La répétition

Eleanor Catton, La répétition: les lectures communes sont parfois bien utiles ! Sans cet encouragement mais aussi sans les commentaires sur différents blogs, j’aurais abandonné ce livre après 50 pages. J’ai donc persévéré, dépassé le cap des 100 pages annoncées comme un passage à franchir et finalement terminé ce livre. La quatrième de couverture parle d’un roman sur l’adolescence : dans un lycée de jeunes filles, le scandale éclate: un professeur avait une relation avec une élève, Victoria. Mais que s’est-il passé vraiment ? Victoria n’était-elle pas consentante ? Eleanor Catton construit et déconstruit son récit à partir de cet événement de base, l’entremêlant à une autre histoire, celle de Stanley, un étudiant en théâtre. A priori, une histoire qui avait tout pour me plaire. Mais le style utilisé m’a dérangée: trop théâtral, transformant souvent la narration en scénario, introduisant par moments de longues tirades sur les techniques dramatiques, notamment celles d’Antonin Artaud et le théâtre de la cruauté. Et on ne sait jamais si la situation est réelle ou rejouée, même les dernières pages laissent perplexe. Une grosse déception…

Un avis très positif pour contrebalancer le mien, celui de Miss Léo sur Me, Darcy and I et l’avis d’Yspaddaden avec qui j’ai lu ce livre.