: un pantalon de voyage et des sandales tout confort – par contre pas de pantalon large d’été – c’est vrai que ce n’est pas la saison et la mode est aux pantalons ultra-slim, apporter tous les journaux à mon papa et apprendre qu’il ne lit plus de livres – ce qui me rend triste, monter l’étagère – c’est beaucoup mieux pour mettre la mini chaîne, retracer la patron du pantalon, me dire qu’il vaudrait mieux coudre une seconde toile, tenter de lire mais ne pas réussir à me concentrer, Unconquered (Cecil B. DeMille, 1947) ou une grande fresque en Technicolor

Dimanche: enchaîner diverses activités, un épisode de TBBT en pédalant, lessive, montage de lampe, rangement, couture – ah mais ça met plus de temps que prévu, tester la nouvelle lampe en lisant dans le canapé, un dvd avec un film en VF ? – non je ne peux pas, The Americans – fin de la saison 4

Short diary of the week (167)

Lundi: de grosses insomnies – la pleine lune ou juste mes anxiétés par rapport à la semaine qui vient ?, et donc fatiguée et maux de tête latents mais ce n’est pas grave – je sais que je peux fonctionner presque normalement, l’après-midi est quand même longue, des courses de dernière minute, des débuts de valise, Masters of Sex, The Americans, sentir mon corps se préparer à l’insomnie sans réussir à la contrer

Mardi: bis repetita, un état proche de l’Idaho, difficile de se concentrer, rentrer faire une sieste, un détour par la gare du Midi, Digue du Canal, un dîner gastronomique de 8 services à Culinaria, juste wow !, rentrer avant la fin vu l’heure tardive, un agréable chauffeur de taxi

Mercredi: oups ça va être dur aujourd’hui, métro, train, avion, un deuxième avion, taxi, terrasse, un délicieux vin blanc, un resto, dormir

Jeudi: un bus, un bâtiment qui ressemble à un ovni qui s’est posé au milieu des collines, tout s’enchaîne parfaitement, gin tonic, délicieux repas de tapas et de steak galicien maturé, des concerts tous plus mauvais les uns que les autres

Vendredi: me lever tôt pour être sûre de ne pas rater le premier film, et en effet Jakarta Jakarta valait la peine, errer quelque peu, deux concerts, tenter de prendre les chemins de traverse et y renoncer de peur de me perdre, un long trajet de bus, quelques achats de livres, une tentative de sieste, un repas léger, les concerts sont bien mieux ce soir

Samedi: parler, voir un autre documentaire, voir un showcase, parler, boire un peu au drink, parler, parler même dans le bus du retour, boire, manger, concerts, le déluge, une fin de soirée un peu bizarre

Dimanche: mal dormi, encore plus fatiguée, promenade puis cérémonie de fin avec awards, concert très dansant de Calypso Rose, tapas, sieste, apéro, repas, tentative de concert, rester discuter entre amis jusque tard, rentrer un peu ivre en riant beaucoup avec Katrien