Short diary of the week (215)

Lundi: réveillée juste avant le réveil, tenter de rattraper le boulot des semaines passées, une très mauvaise nouvelle – pas pour moi – mais j’en suis triste, c’est toujours un peu angoissant de parler dans une émission radio, configurer le nouveau téléphone, The Deuce, crevée de ma journée

Mardi: lire au milieu de la nuit pour cause d’insomnies, je ne sais pas quand j’aurai du temps à consacrer au travail que j’aime à cause de toutes ces autres choses à faire et cela me frustre, donc oui une fois de plus je me suis laissée faire, le retour des infos peu rassurantes pour mon travail, tenter d’évacuer toutes ces frustrations en rentrant, le retour d’Anthony Bourdain Parts Unknown – un portrait sans concessions de Singapour, Longmire, terminer mon roman

Mercredi: me réveiller au milieu de la nuit avec des maux de ventre, m’attaquer à un boulot boulet, boulet qui me poursuit toute la journée et qui coupe toute envie de travailler, arriver à ne pas préparer plus de nourriture que nécessaire, un w-e fort occupé en prévision – ce qui ne m’arrange pas tout à fait si je pense à la couture que j’aimerais encore faire pour mon voyage, The Handmaid’s Tale, Longmire, une séance de méditation aux milles pensées parasites et mouvements perturbateurs – bref, ce n’était pas très réussi

Jeudi: il faudrait vraiment que je discute du problème, procrastiner avant l’écriture – un mal nécessaire ?, ou comment cette journée d’écriture et de réflexion autour de l’écriture a réussi à régénérer mon esprit et me mette de meilleure humeur, ah mais y’a plus !, The Handmaid’s Tale, Longmire

Vendredi: me faire mouiller, les trucs du vendredi, après mûre réflexion me décider pour samedi – le confort ça compte, mais où est ce colis ? (une constante ces derniers temps), faire les courses du weekend, Longmire – les deux derniers épisodes de la saison 5, découvrir qu’une sixième saison est en préparation

Samedi: me réveiller tôt, frissonner en attendant que le chauffage réchauffe la pièce, attendre avec impatience mes amis, partir pour Spa, des boulets sauce lapin, déguster plein de rhums et faire quelques découvertes, rentrer un peu saoule, m’endormir devant le premier épisode de Feud

Dimanche: traîner dans le canapé puis me décider à faire le repassage, de la couture: transformer une blouse puis coudre une jupe – je pense que ma garde-robe de voyage est terminée, télécharger le guide pour mon voyage, arriver à mettre la sonnerie que je désire dans mon téléphone, un curry pas mal mais peut faire mieux, The Handmaid’s Tale – fin de la première saison – une très bonne série même si le sujet est glaçant

Advertisements

Short diary of the week (210)

Lundi: dormir comme une masse (mais ce n’est pas encore suffisant pour récupérer), écrire sur un sujet que je connais très bien, ce qui me prend quand même la journée, et plus de signes que prévu, apprendre que l’opération de mon papa est prévue pour vendredi, faire mille et une choses mais pas ce qui est prévu, Twin Peaks

Mardi: où la dermatologue me rassure quant à mes grains de beauté (tout particulièrement à propos de celui qui se trouve à la même place que le mélanome de mon papa – oui, ça fait un mois que j’angoissais) et me dit que j’ai une belle peau, vais-je réussir à terminer deux choses aujourd’hui ?, oui !, continuer le boulot à la maison: il faut une photo pour illustrer mon article, me dire que si je ne tonds pas la pelouse maintenant c’est probablement reporté à la semaine prochaine, Halt and Catch Fire

Mercredi: peiner sur un texte et être souvent distraite, un rendez-vous en ville entre amies, des cocktails – évidemment, assister au déluge bien à l’abri à l’intérieur, des plats au canard pour toutes les trois, rentrer dans le noir – les jours ont vraiment raccourci

