Short diary of the week (301)

Lundi: mettre une nouvelle robe d’été malgré la météo maussade, et puis personne ne la remarque, une journée qui se passe (ça va être la constante de l’été au boulot), le jardin a bien besoin d’un bon arrosage, Big Little Lies (où je me rends compte que la psy est Calamity Jane de Deadwood), Buffy

Mardi: il fallait juste attendre aujourd’hui pour les compliments sur ma robe !, une réunion qui me fait bouillir intérieurement et où je dis malgré tout poliment ce que je pense, sauf que c’est pour me faire traiter de “protectionniste”, de grosses inquiétudes, des saucisses surgelées et une sauce aux tomates pelées – comment vivre du contenu de mes armoires, Big Little Lies, Buffy tout en terminant la bouteille de vin parce que je me sens triste

Mercredi: une mauvaise nuit, une journée qui se passe, du shopping assez efficace, enfin trouver les sandales idéales pour le voyage, Big Little Lies, Buffy

Jeudi: fatiguée alors que j’ai bien dormi, tenter d’éviter certaines choses, les vacances de la direction, quelques courses en ville, une rencontre fortuite, retrouver une amie pour un repas au Yi Chan, un délicieux cocktail préparé sur mesure, passer par la Grand Place en plein dans les festivités du 11 juillet

Vendredi: je crois que j’ai mangé un peu trop de piments hier, une journée qui se passe, Harlots – le début de la troisième saison, Buffy

Samedi: le but du week-end: monter les cinq étagères à cd et vider la bibliothèque, aller chez mon papa, les courses, défricher la jungle qu’est devenue la pente du garage, monter les étagères, descendre les vieux magazines, est-ce que je ne laisserais pas les cd à leur nouvelle place dans le futur ?, des plans qui tombent à l’eau, mettre une heure à me rendre compte que j’ai déjà vu ce film vietnamien (Mekong Stories) – il a fallu une scène de sexe dans la boue, Buffy

Dimanche: si seulement ces nuages voulaient bien partir, je déprime déjà de ces deux semaines d’été à la belge, de la couture: retracer un patron et hésiter quant au tissu – le premier choix étant trop transparent sans doublure, monter des livres et dégager ceux qui sont moins accessibles, tenter de lire mais ne pas avoir la concentration nécessaire, préparation d’un couscous, trois épisodes de Buffy – fin de la troisième saison

Short diary of the week (299)

Lundi: c’est parti pour une semaine de canicule, une robe d’été – une de mes préférées (qui malheureusement me serre un peu à la taille maintenant), du dérushage, de l’eau à la menthe, le petit bout d’airco dans le tram, lire au jardin et sentir la fraîcheur venir

Mardi: ma liseuse va-t-elle tomber en rade dans le métro ?, presque rater mon arrêt de métro, trouver un chargeur chez un collègue, de la Roumanie, des Etats-Unis, à 16h30 je ne me sens plus capable de travailler à cause de la chaleur (pas d’airco au bureau), terminer le roman en cours au jardin, me faire piquer par des bestioles juste avant de rentrer

Mercredi: une mauvaise nuit – mon cerveau a décidé d’être stupide – et j’ai donc angoissé pour le boulot, deux réunions – l’une plus animée que l’autre, de la lecture au jardin avec les avions qui passent

Jeudi: réveillée par les avions, un inventaire rapidement terminé, le drink de départ d’une collègue, une longue après-midi, pas envie de préparer grand chose pour le repas, terminer deux livres au jardin

Vendredi: continuer certaines choses, un repas et un drink de boulot au jardin avec un vieux tourne-disque pour la musique, c’est bien agréable sous l’arbre, passer un très bon moment, me sentir bien seule à la maison après tout ça, lire au jardin et déprimer un peu

Samedi: toujours d’humeur un peu triste, aller chez mon papa et lui proposer de ne pas se mêler des affaires des autres – ce qui lui évitera des problèmes comme ceux qu’il a eu (c’est un peu la cour de récréation parfois), les courses, commencer à vider la bibliothèque case par case (il y en a 54), une pelouse tondue en temps record, lire, un gazpacho bien frais, lire tout en me faisant attaquer par les moustiques, toujours un peu déprimée mais moins que ce matin

Dimanche: me réveiller après un rêve complètement tordu, du déménagement de bibliothèque – je suis à l’étage des lourds livres d’art, terminer la couture d’une blouse Rita et me battre avec l’élastique – dans l’idée de prendre des photos dans l’après-midi, un peu de jardinage, de la lecture, à nouveau tirer le mauvais lot dans mes lectures – quand cette mauvaise passe finira-t-elle ?, sortir l’appareil photo, installer le tout, me rendre compte que la pile de la télécommande est plate, l’internet me sauve: je recevrai une nouvelle demain, un barbecue, tenter un autre roman, toutes ces piqûres provoquent des démangeaisons – elle changent juste de place selon les jours

