Challenge PAL de vacances

PAL de vacances (un tout petit bout de ma PAL)

Ce sont les vacances ! Peut-être aurez-vous l’occasion de lire plus que d’habitude ? C’est le moment de repêcher des livres de sa PAL, avant le déferlement de la rentrée littéraire. Du coup, je vous propose un petit jeu: il s’agira de lire 8 livres (ou moins) avec les contraintes suivantes:

  1. le titre contient un nom de lieu géographique (pays, ville, région, fleuve…)
  2. le titre doit être un vrai jackpot au Scrabble. Je m’explique – enfin je reprend l’idée de Lire sous la contrainte (qui m’inspire d’ailleurs la totalité de ce challenge) – il s’agit d’additionner les points de chaque lettre du titre et de l’auteur selon les règles du Scrabble: A,E,I,L,N,O,R,S,T,U : 1 point; D,G,M : 2 points; B,C,P : 3 points; F,H,V : 4 points; J,Q : 8 points; K,W,X,Y,Z : 10 points (l’exemple est ici)
  3. le titre contient soit “chant/chanson”, soit “musique” ou est le titre d’une chanson, ou s’en inspire très fort, ou contient le nom d’un musicien/chanteur
  4. le titre contient un prénom ou un nom de personne
  5. le titre est composé d’un seul mot
  6. le titre ne contient pas d’article
  7. le titre contient un mot lié à la nourriture ou à une boisson
  8. le titre contient un mot désignant un animal

Toutes les langues sont autorisées ainsi que tous les types de livres, fiction ou non-fiction (même des BD si vous voulez) mais ils doivent faire partie de votre PAL au 4 juillet 2017 (je n’ai aucun moyen de vérifier si vous trichez de toutes façons). Chaque livre lu ne peut entrer que dans une seule catégorie: Perfidia de James Ellroy pourrait entrer dans la catégorie 5 ou 6 mais je n’en choisirai qu’une des deux. Je ferai un petit compte-rendu le 31 août – je pourrais même envoyer un petit cadeau à la personne qui aura complété le plus de catégories (huit, c’est bien, mais pas nécessaire – je ne suis pas sûre moi-même de terminer huit livres pour la fin de l’été mais ce n’est pas impossible non plus) et fait le meilleur score au Scrabble !

Cela vous tente ? Laissez-moi un commentaire ! (et tenez-moi au courant pendant l’été de vos lectures).

UPDATE: vous pouvez également publier les photos des livres lus sur Instagram avec le #palvacances2017

UPDATE2: la lecture en cours compte aussi 😉

UPDATE 3: le compte pour le Scrabble ne compte que pour des titres en français (peu importe la nationalité de l’auteur) – je n’ose pas imaginer le record d’un titre en polonais (par ex., mais même l’anglais utilise beaucoup de w et de y) avec les scores pour les lettres du français. En même temps, ce serait drôle !

Advertisements

Favourite memories of summer 2016

Hop, je recopie l’idée d’Armalite ! (Je me suis limitée à juillet et août)

  • le concert au Feeërieën et la confirmation d’une belle amitié
  • rencontrer un couple passionné de tiki
  • la promenade dans les Marolles à la recherche de verres anciens
  • les nombreux livres lus dans le jardin sous le sumac
  • la belle récolte de tomates, et de figues auparavant
  • le beau temps du mois d’août
  • l’installation du bassin et de la cascade
  • pleins d’expos et de thés entre amies à Paris
  • la série Black Sails et ses pirates, et Indian Summers dans l’Inde coloniale
  • les jolis et délicieux cocktails maison
  • le cocktail et les conversations entre amies chez Life is Beautiful
  • des cocktails et des amis au 9e étage du Résidence Palace
  • revoir ma famille au mariage de ma cousine
  • des dim sum et un joli cadeau d’anniversaire
  • le boulot qui a bien avancé grâce à l’absence des chefs et une nouvelle collaboration
  • et puis le fait que je n’ai pas encore pris de vraies vacances, loin et ailleurs !