Jeudi: ressortir les bas sans joie, une grosse fatigue malgré de bonnes nuits, contente du challenge PAL de vacances – à refaire l’année prochaine !, lire la longue liste d’effets spéciaux des antibiotiques que je dois prendre pour guérir une irritation de la peau due à une bactérie et reporter le début de la cure au weekend – c’est ce qui se passe quand on n’est pas vraiment incommodée et que ce n’est pas très grave – mais j’aimerais en être débarrassée quand même, The Leftovers, Big Little Lies

Vendredi: bien dormi mais pas suffisamment, le chauffagiste est là tôt !, à peine en retard au boulot du coup, ne voir personne, travailler dans mon coin, ne plus avoir envie de travailler et commander des livres, attendre des nouvelles tout l’après-midi, en recevoir en début de soirée et même avoir mon papa au téléphone, il a l’air d’aller bien, The Leftovers, Big Little Lies tout en buvant un bon verre de vin blanc

Samedi: l’histoire de cette batterie de voiture est toute une aventure: la remplaçante n’est toujours pas là pour cause de magasin fermé aujourd’hui, envie d’un long congé (ou au moins une semaine) juste pour lire – ça m’a manqué cet été – c’est en partie lié au mauvais temps, la visite à l’hôpital a vidé toute mon énergie (mais j’ai pu parler au médecin et c’est donc un carcinome), enlever quelques mauvaises herbes au jardin puis ne plus faire grand chose, les deux derniers épisodes de Big Little Lies – une série que j’ai beaucoup aimé

Dimanche: une bonne nuit mais encore ce sentiment de fatigue, la visite à l’hôpital, tenter de lire mais ne pas réussir à me concentrer, jouer à Simon’s Cat – ce qui m’aide à retrouver un semblant de concentration et donc me remettre à lire (mais c’est aussi un signe que je suis fatiguée), faire des photos de robes au jardin, profiter d’un (dernier ?) barbecue et lire tout en étant réchauffée par les flammes (ça c’est après avoir mangé quand j’ai rajouté une bûche dans le feu)

Short diary of the week (207)

Lundi: et c’est parti pour une nouvelle semaine, il faudra penser au ticket d’avion, cet autre site me propose d’ailleurs des choses bien plus intéressantes que le premier, la suite de la gestion du projet qui m’occupe depuis quelques semaines, rentrer à pied avec quelques circonvolutions puis toujours tout droit via l’allée verte, plus envie de tondre la pelouse même si c’est du coup reporté à vendredi au plus tôt, une légère vexation de plus: quand on raccroche le téléphone pendant qu’on dit encore au revoir, Twin Peaks, Harlots

Mardi: tenter encore les sandales mais déprimer à la vue du ciel gris, corriger des textes, avoir froid, une demande à la deadline très très courte, apprendre que ma tante et marraine vient de décéder, prévenir mon papa, retrouver une photo d’elle mais hésiter à la publier, de la tristesse, Happy Together de Wong Kar Wai (et prendre des notes tout en regardant)

Mercredi: écrire donc ce petit texte sur Happy Together, compléter un autre article, certains jours je peux être particulièrement silencieuse en groupe – sans raison, une rencontre inattendue, un délicieux repas chez GRAMM – saveurs inédites et délicates – une cuisine maîtrisée, une amitié qui dure depuis une vingtaine d’années, un crocodile

Jeudi: une nuit trop courte et fort agitée, ressortir les collants, râler mais m’attaquer au boulot qui me fait râler pour que ce soit terminé, le coup de pompe de l’après-midi, aller en ville acheter un ticket d’avion, m’écrouler dans le canapé devant Harlots

Vendredi: continuer le boulot qui ne passionne pas et le terminer pour midi, continuer le reste du boulot, contente que ce soit la fin de la semaine mais devoir encore faire des courses pour mon papa et moi, Harlots – fin de la première saison

