Les cosmonautes ne font que passer

Elitza Gueorguieva, Les cosmonautes ne font que passer: ce premier roman d’une auteur bulgare raconte l’histoire d’une petite fille qui rêve de devenir cosmonaute comme Youri Gagarine. Elle a sept ans et ce sont les années 1980, la Bulgarie fait encore partie du Bloc de l’Est. Sa famille ne croit pas vraiment en ses projets, sauf son grand-père, communiste pur et dur. Sa meilleure amie (ou en tous cas, celle qu’elle considère comme telle) possède des vraies Nike et des vraies Barbie dont elle est jalouse. Quelques années plus tard, le mur est tombé et elle ne rêve plus que de Kurt Cobain. Elle se rebelle en s’habillant en noir. Ecrit à la seconde personne, ce roman décrit la vie intime d’une petite fille, puis d’une adolescente pleine de rêves dans un monde qui change totalement. C’est rafraîchissant, léger (même si certaines parties sont plus sombres), ironique parfois et le personnage principal est attachant. C’est aussi très court: 150 pages à lire en une soirée, ou presque.