Automne

Je n’aime pas l’automne. En fait ce n’est pas tout à fait ça. Je n’aime pas le solstice d’été. Autant le 21 décembre amène de l’espoir, autant le 21 juin me désespère. Les effets de ce solstice d’été ne sont heureusement pas immédiats: les températures clémentes y sont pour quelque chose. Mais ces jours qui se raccourcissent et qui, même s’il fait encore bon, se remarquent dès la fin du mois de juillet, je n’aime pas. J’ai besoin de lumière, je fais quelque part ce parallèle entre lumière et joie; la diminution de cette lumière signifie une diminution d’énergie. Et comme les températures vont en même temps en pente descendante, c’est encore plus difficile. Une météo sombre me déprime, mais une météo sombre en automne me déprimera plus qu’au printemps. Tout comme le froid me décourage… Et je ne parle même pas du gel où je me sens que mon corps se replie sur lui-même, se crispe de plus en plus.

Et puis, fini les sandales (mon armoire est composée pour deux-tiers de sandales contre un tiers de chaussures de mi-saison et d’hiver), fini les robes d’été en coton aux jolis imprimés, fini les jambes nues. Voici de retour les bas qui serrent (ou qui tombent), les vêtements gris et noirs, la chair de poule et l’impression de froid constante. Ces derniers jours, je n’ai pas ouvert les fenêtres chez moi pour conserver le plus longtemps possible les 25-26° de ce w-e, mais ce matin le thermostat de mon salon annonçait déjà un maigre 22°.

Je sais que c’est un cycle, que la nature doit s’endormir pour mieux se réveiller au printemps prochain. Mais cela ne me plaît pas. Les animaux qui hibernent ont tout compris ! Je me sentirais sans doute mieux dans un pays aux saisons moins marquées mais je regretterais les longues soirées d’été aux couchers de soleil tardifs. On ne peut pas tout avoir…

(Un corollaire de ce billet paraîtra peut-être dans quelques jours: que coudre pour égayer ma garde-robe d’hiver ?)

Short diary of the week (112)

Lundi: toutes les portes ouvertes laissent présumer que tout le monde est là – et bien non !, où trois tonnes de diplomatie ne suffisent pas et où mes remarques sont quand même perçues comme des attaques, la journée des petites contrariétés, mon arrêt de tram est supprimé dès la semaine prochaine, le musée Ghibli est complet pour novembre, deuxième version du même cocktail mais avec des proportions totalement différentes, Masters of Sex, Hell on Wheels – quelque peu ennuyeux

Mardi: non pas le réveil !, un bon début de journée suivi d’un fameux coup de pompe, deux cocktails dont un délicieux gin tonic au sureau et une conversation animée qui me fait plaisir, l’alarme de la maison qui hurle sans raison dès que j’ouvre la porte en rentrant, sueurs froides, un long moment pour me calmer

Mercredi: le tout suivi d’une très mauvaise nuit, et donc pas prête pour affronter les problèmes du jour, hyper-sensible aux réactions des personnes autour de moi – dans le sens négatif évidemment, vivement la fin de cette journée (il n’est même pas 11h), maux de ventre, enfin la fin !, profiter du basilic rouge du jardin pour faire un cocktail, The Good Wife – deux épisodes, quelques larmes très efficaces pour évacuer cette journée

Jeudi: réfléchir à des tissus possibles pour des jupes de mi-saison, il s’est fait attendre ce paquet Lonely Planet étonnement bien emballé par un vrai humain qui ne lésine pas sur le papier bulle et le scotch, envie de tissus mais découragée par la pluie, regarder s’il y a quelque chose d’utilisable dans le stock de tissus à la maison, Vikings – début de la troisième saison, The Good Wife

Vendredi: il fait frisquet ce matin mais j’ai quand même sorti les sandales, un lot de mini-pannes, il faut une certaine ingéniosité pour retrouver le nom d’une chanteuse pop chinoise dont le nom a été mal retranscrit, une belle commande, Vikings, The Good Wife