Samedi: pas très bien dormi, prendre la route et assister à l’enterrement de ma tante, une journée aux nombreuses émotions, des maux de tête, de la lecture, des frites comme comfort food, The far country (Anthony Mann, 1954)

Dimanche: me réveiller et me lever mais retourner au lit pour dormir encore un peu, TBBT S03 E03&4, rassembler des mails pour l’organisation d’une troc party, terminer la couture d’une robe, pour un premier essai il n’y a que peu de défauts, m’installer au jardin et terminer le livre entamé il y a trop longtemps, hésiter à poursuivre le challenge PAL de vacances et puis opter quand même pour un roman qui entre dans une des catégories, prendre mon temps pour préparer un joli cocktail et le repas, commencer The Bird people in China (Takashi Miike, 1998) et après une heure ne plus regarder que d’un oeil distrait

Short diary of the week (199)

Lundi: des sensations de brûlures à mes deux plantes de pieds qui me réveillent en sursaut – probablement des piqûres de moustique – sauf que je ne l’entends pas – bien réveillée du coup – bref une mauvaise nuit, la liste de choses à écrire devient de plus en plus longue avec une deadline de plus en plus rapprochée, tentée par un projet mais c’est un projet qui m’angoisse un peu – laissons faire le sort, écrire et encore écrire, croiser Apolina dans la métro et discuter voyages, une rencontre qui m’a mise de très bonne humeur, fouiller mon armoire pour retrouver des colliers divers, Doctor Who, Jamestown

Mardi: une nouvelle mauvaise nuit – même les techniques de respiration ne fonctionnent pas, écriture – suite (huit petits articles urgents et divers plus longs moyennement urgents), sortir du tram et me retrouver comme dans un film: dire bonjour à mon collègue en camionnette, me faire interpeller par un autre à vélo, sourire à une mini gamine en pleine crise de larmes, saluer une ancienne compagne de classe à la boulangerie… avant d’enfin arriver à mon boulot, huit textes à écrire et les éliminer un à un, saturer à un moment et regretter de ne pas être libre de mes horaires – si cela avait été le cas j’aurais fait une longue pause pour reprendre plus tard et terminer, avocat et scampis – le combo gagnant, Better Call Saul, Anthony Bourdain Parts Unknown à Oman – superbe mais où sont les femmes ? zut les piles de mon Dodow sont plates…

Mercredi: et hop une troisième nuit agitée, terminer plein de textes sauf un à relire plus tard, le projet de lundi a été annulé, attaquer à nouveau le gamelan, rentrée vidée et sans envie de cuisiner, m’y mettre quand même parce que mon ventre crie famine, me battre avec un site pour acheter quelque chose, Twin Peaks, The Good Fight, enfin réussir à faire le payement pour ma commande

Jeudi: et de quatre, ouvrir un peu la tirette de ma jupe pour qu’elle tombe plus bas sur ma taille (oui j’ai grossi en deux ans), mille et un problèmes informatiques qui ralentissent le travail, tenter une cure de magnésium pour mieux dormir, me désabonner d’un compte instagram sur les voyages à cause d’une photo du couple en question trop glamour vulgaire qui ne correspond absolument pas à mes standards (et le site web était rempli de fautes d’orthographe – alors que mademoiselle fait de la communication comme métier), un cocktail insolite mais intéressant, American Gods, The Good Fight

Vendredi: et de cinq, partir à mon aise pour mon rendez-vous à la galerie Ravenstein, une réunion productive et intéressante, une proposition, les trucs du vendredi, rentrer chez moi avec un grand sourire – cette journée était vraiment bien même si je suis en manque de sommeil certain, tenter de ne pas m’endormir devant Café Lumière de Hou Hsiao-Hsien puis me laisser happer par les trains de Tokyo

