The Burmese Chardon Skirt

La jupe Chardon de Deer and Doe est un patron qui me faisait de l’oeil depuis longtemps. Je me disais que ce serait le modèle idéal pour mes jupes d’été, facile à porter. Le patron a traîné quelque temps après son achat mais je me suis finalement lancée. D’abord le choix de la taille… qui n’est jamais très positif dans cette marque. J’ai choisi 44, parce que 46 me faisait trop râler (non mais 46 quoi ! je n’achète jamais de vêtements au-delà du 42). Comme tissu, j’ai choisi un coton sans doute mélangé à du synthétique, assez léger, acheté en Birmanie. Il est probablement un peu trop fin pour ce modèle.

Les explications sont très bien détaillées, avec divers schémas. C’est toujours un avantage. J’ai sauté l’étape des surpiqûres des plis, me disant que je n’allais pas perdre mon temps à ça alors que je commençais déjà à me douter que ce ne serait pas ma jupe favorite. Après des premiers essayages, j’ai dû diminuer les marges de couture sur le côté à 0,7cm pour agrandir la jupe. Au final, je rentre dedans, mais elle serre, elle est très juste. Et elle ne me met pas en valeur: les plis qui s’ouvrent ne sont pas très seyants et j’ai l’impression qu’on ne voit que mon ventre (avec le t-shirt au-dessus, c’est déjà un peu mieux). Je pense que cette jupe Chardon n’est pas faite pour mon corps et que je n’en referai pas d’autres (à moins de maigrir du ventre). Je tenterai peut-être un autre modèle de jupe à plis mais ce n’est pas sûr, sauf si la bande de la taille est plus longue et que les plis commencent plus bas.

(Comme pour les dernières coutures, les photos sont un peu floues, j’en suis désolée.)

 

The blue anémone

Pour mon anniversaire, j’ai reçu, parmi d’autres, le patron Anémone de Deer and Doe. Après avoir terminé les coutures d’été, j’ai entamé celui-là, et comme je venais de dépenser beaucoup d’argent pour payer mon voyage, j’ai cherché un tissu parmi ceux que j’avais en réserve. J’ai sélectionné un gros coton tissé de bleu et vert émeraude. Pour la doublure, il me restait du gris. J’ai hésité au niveau de la taille et j’ai cousu une toile en 44. Elle était trop petite et j’ai dû me rabattre sur le 46 (je fais du 40 chez Burda – c’est un peu vexant !). Je trouvais qu’elle remontait un peu trop haut sur le ventre (surtout que je n’ai pas une taille aussi fine que le mannequin de la marque) et j’ai préféré la raccourcir à ce niveau-là d’un bon centimètre. Pour la longueur, j’ai choisi un juste milieu entre les deux qui sont proposés. Bref, j’en ai fait une Anémone très personnelle.

Une fois commencée, la jupe a été interrompue par la couture de la robe « Art cousu » puis par « The zebra skirt ». Ce n’est donc que début janvier que je l’ai terminée. Quand je l’ai essayée, elle était finalement un peu trop grande à la taille, mais il s’agit vraiment qu’un d’un centimètre ou deux. Je le noterai pour une prochaine expérience. J’aime bien le modèle et je compte bien le coudre à nouveau, peut-être dans l’autre version, sans les basques mais avec les boutons.

A nouveau, je suis désolée pour la qualité des photos. L’appareil n’était pas bien réglé et je l’ai vu trop tard.

 

 

Un ensemble complet

Mon premier essai de couture en octobre a été une jupe droite d’après le patron de Gertie’s new book for better sewing. J’ai appris à coudre les pinces, une fermeture éclair et une doublure. Elle est réalisée en lainage violet foncé de chez Joyce et la doublure est une teinte plus claire, pour le plaisir de faire contraste. Le modèle me plait mais si elle convient à la taille, elle est trop grande au niveau des hanches. Je la reprendrai sans doute un jour et pour la suivante, je sais où je dois l’adapter.

Je me suis dit qu’avec cette jupe, il me fallait un joli haut. La blouse Airelle de Deer and Doe a été vite réalisée mais j’ai appris en cours de route à coudre un col claudine. Le tissu est un coton très fin violet foncé à petites fleurs de chez Joyce également. Pas de souci au niveau taille, le côté un peu large étant dicté par le fait qu’il n’y a ni boutons ni fermeture éclair.

Par ce temps, difficile de faire des photos convenables, mais elles donnent une certaine idée de la coupe. Le violet est plus franc en vrai, moins gris que sur les images.

20130127-155639.jpg

20130127-155720.jpg

20130127-155746.jpg

Un premier essai de robe « Sureau »

Les patrons Deer and Doe ont fait beaucoup de bruit dans la blogosphère couture française ces derniers mois. J’avais entendu que les explications étaient claires et la réalisation relativement facile. De plus, un sew-along organisé en novembre m’a permis d’éclaircir les points plus difficiles. J’ai acheté mon patron dans le magasin gantois De Stoffenkamer qui a un site de vente en ligne.

J’ai réalisé ma version dans un tissu de flanelle du Chien Vert. Quand je l’ai essayée devant diane, il m’a fait plein de critiques: trop grand, trop long, manches trop longues, trop mémère. Je suis tout à fait d’accord avec le fait que j’aurais pu mieux ajuster la robe mais c’est un des points qui me semble le plus difficile à réaliser. J’avais mesuré les morceaux de tissu et cela me semblait à ma taille. Je doutais même par rapport à mon tour de taille, et même là, j’ai encore de la marge. J’ai cousu le haut en 42 et le bas en 44, je me rends compte que j’aurais pu faire une taille plus petite. Bref, je ferai mieux la prochaine fois.

Voici les photos. Qu’en pensez-vous ? Toute critique sera acceptée, y compris celle de mémèritude. Si vraiment vous ne l’aimez pas, elle ira se blottir et se faire oublier dans le fond de ma garde-robe.

20130126-095851.jpg

20130126-095923.jpg

20130126-100004.jpg

20130126-100036.jpg