Samedi: soleil !, resto avec mon papa dans un Tervuren très abandonné, préparation de mon séjour à Kyoto – c’est de plus en plus clair: pas assez de jours pour voir tout ce que j’ai envie de voir, un cocktail inventé à base de mûres, Vikings – deux épisodes un peu longuets, The Good Wife

Dimanche: soleil !, lire un livre entier pendant l’après-midi, chaleur collante, un cocktail tiki très compliqué, profiter encore un moment du jardin au crépuscule, Hell on Wheels – fin de la première moitié de la saison 5 – dieu que je déteste ce concept de couper une saison en deux et de la diffuser en deux ans !

Short diary of the week (111)

Lundi: une mauvaise nuit avec évidemment des angoisses par rapport à mon voyage, zut j’ai filé mes bas, quand l’obligation du pointage devient plus importante que le travail réalisé, fatigue + météo pluvieuse = humeur maussade (je devrais sans doute vivre dans un pays ensoleillé et chaud !), tentons à nouveau du Fernet Branca dans un cocktail – c’est déjà mieux, Masters of Sex, The Good Wife

Mardi: 3° en moins dans la maison en une nuit ! (c’est juste horrible !), affronter le froid en sandales malgré tout, pas envie de travailler (la raison se trouve plus haut), un début de plan pour Kamakura, steak frites, la reprise du fitness devant la tv, Vikings, trop fatiguée pour un autre épisode

Mercredi: où comment s’écorcher les pieds en moins de 10 minutes – mais je vaincrai ces chaussures trop jolies, une liste de choses à faire que je compte bien terminer avant la fin de la journée de travail, cette fatigue cette semaine, une pause shopping sans rien acheter, une visite impromptue, The Good Wife, terminer un pavé

Jeudi: tous ces machins administratifs désagréables à faire, une grosse bourde qui me vexe (une de plus !), maux de tête, parfois il peut y avoir des retournements de situation – pour un bien dans ce cas-ci, maux de tête qui s’envolent sur le chemin du retour, les dim sum et cie surgelés de chez Picard c’est pas si mal pour les jours de paresse culinaire, Vikings – deux épisodes

Vendredi: et bam encore deux mails magnifiques, je devrais en faire un feuilleton, voyage au Kirghizistan, Crimson Slippers Cocktail – rhum et Campari ? je ne suis pas convaincue, des tomates du jardin – enfin un début, Vikings – deux épisodes

Samedi: rien de tel qu’une belle et chaude journée pour lire au jardin, barbecue, rien de tel qu’une belle soirée d’été pour rester dehors en observant les étoiles et en écoutant les grillons

Dimanche: réveillée par un fichue mouche, lire au jardin jusqu’à l’arrivée de la pluie, un début de programme pour Tokyo, terminer la robe Hazel, la fin de la deuxième saison de Vikings qui fait sérieusement remonter cette série dans mon hit parade – à tel point que je ne ferai pas de pause avant de commencer la saison 3

Short diary of the week (110)

Lundi: la fatigue du lundi (c’est habituel), une tenue que j’aimais beaucoup mais qui ne me satisfait plus autant, mes congés sont définitivement approuvés – heureusement !, un échange de voitures a eu lieu en cours de journée, un cocktail extrême !, un nouvel échange de voitures – la mienne est passée sans souci au contrôle technique, True Detective – un final qui me laisse un peu dubitative

Mardi: beaucoup de rêves et un sommeil agité, une tenue qui me convient mieux, je me rends compte que je mets de plus en plus souvent du “me made”, distraite, Blue Moon version 2, Masters of Sex

Mercredi: enfin du wifi dans mon couloir !, tenter de trouver un morceau pas trop mauvais de l’artiste obligatoire pour la playlist, de jolis patrons de couture Simplicity à moitié prix, un délicieux cocktail, lire au jardin sur les bitters italiens, regarder la nuit tomber, ne pas avoir la patience d’attendre les Perséïdes et les étoiles filantes