Short diary of the week (227)

Lundi: une mauvaise nuit – je n’arrivais pas à me réchauffer, un torticolis au réveil, me traîner au boulot, quand même bien avancer, recevoir une estimation de la maison de papa qui me semble correcte quoique légèrement décevante par rapport à ce que j’imaginais, la fin de The End of the F***ing world – une excellente série propice au binge watching (8 épisodes de 20 minutes) et de la très bonne musique, terminer mon roman

Mardi: une bonne nuit et tout va mieux – même si je ne sais pas encore tourner la tête vers la gauche, commencer un nouveau roman, me sentir déconnectée des conversations à midi, rencontrer par hasard dans le tram mon ancien prof de chimie (et aussi ancienne collègue de ma maman), elle me dit: “vous étiez une élève brillante” – ça fait plaisir !, Vikings, Babylon Berlin

Mercredi: une pluie-grêle bien glacée, régler plein de petites choses + une réunion, reprendre enfin le boulot laissé de côté le mois passé, me laisser tenter par des livres, Stranger Things – début de la saison 2, Babylon Berlin

Jeudi: peu d’énergie ce matin, facilement distraite, ce qui ne m’empêche pas d’avancer dans le travail, commander des semences pour le printemps, oh mais ce livre est très tentant !, on ne pourra pas dire que mes repas aient été très variés cette semaine mais j’ai vécu uniquement avec le contenu du frigo/surgélateur, Stranger Things – un ennui grandissant, Babylon Berlin – des moments d’ennui entremêlés à des moments sublimes

Vendredi: cette lumière du soleil !, les trucs du vendredi, un autre projet qui avance bien, cette envie de lire toute la journée, Viceroy’s house (Gurinder Chadha, 2017) – l’histoire de la partition de l’Inde agrémentée d’une romance – le divertissement idéal de fin de semaine, non il me reste trop de pages pour terminer ce roman passionnant

Samedi: tomber du lit vers 7h30, établir le plan d’action de la journée, espérer que le passage à la machine à laver de Snoopy se passera bien, Snoopy est sorti entier de son aventure mais pas beaucoup plus propre, quelques rapides courses mais me laisser tenter par du rhum, faire des caisses dans la maison paternelle et les déménager de suite, mon entrée est envahie, une visite à papa (il raconte souvent de nouvelles versions des choses et devient parfois un peu confus), monter quelques caisses et puis enfin me poser pour finir mon roman, un bon repas, Vera Cruz (Robert Aldrich, 1954) ou le western se passant au Mexique – je n’ai jamais aimé ce mélange avec les mariachis – bref je n’ai regardé que d’un œil tout en commençant une discussion sur FB à propos du mai tai

Dimanche: le calme avant la tempête, les horaires sont très justes mais ça devrait fonctionner, et en effet, le temps de manger et nous sommes prêts à partir à trois pour le vidage du grenier, deux cousins arrivent entre temps pour choisir des livres d’art, ce grenier est sans fin et bien plus rempli que je ne l’imaginais, quelques fous rires au moment où nous trouvons le troisième percolateur cassé – ces trois s’ajoutent aux deux déjà trouvés à d’autres endroits, charger les voitures de livres et la camionnette de quelques meubles dont les lourds tiroirs à dias, des cocktails de remerciement pour mes deux aides, pas de temps à perdre – je suis attendue pour la raclette des voisins, une agréable soirée en personnes agréables

Short diary of the week (226)

Lundi: un sommeil fort agité et un réveil qui sonne au moment où je vais me rendormir, trop de choses à faire et donc un cerveau qui ne veut pas s’arrêter, mettre ma nouvelle robe, tenter d’organiser un projet – suite et pas fin, c’est de plus en plus compliqué même, un autre projet est bloqué pour des raisons informatiques, l’impression d’avoir couru dans tous les sens, enfin à la maison, Vikings et puis tout simplement m’écrouler au lit avant 22h

Mardi: mauvais sommeil – suite, ça avance – un peu, un gros énervement suite à du matériel capricieux qui m’empêche de graver un disque, la solution: changer le graveur – merci à mon collègue !, finalement après un moment le principal est fait et je peux enfin me poser un instant, un rendez-vous en ville et une soirée à discuter à la Brasserie Bozar, ne pas rentrer trop tard et traîner encore un peu avant de me mettre au lit