Samedi: j’aurais probablement pu dormir plus longtemps mais mon cerveau s’est réveillé avant mon corps, une heure de couture – le haut de la robe est presque fini, la traditionnelle visite chez mon papa, tondre la pelouse et tailler la haie, me faire manger par des insectes mais ne pas voir les traces, de la lecture au jardin, forcée de rentrer – incapable de supporter le concert d’un cover band quelques jardins plus loin (ma dose d’énervement est montée très fort), Fargo, m’endormir toutes fenêtres fermées pour ne pas entendre le bruit

Dimanche: plein de rêves bizarres dont un inspiré par American Gods, me réveiller avec des démangeaisons: je compte huit piqûres d’insectes qui commencent à former une allergie – les prochains jours vont être difficiles, TBBT S02E12&13, de la couture, une nouvelle tentative de couture après le repas mais il fait trop chaud à l’intérieur, continuer à étudier la photo, de la lecture, cuisiner un plat indien qui prend un certain temps – plus que prévu en fait, terminer mon livre au  jardin et m’apercevoir qu’à 22 heures passées il fait encore clair

Writing

Depuis quelque temps, ce blog se limite à deux types d’articles, le résumé de ma semaine et mes lectures, avec parfois une incursion dans les plats que j’ai cuisiné. Je le déplore. J’ai beaucoup d’autres idées. Des billets couture évidemment; ils apparaîtront quand j’aurai réussi à faire des photos nettes de moi à l’aide du pied et de la télécommande (les 150 dernières sont floues) (je suppose que c’est parce que l’auto-focus était désactivé – chose que je n’avais pas vue) (et chaque séance photo demande à chaque fois un certain état d’esprit) (et je n’arrive pas encore à sourire sur commande). Mais trêve de parenthèses. Ce n’est pas à ce type de billet que je pensais en premier. J’aimerais parler de divers sujets plus intimes, pas spécialement toujours sur moi, mais qui parlent de mes réflexions sur certains aspects de la société qui m’entourent. Je pense par exemple aux billet d’Isa et Armalite sur les limites du développement personnel: j’avais déjà écrit un billet complet dans ma tête mais je n’ai jamais pris le temps de le mettre sur papier (ou écran). Shermane m’a donné l’idée d’un autre billet, sur un lieu qui me tient à cœur, un billet qui en fait existe dans ma tête depuis au moins cinq ans (mais qui demande pas mal de scans de photos et donc de réinstaller le scanner à la maison – ce n’est pas compliqué mais cela demande au moins un moment d’attention). Et j’ai encore quelques autres idées, pas toujours simples à écrire (la sexualité, mes relations passées de couple, les rapports avec mon papa et la vieillesse…).

Mais voilà, pour le moment, j’écris déjà beaucoup dans le cadre du travail, parfois des journées entières et en fin de journée, j’ai envie de reposer mon esprit (il a du mal, il écrit souvent tout seul des choses dans ma tête – mais pas sur papier – et je dois l’arrêter, et j’ai tant d’autres choses à faire qui m’intéressent). Et pourtant, cela me manque, vos réactions aussi. Peut-être que je devrais me fixer un rythme, un billet par semaine ou un toutes les deux semaines, tant que j’ai de l’inspiration ? Ce ne sont pas spécialement des articles courts à écrire mais je sens qu’ils ont un certain intérêt, en tous cas pour moi. Peut-être pour vous aussi. Et je ne veux pas que cela devienne une obligation – écrire sur ce blog doit rester un plaisir et il connaîtra encore beaucoup de variations de thèmes et de rythme. Des semaines avec deux billets et des semaines avec cinq.

 

 

Short diary of the week (120)

Retour du short diary après plusieurs semaines d’absence – si ça vous intéresse toujours vu que c’est du pur quotidien.

Question: mon récit de voyage du Japon avance très lentement par manque de temps et parce que je n’ai pas envie de me mettre la pression. Je pourrais publier deux ou trois articles par semaine dès maintenant – quitte à ce qu’il y a des intervalles plus importants – ou vous préférez un article tous les jours quand j’aurai fini ?