Jeudi: parfois ça va plus vite que prévu !, quelques courses à utiliser durant le w-e, un cocktail réalisé grâce au généreux don d’un échantillon de whisky Laphroaig, des pluies torrentielles heureusement sans dommages, Hannibal, Vikings

Vendredi: c’est vendredi !, des courses pour tout le w-e, une invitation improvisée, une fatigue de fin d’après-midi, la fin de la première saison d’Hannibal – une série très esthétique – faisant penser à des tableaux de maîtres du passé – que j’ai aimée mais pas adoré, Anthony Bourdain Part Unknown au Pendjab avec un détour par Simla – la station d’altitude décrite dans Indian Summers

Samedi: une journée de pluies torrentielles, couture: une nouvelle robe Hazel est en cours – je suis optimiste que je pourrai encore la porter cet été, tentative de lecture dérangée par un esprit qui pense à trop d’autres choses, achat de guides Lonely Planet avec une promotion 2+1 gratuit sur leur site, deux figues du jardin en salade pour accompagner de l’agneau, Vikings, envie d’un film plutôt: 6istynin9 – dépaysement et gangsters à l’asiatique

Dimanche: le soleil est de retour, l’histoire du Mai Tai, une heure de couture, du jardinage – résultat: une poubelle pleine de déchets divers, envie de lire au soleil sauf qu’il se cache dès que je m’installe, ce défi – à chaque fois renouvelé – pour mettre des livres sur l’iPad – cette fois-ci j’ai noté l’astuce, Hell on Wheels, début de la troisième saison de The Good Wife

Short diary of the week (108)

Lundi: retour au boulot et vagues nausées, un tissu aux petits Mont Fuji et un autre aux antilopes africaines, j’ai l’accord de mon chef – maintenant il n’y a plus qu’à, mais pourquoi je n’y arrive pas ?, ces chaussures Camper sont maintenant presque usées et pourtant elles me blessent toujours au talon, le duo du lundi: True Detective et Masters of Sex

Mardi: un rêve qui ne résout absolument pas mes préoccupations du moment, un sommeil agité, une première grosse angoisse: il a déjà beaucoup d’hôtels complets au Japon – ce qui m’oblige à prendre une décision bien plus vite que prévu, tenter de me calmer devant Hannibal puis Halt and Catch Fire avec un gin tonic

Mercredi: crier parce qu’un collègue m’a touchée par surprise à la taille (j’ai horreur de ça et je lui ai dit), faire une liste des choses à faire et les barrer une à une, clic !, ce sentiment bizarre d’avoir cliqué – quelque peu irréel, clic et reclic pour des réservations d’hôtel, Hannibal, Halt and Catch Fire

Jeudi: encore l’automne, une tâche un peu ingrate qui ne demande qu’à être distraite à tout moment, clic – un hôtel de plus réservé, deux jolis verres à cocktail anciens, une salade chez Exqui, une soirée “Laugh and learn” chez Mig’s World Wines: 3 nouvelles combinaisons de gin tonic et 3 cocktails tiki à réaliser en équipe

Vendredi: un tram fantôme, toutes ces petites choses à terminer du vendredi, une fin d’après-midi où je me laisse entraîner dans la procrastination et qui me laisse un sentiment d’inutilité – on va dire que c’était la fatigue, un cocktail à la tequila, Hannibal, deux épisodes de Halt and Catch Fire

Samedi: soleil !, couture, ménage, courses, lavage de vitres, un store enfin blanc à nouveau, lecture, difficile de me concentrer sur un livre, même avec des demies doses le Tropical Itch est fort !, Hannibal, Halt and Catch Fire – une des meilleures séries du moment

Dimanche: me réveiller tôt, plein de choses sur ma to-do list, est-ce que deux challenges Instagram ce n’est pas trop ?, la fin de la couture de la robe, le reste des vitres sont lavées, mini séance de jardinage, attaquée par des bestioles dans mon dos, lecture au jardin, cocktail et barbecue, profiter de la nuit qui tombe (sans le Tomorrowland au loin, ça aurait été mieux)