Mercredi: une meilleure nuit, régler une série de choses à la poste et à la maison communale, aller dans la maison paternelle, repartir avec le décodeur tv qui doit être rendu en magasin, prendre des informations dans une agence immobilière, trier et encore trier, recevoir de l’aide et ramener plusieurs caisses de vaisselle chez moi – un joli service Boch (Carlotta, Bonaparte et Ney), enfin me poser, préparer à manger, regarder les trois derniers épisodes d’Alias Grace – pas mal comme série mais je me pose pas mal de questions sur l’histoire – ce qui est sans doute voulu

Jeudi: c’est reparti pour une journée de tri mais j’ai de l’aide, et elle a apporté le petit déjeuner, ne pas avancer – le tri des papiers est toujours longs, et puis avancer très vite, une visite d’agent immobilier, me forcer un peu et terminer le tri par la cave, rentrer chez moi, deux nouvelles séries: The end of the f***ing world et Babylon Berlin – mais où sont les femmes ?

Vendredi: mon cerveau n’a pas voulu s’arrêter cette nuit, de retour au boulot, les trucs du vendredi, chercher un scanner à diapositives et me dire que finalement mon scanner de bureau sera le plus efficace, passer chercher les extraits de banque de mon papa, Garden of Evil (Henry Hathaway, 1954) – un début qui ne me passionne pas trop mais une seconde partie haletante

Samedi: pas en forme ce matin – avec des nausées, mais je vais quand même travailler dans la maison paternelle, tous ces verres à emballer, remplir deux voitures de caisses qui vont encombrer ma cave avant d’être mieux rangées, une visite chez papa qui me dit se sentir bien – il a même des projets !, des courses, et puis plus rien: trop fatiguée pour faire autre chose que jouer à Simon’s Cat, un repas léger, un épisode de Babylon Berlin et deux épisodes de The end of the f***king world qui me charment tous les trois par l’utilisation de la musique

Dimanche: repos, oui mais il y a aussi des lessives à faire, trier des photos – la fin approche, c’est en ne faisant pas grand chose que je me rends compte que je suis vraiment fatiguée, sortir le scanner de l’armoire et tester la numérisation de dias – et tout fonctionne ! – par contre c’est lent, le ciel est en feu quand je pars, des dim sum au Yi Chan, un concert de Senyawa à l’AB – oublions le chœur de femmes qui me donne des boutons mais retenons la musique entre rock et xprmtl des deux Indonésiens, revoir des amis pas vus depuis… plus de 10 ans

Short diary of the week (107)

Lundi: insomnie, suite et fin des gros travaux, aïe pas assez de peinture, une virée express au Brico avec les cheveux sales, nettoyage, lavage des vitres, c’est beau c’est clair, repos bien mérité, True Detective, Masters of Sex

Mardi: insomnie encore, envie de plein de choses soldées, le grand déménagement commence, deux meubles trop lourds, tri des petits brols, soirée au jardin avec plein d’informations sur le Japon, novembre finalement ?, une chanson accompagnée au sanshin, rentrer au crépuscule

Mercredi: remplir le frigo, tondre la pelouse, lire au jardin, mais pourquoi tant de nuages ?, un Dead Reckoning sans subtilité, la fin de la deuxième saison de The Good Wife – plus que 4 à regarder, la fin de mon livre de nouvelles

Jeudi: moi qui pensais choisir la bonne semaine pour avoir un temps estival ensoleillé et chaud…, shopping: guides sur le Japon – bikini – pantalon (et oui ! 10 euros seulement) – robe de mi-saison super confort (genre pour l’avion), passage express au boulot pour récupérer deux colis: un cadeau d’anniversaire et du tissu, un bavarois au chocolat, essayons Hannibal, deuxième saison de Halt and Catch Fire

Vendredi: oups déjà si tard !, déménager quelques albums photos (pour dire que j’ai fait du déménagement aujourd’hui), repas au resto avec mon papa, un peu assommée, lecture au jardin, un cocktail imbuvable – inspiré de Sex and the City – j’aurais dû me méfier (vodka, jus d’ananas, liqueur de fruits rouges Chambord), deux épisodes de Hannibal, Halt and Catch Fire

Samedi: pluie et vent, ambiance d’automne, derniers rangements et c’est fini !, couture: fin de la robe Burda aux explications incompréhensibles, choix d’un nouveau patron de robe pour 1m40 de tissu, sashimi & maki time, la fin de Wayward Pines – quasi le seul épisode convenable de la série, Hannibal, Halt and Catch Fire