Lundi: réveil matinal – avant le réveil, toujours pas de message de ma direction – je suppose que je suis censée aller travailler, fouiller dans l’armoire pour trouver des gants, gratter le givre accumulé sur la voiture, retrouver avec plaisir mes collègues et le plaisir de la conversation, me retrouver assise toute la journée alors que j’ai tant aimé marcher, souffrir du froid en rentrant, bon ben c’est parti pour une journée de plus en voiture, The Good Wife

Mardi: au moins ce matin la voiture était exempte de givre, il devient urgent de regarder la suite de Doctor Who – j’ai plus ou moins compris ce qu’il s’y passait, en rentrant je déprime complètement: il fait froid et humide et le métro ne roulera pas jusque chez moi, Doctor Who puis Masterchef The Professionals et une fois de plus je lutte pour ne pas m’endormir

Mercredi: réveillée en sursaut par un mauvais rêve: des cousins éloignés que je déteste envahissaient ma maison, juste l’horreur ce matin: plus d’une heure dans les bouchons, juste fatiguée en arrivant enfin mais soulagée quelque part en apprenant l’annulation d’événements auxquels j’aurais dû participer et pour lesquels les transports auraient été compliqués, comfort food en rentrant, Doctor WhoMasterchef The Professionals

Jeudi: vais-je réussir à rentrer dans le tram ? après en avoir laissé passer un, c’est plus long et plus inconfortable mais quand je vois les files de voitures je ne regrette pas trop, un nouveau pc au bureau !, mais faites-là taire ! (ma voisine raciste – c’est elle qui le dit – dans le tram, causant très fort dans son gsm), recommencer tout doucement à préparer des cocktails, The Good WifeMasterchef The Professionals, et même réussir à lire quelques pages avant de m’endormir

Vendredi: retour à la normale pour les transports – quel soulagement, est-ce que j’aurais vraiment dû dire à mes collègues que j’ai toujours été fan de Duran Duran ?, enfin l’occasion de faire quelques courses en rentrant: du ponzu au Tagawa et des tirettes chez Veritas, The Good Wife – 3 épisodes

Samedi: déjà 9h30 ? je n’ai plus dormi aussi longtemps depuis…. je ne sais plus, lessive, courses, enfin planter tous ces bulbes de printemps – deux mois plus tard (mais ce n’est pas trop tard), n’empêche il fait frais et humide – ce n’est pas très agréable, continuer mon récit de voyage, trouver de quoi éclairer mes photos de cocktail, tenter un Cosmopolitan un peu différent, tenter du bœuf grillé à la japonaise accompagné de sauce ponzu – miam !, The affair – saison 2 – un premier épisode qui m’a laissée fort indifférente et qui me rappelle combien je déteste l’actrice principale, The Good Wife – oooh Will…

Dimanche: m’extirper du lit, zumba, envie de me remettre au lit alors que j’ai plein de choses intéressantes à faire, ne pas me mettre au lit parce que quand même, commencer à coudre une jupe, continuer à préparer mon récit de voyage et me demander pourquoi je me mets la pression, un excellent plat de gibier, Doctor Who – un épisode qui me met mal à l’aise au début mais qui débloque toute l’histoire, The Good Wife

 

Ecrire

Je n’écris plus beaucoup ici, je n’y arrive pas vraiment pour le moment. Je n’ai même pas d’idées. Plusieurs personnes m’ont pourtant conseillé d’écrire ce que je pense, ce que je vis, même dans un carnet dont le but n’est pas d’être lu ni publié, mais comme pour d’autres activités (couture, tricot), c’est plutôt l’inertie qui mène le jeu. Pour casser cette inertie, j’aimerais que vous me donniez des sujets d’écriture. Cela peut être tout et n’importe quoi mais relativement précis et court à raconter, cela peut être une question aussi, quelque chose que vous voulez savoir sur moi ou à propos de quelque chose que je connais bien. Je choisirai ce qui me parle le plus et j’écrirai un article ou prendrai une photo.

ça vous tente ?