Dimanche: le soleil sur les feuilles mouillées de la grande fougère, quelques brouillons de billets lecture en retard, couture, j’aurais pu terminer cette robe mais j’ai voulu créer mon propre patron pour la suivante, sauf que c’est un peu compliqué, sauf si je combine des pièces déjà existantes avec un modèle de jupe facilement recopiable d’une robe que j’ai, le retour des cocktails anciens, Hell on Wheels, Hannibal, Halt and Catch Fire

Before and after

Depuis le déménagement de diane, j’avais abandonné le grenier à ce qu’il était: un espace vide et un poussiéreux qui avait abrité mes plantes exotiques pendant l’hiver. C’était son bureau et une deuxième chambre et il s’était approprié l’espace. Une fois vide, je me suis dit que ça me ferait une belle pièce de couture et une chambre d’amis. Sauf qu’il fallait boucher tous les trous dans les murs et repeindre, ce qui me décourageait assez fort, aussi parce que certains murs se prolongent jusqu’au rez-de-chaussée.

Profitant de cette semaine de congé à la météo très variable, je me suis décidée. J’avais un nuancier Colores del Mundo de Levis, et après de nombreuses hésitations, j’ai choisi la couleur la plus claire des tons “Finland”. Ce qui était un bon et un mauvais choix en même temps. Bon parce que c’est du blanc très lumineux, un peu froid même, mais qui donne bien dans cette pièce très ensoleillée. Mauvais, parce que la base était gris-beige et qu’à priori, je comptais remettre le même genre de couleur pour m’épargner du travail. Bref, au lieu d’une couche, j’ai dû en mettre trois (j’avais également oublié que je peignais à l’économie, en couche très fine). Ce n’est pas parfait dans les coins mais ça ne se voit presque pas. Ce n’est pas une pièce facile, avec le toit en pente, les alcôves et les rebords divers mais il m’a fallu environ deux heures par couche, ce qui est raisonnable. Et comme je n’ai pas repeint le plafond, je n’ai pas eu de souci de continuité avec la cage d’escalier. Les armoires, les boiseries et le radiateur sont restés dans leur couleur initiales.

Ces deux photos montrent le nombre de trous à boucher, et c’était partout dans la pièce.

après trois couches de peinture

J’ai oublié de faire des photos de mon ancienne pièce de couture, mais elle était dans un désordre inconcevable: les armoires étaient remplies et les patrons traînaient par terre, entre des planches de meubles démontés et une vieille télévision. Le grenier possède de grandes armoires encastrées, et en déménageant des choses de l’une à l’autre (le sapin de Noël par exemple), j’ai gagné beaucoup de place. J’ai pu récupérer ainsi toute l’étagère à tiroirs pour mon matériel de couture. La grande table noire était auparavant dans la pièce qui me sert de dressing mais elle y prenait trop de place et n’était pas pratique pour couper le tissu ou recopier les patrons vu que je n’avais accès qu’à un seul côté. J’ai déménagé presque tout toute seule mais pour l’étagère et la table, il me fallait de l’aide. Heureusement, un voisin m’a donné un coup de main. Je ne compte pas le nombre de fois que j’ai emprunté l’escalier avec les diverses choses à déplacer d’un étage à l’autre.

J’ai inauguré la pièce couture hier et le test était positif. Peut-être que certaines choses bougeront encore à l’usage, mais pour le moment, cela a l’air pratique. Dans le futur, j’aimerais acquérir un divan-lit que je pourrai placer sous l’alcôve, à la place du vélo d’appartement. Cela me permettra d’héberger des amis mais aussi d’avoir un petit coin de lecture bien agréable.

Et en bonus, la vue depuis la fenêtre:

A little bit of Light Purple and Teenage Dream to make me happy

Des ongles de petite fille, très kitsch Barbie, avec du Light Purple de H&M et du Teenage Dream de la collection Kate Perry de chez OPI. Featuring Isidore qui aime bien les machins de filles.

Tout ça pour mieux supporter ma semaine toute seule, en espérant que l’absence de diane l’aide à se sentir mieux et à abandonner ses problèmes sur place. En prévision aussi de moments très occupés dans les mois à venir. Après que j’aie vexé mon père à propos de sa conduite automobile déplorable, il a réfléchi et semble se faire à l’idée de déménager. Ce qui implique que je devrai m’occuper de beaucoup de choses (de tout en fait), de la recherche d’un nouvel endroit pour vivre (nous avons déjà un rdv mercredi) au tri et à l’emballage de ses affaires. Et là, la tâche est gigantesque: 50 de vie dans une maison sans jamais rien jeter… J’appellerai sans doute à l’aide pour diverses informations (des antiquaires, des brocanteurs, ebay, que faire de manteaux de fourrure ?…) mais aussi peut-être pour m’assister…